discussions et réflexions sur l' Allemagne

ici se sont des coalisions qui se forment après les élections . Il est pas impossible que les verts fasse une coalisions avec la CDU ,même si ils veulent rouler avec le SPD . Tout dépend des libéraux il font moins de 5% ,la voie est ouverte pour les verts . tu sait les verts sont avant tout allemand ça change beaucoup de chose .
jean  luc ;)

Voter Uli Hoeneß !

Trève de plaisenterie, dans le Lander de Berlin, c'est le SPD qui gouverne à travers une coalition avec la CDU.

Au niveau fédérale, c'était le cas avant que la CDU ne fasse une coalition avec le FDP. Je t'ai appris quelque chose hein JL ! :P

On est pas en France ici. En disant ça, je ne pense pas aux choix politiques (je ne suis pas un militant [...], je laisse chacun se forger son opinion, et c'est mieux ainsi), mais plutôt au système politique. Je n'ai pas la longue expérience vécu de JL en Allemagne quant à chacunes des forces en présence (jai des notions quand même...), mais je m'intéresse pas mal à son fonctionnement, à travers des lectures, et des visites récurrentes dans différents parlements, fédéraux ou étatiques (au sens Lander). Tout ça pour dire que j'ai découvert un système très démocratique, avec beaucoup de contre pouvoir, avec pour conséquence un certain pragmatisme (une fédération ...).

Prochain sujet à l'ENA: que pensez-vous d'une Europe fédérale avec des systèmes politiques nationaux hétérogènes ?

PS: si j'ai bien compris (ça c'est pas sûr), les Verts allemands viennent tout juste aujourd'hui de valider leur programme pour les élections au Bundestag.
On peut maintenant commencer à se faire une opinion, hier c'était un peu, un peu... :)

Allemagne : une agence bancaire sur les routes de campagne http://www.bienpublic.com/fr/images/839BA64A-6ECF-4536-93AF-23B6E8A7D520/LBP_03/quand-le-client-ne-peut-aller-jusqu-aux-banques-ce-sont-elles-qui-viennent-a-lui-dessin-dr.jpg En Allemagne, dans la Hesse, la caisse d’épargne locale a envoyé sur les routes de campagne un bus qui fait office d’agence bancaire.Ce client de près de 90 ans en jogging et bottes en caoutchouc vertes traverse une crise financière personnelle. Il est déjà passé un peu plus tôt dans la journée retirer de l’argent (dans cette agence), mais voilà : « J’ai la carte, mais pas l’argent », déclare-t-il à Carmen Morgenthal, l’employée de la banque. S’il s’agissait d’une agence normale, celle-ci pourrait contrôler dans le distributeur si l’on a bien retiré 400 €, mais cette agence est particulière : elle fait 13 mètres de long, 2,50 m de large et a huit roues.

Le bus de la caisse d’épargne de Werra-Meißner, un arrondissement du nord de la Hesse, est le plus moderne d’Allemagne. Il est relié par satellite à la centrale informatique de la caisse d’épargne, si bien que les clients peuvent y effectuer toutes les opérations bancaires, y compris acheter des actions. Il n’y a qu’une chose qui soit impossible. « Pour des raisons de sécurité, les employés ne peuvent avoir aucun contact avec les espèces », explique Frank Nickel, le directeur de la banque. « C’est-à-dire qu’ils n’ont pas accès aux distributeurs. » Malheureusement, c’est justement ce dont a besoin le client en bottes en caoutchouc vertes en ce moment.
Un retour au temps de l’après-guerre

Ce matin-là, le bus se trouve à Rommerode, une commune de 1 200 habitants ; l’après-midi, il se rendra à Bischhausen (à la population sensiblement équivalente, 1 100 habitants). A raison de deux villages par jour, cinq jours sur sept, dix localités d’un millier d’habitants reçoivent chaque semaine sa visite.

Les anciens se souviennent encore des bus de la caisse d’épargne de l’après-guerre. Après la réunification, ce système était réapparu dans les nouveaux Länder, mais, depuis, ces bus étaient quelque peu retombés dans l’oubli. Rares sont les établissements bancaires à disposer d’un bus qui fait le tour des petites localités.

Pour Frank Nickel, le bus représente malgré tout l’avenir de son établissement. On peut y effectuer toutes les opérations bancaires, explique-t-il. Il y a un distributeur de billets, un terminal pour les virements ou les ordres permanents, un autre écran où les clients peuvent recevoir l’aide d’un conseiller et une petite pièce pour les rendez-vous. Un client d’un certain âge s’y trouve justement. A travers la porte, on entend Carmen Morgenthal : « Ecoute bien maintenant, Herbert… » Elle fait un peu tout ici. « J’aide peut-être un peu plus que ce que je devrais.lire le reste de l'article

Allemagne : cinq néonazis accusés de crimes racistes jugés à Munich
Beate Zschäpe, 38 ans, soupçonnée d'avoir participé à dix meurtres entre 2000 et 2007, et quatre personnes qui lui auraient fourni une aide logistique sont jugées dans la capitale bavaroise.
En Allemagne, le plus grand procès de néonazis de l'après-guerre s'est ouvert à Munich ce lundi 6 mai. Beate Zschäpe, 38 ans, accusée d'avoir participé à dix meurtres entre 2000 et 2007, est apparue devant le tribunal, sans menottes. Cette femme originaire de l'ex-RDA, seule survivante d'un trio néonazi, apparaissait en public pour la première fois depuis qu'elle s'est rendue à la police, le 8 novembre 2011, après une cavale de quatre jours à travers l'Allemagne. Elle doit répondre de sa participation présumée à neuf meurtres xénophobes, et à celui d'une policière en 2007. Elle est également soupçonnée d'être impliquée dans deux attentats contre des communautés étrangères et à quinze braquages de banque, selon l'acte d'accusation.

Deux acolytes de la jeune femme, Uwe Böhnhardt (34 ans) et Uwe Mundlos (38 ans), les meurtriers présumés, se sont donné la mort, le 4 novembre 2011 alors qu'ils étaient sur le point d'être découverts par la police. Outre Beate Zschäpe, quatre personnes soupçonnées d'avoir fourni une aide logistique au trio néonazi, dénommé Clandestinité national-socialiste (NSU), sont jugées dans la capitale bavaroise.

Face à eux, plus de 70 parties civiles, essentiellement des proches de victimes, qui entendent comprendre pourquoi la police a, selon eux, commis tant d'erreurs dans l'enquête. Les avocats des parties civiles ont souhaité que ce procès permette de faire la lumière sur les circonstances de ces meurtres qui visaient des petits commerçants, la plupart turcs ou d'origine turque, dans toute l'Allemagne.  voir la vidéo 
jean  luc ;)

L’Allemagne, championne inatteignable
http://www.presseurop.eu/files/images/article/martirena-flag_0.jpg?1368021404
Pour les cinq millions de jeunes Européens sans emploi, l’Allemagne, où le taux de chômage des jeunes est le plus bas d’Europe, fait figure de terre promise. Et le système de formation en alternance au coeur de ce succès, de modèle pour les pays frappés par la crise. Mais il peut difficilement s’exporter, affirme Die Welt.
Dans les pays du Sud frappés par la crise, une génération grandit sans perspectives d’avenir. En Espagne et en Grèce, un jeune de moins de 25 ans sur deux est sans emploi ; en Italie et au Portugal, un sur trois. L’Allemagne passe pour un éden en comparaison. Le taux de chômage des jeunes y est inférieur à 8%. Aucun des 26 autres Etats membres de l’Union n’affiche un taux aussi faible. Seule l’Autriche peut rivaliser.

Mais comment font-ils, s’interrogent nos voisins, qui se rendent en pèlerinage en Allemagne pour y décrypter ce miracle sur le front de l’emploi. Ils y font la connaissance de la formation en alternance, conjuguant expérience en entreprise et enseignement théorique sur les bancs de l’école.
Un système longtemps incompris

Pour la plupart des Européens, c’est une découverte : apprendre et travailler en même temps au lieu de commencer par apprendre et travailler ensuite. La Commission européenne salue le modèle allemand, qualifié de "garant contre le chômage des jeunes et la pénurie de main d’œuvre". Les Etats-Unis ont eu vent de ce système qui met le pied à l’étrier des jeunes Allemands, déclarait Barack Obama dans le dernier discours sur l’état de l’Union.lire le reste de l'article jean  luc ;)

Wagner version nazie, l'opéra qui choque l'Allemagne
En Allemagne, un opéra de Wagner provoque un scandale. Le metteur en scène a transposé "Tannhäuser" à l'époque nazie. Certaines scènes sont tellement réalistes que les spectateurs en sont malades.

Certains spectateurs ont même été transportés à l'hôpital. Ils n'ont pas supporté le spectacle. Ils étaient venus à l'opéra de Düsseldorf pour voir "Tannhäuser", une oeuvre que Wagner a écrite en 1845. Normalement, l'action se déroule au Moyen. Mais là, pas du tout : elle a été transposée dans les années 1940. Les personnages deviennent des bourreaux nazis et leurs victimes. Certaines scènes sont insupportables : il y a des meurtres, des viols, et même une allusion aux chambres à gaz. Samedi dernier, c'était la première représentation. Au bout d'une demi-heure, des spectacteurs ont commencé à huer, certains sont partis en claquant la porte et d'autres ont donc été malades, physiquement. Ils n'ont pas supporté ce qu'ils ont vu.

La direction de l'opéra a demandé des changements au metteur en scène, pour rendre le spectacle moins violent. Mais Burkhard Kosminsky a refusé, au nom de la liberté artistique. Dans le journal The Guardian, il défend ses choix. Il voit l'oeuvre comme une réflexion sur la culpabilité et sur le pardon. La référence au nazisme lui semblait un bon moyen de se faire comprendre. Apparemment, c'est raté.

Son spectacle tombe très mal. Depuis quelques semaines, les Allemands sont sans arrêt confrontés à la période nazie. La presse a révélé que l'acteur Hosrt Tappert - le célèbre inspecteur Derrick - avait appartenu à la Waffen-SS. Le public est choqué. La télévision a décidé de ne plus diffuser le feuilleton.

Et puis il y a l'actualité judiciaire. Au début de la semaine, dans le sud-ouest de l'Allemagne, la police a arrêté un homme de 93 ans. Elle le soupçonne d'avoir été gardien au camp d'Auschwitz. Il a été emprisonné. Il pourrait être jugé dans les prochains mois. Un autre procès est en cours : à Münich, Beate Zschäpe est jugée pour le meurtre de dix personnes, surtout des Turcs. Cette femme appartenait à un groupe néonazi. L'affaire secoue éagelement l'opinion allemande.lire le reste de l'article

jean  luc ;)

commentaire : je comprend même pas que L'on est pu monter une telle version ,je pense qu'il s'agit d'une tromperie ,la direction de l'opéra devrais être viré ,et le metteur en scène sanctionner ,la réaction du public  est juste .   jean  luc ;)

Des camps de travail en Allemagne ?
Ils sont partis à recherche de l’Eldorado, au lieu ils se sont retrouvés quasiment enfermés dans un milieu de travail qui leur rappelait « les sombres années trente ».

Le journal catalan La Vanguardia rapporte les témoignages des Espagnols au chômage partis en Bad Hersfeld, au centre de l’Allemagne, avec la promesse d’un bon contrat de travail dans le service d’emballage d’Amazon. « A un moment donné je me suis sentie comme un Juif dans un camp », explique Núria Sandoval Cardona qui y est partie travailler en octobre 2012. La situation lui a semblé incroyable puisqu’elle avait trouvé l’offre de travail à travers le programme européen de mobilité de l’emploi Eures, qui lui semblait une garantie.

Une fois arrivés, ces travailleurs migrants européens apprennent qu’ils seront embauchés par le sous-traitant Trenkwalder et sont obligés à signer un contrat qu’ils ne comprennent pas, puisqu’écrit en allemand. Ils sont logés à 20 km du lieu de travail dans un parc de loisirs dont le village le plus proche se trouve à 5 km. Pour se déplacer au travail ils doivent parfois être debout à quatre heures pour prendre une navette affrétée, tandis que la journée de travaille commence à sept heures. Ils sont surveillés en permanence par un service de sécurité privé. On leur interdit de boire d’alcool et on les informe de ce qu’ils peuvent manger et pas.

lire le reste de l'article
     
Le témoignage intégral de Núria Sandoval Cardona a été publié par Lavanguardia.com en version catalane.  jean  luc ;)


commentaire : il y a pas de camps en Allemagne ,mais le comportement irresponsable d'une firme qui exploite ses salariés ,le système du sous traitant est connus ici ,le sous traitant c'est amazone lui même ,quand au service d'ordre il semblerais qu'ils soit de la mouvance de l’extrême droite .Amazone a quelques problèmes avec un conflit sociale sur les bras ,ses méthode ont été dénoncé par les syndicats .
jean  luc ;)

L'Allemagne, pays le plus apprécié au monde, selon un sondage de la BBC .

http://s1.lemde.fr/image/2010/09/18/534x267/1412815_3_a6c8_ouverture-de-l-oktoberfest-fete-de-la-biere-a.jpg

L'Allemagne est le pays le plus apprécié au monde, selon un sondage publié jeudi par la BBC, et recueille de nombreux suffrages en Espagne et en France malgré la fermeté de la chancelière, Angela Merkel, sur l'austérité.

Selon ce sondage réalisé chaque année depuis 2005 pour le groupe audiovisuel public britannique auprès de plus de 26 000 personnes dans vingt-cinq pays, l'Allemagne arrive en tête devant quinze autres pays et l'Union européenne, 59 % des sondés jugeant son influence dans le monde "principalement positive".

Le Canada, le Royaume-Uni, le Japon (premier en 2012) et la France la suivent dans le classement. L'Iran reste à la dernière place, tandis que la Chine et l'Inde, qui ont reculé dans le classement, sont respectivement aux neuvième et douzième rangs.

POPULARITÉ EN BAISSE DE L'UNION EUROPÉENNE

Selon la BBC, l'Allemagne recueille même des résultats "très positifs" en Espagne (68 % d'opinions positives) et en France (81 % d'opinions positives), mais pas en Grèce (52 % d'opinions négatives), "malgré les affiches très médiatisées dépeignant la chancelière Angela Merkel en nazi, durant les manifestations anti-austérité en Europe". L'Allemagne est vivement critiquée, en particulier dans une Europe du Sud frappée par l'austérité et la récession, pour l'intransigeance d'Angela Merkel sur la réduction des déficits. lire le reste de l'article

jean  luc ;)

Allemagne : l'afflux de travailleurs qualifiés venus du Sud, ou comment profiter de la crise

Le marché de l'emploi allemand manque de travailleurs qualifiés. Mais heureusement, ceux des pays du Sud quittent leur terre natale, rongée par la crise, pour venir renflouer les rangs allemands.
Les jeunes diplômés sont trop rares par rapport aux emplois qualifiés à pourvoir outre-Rhin. La faiblesse démographique de l'Allemagne associée à la prospérité de son industrie confrontent le pays à un manque de main d’œuvre qualifiée. Mais parallèlement, la crise fait rage dans le sud de l'Europe, poussant au départ les diplômés sans emplois... qui trouvent refuge en Allemagne, note Slate.

Le magazine Spiegel souligne «qu'aujourd'hui les immigrants en Allemagne sont mieux formés et ont des niveaux d'éducation plus élevés que les Allemands d'origine, selon une étude menée par le chercheur Herbert Brücker pour la Bertelsmann Stiftung, un Think Tank privé». Selon cette étude, 43% des nouveaux immigrants ayant entre 15 et 65 ans ont au moins un diplôme universitaire ou technique supérieur contre seulement 26% des Allemands du même âge.

1 million de travailleurs immigrés sont entrés en Allemagne en 2012, c'est le chiffre le plus élevé depuis 1995, parmi eux, le nombre de Grecs, Espagnols, Portugais et Italiens augmente de 40%.

Cette main d’œuvre est une véritable bénédiction pour l'Allemagne, et elle va prendre une importance de plus en plsu forte avec les années. Elle pourrait aider l'Allemagne à surmonter les conséquences d'un faible renouvellement démographique.. Selon des projections gouvernementales, le nombre d'actifs potentiels devrait se réduire de 6,5 millions de personnes outre-Rhin d'ici 2025. D'autres études font état d'un manque de 2 millions de travailleurs qualifiés en 2020.
Malheureusement, l'opinion publique allemande ne réalise pas sa chance. Les Allemands restent convaincus que le profil de l'immigré moyen est celui d'un travailleur pauvre et peu qualifié, selon une autre enquête menée par l'Institut de la Recherche sur l'emploi de Nuremberg. Souvent, l'opinion considère même que cette immigration a des effets socialement et économiquement négatifs pour l'Allemagne.source
Jean  luc ;)

commentaire : L’Allemagne fait venir des salariers ultras qualifier en priorités et sélectionner sur le volet ,vous autre les expats vous le voyer bien tous les jours .on compare des chiffres qui n'ont rien avoir .Le chiffre de 26% d'allemand correspond a ceux du bac ,or en Allemagne on peut faire une formation supérieure sans passer le bac . Dans les autres pays la moyenne est de combien ?

L'Allemagne compte 1,5 million d'habitants de moins que prévu
http://md0.libe.com/photo/523156-people-walk-on-the-kurfuerstendamm-boulevard-in-berlin.jpg?modified_at=1369997158&ratio_x=03&ratio_y=02&width=476Le recensement de 2011, le premier depuis la réunification, confirme que les précédentes données datant des années 1980 n'étaient pas fiables. Le poids de l'Allemagne dans les instances européennes pourrait en pâtir.
Par AFP

L’Allemagne est toujours le pays le plus peuplé de l’Union européenne mais elle compte 1,5 million d’habitants et sensiblement moins d’étrangers qu’estimé : tels sont les principaux enseignements du premier recensement de l’Allemagne réunifiée.
Les nouveaux chiffres, publiés vendredi par l’office des statistiques Destatis, étaient attendus en baisse, mais l’ampleur de la révision a surpris. Celle-ci aura des conséquences sur nombre d’indicateurs économiques, mais aussi sur le poids du pays dans les processus de décision européens.

La population allemande a été revue à la baisse de 1,5 million de personnes, à 80,2 millions d’habitants au 9 mai 2011, contre une précédente estimation à 81,7 millions d’habitants. L’ancien chiffre, dont la fiabilité était contestée, était calculé à partir des derniers recensements qui dataient de 1987 en Allemagne de l’Ouest et 1981 en Allemagne de l’Est. Le nouveau recensement de 2011 ne révèle «aucune modification notable de la structure par âge» de la population, a souligné le président de Destatis, Roderich Egeler, lors d’une conférence de presse.

Avec une natalité en berne et 42% de la population âgée de plus de 50 ans, l’Allemagne devrait subir dans les prochaines décennies un déclin démographique que même une forte hausse du nombre d’immigrés ne pourra compenser. Le pays pourrait ne plus que compter qu’entre 65 et 70 millions d’habitants en 2060, selon des projections de Destatis.Lire le reste de l'article  jean  luc ;)

La CDU pour le plafonnement des loyers.
L'OPA de la CDU sur le programme du SPD continue. Comme les sociaux-démocrates, la CDU est désormais favorable à un plafonnement des loyers. Angela Merkel l'a annoncé lors d'une discussion téléphonique avec les adhérents de son parti:"Nous voulons également introduire dans notre programme que les loueurs ne puissent augmenter les loyers lors des nouveaux contrats que de façon limitée" a déclaré la chancelière sans donner de chiffre. La CDU dévoilera son programme exact le 24 juin.

Le parti social-démocrate (SPD)  propose qu'un propriétaire n'ait pas le droit d'augmenter les loyers de son locataire de plus de 15% en quatre ans. En cas de nouveau bail, le nouveau loyer ne devrait pas pouvoir être supérieur de plus de 10% aux loyers comparables du quartier.

Généralement, les loyers sont en Allemagne bien inférieurs à ce qu'ils sont en France. En moyenne, environ 8 euros par mètre carré et par mois à Berlin et environ 12 euros dans des villes comme Hambourg, Munich ou Dusseldorf  contre 23 euros à Paris. Mais en raison des fortes hausses ces dernières années dûes notamment à une pénurie de logements en centre-ville, le sujet est localement très sensible dans les grandes agglomérations.http://allemagne.blog.lemonde.fr/2013/06/01/la-cdu-pour-le-plafonnement-des-loyers/ 

jean  luc ;)

La biographie qui rougit la jeune Angela Merkel.
Angela Merkel n’a jamais évoqué en détail sa jeunesse en Allemagne de l’Est, sa passion pour le russe, ou encore son engagement dans les jeunesses communistes… qui sont autant de trous dans sa biographie. Dans la Première Vie d’Angela M., ouvrage consacré aux trente-cinq premières années de la chancelière, les journalistes et historiens Ralf Georg Reuth et Günther Lachmann dressent d’elle un portrait sans complaisance. «Nous pouvons prouver qu’Angela Merkel était plus proche du système de la RDA que ce qu’on savait jusqu’à présent, assure Ralf Georg Reuth dans les colonnes du Bild Zeitung. Lorsqu’elle travaillait à l’Académie des sciences de RDA, elle a occupé à partir de 1981 un poste de secrétaire des jeunesses communistes pour l’Agitation et la Propagande, ce qu’elle nie toujours. De plus, elle s’était engagée dans le syndicat maison.» En clair, Angela Merkel aurait fait plus que le service minimum patriotique et idéologique imposé à chaque citoyen désireux de faire un tant soit peu carrière.En Allemagne, cette nouvelle biographie fait bien des vagues. D’autant que Merkel refuse de se justifier. «Je ne peux que me fier à ma mémoire. Mais si quelque chose devait encore sortir, je peux vivre avec», a-t-elle notamment déclaré, niant au passage avoir eu quoi que ce soit à voir avec des activités de propagande. «Une chose est importante pour moi : je n’ai jamais rien caché. S’il y a des choses que je n’ai pas racontées, c’est parce qu’on ne me les a jamais demandées», a également déclaré la chancelière allemande.lire le reste de l'article  jean  luc ;)

En Allemagne, les employés d'Amazon se battent pour une hausse des salaires http://s1.lemde.fr/image/2013/06/04/534x267/3423422_3_e340_des-salaries-allemands-d-amazon-manifestent-le_12e8c7766443dd9531e2a7a354eee055.jpg
Ils ont bravé l'humidité froide, les averses et les menaces de crue qui se multiplient autour de Leipzig (Saxe) depuis quelques heures. Lundi 3 juin, à la mi-journée, ils sont une centaine de salariés rassemblés autour du piquet de grève devant le site local d'Amazon, le géant américain du commerce en ligne.

A côté du gigantesque bâtiment gris et jaune du centre logistique de Leipzig (75 000 m2, soit onze terrains de football), la tente dressée par le syndicat Ver.di pour abriter les grèvistes a des allures de coquille de noix. Pour se donner du courage, ils ont mis la musique à fond. "J'en ai plein le dos, j'ai les poches vides, je veux une augmentation et vite !", grésille le haut-parleur.

Quelque 2 000 salariés travaillent dans ce centre ouvert en août 2006, dont 800 en contrat à durée déterminée. Aucun n'est payé selon le tarif de branche négocié par Ver.di pour la distribution. Chez Amazon, un système de rémunération maison prévoit un salaire variable selon les sites. A Leipzig, il est de 9,30 euros de l'heure, inférieur aux 10,66 euros prévus par la convention salariale pour les Länder de l'Est.

"AMAZON REFUSE DE S'ASSEOIR À LA TABLE DES NÉGOCIATIONS"

A Bad Hersfeld, l'autre grand centre logistique du groupe, près de Francfort (3 300 salariés), on est payé 9,83 euros, contre les 12,18 euros du tarif de branche. Un avantage qui a permis à Amazon de se hisser au premier rang de la vente par correspondance, devant des concurrents bien implantés. En 2012, le groupe américain (qui a reçu 13 millions d'euros de subventions pour Leipzig) a dégagé un chiffre d'affaires de 6,5 milliards d'euros en Allemagne, dont 1,6 milliard avec les livres.lire le reste de l'article

  jean  luc ;)

PS: Il serais temps que le gouvernement allemand tape le poing sur la table ,en indiquant que les lois allemande prime sur les lois américaine ,il fraudais pour ça un "Charle de Gaulle" (avis personnel)

Allemagne: la justice ordonne l'égalité fiscale pour les couples homosexuels.

La Cour constitutionnelle allemande, plus haute instance judiciaire du pays, a réclamé jeudi un alignement du régime fiscal des couples de même sexe sur celui des hétérosexuels.

La cour de Karlsruhe (ouest) a jugé anticonstitutionnelle la différence de traitement fiscal basée sur l'orientation sexuelle.

Depuis 2001, les couples homosexuels peuvent officialiser leur union en Allemagne en passant un "contrat de communauté de vie". Ce contrat accordait des droits similaires à ceux du mariage, sauf en matière fiscale et pour l'adoption.

Avec le jugement de Karlsruhe, le législateur doit modifier rétroactivement à partir de 2001 cette partie de la fiscalité.

Le mariage homosexuel n'existe pas en tant que tel en Allemagne car il nécessiterait une modification de la Loi fondamentale de 1949, qui fait office de constitution dans ce pays.

Parmi tous les partis représentés au Bundestag --chambre basse du parlement allemand, seuls les conservateurs de la chancelière Angela Merkel (CDU et sa branche bavaroise CSU) étaient opposés à cet alignement du régime fiscal des couples homosexuels sur celui des hétérosexuels.http://www.rtl.be/info/monde/europe/1008083/allemagne-la-justice-ordonne-l-egalite-fiscale-pour-les-couples-homosexuels  jean  luc ;)

Allemagne : comment la réforme du marché du travail renvoie les femmes à la maison
L’Allemagne, sa compétitivité, sa flexibilité, sa capacité à réformer son marché du travail… Et ses femmes que l’on rend dépendantes économiquement à vie de leurs maris, renvoyées, de fait, au foyer. Car une Allemande sur deux travaille à temps partiel, dont 4,5 millions dans le cadre d’un « minijob » : ces boulots payés moins de 450 euros, qui n’ouvrent aucun droit ou presque. Un divorce, un mari au chômage ou décédé, et c’est la pauvreté. Le modèle allemand, un modèle d’avenir ?
http://www.bastamag.net/local/cache-vignettes/L520xH293/arton3104-7873e.jpg
« Pour notre service de soins à domicile à Essen nous recherchons un/une aide aux personnes âgées », annonce cette entreprise allemande sur le site de l’Agence fédérale pour l’emploi (Arbeitsagentur), l’équivalent en Allemagne de Pôle emploi. En plus d’une formation spécifique de trois ans, elle demande au candidat d’être flexible, autonome et engagé dans son travail, et, si possible, d’avoir déjà acquis une expérience et d’être titulaire d’un permis de conduire. Tout cela pour… 400 euros par mois, sans préciser le volume horaire ! « Une embauche en temps partiel ou temps plein n’est pas exclue », laisse miroiter l’annonce. Cette offre est en fait celle d’un « minijob », une forme d’emploi précaire qui a explosé en Allemagne depuis la première loi, dite Hartz, de dérégulation du marché du travail il y a dix ans. Des minijobs qui touchent particulièrement les femmes.

Des jobs payés en dessous des bas salaires

Les lois Hartz, ce sont ces réformes adoptées par le gouvernement social-démocrate et vert de Gerhard Schröder et entrées en vigueur entre 2003 et 2005. Vantées par l’Élysée comme par la droite néolibérale de ce côté-ci du Rhin, leur bilan est très controversé en Allemagne. Les défenseurs des lois Hartz assurent qu’elles ont permis de lutter contre le chômage et de relancer l’emploi. La réalité est bien moins rose, surtout pour les femmes.

« La situation des femmes sur le marché du travail s’est détériorée avec les réformes Hartz, en premier lieu à cause de la loi qui a facilité les minijobs », estime Ursula Engelen-Kefer, ancienne vice-présidente de la Fédération syndicale allemande DGB. Ces minijobs existent depuis longtemps, mais étaient limités à une activité de 15 heures de travail par semaine maximum, rémunérée 325 euros par mois. La première loi a levé la limite horaire et augmenté le plafond salarial à 400 euros (passé à 450 euros cette année).lire le reste de l'article  jean  luc ;)

En Allemagne, tous les profs d'université sont devenus femmes .
http://media.terrafemina.net/articles/L/26856.jpg
À l'Université de Leipzig, en Allemagne, l'ensemble du corps enseignant – hommes et femmes – est désormais appelé « professeures » au féminin. À l'origine de cette étonnante initiative se trouve un professeur qui voulait plus de lisibilité dans les textes officiels de l'université.


Vous avez du mal à vous faire à la féminisation de certains noms de professions ? Une professeure, une doctoresse, une écrivaine vous semblent étrangement inesthétiques ? À l'Université de Leipzig pourtant, les professeurs ont tranché : ils seront tous désormais des « professeures » au féminin, ou « Professorin » en allemand.

Monsieur la professeure

Ce n'est pas pour la parité, mais pour simplifier la lisibilité des textes officiels de l'université que Josef Käs, professeur de chimie, a proposé que tous les professeurs voient leur titre féminisé. Dans un article du quotidien Tagesspiegel et rapporté par Le Courrier International, Josef Käs explique qu'il a tout simplement cherché à rendre plus clair les transcriptions entre « Professor/-in » (professeur/-e au singulier) et Professor/-innen (professeur/-es avec singulier pour les hommes et féminin pluriel pour les femmes), qui portaient à confusion et entraînaient d'interminables discussions sur l'orthographe la plus juste à adopter.
Toutefois, précise-t-il, utiliser dans l'avenir la forme féminine de « Professor » « fut une décision spontanée sans objectifs politiques ».

Cette modification, qui ne s'appliquera en réalité que dans les textes officiels et non à la vie de l'université, semble en tout cas avoir fait des émules : l'Université libre de Berlin (FU Berlin) envisage elle aussi d'utiliser le terme « Professorin » pour se référer aux deux sexes.
Et si cette réforme est modérément appréciée par les étudiants (une page Facebook a été ouverte pour réclamer la démission de la présidente de l'Université de Leipzig), elle reste toutefois « un acte symbolique qui pourrait contribuer à relancer le débat sur le genre dans les universités allemandes », analyse le Tagesspiegel.
http://www.terrafemina.com/societe/inte … emmes.html
Jean  luc ;)


PS: je trouve ça vraiment ridicule comment nos enfants s'y retrouvent t'il avec des gens pareille .

Eglises : vive les bas salaires, non au droit de grève

Une guerre de tranchées oppose depuis quelques années le syndicat des services Verdi et les tribunaux allemands du travail aux Eglises catholique et protestante. Grâce à la complaisance des administrations et du monde politique, ces dernières ont réussi à créer au fil des ans un espace où le droit du travail est quotidiennement bafoué. Le droit de faire grève, par exemple, n’est toujours pas reconnu aux 935 000 salariés qui travaillent pour les Eglises, essentiellement dans le secteur des services sociaux et de la santé. Quant aux syndicats chrétiens, ils sont adeptes du dumping salarial, quand les tribunaux ne les stoppent pas comme c’est heureusement de plus en plus souvent le cas.


Le dumping salarial, une spécialité des syndicats chrétiens

Le 11 juin dernier, un jugement du Tribunal fédéral du travail mettait hors d’état de nuire le petit syndicat chrétien de la santé et des services sociaux Medsonet. « A aucun moment, il n’a été en état de mener des négociations collectives », constate le jugement qui précise qu’avec seulement 7000 adhérents, Medsonet ne représente que 0,32 % des salariés du secteur. Cette absence totale de représentativité n’a pourtant jamais empêché ce syndicat de négocier de multiples accords collectifs très avantageux pour les patrons de divers établissements du secteur de la santé. Dans son jugement, le tribunal a annulé tous ces accords. Il a aussi interdit qu’à l’avenir cette organisation, membre de la petite Confédération des syndicats chrétiens (CGB), puisse mener une négociation collective.

Le cas Medsonet est représentatif de la stratégie des syndicats chrétiens en Allemagne, mais aussi de la philosophie très libérale des Eglises allemandes par rapport au travail. Avec l’explosion d’un secteur de bas salaires outre-Rhin, principalement dans le secteur des services, ces petites formations syndicales ont joué la carte du dumping salarial pour séduire les patrons et se développer. Ce qui s’est passé dans le secteur de l’intérim ces dernières années est un cas d’école. Juste après la libéralisation de l’intérim en 2003, les syndicats de la CGB se sont réunis pour créer l’Union de négociation des syndicats chrétiens pour l’Intérim (CGZP). Cette dernière s’est empressée de signer des accords collectifs de branche avec plusieurs fédérations du secteur. Le tout, avec des salaires inférieurs à 7 euros de l’heure. Il a fallu que des intérimaires, soutenu par Verdi, portent plainte pour que les tribunaux du travail invalident ces accords signés pour près de 280 000 intérimaires, alors même que la CGZP n’a jamais pu prouver qu’elle regroupait plus de 1300 adhérents !
lire le reste de L'article  jean  luc ;)

Échec scolaire : comment l'Allemagne a réformé son système
En 2001, la publication de la première étude PISA faisait l'effet d'un choc outre-Rhin, classant les lycéens allemands en bas de tableau par rapport à l'ensemble des pays de l'OCDE. Un vaste programme de réformes a permis d'enrayer ces mauvais résultats.
Publicité

L'Allemagne a connu un véritable «choc éducatif» en 2001 avec la publication des résultats de la première étude PISA. Un élève allemand âgé de 15 ans sur quatre ne savait ni lire ni écrire correctement. Les résultats des lycéens allemand en mathématiques et en sciences étaient en dessous de la moyenne des pays de l'OCDE… Un comble au pays de Goethe et Schiller qui était alors classé en 22e position sur 32. Fière de sa culture, l'Allemagne découvrait que son système éducatif modèle ne l'était pas.

Les ministres en charge de l'Éducation des seize Länder allemands réagirent de façon quasi hystérique à ce constat. Et ils décidèrent d'un vaste programme de réformes visant à améliorer le système éducatif. Douze ans plus tard, de nets progrès ont été réalisés, bien que certaines difficultés demeurent, liées notamment aux disparités dans les programmes selon les Länder. Les adolescents allemands ont rattrapé leur retard et se sont classés dans le premier tiers des études PISA ces trois dernières années.lire le reste de l'articlelire le reste de l'article  jean  luc ;)

Allemagne: les retraités de plus en plus actifs de gré ou de force
http://md0.libe.com/photo/528750-un-employe-effectue-des-reglages-sur-une-chaine-de-montage-de-voitures-le-5-fevrier-2013-dans-une-us.jpg?modified_at=1371623709&ratio_x=03&ratio_y=02&width=476«Vous savez, je n’ai pas de loisirs. Si je travaille encore, c’est pour payer mon assurance maladie privée», explique Werner Neumann, gardien de parking à Berlin qui, comme un million de retraités Allemands, travaille pour arrondir ses fins de mois.

Cet homme de 74 ans, à l’aspect encore solide, malgré sa barbe et ses cheveux courts tous blancs, a pris sa retraite il y a onze ans, après une carrière d’artisan indépendant.

La moitié de sa retraite de «quelques centaines d’euros» --il préfère ne pas préciser-- passe dans une couverture maladie privée.

Il enchaîne depuis 2002 les «minijobs», des contrats précaires, dont les revenus sont plafonnés à 450 euros par mois et dispensés le plus souvent de charges sociales.

Depuis cinq ans, il place les voitures dans un parking non loin de la Potsdamer Platz, au cœur de la capitale allemande, et encaisse les deux euros de l’heure dont doivent s’acquitter les automobilistes. Pour 24 heures de travail hebdomadaires, réparties sur deux jours dans la semaine, il touche 400 euros net, soit un peu moins de 4 euros de l’heure.

«Cela me permet aussi de m’occuper. Je travaille volontiers, j’aime bien l’idée d’avoir encore des choses à faire deux jours par semaine», précise-t-il.lire le reste de l'article  jean  luc ;)

50 ans de migration marocaine en Allemagne
Des http://www.libe.ma/photo/art/default/5627461-8393516.jpg?v=1371717534bâtisseurs de ponts entre les mondes
La présidente du «Réseau des compétences germano-marocain (DMK)», Soraya Moket a déclaré que «l’année 2013 marque le 50ème anniversaire de la signature de l’accord de recrutement entre le Royaume du Maroc et la République fédérale d’Allemagne». En effet, au cours du demi-siècle dernier, plusieurs milliers de travailleurs marocains sont venus s’installer en Allemagne.
Les 25 et 26 juin auront lieu des festivités officielles  avec des responsables  marocains et allemands.
Soraya Moket précise :«Aujourd’hui, environ 180.000 citoyens d’origine marocaine vivent en Allemagne. La plupart d’entre eux vivent en Rhénanie du Nord-Westphalie et en Hesse. Les femmes ne font pas exception. Elles ont jadis immigré en tant que travailleuses, mères, épouses mais aussi pour étudier. Aujourd’hui, elles représentent 42% des citoyens d’origine marocaine en Allemagne».
Et la présidente de poursuivre : «Qu’ils soient travailleurs non qualifiés ou professeurs d’universités, les Marocains issus de l’immigration sont représentés dans tous les milieux sociaux. Ils fournissent une contribution sociale et économique importante aussi bien à leur pays d’origine, le Maroc, qu’à l’Allemagne».
Que s’est-il passé durant ces 50 années? Qu’en est-il de la coexistence entre les Allemands et les Marocains aujourd’hui? Quel rôle joue la migration marocaine dans le développement social et économique des deux pays? Quel est son impact sur le développement d’une coopération étroite dans les domaines politique et économique? Les migrants sont-ils vraiment des bâtisseurs de ponts entre les deux pays? Autant de questions qui interpellent responsables et spécialistes sur la situation  des Marocains résidant en Allemagne.
Toujours, selon la présidente : «Les 50 ans de la migration entre l’Allemagne et le Maroc seront célébrés, dans le cadre de la cérémonie, avec la présence de personnalités éminentes du monde de la politique, de la science, de la coopération internationale, de l’économie, du social et de l’intégration».
«A cette occasion, des discours et un débat seront organisés pour rendre hommage aux immigrants marocains pour leur contribution au développement social de leur pays», a-t-elle précisé.
L’anniversaire du  50ème anniversaire  sera organisé par le «Réseau des compétences germano-marocain (DMK)», le «Centre pour la migration internationale et le développement (CIM)», le groupe de travail de la société allemande pour la coopération internationale (GIZ) et la centrale des étrangers (ZAV) de l’agence fédérale pour l’emploi (BA). Participeront du côté marocain : le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger, l’ambassade du Maroc en République Fédérale d’Allemagne, la Fondation Hassan II pour les MRE et la Banque Chaabi en Allemagne. http://www.libe.ma/50-ans-de-migration- … 39349.html  jean luc  ;)

Dumping social : va y avoir du porc !http://md0.libe.com/photo/469365-pigs-are-seen-standing-in-a-pen-at-a-farm-near-brussels.jpg?modified_at=1371854334&ratio_x=03&ratio_y=02&width=476
Destabilisée par l’exploitation, en Allemagne, de travailleurs de l’Est sous-payés, la filière porcine française craint pour son avenir. Hollande et des députés PS s’emparent du sujet.
Par LILIAN ALEMAGNA

Elle avait hanté le référendum de 2005 sur la Constitution européenne. La voilà qui risque d’animer, en pleine récession, la campagne des élections européennes de mai 2014. La directive Bolkestein sur les services, et sa grande sœur de 1996, sur les «travailleurs détachés», sont de retour, accusées de favoriser le dumping social entre pays de l’UE. En particulier dans l’agroalimentaire. Les abattoirs français, en très grande difficulté, attribuent leurs malheurs au dumping social de leurs concurrents allemands, qui abusent de la directive pour sous-payer des ouvriers venus de l’Est.

Jeudi, François Hollande s’en est ému. Dans son discours d’ouverture de la conférence sociale, le chef de l’Etat a expliqué qu’il ne pouvait «pas accepter qu’il puisse y avoir, au nom de cette directive, des concurrences faussées qui détruisent de l’emploi en France». Ni qu’on puisse «utiliser […] le malheur d’un certain nombre de pays pour faire venir des travailleurs européens en les payant à des niveaux qui ne sont pas raisonnables». Il a promis de porter les questions de salaire minimum et «l’organisation d’une harmonisation fiscale en Europe», jeudi et vendredi, en Conseil européen. Un premier pas. Depuis plusieurs mois, des parlementaires s’alarment. Après le «mythe du plombier polonais», écrit le sénateur (PCF) Eric Bocquet dans un rapport parlementaire, c’est «le spectre du maçon portugais ou de l’ouvrier agricole roumain» qui plane. «Cette directive était un progrès : avant 1996, c’était la jungle absolue, explique l’élu. Mais depuis la crise et la course à la réduction des coûts, elle est contournée sans arrêt.» lire le reste .  jean luc ;)

Virée parce qu'elle dénonce un pédophile .
http://www.slate.fr/sites/default/files/imagecache/blognews-picture/polizei.jpg
Le client est roi dans le petit magasin de photos où travaillait Sara Dahlem jusqu'à l'an dernier. C'est ce qu'a dû penser cette jeune Allemande de 24 ans résidant à Krefeld, une petite ville située dans les environs de Düsseldorf, après avoir prévenu son chef qu'elle avait repéré des images pédophiles parmi les fichiers photos d'un client. Celui-ci n'a eu aucune réaction, rapporte le quotidien Die Welt. Sara Dahlem lui a alors demandé si elle devait prévenir la police. Son employeur a refusé.

Quand elle passe rapidement en revue la clef USB contenant un millier de photos numériques déposée un peu plus tôt par le client, elle découvre avec effroi, au milieu de banales photos de famille, plusieurs photos sur lesquelles on voit deux enfants nus, certaines avec des gros plans sur leurs parties génitales.
Comme elle l'explique au Westdeutsche Zeitung:

    «Je me sentais vraiment mal, j'avais mal au ventre.»

La nuit, pétrie de remords de ne pas avoir prévenu la police, elle n'arrive pas à trouver le sommeil. Dès le lendemain, elle se rend au commissariat avec une copie des fichiers photo et donne le nom de l'auteur présumé des clichés. Quand les enquêteurs se rendent ensuite dans le magasin de photos pour s'entretenir avec le propriétaire, celui-ci se montre tout à coup très préoccupé par la gravité des faits. Mais une fois les policiers partis, il appelle la jeune femme et lui explique que la police considère l'affaire comme anodine. Troublée, l'employée contacte à nouveau les enquêteurs et apprend que bien au contraire, l'affaire est prise très au sérieux.

Mais la jeune femme n'est pas au bout de sa surprise. Quand elle se rend au magasin le jour suivant, son employeur lui tend sa lettre de licenciement. Pire, sur l'attestation destinée à l'agence de recherche d'emploi, il note qu'elle a volé des données et brisé la confiance qu'il avait en elle, comme elle l'explique au Westdeutsche Zeitung:

    «Mon chef considérait qu'il n'y avait plus de collaboration en toute confiance. Moyennant quoi il avait naturellement raison.»
lire le reste de l'article


jean  luc ;)

commantaires : cet articles met en lumière  la toutes puissance patronale ,et la complicité de la justice du travail qui travail en symbiose avec le syndicat des patrons ,moralité de l'histoire ,elle aurais du rien dire ,tant pis si des gosses payent pour ça  ,j'ai déjas dénoncer cette justice de classe dans 85% des cas les salariers sont débouté.   

Elections en Allemagne: naufrage programmé pour le SPD?
Début d'été morose pour le parti social démocrate allemand SPD. Mauvais sondages, moral en berne, la victoire aux élections du 22 septembre prochain semble impossible face à une Angela Merkel plus forte que jamais. http://www.lexpress.fr/medias/4880/2498685.jpgA trois mois des élections, Martin ne cache pas son découragement. Ce jeune militant du SPD se trouvait récemment au siège de son parti à Berlin: "je n'y remettrai plus les pieds, soupire-t-il agacé. Ils passent leur temps à se bouffer le nez. On n'a pas besoin de ça en ce moment !" A moins de 90 jours des législatives allemandes, on voit mal en effet comment le principal parti d'opposition pourrait s'imposer face une chancelière qui caracole en tête dans les sondages: si Angela Merkel était élue au suffrage direct par ses compatriotes -en Allemagne, ce sont les députés qui désignent le chef du gouvernement- elle aurait 38 points d'avance sur son concurrent Peer Steinbrück. Et avec environ 43% d'intentions de vote, la CDU conservatrice vole de record en record, devant un SPD enlisé dans ses conflits internes et ses erreurs de stratégie -seuls 26% voteraient pour lui le 22 septembre prochain. Le naufrage semble programmé.

    Le SPD a un problème de candidat et d'identité

Le parti social-démocrate allemand a d'abord un problème de candidat: désigné en septembre, Peer Steinbrück, ancien ministre des finances de Merkel lors de la "grande coalition" CDU/SPD (2005-2009), devait apporter une alternative crédible à la ligne libérale défendue par la chancelière. Brillant orateur, classé à la droite de son parti, il devait séduire l'électorat du centre. Mais ses premiers pas dans la campagne se sont avérés catastrophiques. Député fantôme au Bundestag, Steinbrück a eu du mal justifier ses activités de conférencier grassement payé. De plus, il a multiplié les "bourdes" -en déclarant par exemple que le salaire du chancelier en Allemagne était insuffisant ou en traitant publiquement Silvio Berlusconi de "clown". Son impulsivité est jugée par beaucoup comme peu compatibles avec les qualités d'un futur chef d'état.   lire le reste de l'article  jean  luc ;)

Allemagne: les adversaires de Merkel promettent de créer un salaire minimum
A l’approche des élections législatives de septembre prochain, les sociaux-démocrates et les écologistes allemands ont voulu frapper les esprits. Ce jeudi, il se sont engagés à créer un salaire minimum généralisé de 8,50 euros par heure en cas de victoire. http://www.bfmtv.com/i/580/290/639516.jpg

Vingt pays de l’Union européenne sur 27 possèdent un salaire minimum légal et généralisé. L’Allemagne ne fait pas partie de ceux-là: les partenaires sociaux ont la possibilité de fixer eux-mêmes un salaire minimum, région par région et secteur par secteur. Une situation qui a pour conséquence l'existence d'un grand nombre de travailleurs pauvres d’après les Sociaux-démocrates (SPD) et les écologistes, principaux adversaires de la chancelière Angela Merkel.

Ce jeudi, à deux mois et demi des législatives, le SPD et les Verts en ont fait un argument de campagne, promettant de créer un salaire minimum généralisé de 8,50 euros par heure en cas de victoire.
Rétablir la justice sociale et relancer la consommation

Le leader social-démocrate (SPD) Peer Steinbrück a plaidé pour cette mesure au nom de la justice sociale, ajoutant que l'Allemagne ne ferait ainsi que se conformer à une pratique généralisée dans l'Union européenne, tout en dopant sa demande intérieure.

La chef de file des écologistes Katrin Göring-Eckhardt a rappelé que 6,8 millions d'Allemands gagnent moins de 7 euros de l'heure, faisant de l'Allemagne l'un des pays avec le plus fort taux de travailleurs pauvres, derrière certains pays d'Europe de l'est. lire le reste  jean  luc ;)

Ps: un smic oui ,mais négocier par les acteurs sociaux ,et non par l'état trop mauvais gestionnaire

La double nationalité en débat http://www.dw.de/image/0,,16931171_303,00.jpg
Tout étranger vivant en Allemagne et qui désire obtenir la citoyenneté allemande perd son passeport d'origine. Ainsi le veut la législation allemande. Théoriquement, du moins.

En effet il existe des exceptions et parfois aussi des mesures contradictoires. Selon l'opposition social démocate et verte, comme pour le partenaire de la coalition gouvernementale actuelle, le parti libéral FDP, une harmonisation, une simplification des règlements, devrait revenir sur l'agenda politique allemand après les élections législatives de septembre prochain en vue d'une reconnaissance officielle de la double nationalité.

Les "Gastarbeiter"

Jusqu'il y a quelques années encore, l'Allemagne ne se considérait pas elle-même comme un pays d'immigration. Cela bien que depuis les années 60, la République Fédérale ait attiré ceux qu'elle appelait les „Gastarbeiter“, les „ouvriers invités“.

En majorité des Turcs, mais aussi des Italiens ou des Yougoslaves. Les responsables politiques allemands pensaient que ces invités retourneraient un jour dans leur pays d'origine. Or la grande majorité est restée en Allemagne, leurs enfants et petits-enfants sont nés ici.
 

Aujourd'hui, malgré cet apport, les démographes affirment que l'Allemagne vieillit et -fait inquiétant- que les personnels qualifiés étrangers évitent l'Allemagne, lui préférant des pays plus accueillants, tel le Canada, l'Australie ou les Etats-Unis. Aussi Serkan Tören, Député allemand d'origine turque du parti libéral FDP plaide pour la double nationalité :

« Quand on est en situation de concurrence avec de tels états pour attirer les meilleurs cerveaux, on doit prendre des mesures incitatives. Ainsi dans les pays classiques d'immigration, on peut obtenir la citoyenneté après peu de temps tout en gardant même sa nationalité d'origine. Si l'Allemagne n'agit pas pour se rendre attrayante pour les personnels qualifiés, elle en subira les conséquences...» lire le reste de l'article

jean  luc ;)

A la recherche de milliers de places en crèchehttp://www.courrierinternational.com/files/imagecache/article/2013/07/1607-Allemagne-SDRALEVICH.jpg
Longtemps réfractaire à la prise en charge des enfants en bas âge dans les institutions sociales, l'Allemagne tente de rattraper son retard.

L'objectif de 780 000 places en crèche ou auprès d'assistantes maternelles fixé par le gouvernement pour le 1er août n'est pas loin d'être atteint. Si l'on en croit les données avancées par le ministère de la Famille, le pays disposait déjà de 711 917 places au 1er juillet. Une prouesse puisque l'Office fédéral des statistiques n'en dénombrait que 579 000 au 1er mars dernier.

“La bataille des chiffres est engagée”, souligne la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), et le ministère n'a pas d'argument convaincant pour expliquer le grand écart entre les deux estimations. Quoi qu'il en soit, poursuit la FAZ, il restera encore deux problèmes de fond : assurer la qualité du service avec un personnel compétent et mettre en place un système de garderie pour les enfants du primaire qui sortent de l'école en fin de matinée.

L'Etat, les Länder (régions) et les communes devront trouver une solution au cours de la prochaine législature… s'ils ne veulent pas déclencher la colère des parents. http://www.courrierinternational.com/br … -en-creche .  jean  luc ;)

Le pays où les emplois sont précaires

Être au chômage est donc devenu beaucoup plus difficile. Lorsque les prestations sociales prennent fin, au bout d’un an, les chômeurs ne perçoivent qu’une très maigre compensation.

L’Agence du travail examine les finances des chômeurs et exige des preuves constantes que les bénéficiaires des prestations sociales sont bien à la recherche d’un emploi. « Les gens sont gardés sous contrôle très strict », explique Wiebke Rockhoff pour Diakonie, l’organisme de protection sociale des Églises protestantes d’Allemagne. « Cela atteint la dignité humaine. »

Ils sont également nombreux à avoir un emploi faiblement rémunéré. L’absence de salaire minimum oblige les travailleurs à compléter leur revenu grâce aux prestations sociales.

« Dans la grande distribution, qui est fortement dominée par les femmes, de nombreux employeurs utilise les « mini-jobs » pour permettre une plus grande flexibilité de leur personnel », explique Wiebke Rockhoff. « Si le salaire n’est pas assez élevé, ils leur disent alors de faire appel aux prestations sociales. »

La dérèglementation finalement a rendu le statut des travailleurs plus précaires. La moitié de tous les nouveaux postes sont des contrats à court terme. Même dans les milieux universitaires, les médias et autres secteurs spécialisés, les employeurs peuvent embaucher de nouveaux salariés sur une base d’un an.
Un système à deux vitesses

Les employeurs ont également de plus en plus recours aux agences de travail par intérim afin d’embaucher des salariés beaucoup plus flexibles. « Les entreprises utilisent cela pour faire pression sur leurs employés », explique Fabian Lindner de l’Institut de politique macroéconomique. « Ils expliquent qu’ils peuvent vous licencier et vous réengager par l’intermédiaire d’une agence d’intérim. »

La pression a contribué à maintenir des salaires bas : l’Allemagne est le seul membre de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) où les salaires réels ont chuté au cours de la dernière décennie. Cela a accru la compétitivité des exportations allemandes mais a affaibli la demande intérieure.

Le résultat a été un système à deux niveaux, où une partie de la population active a bénéficié d’une bonne protection sociale et d’un bon marché de l’emploi, tandis que l’autre partie doit faire avec moins de sécurité et des emplois généralement moins bien payés.

Et si la crise de l’euro continue à ralentir le rouleau compresseur économique de l’Allemagne, le chômage pourrait bien devenir de nouveau un problème.lire" target="_blank" rel="nofollow ugc">http://www.jolpress.com/article/interna … .html]lire le début de l'article .
jean  luc ;)

Ps : je suis d'accord avec la conclusion de cet article . C'est l’effondrement de la natalités en Allemagne qui est la cause  de l'amélioration du chômage ,l'Allemagne a perdu 1 000 000 d'habitants ,donc un millions de chômeurs en moins . lisez l'article au complet ,il est très bien écrit

Allemagne: l'emploi augmente dans les services publics
Le nombre d'emplois dans les services publics a augmenté en Allemagne pour atteindre 4,62 millions à la mi-2012, en raison de créations de postes dans l'éducation et la jeunesse, selon l'Office fédéral des statistiques (Destatis).
Cela représente une augmentation dans le secteur public de 14.400 emplois (+0,3%) sur un an, a souligné Destatis dans un communiqué publié jeudi.
Confronté à une démographie en déclin rapide, qui se traduit par un manque de jeunes arrivant sur le marché du travail, l'Allemagne investit notamment dans l'éducation et dans la petite enfance.
Ainsi, les principales créations d'emplois dans les services publics concernent les écoles supérieures (+12.700) et les structures de gardes d'enfants (+9.200).
En revanche, la réforme des armées a entraîné une baisse des effectifs dans le domaine de la défense, selon Destatis.
En 2008, une loi avait été votée pour établir à partir du 1er août 2013 un droit à une place garantie en crèche ou chez une assistante maternelle pour tout enfant de un à trois ans dont les parents le souhaitent. Elle a entraîné la création de nombreuses structures d'accueil par les communes, avec l'espoir de relancer une natalité parmi les plus faibles au monde (1,3 enfant par femme en Allemagne).

Copyright © 2010 AFP. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) (dépêches, logo) sont protégées pas des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune des informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploité commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. http://www.lesechos.fr/economie-politiq … 587579.php 

jean  luc ;)

http://cdn3.myeurop.info/sites/default/files/imagecache/article_thumbnail/media/images/banania.jpg


A la gare de Schwäbisch Gmünd, des demandeurs d'asile portaient depuis lundi les valises des passagers de la Deutsche Bahn, pour 1,05 euros de l'heure. Suite à de multiples plaintes dénonçant des pratiques proches du colonialisme, la municipalité les a renvoyés dans leur foyer d'accueil.

250 demandeurs d'asile sont installés à Schwäbisch Gmünd, petite ville allemande du Bade-Wurtemberg, dans un foyer d'hébergement collectif. Depuis des années, nombre d'entre eux mettent la main à la pâte en aidant les personnes handicapées ou en tant qu'aide-soignant pour les seniors.

Depuis lundi, la municipalité employait 9 demandeurs d'asile volontaires, venus du Nigeria, du Pakistan ou encore du Cameroun, pour porter les valises des passagers de la Deutsche Bahn. Le but affiché de l'opération était de faciliter leur intégration.

Problème: la loi allemande autorise la rémunération des demandeurs d'asile à 1,05 euros de l'heure au maximum. Une gratification de misère qui soulève l'indignation. Face à l'ampleur de l'affaire, la Deutsche Bahn a mis fin au projet.
"Facilitons leur intégration dans la vie de tous les jours"

La gare de Schwäbisch Gmünd est en travaux jusqu'en 2014. Pour accéder aux voies, pas d'autres choix que d'emprunter de grands escaliers de métal. Un vrai parcours du combattant pour les passagers les plus âgées ou les familles nombreuses. C'est pour remédier au problème que la ville et la compagnie ferroviaire allemande ont fait appel lundi à des demandeurs d'asile. Un projet qui faisait semble-t-il l'unanimité, puisque tous s'extasiaient de concert dans le journal local:

    c'est une idée géniale".

Répartis en deux équipes, les demandeurs d'asile portaient les bagages des voyageurs de 6h15 du matin à 18h. En sus d'une gratification maximale de 1,05 euros de l'heure, le porte-parole de la ville, Markus Herrmann, avouait compter sur des pourboires généreux, donc sur le bon vouloir des passagers. Pour lui:

    Il faut que le gouvernement fédéral donne la liberté aux communes d'augmenter leur salaires. Ça faciliterait leur intégration dans la vie de tous les jours."

Selon Hermann, la municipalité n'a donc rien à se reprocher puisqu'elle ne faisait qu'appliquer la loi. Selon le maire chrétien démocrate, "ces gens vivent chez nous et nous devons nous en occuper". D'ailleurs, preuve de la bonne volonté de la ville, le ticket du bus pour se rendre à la gare était pris en charge et, comble du luxe, les travailleurs avaient accès à des boissons fraîches et pouvaient même disposer des toilettes de la gare, selon le Spiegel.
"Dans le meilleur des cas du colonialisme, au pire de l'esclavage"

Dans les jours qui ont suivi, nombre de personnes ont commenté le site internet de la commune pour faire entendre leur mécontentement. "Personne ne se demande vraiment ce qui pousse 'volontairement' un homme à faire ce travail par 30 degrés?", interroge un internaute sur la page facebook de la ville. Une autre de dénoncer: "ça rappelle 'dans le meilleur des cas' le colonialisme, au pire la pratique de l'esclavage".

Le site de gauche Junge Welt parle d'

    un nouveau degré de racisme et de dumping salarial".

Sans aller aussi loin, force est de constater que certaines images interpellent. Pour illustrer son article, die Zeit expose une photo où les travailleurs posent en souriant. Avec leur polo rouge et leur chapeau de paille en guise d'uniforme, on ne peut en effet s'empêcher de faire le lien avec la période coloniale, commente le quotidien allemand. A cela s'ajoute la construction d'une cabane improvisée sur le quai de la gare, afin de les protéger du soleil.

Face au tollé provoqué par l'affaire, un communiqué provenant des locaux de l'entreprise à Stuttgart a affirmé ne pas cautionner l'initiative.

    La Deutsche Bahn vient seulement de prendre connaissances des conditions de travail [des demandeurs d'asile]"

a commenté mercredi la société ferroviaire allemande, avant de mettre fin au projet. Un volte face bien rapide, alors que le manager de la gare, Dieter Maier, était présent lundi au lancement de l'opération.

De son côté, le porte-parole de la ville, loin de se confondre en excuses, persiste et signe: 

    La critique est proprement injuste",

soutient-il. Selon lui, même le foyer d'accueil des demandeurs d'asile avait donné son aval. "La plupart des demandeurs d'asile avec qui je me suis entretenu ont déclaré que le pire c'était l'inactivité. J'ai beaucoup appris à leurs côtés, ils m'ont offert énormément". Là-dessus, on ne trouvera personne pour le contredire...lire le reste de l'article  jean  luc ;)

Allemagne: bonne santé des petits brasseurs dans un secteur en berne http://www.leparisien.fr/images/2013/07/30/3018283_8b1de4b5486d7f3d34d8e305b2e68886f3d731f2_640x280.jpg
La mousse devient compacte et brunâtre, le breuvage doré s'alcoolise doucement. En pleine Bavière, le château Au-Hallertau prend le temps de parfaire sa bière, comme les nombreuses brasseries artisanales qui prospèrent dans un secteur en difficulté.
En seulement deux semaines, sa dernière création, une bière fortement houblonnée, s'est trouvée en rupture de stock, se réjouit Michael Beck von Peccoz, sixième génération de brasseurs, dans l'imposante demeure familiale située à 60 km de Munich.

Une gageure quand on sait qu'en Allemagne la consommation de bière par personne, désormais de 107 litres par an, baisse d'année en année. En cause, le vieillissement de la population, le goût croissant des jeunes pour d'autres boissons, l'habitude perdue de s'attabler des heures autour d'une bière fraîche...
Pourtant, malgré une guerre des prix sans merci, le nombre de brasseries augmente: les grosses fusionnent entre elles mais les petites se multiplient, surfant sur un engouement pour les bières originales.
"Les petites brasseries peuvent offrir de la variété. Elles sont plus flexibles", explique Jürgen Solkowski, qui a rénové en 2003 une métairie en ruine du château de Cecilienhof, à Potsdam (nord-est), dans la vieille tradition des restaurateurs brassant leur bière sur place. Sur la terrasse bucolique de la brasserie "Meierei im Neuen Garten" avec vue sur lac, une bière différente est à savourer chaque mois.
Fabrication "top secret", boisson rendue "sexy", inspirations venues d'ailleurs... Les petits brasseurs revendiquent qualité et originalité. Qui souvent se paient. Jusqu'à 50% plus cher que ce qu'on appelle en allemand "les bières de télévision", reconnaît Erich von Lobkowicz, patron de la brasserie Maxlrain, au sud de Munich, tout en vantant "les nombreuses nuances de goût" d'une bonne bière. lire le reste de l'article  jean  luc ;)

Small is beautifull

sebast59 :

Small is beautifull

petite ,mais fin ,á 30 km de chez moi ,il y a une une petite brasserie ,mais la bière est excellente ,elle est servit uniquement dans le resto ,óu cet brasserie se trouve .jean  luc ;)

Allemagne : « la prime au fourneau » passe mal
http://www.marianne.net/photo/art/default/972056-1150944.jpg?v=1375292595
En Allemagne la « prime au fourneau » entre en vigueur le 1er août. Cette dénomination  montre combien la nouvelle allocation familiale est loin de faire l’unanimité outre-Rhin. Angela Merkel elle-même n’était pas favorable à cette réforme. Pourtant, elle a cédé face aux conservateurs Bavarois de la CSU. Un moyen pour la chancelière, candidate à sa succession de rassembler son camp en proie à des dissensions.


Ainsi les parents d’enfant âgés de moins de trois ans qui renoncent aux services d’une crèche se voient allouer une prime de 100 euros par mois et par enfant. Elle sera de 150 euros à partir de 2014. Kristina Schröder, ministre de la famille, la présente comme « une reconnaissance pour [ceux] qui ont choisi d’être d’abord parent. » Pourtant, 60% des Allemands rejettent la mesure. Katrin Göring-Eckardt, tête de liste des écologistes dénonce « un retour à la politique familiale des années 1950. »


Pour contrebalancer sa décision, la Chancelière a soutenu la construction de milliers de garderies ouvre aux familles le droit de porter plainte quand elles ne trouvent pas de place. Mais pour l’opposition, cette mesure est un non sens. Il manque 160 000 places dans les jardins d’enfants et des milliers d’éducateurs pour en assurer la prise en charge. Comment combler cette carence avec 1,2 milliard d’euros désormais affecté à la nouvelle prime parentale ? lire le reste de l'article  jean  luc ;)

PS. moi je me marre ,100€ par mois pour élever son enfant. je crois pas que les femmes arrêterons de travailler pour si peu ,celle qui toucherons cet prime c'est qu'elle aurais de toutes façon arrêter de travailler . si les entreprises ont peur que les femme retourne aux fourneaux ,elle n'ont qu'a investir dans des structures d'accueil pour les enfants de leurs employées,en plus les femmes referons des enfants ,le problèmes de main d’œuvre seras résolu dans 20 ans . le système des trois KKK  a voler en éclats depuis longtemps Cet contre vérité mériter d'être signaler jean  luc ;)

C'est étonnant qu'au pays du consensus social, ils n'arrivent pas à mettre en place une politique familliale se rapprochant de celles de la france. Certes, le modéle familliale français est loin d'être parfait, et les hommes ne sont pas sans reproche, vis à vis des femmes qui ont 2 métiers, un au boulot et un à la maison, mais j'ai entendu à la télé qu'en allemagne, on peut prendre toutes les mesures que l'on veut, il y a un probléme de mentalité notamment vis à vis des rabenmutters. Et je crois que les entreprises allemandes ne veulent pas que l'on touche à leur magot et rejette le probléme sur l'état allemand, qui, rigeur oblige, préfére sacrifié son avenir plutôt que d'investir. Merci Mr Hollande d'encourager les jeunes français à s'expatrier.
Au passage, Jean Luc, remet ton chapeau, tu vas prendre un coup de soleil.

sebast59 :

il y a un probléme de mentalité notamment vis à vis des rabenmutters. 
Au passage, Jean Luc, remet ton chapeau, tu vas prendre un coup de soleil.

les mentalités changent ,pour les rabenmutters ,il y a encore les vieilles personne qui radotent que dans leurs temps ,etc,etc,etc, ou de plus jeunes ,mais qui ont pas d'enfants . Laisser les enfants dans une structure coûte cher ,moins de 3 ans 400 € par mois ,pour le primaire environs 200€ par mois .Dans beaucoup de famille le salaire de la femme est devenue une nécessité surtout chez les employés ,et ouvriers ,il est pas rare que des enfants de 10 ans restent seul à la maison ,car les parents n'ont pas les moyens de payer surtout chez les immigrés  ,moi j'ai pu arrêter car ma femme a un salaire confortable . La différence on la voir au niveau scolaire quand les enfants sont seul à la maison ,leurs niveau est plus faible que les autres enfants dont les parents ont les moyens pour que l'un des deux s'arrête,ou pour payer une structure . Plus le niveaux sociale des parents est élever plus les enfants aurons un niveaux scolaire élever  La seule solution est de créer des structures qui soit pris en charge par la société ,pour aider les familles ,mais là on se heurte aux vieux qui font la guerre aux famille (implanter une crèche dans un quartier de vieux peut être une gageure pour la ville ,Berlin on a fait l'expérience),ou la résistance des gens sans enfants qui pensent que ça coûte toujours trop cher pour eux .  jean  luc ;)

Allemagne : La Gauche veut s'allier au SPD et aux Verts
A sept semaines des législatives en Allemagne, Die Linke (La Gauche) a appelé dimanche les sociaux-démocrates du SPD et les Verts à une alliance électorale, seule façon selon elle de chasser du pouvoir les conservateurs.

La plupart des dirigeants du SPD et des Verts, en désaccord avec Die Linke sur de nombreux points, excluent un tel partenariat au niveau national, même si des collaborations se font déja dans certains Länder.

Gregor Gysi, président du groupe Die Linke au Bundestag, a accordé dimanche une série d'interviews pour inciter le SPD à cesser son ostracisme vis-à-vis de sa formation, issue de l'ancien Parti communiste de RDA.

"Je ne vois pas ce qui empêcherait Die Linke de faire partie un jour d'un gouvernement en Allemagne", estime ainsi Gregor Gysi dans les colonnes du Bild am Sonntag.

Le journal publie dimanche un sondage qui montre qu'une coalition SPD-Verts-Die Linke est créditée de 46% des intentions de vote, un point devant l'alliance de centre-droit constituée de la CDU d'Angela Merkel, de la CSU bavaroise et des libéraux du FDP.

Le SPD est à 25%, 15 points derrière la CDU/CSU. Les Verts recueillent 13%, Die Linke huit pour cent et le FDP cinq pour cent, juste au-dessus du seuil nécessaire à une représentation parlementaire.

PASSÉ COMMUNISTE

"Le SPD doit comprendre que, sans nous, il ne décrochera pas la chancellerie", juge Gregor Gysi, qui ne cache pas à titre personnel son intérêt pour le poste de ministre des Affaires étrangères dans un gouvernement de gauche élargi.

Le SPD et les verts se méfient du passé communiste de Die Linke, qui prône en outre la suppression de l'Otan et qui refuse de conditionner l'aide aux pays de l'Union européenne en difficulté financière à des réformes structurelles.lire le reste de l'article 
jean  luc ;)

Des gares non desservies faute de personnel en Allemagne
http://s1.lemde.fr/image/2007/11/14/534x267/978020_3_6ff3_la-deutsche-bahn-a-reduit-la-desserte-de-la_9033ce5304f0b7c8b728d236c218bf78.jpg
Les chemins de fer allemands sont fortement critiqués, vendredi 9 août, pour avoir réduit la desserte de la région de Mayence en invoquant le manque de personnel, en vacances ou malade.

Furieux, le ministre des transports, Peter Ramsauer, a téléphoné vendredi au patron de la Deutsche Bahn, Rüdiger Grube. Il lui a demandé "de trouver toutes les solutions possibles pour rétablir un trafic normal", a indiqué une porte-parole du ministère. Mercredi déjà, le secrétaire d'Etat aux transports, Michael Odenwald, avait adressé une lettre à la Deutsche Bahn, suggérant de "rappeler au travail des salariés en vacances" pour rétablir la situation, selon une copie de la missive obtenue par l'AFP.

PERSONNEL MALADE OU EN VACANCES

"Ce chaos montre une fois de plus que la Deutsche Bahn économise sur le dos de ses clients [...]. Un bon patron des chemins de fer irait jusqu'à porter ses voyageurs dans ses bras", a dénoncé Anton Hofreiter, le président du comité des transports du Bundestag, la chambre basse du Parlement, sur le site en ligne du quotidien Handelsblatt.

La Deutsche Bahn avait annoncé jeudi qu'elle était contrainte de réduire considérablement, à partir du 12 août, la desserte régionale en semaine autour de Mayence (sud-ouest), à 50 km de Francfort, en raison de son personnel malade en pleine période de vacances. De nombreux trains de grandes lignes seront en outre détournés vers d'autres gares.lire le reste de l'article

jean  luc ;)

PS: je confirme le problème ,le manque de personnel excite dans toute l'Allemagne et pas seulement à Mayence . C'est le résultat de la politique mener par la deutchbahn et la coalisions CDU-FDP actuelle .le ministre en question aurais du démissionner ,car il est aussi responsable que le PDG de la deutchbahn .Ce scandale arrive un mois avant les législatives de 2013,d'ou ça réaction .

Le mariage homo à l'église en Allemagne
Un mariage homosexuel a pour la première fois été célébré dans une église protestante en Allemagne et officiellement enregistré comme tel, a affirmé la radio régionale publique de Hesse dimanche. Pour la première fois en Allemagne, l'union entre Rüdiger et Christoph Zimmermann a été inscrite dans le registre des mariages de l'église, a précisé la radio sur son site Internet. Les deux hommes, déjà unis civilement par un "contrat de communauté de vie", se sont dit "oui" dans une église protestante de Seligenstadt, près de Francfort, selon des images également diffusées par la chaîne publique ARD.

En juin, l'Église protestante de la région de Hesse et Nassau avait annoncé son intention d'officialiser les mariages entre personnes de même sexe et de les inscrire dans le registre religieux des unions. Depuis plus de dix ans, les couples homosexuels pouvaient déjà bénéficier d'une bénédiction lors d'un office dans cette région.

Le mariage civil homosexuel n'existe pas en tant que tel en Allemagne mais les couples homosexuels peuvent officialiser leur union depuis 2001 en passant un "contrat de communauté de vie", qui accorde des droits similaires à ceux du mariage, sauf en matière fiscale et pour l'adoption. La justice allemande a en outre ordonné en juin l'égalité fiscale pour les couples homosexuels.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/ … emagne.php  voir la  vidéo de la cérémonie 

  jean  luc :/

En Allemagne, le marché du travail s'américanise


La libéralisation du marché du travail entamée sous Schröder a entraîné la paupérisation des travailleurs allemands dont beaucoup cumulent deux emplois.
http://www.lepoint.fr/images/2013/08/12/sipa-1802228-jpg_1637667.JPGC'est un phénomène qui se confirme d'année en année : l'américanisation du marché allemand du travail. En d'autres termes, en outre-Rhin, près de 2,66 millions de personnes cumulent deux emplois afin de pouvoir boucler leurs fins de mois. Ce chiffre a augmenté de 2,3 % en un an, selon les données de l'Agence fédérale de l'emploi (BA) obtenues par la députée d'extrême gauche Sabine Zimmermann et publiées dans le quotidien Freie Presse. Près de 9,1 % de la population active dans "l'économie la plus puissante de la zone euro" travaillent ainsi pour deux employeurs différents contre 4,3 % il y a tout juste dix ans.

Ces chiffres montrent à quel point la situation des employés les moins rémunérés s'est dégradée en république fédérale lors de la dernière décennie. L'Institut allemand de recherche économique (DIW) a ainsi calculé que le salaire moyen outre-Rhin avait chuté de 4,2 % depuis 2003. Une chute à laquelle échappent les plus riches : une personne gagnant l'équivalent de 1 290 euros en l'an 2000 a ainsi perdu 242 euros de revenu mensuel dix ans plus tard, alors qu'un cadre touchant 5 368 euros a dans le même temps perçu une... augmentation de 113 euros. En 1998, la moitié la plus pauvre de la population possédait 4 % de l'ensemble des richesses détenues dans le pays contre à peine 1 % aujourd'hui.
"Mini-job" et emplois assistés

Cette dégringolade est bien plus rapide que celle enregistrée dans le reste de l'Union européenne. L'Allemagne est ainsi devenue le second pays en Europe - derrière la Lituanie - qui compte la proportion la plus importante de travailleurs pauvres. Près de 25 % de la population active, soit environ 7 millions de personnes, gagnent moins des deux tiers du salaire moyen national qui atteint 9,54 euros bruts de l'heure, selon l'Institut de recherche sur le marché du travail et les professions de Nuremberg (IAB). Dans des pays comme la Belgique, le Danemark ou la Finlande, cette proportion d'employés sous-payés ne dépasse pas 10 %. Cette étude rappelle aussi les énormes différences de revenus versés dans les différents pays de l'UE. Ainsi, au Danemark, le salaire horaire moyen s'élève à 15,80 euros alors qu'il ne dépasse pas 1,08 euro en Bulgarie.lire le reste de l'article  jean  luc ;)

Allemagne : la campagne du SPD est jugée faible, même au sein du parti http://s2.lemde.fr/image/2013/08/16/534x0/3462550_5_950b_peer-steinbruck-le-president-du-spd-lors-d-un_7dcb11a75831d4831855a4b58e2240b7.jpg
A cinq semaines des élections législatives du 22 septembre en Allemagne, le Parti social-démocrate (SPD) ne pouvait laisser passer une telle occasion. Créé en 1863, le SPD va une nouvelle fois fêter ses 150 ans les 17 et 18 août. Après une première cérémonie à Leipzig le 23 mai, les sociaux-démocrates organisent, ce week-end au coeur de Berlin, une grande fête populaire.
Des discours, des concerts, des débats, des lectures pour enfants... Il y en aura pour tous les goûts. Quelque 250 000 personnes sont attendues. Moment fort de cette fête baptisée "Open Air Festival" : le discours que doit prononcer Peer Steinbrück, le rival social-démocrate d'Angela Merkel, samedi après-midi, devant la porte de Brandebourg.

Les dirigeants sociaux-démocrates espèrent qu'une telle manifestation leur permettra de réduire un peu l'écart qui sépare M. Steinbrück de Mme Merkel. Depuis des mois, les sondages se suivent et se ressemblent : 40 % des Allemands s'apprêteraient à voter pour la CDU et environ 23 % pour le SPD. Côté popularité, c'est encore pire. Si les Allemands élisaient leur chancelier au suffrage universel direct, Angela Merkel recueillerait 55 % des suffrages contre à peine 21 % pour son challenger.

L'ancien ministre des finances (2005-2009) ne parvient pas à combler son retard, particulièrement important dans l'électorat féminin et dans l'ex-Allemagne de l'Est. Entré en campagne avec un profil réformiste propre à séduire l'électorat centriste, Peer Steinbrück a au contraire ancré sa campagne à gauche pour convaincre l'électorat traditionnel du SPD. Résultat : son image est brouillée et sa campagne patine.lire le reste de l'article  jean  luc ;)

Nouvelle discussion