Partir vivre au Brésil

lionluanna, encore une vulgarité et nous devrons intervenir. Vos propos vulgaires n'apportent rien à vos messages, ni la communauté, et sont très déplaisants à lire

je suis une jeune tunisienne. en juin 2014 je vais finir mes études en logistique et transport. je ferais bac +3 . est ce qu il y a la possibilité de trouver un travail en brésil . merci

raniariadh a écrit:

je suis une jeune tunisienne. en juin 2014 je vais finir mes études en logistique et transport. je ferais bac +3 . est ce qu il y a la possibilité de trouver un travail en brésil . merci


Lis le premier sujet épinglé qui concerne l'obtention d'un visa permanent.
Autant te dire - hélas - que ce n'est pas gagné, surtout si en plus des divers obstacles, tu ne parles pas portugais

Bonjour à toutes et tous.......... je découvre ce blog.......
Je vis au Brésil depuis des années pour des raisons personnelles que je ne desire pas expliquer (je nŽai jamais eu de problemes avec la justice). Je suis légalement résident ici à vie.
Je ne saurais trop déconseiller les jeunes, riches ou pauvres, lettrés ou non venir sŽinstaller ici.
Contrairement á ce que lŽon peut voir en parcourant des publicités ou photos sur le brésil, la pauvreté et la misére sont omniprésents ici ainsi que corruption, vols, assassinats, violence journaliére. La santé publique est en dessous de tout voire inexistante. Le brésilien est nationaliste (propre aux pays du tiers-monde) voire raciste. Vous ne serez pas bienvenu même si acceulli avec un grand sourire, ce qui intéresse cŽest votre argent....et si vous nŽen avez pas on volera vos baskets et votre corps pourrira sur un tas dŽimmondices. Le salaire minimum ici (90% de la population) est de 700 real par mois, soit 222 euros....... la location dŽun appart de merde se situe entre 600 et 1500 reais en fonction de la ville. Les prix de lŽalimentation sont égaux ou plus cher quŽen europe..... si vous êtes malade vous devez faire la file à partir de 04,00 heures du matin pour retirer une fiche afin de pouvoir marquer un rendez-vous (30 fiches par jour...) si tout va bien vous serez reçu endéans les 2 mois..... les urgences dans les hopitaux, vous serez reçu immédiatement, le taux de mortalité est de 80%......... lŽhygiéne, mieux vaut ne pas en parler surtout dans les hopitaux. Pour raisons dŽeconomie (vol sur le materiel de construction) les conduites dŽevacuation dŽeau usées ont le diametre 3/4... cŽest à dire la grosseur dŽun doigt.... donc interdit de déposer le papier q. dans le vase, il se dépose dans une poubelle située à côté du vase..... relevé une fois par jour si relevé..... température moyenne 25° voire 45° dans certains états. Vous entrez a lŽhosto pour une hemorroide douloureuse et sortez avec une septicémie généralisée (lŽhistoire de lŽhémorroide nŽest pas un gag, un jeans trop serré et + de 35° tous les jours on reparlera de votre anus dans un mois surtout si vous ne portez pas de slip....la nourriture aidant, les diarhées seront journaliéres, les échauffements grâce au papier de toilette si il y en a et le jeans ne laissant pas passer lŽair contibueront a vous créer un magnifique choux-fleur). Pour ce qui est du boulot, ne rêvez pas..... 65% de la population vit grâce à des aides gouvernementales..... Bien sûr, il y a des personnes honnêtes ici qui ont un bon boulot et gagnent bien leur vie dans des grosses sociétés locales ou étrangères.... 10% de la population.
Je fais quoi ici? Je crée, élève et dresse des chiens pour la police et ce nŽest pas facile.... tout le monde ici fait baiser deux chiens dans un garage pour vendre les chiots et se payer une télé a crédit..... ils vendent le chiot 150 reals, moi 2000..... raison pour la quelle je travaille pour la police et non pour les civils... avec un salaire de 700 reals mensuels on ne se paie pas un chien de 2000. Vous vous dites: je vais faire un petit boulot, électricien par exemple.... il y en a des milliers ici qui ne savent pas ce quŽest une masse mais travaillent tous, pour 50 reals par jour en noir...... vous vous dites: bein voila, ça fait déjá 1500...non, non,,,,, la majorité des clients ne paient pas parce quŽils savent que vous ne pourrez pas les dénoncer, la mafia locale racontera partout que vous ne valez rien etc.... en mois de 30 jours vous nŽaurez plus un seul client..... vous voulez des milliers dŽexemples du même genre?
Un bon conseil.... choisissez une autre destination et ne pensez pas que cŽest meilleur ailleurs. Je fais partie des exceptions.... je me suis cassé la gueule 4 ou 5 fois au brésil mais comme jŽai passé toute ma jeunesse en afrique, lŽeurope cŽest pas ma tasse de thé.... puis jŽai fait un héritage.... fort de mes premiéres experiences je me suis installé ici (lŽafrique cŽest pas viable), jŽai acheté une maison et travaille chez moi en pleine brousse pour des raisons de securité. Le brésil cŽest pas fait pour les rêveurs..... faut de grosses couilles pour survivre ici..... armé, 6 chiens dŽattaque minimum dans la maison et extérieurs, une mentalité de mercenaire seront un bon départ pour dormir tranquille..... puis viendra le reste: je fais quoi? Les plages, les cocotiers, les filles, les beaux mecs, la cachaça, la dolce vita ce sont seulement des photos..... ça dure 15 jours puis cŽest lŽenfer.... Une derniére chose, la vie nŽa pas de valeur ici..... Si vous décidez malgré tout tenter lŽaventure pensant que je déconne.... bonne chance et nŽoubliez pas de prévenir maman quŽil y a de fortes chances pour que vous ne reveniez jamais.....
Si vous voulez de la doc sur le brésil... cherchez des images en langue portuguaise....

https://www.google.com.br/search?hl=pt- … s&tbm=isch

Dans ce pavé, je relève que pour ma part, ne portant pas de jean trop serré sur un derrière sans slip, je n'ai pas attrapé d'hémorroïdes sur-infectées  (et pourtant je vivais en Amazonie, là où le climat est le plus exigeant: chaleur plus humidité maximale: mes diverses mycoses y ont toujours été très bien soignées y compris celles qui se logeaient dans les conduits auditifs à cause du frottement des prothèses).
Il est évident que comme dans chaque pays, il y a des habitudes vestimentaires, alimentaires, etc. à respecter strictement pour éviter de tomber malade (se baladerait-on en débardeur au mois de janvier à Paris?). Pour ma part j'ai beau manger souvent sur les marchés, boire des jus de fruit naturels à profusion, je ne chope pas plus de gastro qu'en France (où on a les virales). Seul truc: prendre un zentel tous les trois mois sans même faire d'analyse de selles, pour éviter certaines parasitoses.
Pour le reste si effectivement le système sanitaire a un gros retard à combler par rapport à celui des pays riches (mais il n'est guère pire que celui des autres pays émergents, allons voir en Inde ou en Chine, l'augmentation de la durée de vie attestée par l'OMS en fait foi) on y est quand même soigné. Ayant chopé l'année dernière une vilaine bronchopneumonie, le traitement qu'on m'a administré fut tout à fait efficace si j'ai dû me contenter (faute de liquidités) d'une salle commune, et si mes amis ont amené le savon, le dentifrice et la brosse à dents en plus des serviettes (mais j'aurais pu aller dans un clinique privée) et en plus ce fut gratuit (SUS): le SUS soigne, s'il ne fournit pas l'hôtellerie, il y a vingt ans il n'existait pas.

Pour le reste, la violence, tout à fait d'accord: il y a de nombreux endroits où il faut se tenir sur ses gardes, ne pas montrer ses signes extérieurs de richesse quand ils existent (ou les donner sans discuter pour ne pas ramasser une balle ou un coup de couteau... conséquences davantage de la drogue que de la pauvreté).

J'ajouterai que la violence routière est souvent peu évoquée alors qu'elle tue au moins autant que la criminalité.

Il n'en reste pas moins vrai que le Brésil offre à ceux qui ont choisi de le prendre comme il est sans chercher à le réformer par eux mêmes de nombreux atouts. (c'est l'affaire des Brésiliens, au rythme qu'ils choisiront: pour ma part je n'aime pas trop que des étrangers viennent me dicter les réformes à entreprendre dans mon pays si j'accepte la discussion sur une base conviviale) 
Pour le reste le mieux est encore, si réellement on ne peut se faire à cette expatriation (comme à n'importe laquelle) de chercher à vivre ailleurs ce qui, j'en conviens aisément, n'est hélas pas facile dans certains cas, surtout quand on y a fait souche ou qu'on y a accumulé des capitaux substantiels.



.

Moins direct que moi mais dŽaccord avec toi......... pour ce qui est de la "tourista" je parle surtout des "lanchonetes"..... Pour ceux qui ont la volonté, même dans le désert il y a moyen de faire du bussiness........ mais je mŽadresse surtout aux doux-rêveurs......
Um bom dia pra você amigo.

simbabrasil a écrit:

Moins direct que moi mais dŽaccord avec toi......... pour ce qui est de la "tourista" je parle surtout des "lanchonetes"..... Pour ceux qui ont la volonté, même dans le désert il y a moyen de faire du bussiness........ mais je mŽadresse surtout aux doux-rêveurs......
Um bom dia pra você amigo.


De toute manière, il y a peu de visiteurs qui arrivent dans un pays tropical, qui tentent de vivre à peu près normalement qui ne commencent pas par s'en ramasser une, de turista...  :) C'est un peu le bizutage du nouvel arrivant et l'alimentation n'est pas seule en cause (en Guyane elle répond aux normes sanitaires françaises, l'eau est potable et pourtant elle sévit aussi): le décalage horaire, la fatigue, le climat jouent aussi leur rôle.

Pour le reste on se tue ici à tenter de faire comprendre que si le Brésil est un pays aux gigantesques potentialités, c'est aussi un pays dur et comme tu le dis, pas fait pour les doux rêveurs, ni les impatients, ni les imprudents. C'est aussi un pays où on a intérêt à se mêler d'abord de ses affaires avant de prétendre changer les mœurs locales qui évoluent, mais à leur rythme: il reste énormément de choses à faire mais quand je me souviens de ce que j'y ai vu en 1983...
Se mêler d'abord de ses affaires ne signifie aucunement être indifférent à une certaine misère ambiante, mais c'est prendre en considération une longue histoire qui a commencé par un colonialisme, le souci des habitants de ne pas voir se faire dicter les conduites à tenir par des gringos, et si on veut arranger les choses, se fixer des objectifs réalistes.

Gringo............. mot qui résume parfaitement la façon dont nous sommes vus ici même si notre nom est Foucauld, St.Exupéri, soeur sourire ou soeur Therésa......... pas dans un sens péjoratif comme en espagnol mais littéralement: "lŽétranger"..... même résident de longue date (93), intégré, fermant sa grande gueule (il faut une mentalité de grande gueule pour survivre ici), distribuant des cadeaux, aidant les pauvres, sympatisant avec tous etc..... nous serons toujours des gringos. En europe, il y a des communautés qui ne sŽintégrent pas, ici cŽest lŽhabitant qui ne veut pas nous intégrer........... kkkkkkkkkk (kkkkkkkkkk est la façon de rire sur un post au brésil ou rsrsrsrsrsrsrs ou encore ashuashuashuashu...).
Le brésil est un pays formidable, pour resumer je dirais que les moustiques y sont rois, faut se prémunir...... et malgré toutes les protections possibles, ont se fait toujours piquer......
Les petites nanas rêveuses, les aventuriers de salon, mon conseil est de rester bien au chaud chez papa et maman et si vous pensez quŽils sont chiants vous nŽimaginez pas ce que vous allez en baver ici...... sans compter la honte de devoir les appeler au secours aprés leur avoir claqué la porte au nez disant: je pars.....
Ceux qui sont dŽune autre trempe....venez dŽabord en repérage..... sans trop dŽargent..... avec 4000 us$ bien utilisés, des potes sur place et être un gros combinard on tient facilement 6 mois ici..... même en faisant la java tous les soirs..... pas dans les bars a nanas bien sûr..... En 2000 on levait une fille de rêve pour le prix dŽune robe achetée sur un marché une semaine entiére...... le touriste est passé par ici depuis.... aujourdŽhui cŽest 200 reais le youp-lala vite fait.... ok, il y a des coups a 50 reais pour ceux qui sont habitués au métro e 20 reais la "mamada", chacun son truc, cŽest juste le probléme aprés de pas se retrouver aux urgences avec une bléno monstre ou un couteau planté dans le ventre si on a eu de la chance...... A certain point de vue, lŽIrak est plus serein.......... Pour ceux qui ont des balloches en acier (homme ou femme) ils peuvent toujours me contacter, mais attention: je vis en brousse, me lêve à 04,00 du mat et vais dormir vers 21,00 heures........ pas tout à fait le rêve pour certains....... Ha oui, une dernière chose, les petits voyous... laisser tomber....... vous pouvez même pas imaginer de quoi est capable une bande de gosses armés et bourrés a la coke...... même dans les films dŽhorreurs ils ont pas lŽimagination.
A part ça, les fruits sont délicieux ici.

pour ce qui est de la "tourista" je parle surtout des "lanchonetes".....


Pour les "lanchonetes": repérer d'une part celles qui ont du débit (quand une dizaine de plats suspects attendent des heures durant un ou deux hypothétiques clients avec la chaleur et les mouches, évidemment ça craint) et celles qui n'ont peut être pas le cachet propre à attirer le gringo, mais qui sont fréquentées par les locaux du quartier. Je me souviens d'un beau restaurant à Catete (quartier de Rio) très bien décoré mais à peu près vide, et d'un autre à côté, au cachet très ordinaire mais bourré d'employés brésiliens.Lles prix étaient similaires, mais je me suis dit que si le premier était vide il y avait sûrement une raison... Et effectivement c'était délicieux!

Redoutable: les crudités présentés mélangés avec une maionesa dans les "por kilo" où s'arrêtent les bus inter-urbains: là, manger le riz, les pâtes et la viande bien cuite. Pour le reste, demeurer sur ses gardes car par définition, le client de passage ne reviendra pas râler



.

..........demeurer sur ses gardes car par définition, le client de passage ne reviendra pas râler.
Adorei, como se diz aqui.........   :lol:

aujourdŽhui cŽest 200 reais le youp-lala vite fait.... ok, il y a des coups a 50 reais pour ceux qui sont habitués au métro e 20 reais la "mamada", chacun son truc, cŽest juste le probléme aprés de pas se retrouver aux urgences avec une bléno monstre ou un couteau planté dans le ventre si on a eu de la chance.....


.

Disons qu'on sort du contexte de l'expatriation, là...   :|
Ensuite que celui qui vient chercher des emmerdes de cette manière ou d'une autre ne vienne pas chialer quand il en trouve. La fréquentation des p... des deux sexes, le grand frisson qu'on veut se donner en s'acoquinant avec des truands petits ou grands, ça n'a jamais été ma tasse de thé et au Brésil moins qu'ailleurs, il ne faut jouer avec ça. Et pourtant, ayant fréquenté le milieu garimpo en Guyane, j'en ai vu des vertes et des pas mûres. Sans jamais franchir la ligne jaune et en captant bien les avertissements implicites.

Pour "l'intégration" je crois qu'il faut savoir être lucide.
Le Brésil est une ancienne colonie et dans à peu près tous les pays de cette catégorie, il reste des traces du passé. Je demeure persuadé que l'étranger peut se couler dans le creuset brésilien (en tout cas dans le Nord et le Nordeste, paradoxalement sans doute plus facilement que le Paulista) à condition qu'il... ne se prenne pas pour un Brésilien, jamais.
Près de Belém, à Benfica, je suis "o Francês", on vient même (!) me chercher pour arbitrer des matchs entre gamins (je ne connais à peu près rien au futebol mais ma qualité d'étranger fait que je suis supposé neutre dans les jogos entre équipes informelles de gosses du coin), je suis invité à à peu près toutes les fiestas du coin, on s'est décarcassé pour que je sois interné au poste de santé du SUS quand j'ai été sérieusement malade, on ne me "tape" pas à toute occasion (je paye ma bière quand c'est mon tour, pas plus, je m'occupe de mes gosses et pas de ceux des autres et si je voulais jouer "il est minuit docteur Schweitzer" ce qui n'est pas le cas, loin de là, ce serait soit dans un pays infiniment plus déshérité soit... en France où des poches de misère se développent de nouveau, mais c'est moins glamour de donner des colis de nourriture au Secours populaire que de mouiller ses petits yeux dans des favelas) Et comme je n'ai jamais cherché à "être brésilien", on me prend comme je suis. 



.

simbabrasil a écrit:

..........demeurer sur ses gardes car par définition, le client de passage ne reviendra pas râler.
Adorei, como se diz aqui.........   :lol:


Note que ça vaut pour des gargotes bien de chez nous!  :)

Rien á redire, tout est parfait, du vécu.

Beaucoup de boulot... pas le temps, etc......... jŽavais pas vu les autres posts et sujets traitant du brésil......... jŽai jeté un oeuil rapide ce matin...... constat: aberrant!
CŽest fou le nombre de personnes qui sŽimaginent que cŽest lŽeldorado ici........... et qui rêvent tout éveillés.
Ok, le bresil cŽest pas le kurdistan mais faut pas sŽimaginer non plus que cŽest la suisse...........
Juste un petit exemple pour les babacools...... vous débarquez á Sampa Garulhos ou Rio (aéroport) avec trop de bagages à porter pour une seule personne......... des mecs sympas en uniforme bleu ou sans mais porteurs dŽun joli badge de lŽaeroport vont vous ofrir de se charger de convoyer vos valises, ils manipulent des chariots á roulettes prévus á cet effet qui traînent partout..... les mains ocupées par le portable, le beauty-case, le marmot qui hurle etc.... vous acceptez....... Bienvenue au brésil...... vos bagages disparaissent en moins de 3 minutes. Des salauds? non, soyons franc, des cons..... mais les cons cŽest vous! Vous mettez les pieds dans un pays oú 70% de la population vit en dessous du seuil de la pauvreté..... la pauvreté ici cŽest 700 reals par mois soit un peu plus de 200 euros..... le vol et la malhonnêteté ici cŽest pas une tare, cŽest un moyen de survivre........ Dans les favelas ou les régios de lŽintérieur, voire les grandes villes pour certains, la naissance dŽune fille est une catastrophe...... une bouche a nourrir quand on a pas la thune...... cŽest décidé: elle sera fille de joie..... une caissiére au super marché touche le salaire minimum.... un fils qui nŽy connait que dalle en construction sera maçon (pedreiro) e rapportera en moyenne 2000 reals par mois à la maison...... la petite, si elle vit sur Recife (grosse destination touristique) se fera 6000 reals minimum par mois...... cŽest comme ça que ça marche ici.......... si le gamin veut pas travailler il entrera dans une bande de malfrats et se "fera" 10000 reals par mois...... Il y a une époque, on disait en europe: tŽachète une nouvelle voiture, et le lendemain le voisin en a une plus grosse que la tienne...... au brésil cŽest pas une plus grosse, le voisin il veut acheter le concessionaire de la marque et si cŽest pas possible honnêtement, un consommateur de crack sŽoccupera du probleme pour le prix de sa dose journalière..........

Vous allez vous promenez sur la plage a Copacabana quand la nuit est tombée, le pied géant...... le corcovado, le pain de sucre, les lumiéres de la nuit, les bateaux à lŽancre, les étoiles, les senteurs, la musique de fond, une superbe nana bien chaude la main dans la main, oubliés les problèmes de lŽeurope..... et sŽapprochent 3 ou 4 gamins de moins de 14 ans..... lâchez la nana et fuyez........... ils vont vous demander vos NikeŽs..... vous allez rigoler et refuser.... cŽétait votre derniére promenade au brésil.....

Bien sûr, tout nŽest pas comme cela, il y a quand même 5% de positif.......... mais faut gratter.
Je sais, il y en aura toujours qui diront: moi, je suis allé au bresil et tout cŽest bien passé...... oui, oui..... voyage organisé et contrôlé ou chez des potes qui savent....
Un bon conseil: ayez des contacts sûrs sur place et croyez ce que les résidents brésil de ce blog vous disent avant de vous aventurer.
Je suis pessimiste et négatif? non, réaliste.... il y a plus de 20 ans que je suis ici...... et je ne voudrais pour rien au monde rentrer en europe......... mais quand je vais dormir mes 6 chiens patrouillent et mon pétard est armé.......

Une derniére chose........ bientôt les élections ici..... un nouveau venezuela ou les militaires au pouvoir....... cŽest vraiment pas le moment de venir faire du tourisme ici..... la presse en europe nŽen parle pas mais les émeutes sont journaliéres á Sampa (São Paulo)....... des groupes extremistes détruisent et tuent...les black boxs........ l ármée a prevenu officiellement le gouvernement quŽelle nŽetait pas a son service........... la confrérie maçonique publie quŽelle entre dans la danse....... ça va sentir trés mauvais ici......
Bien sûr, tout cela va ouvrir des opportunités....... mais pensez bien et posez vous la question: je regarde les films de Rambo ou je suis un Rambo?
Sur ce, bonne journée à toutes et tous.........

Je vois dans ce dernier post  énormément dŽexagération.

Sao Paulo,Rio,Cuiabá,Brasilia,Buenos Ayres,Lima,Caracas,Mexico, la liste est longue et les situations se répètent.SŽil me fallait mŽinstaller dans une capitale ou grande ville et dormir lŽarme à la ceinture entouré de 6 chiens,je préfèrerais retourner sur  notre vieux continent,où la vie ,quoiquŽen disent presque tous les postulants à lŽémigration est loin dŽêtre un tourment.
Nous sommes tous vulnérables et face à la montée de lŽinsécurité,fuyez les grandes métropoles et vous découvrirez une vie encore possible sans trop de peurs et de risques.Tout dépendra donc de ce que après quoi quoi vous courrez:lŽargent,la tranquilité,lŽexhibition,la discrétion,la spéculation,la contemplation?

Je pense aussi qu'on peut survivre au Brésil, malgré l'insécurité, en respectant quelques règles élémentaires de bon sens (ne pas se fourrer dans tes trucs glauques**, ne pas courir de risques inutiles, ne pas jouer les bons samaritains sans réfléchir, et surtout, si on est réellement agressé, ne pas résister, jamais)
Il n'y a quand même pas tous les jours des morts de gringos et d'ailleurs les chefs de quadrilhas, en général, détestent ça: comme ça fait du scandale, la police fédérale s'en mêle, contrôle les flics locaux souvent compromis, démantèle un ou deux réseaux, bref "c'est mauvais pour les affaires"
Je suis le premier à signaler les 50.000 morts annuels, mais quand on retire les victimes des guerres de la drogue, les crimes passionnels, les agressions de convoyeurs, le reste représente une statistique sinon admissible (c'est toujours trop) mais acceptable pour un individu qui vit normalement.
Cela dit, le coup des gentils jeunes hommes badgés à l'aéroport (de Recife) j'en ai été victime l'an dernier, avec trente ans de connaissance du pays! Trente secondes d'inattention due à la joie d'arriver au Brésil...  :)

** La quasi totalité des baleados étrangers le sont dans des quartiers où en principe ils n'ont rien à faire, et ont des activités pas très nettes. J'en ai par exemple ramassé un à Belém, abattu devant moi, avec trois orifices d'entrée, deux de sortie (du gros calibre) mais ça faisait sept ans qu'il vivait là, personne ne savait exactement de quoi, qu'il donnait des drôles de rendez vous dans un bar (il rendait beaucoup de "services"), bar  où pour trois mois de salaire, je n'aurais pas mis un pied.
Pour ne pas sentir la m... , il ne faut pas marcher dedans.

jŽaime les chiens, dŽou les six........ je vis prés dúne zone conflictuelle, dŽoù être armé...... je ne vais pas enfermer mes chiens ni mettre mon arme dans une boîte à chaussures au sous-sol........ Je travaille avec la police et suis une cible potentielle, ma femme et mes deux fils vivent cette situation trés mal pourtant elle est brésilienne. Je pense que vous êtes de Sampa et jamais nŽavez mis les pieds a crackolandia..... excellente chose..... moi je mêne des opérations avec mes chiens dans un crackolandia situé à moins de 40km. de ma propriété et ils aident à débusquer des fugitifs..... Ce nŽest pas exagéré du tout..... nous nŽavons pas la même vie. JŽai lu dans ce blog, quelque part, le désaccord voire lŽanimosité entre expatriés....
Arrêtez de faire penser à des jeunes qui ont pour toute expérience de vie une bagarre entre étudiants que le brésil est la terre promise....

Comme vous le dites chacun a une vie différente, dans votre cas c'est particulier, vous travaillez avec la police, ici c'est comme avoir une cible sur le dos... Mais la plupart des personnes qui viennent sur ce forum ne comptent pas participer à des opérations policières et donc ne s'exposent pas au même danger que vous.
Alerter sur certains dangers est une chose, alarmer avec ce genre de discours sortis de leur contexte ne va pas aider les personnes ayant envie de venir au Brésil de se faire une idée réaliste de ce qu'ils vont rencontrer.

Juste pour vous citer : "faut de grosses couilles pour survivre ici..... armé, 6 chiens dŽattaque minimum dans la maison et extérieurs, une mentalité de mercenaire seront un bon départ pour dormir tranquille...."
"En 2000 on levait une fille de rêve pour le prix dŽune robe achetée sur un marché une semaine entiére...... le touriste est passé par ici depuis.... aujourdŽhui cŽest 200 reais le youp-lala vite fait.... ok, il y a des coups a 50 reais pour ceux qui sont habitués au métro e 20 reais la "mamada", chacun son truc,"


Il n'y a pas de modération pour ce type de langage/propos sur ce forum ? Je suis pour la liberté d'expression mais il me semble qu'il y a des limites.

Peut être que de laisser de côté le cliché de la triste mentalité colonialiste serait un bon début pour pouvoir dormir tranquille.

Vous avez parfaitement raison......... dans un pays ou le prix de la vie vaut moins que 20 reais mettons des gants. Appelons un chat un chat et une pomme une pomme....... je suis un militaire (ho lŽhorreur) je travaille avec la police (ho quel désonheur)........ jŽai mis mes pieds dans des endroits ou vous nŽentrerez jamais.....où la grand-mère vendait ses petites-filles de 12 ans pour 100 reais les 20 minutes...... ne me faites pas rigoler.

Simbabrasil ,si vous voyez de lŽanimosité dans mon message,retournez donc à vos animaux et à vos armes.Ceci dit,jŽétais en Afganistan alors que vous nŽétiez peut-être pas né.Je suis passé au Zaire en 1974 et au Nigeria alors quŽon rencontrez des cadavres sur les plages.Moi aussi jŽai donc mis les pieds en de nombreux endroits pas très sécurisés et je nŽai pas lŽhabitude de mŽen vanter.Votre travail mérite tout notre respect mais pas de quoi quand même se croire un super héros.
Cla,vous intervenez à temps pour modérer certains vocables.Lentement mais sûrement ,on sŽachemine vers des abus.Tentons donc de rester courtois,je lŽai déjà dit en autre occasion.Nous sommes encore francais,nŽest-ce pas?

Bonjour à toutes et à tous,

Je vous rappelle que nous sommes sur un site d'entraide.

Si vous voulez partager une expérience ou des informations, je vous invite à le faire en utilisant un langage correct et conforme aux normes d'Expat.com.

Cela ne va pas aider les membres si un langage inapproprié et abusif est utilisé

Merci de bien vouloir cliquer sur « Signaler » afin que nous puissions prendre les mesures nécessaires si vous notez un contenu abusif ou inapproprié sur le site

Merci,

Hasnaa
Équipe Expat.com

Disons que le touriste moyen ou l'expatrié habituel ne travaille pas dans un "craquolandia" au contact des trafiquants et des policiers souvent de mèche avec eux, et de toute manière toujours très "rustiques" même quand ils sont honnêtes.
Qu'on n'est pas obligé de se droguer et que si on le fait, il est sûr qu'au Brésil tant au moment de l'achat que du transport ou de la consommation, on est en situation de risque maximum.
Que le recours à la prostitution n'est en rien un passage obligé.
Que le recours à la prostitution marginale (très jeunes filles ou jeunes garçons), en plus d'être une abomination, est une source potentielle de risques énormes puisque comme on se met dans une position vulnérable on est accessible aux chantages, aux vengeances, aux provocations (les policiers heureux de sortir une "belle affaire" avec un naïf par civisme - tous ne sont pas pourris - ou pour se "blanchir" parce qu'à côté ils trempent dans des affaires similaires) et... à la répression judiciaire (ça arrive quand même)
Pardon de dire que ceux qui ont mis le doigt dans ce pot de confiture et qui n'arrivent pas à le sortir ne m'inspirent aucune pitié, si j'en ai pour les gamins et gamines concernés.

On peut fort bien mener une vie trépidante au Brésil sans passer par tout ça. Pour ma part rien ne donnait à penser que j'étais en recherche de gens à louer, jeunes ou pas, que je cherchais un "caillou" ou de la poudre et de ce fait j'ai eu très peu de propositions... Propositions que je "ne comprenais pas" quand d'aventure elles étaient formulées.
Du coup, on n'insistait pas.

En revanche effectivement, quand j'avais vent de scandales relatifs à ces crimes et délits, sauf quand j'étais absolument sûr de moi, je les gardais pour moi: il y a tellement de porosité entre les polices civile et militaire de chaque état et les diverses mafias, que fouiner un peu trop ostensiblement fait encourir des risques notables, surtout à un étranger pas dans son élément. Même pour signaler (avec succès) un réseau pédocriminel, je l'ai fait par un coup de téléphone anonyme depuis une cabine publique sur une grande avenue. Je sais qu'il y a eu des arrestations de clients étrangers et brésiliens, de proxénètes, mais je n'ai surtout pas cherché à connaître la conclusion judiciaire, pour éviter d'attirer l'attention sur moi



.

Bonjour,
Juste pour info, et rectificatif car  nous sommes le couple arrivé en bateau ayant ouvert la pousada / restaurant  L' ESCALE ,à Buzios nous n'avons pas fermés comme vous le prétendez au bout de 8 mois , cela va faire 6 ans que nous sommes installés et , à ce jour mettons en vente le fond de commerce pour developer d'autres activités .
nous restons à votre disposition si besoin
Bien cordialement
Francis et Sylvia

Bonjour je suis bresilien mais je vis en france depuis mes 16 ans, je ne connais pas le bresil je suis aller une seule fois.
Mais depuis un certains temps j'envisage d'aller vivre au bresil, le projet c'est d'acheter une petite ferme de 12ha (120mille m2)
et vivre de la terre, totalement en autonomie, avec techonologie morderne maison avec eletricité solaire et a roue à aubes etc, faire de l'agriculture, elevage d'animaux pour consommation personnelle(vache,poule,cochon etc...)  d'après mes calculs à partir de 170mille euros on peut réaliser tout ça, acheter une ferme avec le plus de choses possible. (il faut fare attention à la conversion de l'euro vers le real) , un euro = 6 real : 170.000 x 6 =1 020 000 reais
ma question c'est le côté administratif et les impots, et le principale c'est où acheter pour etrê tanquille et avoir une bonne education scolaire pour les enfants??? le projet realement c'est vivre de la terra sans penser a gagner de l'argent,( je vais laisser quelques investissement locatifs en france et envoyer ce argent au bresil cas où besoin)
je dois payer des impots pour envoyer une grande quantité d'argent vers un autre pays (bresil)
et une fois au bresil le coté administratif et les impots?
est ce que quelqu'un a de l'experience semblabe qui puisse m'aider un peu?
et est que quelqu'un a déjà loué un container également pour un déménagemnt à l'étranger?
j' ai une moto que tiens beaucoup et quelques instruments de musique que je voudrais les expatrier avec moi,
quelqu'un avec experience semblabe??

Lê cap vert.