discussions et réflexions sur l' Allemagne

Berlin, un leader incertain
Que fera l'Allemagne de sa puissance ?, s'interroge Serge Sur, rédacteur en chef de la revue Questions internationales. Citée en modèle lors de la présidentielle française, l'Allemagne d'Angela Merkel brandit avec fierté ses résultats économiques. Et pourtant, poursuit-il, si Berlin cultive aujourd'hui son jardin, qu'en sera-t-il demain ? A la lecture de ce dossier sur les défis de la puissance allemande, une conclusion ressort : l'Allemagne est pétrie d'ambivalences et ses contradictions nourrissent l'inquiétude. Si elle est un modèle d'équilibre entre passé mouvementé et stabilité politique, entre pouvoir économique et progrès social, entre identité nationale et aspiration supranationale, ces trois balancements cachent une triple limite. Limite démographique : le vieillissement de la population n'hypothèque-t-il pas l'avenir du pays ? Limite culturelle : intégration ou communautarisation des immigrés ? Limite politique : comment franchir le seuil de la politique mondiale sans puissance militaire ni siège permanent au Conseil de sécurité de l'ONU ?lire le reste

Les Allemands ne savent plus être heureux

46% des Allemands se disent de plus en plus incapables de profiter de quoi que ce soit dans la vie, en raison du stress quotidien et du sentiment d’être toujours joignable, de ne jamais décrocher. C’est ce que montre une étude réalisée par un institut de recherches marketing, Rheingold.

Le Spiegel, qui rapporte cette étude, souligne:

    «Qu’il s’agisse de nourriture, d’alcool, de vacances ou d’une simple relaxation, les Allemands n’ont apparemment plus le loisir d’apprécier quoi que ce soit. D’ailleurs, ils ne peuvent même plus se détendre quand il font l’amour. Selon les chercheurs, la réalité est la suivante: "notre gène de la joie est de plus en plus défecteux –nous avons oublié comment nous amuser"»
lire la suite.
jean  luc ;)

avec le D-mark ,on serais les plus heureux ,mais voilà depuis qu'on a l’euro ,et que nous somme associer aux pays du club MED ,on a la poisse. voila ce que pensent les allemands.

Allemagne: pic de production de renouvelables, les réseaux inquiètent
Le rythme d'expansion des réseaux électriques faisait débat en Allemagne lundi, alors que le pays pourrait connaître en ce jour férié, et pour la première fois de son histoire, quelques heures de production "100% renouvelables".

Le président de l'Agence des réseaux, qui supervise entre autres les réseaux électriques du pays, et le chef de file des députés Verts ont tous les deux déploré le développement "trop lent" de nouveaux réseaux, alors que le poids grandissant des renouvelables dans la production d'électricité et la perspective de l'abandon du nucléaire rendent indispensable une expansion de ceux-ci.

Le développement des réseaux "va trop lentement", a déclaré au journal berlinois taz daté de mardi Jochen Homann, président du régulateur, selon des extraits diffusés à l'avance de l'interview.
lire le reste

jean  luc ;)

Le retard est du á la multiplication des actions contre les lignes électriques á haute tension ,sous le prétexte que ça détruit leurs paysages ,peut leur importe si derrière eux des millions de gens sont sans courant ,le plus triste ils se disent écolo

France-Allemagne : pourquoi François Hollande a une chance historique de changer l'Europe

Une fois n'est pas coutume, le couple franco-allemand a été l'un des thèmes structurants du débat présidentiel français. Débat caricatural, souvent caricaturé, comme en témoigne la re-floraison du concept de "germanophobie", qui fit la une de l'actualité à l'automne dernier. L'analogie que des responsables français autant que la Süddeutsche Zeitung faisaient alors entre la politique européenne d'Angela Merkel et celle du chancelier Bismarck met le doigt sur l'origine des tensions actuelles. L'Allemagne voulant désormais s'affirmer comme acteur diplomatique à part entière, elle remet en cause ce faisant un échange tacite de bons procédés qui fondait jusqu'alors la relation franco-allemande. L'Allemagne mettant alors à disposition son modèle économique, la France offrant en contrepartie sa diplomatie. Tensions d'autant plus vives que la politique économique utilisée comme instrument de cette puissance se fonde sur des choix nuisibles pour le reste de l'Europe.lire le reste

jean  luc ;)

L’Allemagne sans immigrés : “un scénario d’horreur !”

BERLIN (NOVOpress) — Souvenez vous. Ils nous avaient fait le coup de la Journée sans immigrés, suscitant par là même bien des espoirs déçus : pourquoi pas la semaine, le mois ?
Les xénophiles ne manquent pas d’imagination et voici sous le plumeau — à ce stade de dépoussiérage de clichés, il n’est plus guère question de plume — des journalistes Pitt von Bebenburg et Matthias Thieme « L’Allemagne sans immigrés » : un scénario d’horreur. Synopsis.

Pas besoin d’accessoires désuets type petite moustache. Rien que d’évoquer l’influence grandissante de partis populistes de droite aux orateurs charismatiques — que ceux qui ont le charisme d’une huitre s’abstiennent ! — et l’on a déjà clairement identifié les méchants de cette intrigue haletante.

Au moins 30% de la population du pays ressent la présence des étrangers comme pesante, voire gênante, et leur départ ne se ferait guère remarquer à l’Est où ils ne représentent que 2% des habitants. Mais il en va tout autrement à l’Ouest et généralement dans les grands centres urbains : ils seraient 11,2% en Hesse, 11,9 dans le Bade-Wurtemberg et même 25,1% à Francfort-sur-le-Main. Les couples sur le départ emmèneraient bien sûr leurs enfants nés en Allemagne, et le pays y perdrait non seulement 9 millions d’habitants, mais aussi une grande partie de sa jeunesse. Près d’un étranger sur cinq est né en Allemagne, et plus d’un demi million d’entre eux y fréquentent les écoles. Et voilà que déjà se profile le spectre de salles de classe désertes…

lire le reste de l'article

jean  luc ;)

La crise, l'Allemagne et l'exemple des années 1930
Pour ne pas revivre les années 1930, il faudrait que l'Allemagne accepte d'être hégémonique.

Pourquoi, plus de trois ans après son surgissement, les Européens n'arrivent-ils toujours pas à résoudre la crise des dettes souveraines? Qu'est-ce qui cloche dans les plans successifs? Qu'est-ce qui manque? Comment se fait-il que le sauvetage des banques espagnoles, largement dimensionné pourtant, ne convainc pas les marchés financiers au-delà de quelques heures? Pourquoi, en somme, les Européens sont-ils incapables de rétablir la confiance ?

Il y a bien sûr beaucoup de réponses techniques. Les plans européens ont toujours péché par leurs retards, par leurs conceptions alambiquées, par leurs imprécisions, et le plus souvent par une mise en oeuvre ralentie par les agendas politiques. Tout cela est juste.

Mais l'essentiel n'est pas là. L'essentiel est à Berlin. Si la crise perdure sans fin, il faut en chercher les causes dans la vision qu'a l'Allemagne de la solidarité européenne et, en définitive, dans ce qu'elle croit être son rôle au sein du grand conflit qui marque notre époque en crise, celui qui oppose les marchés et les Etats.

La lecture de Charles Kindleberger, le grand historien de la crise de 1929, est à cet égard lumineuse. Comme le disent les économistes américains Bradford DeLong et Barry Eichengreen, qui font la préface d'une nouvelle édition, la comparaison de la crise actuelle avec celle des années 1930 est «de plus en plus terrifiante».

Kindleberger explique d'abord que les marchés financiers peuvent être pris de panique et devenir durablement irrationnels: il devient très difficile de les rassurer. Il montre ensuite qu'un petit pays peut déstabiliser des grands ensembles par effet de contagion. En 1931, la crise part en Europe de Vienne pour se propager en Allemagne puis à Londres et de là partout. Aujourd'hui, la Grèce qui pèse moins de 3% du PIB européen menace l'eurozone dans son existence.

Comment arrêter une panique contagieuse? Par l'hégémonie bienveillante du pays leader. Kindleberger explique la Grande Dépression par l'absence d'hégémonie. Avant 1914, la Grande-Bretagne était la garante du système mondial, après 1945, les Etats-Unis prendront le relais, mais en 1929, c'est l'entre-deux.

    «La Grande-Bretagne ne pouvait plus et les Etats-Unis pas encore. Chaque pays décide alors de protéger ses intérêts propres. L'intérêt commun mondial tombe à l'eau et les intérêts de chacun suivent.» lire le reste de l'article

jean  luc ;)

VIDEO. Une prime pour les mères au foyer crée un tollé en Allemagne

Pour contrer la baisse de la natalité en Allemagne, le gouvernement Merkel va faire voter une allocation de 100 euros destinée aux mères qui restent à la maison pour garder les enfants. C'est la "prime au fourneau", lancent les femmes et des responsables de la petite enfance qui refusent la proposition de la ministre de la Famille. voir la vidéo


  jean  luc ;)

ce n'est pas cet prime ridicule de 100€ qui va faire remonter la natalités . En 2013 ,la loi oblige les länder et les communes a prendre tous les enfants de moins de 3ans,aujourd’hui seulement 25%des enfants ont une place .
une seule solution l’astreinte  de 1000€ par mois et par enfants n'ayant trouver de place, aux länder et communes qui respecte pas la loi.

Succès pour la carte de crédit «Karl Marx» dans l'est de l'Allemagne

Deux décennies après la chute du mur de Berlin, certains habitants de l’est de l’Allemagne gardent encore des images de Karl Marx dans leur poche. Celui-ci ne figure plus sur les billets de 100 marks comme à l’époque de l’URSS, mais sur des cartes de crédit créées par la banque Sparkasse à Chemnitz, qui avait organisé un vote pour permettre à ses clients de choisir parmi dix motifs différents.

Résultat: plus d’un tiers des clients de la banque à Chemnitz, ville anciennement connue cous le nom de Karl-Marx-Stadt, ont choisi la carte avec l’image d’un buste en bronze du philosophe du XIXe siècle, a déclaré Roger Wirtz, porte-parole de la banque, à Reuters. Le visage de Marx y figure aux côtés du logo Mastercard.lire le reste

jean  luc ;)

moi aussi ,je regrette le D-Mark

Allemagne : la circoncision "religieuse" interdite ?
Dans un jugement qui devrait faire jurisprudence en Allemagne, le tribunal de grande instance de Cologne a estimé mardi que "le corps d'un enfant était modifié durablement et de manière irréparable par la circoncision". "Cette modification est contraire à l'intérêt de l'enfant qui doit décider plus tard par lui même de son appartenance religieuse. Le droit d'un enfant à son intégrité physique prime sur le droit des parents", affirme le tribunal.

     

"Les droits des parents en matière d'éducation et de liberté religieuse ne sont pas bafoués s'ils attendent que l'enfant soit en mesure de décider d'une circoncision comme signe visible d'appartenance à l'islam", poursuit le tribunal, qui n'interdit cependant pas l'acte à des fins médicales.

Problème avec un généraliste

La justice avait été saisie du cas d'un médecin généraliste de Cologne qui avait circoncis un petit garçon de 4 ans à la demande de ses parents musulmans. Or quelques jours après l'intervention, l'enfant avait dû être admis aux urgences pour des saignements. Le parquet de la ville avait alors engagé des poursuites contre le médecin.

Ce dernier avait été relaxé en première instance puis en appel, le tribunal arguant du fait qu'à l'époque des faits il n'était pas en mesure de déterminer s'il agissait illégalement. "L'erreur (du médecin) était inévitable", la littérature juridique livrant jusqu'à présent des réponses différentes, selon le jugement du tribunal de Cologne. lire le reste de l'article

jean  luc ;)

Pourquoi Angela Merkel peut se permettre d'être inflexible



Vue de l'étranger, Angela Merkel peut sembler affaiblie par plusieurs revers électoraux. En réalité, les appels de la chancelière allemande à la discipline et à la responsabilité au sein de la zone euro font l'unanimité en Allemagne.

Qui est le plus fort? Un président français, appuyé par un parti qui dispose d'une majorité absolue au Parlement, ou une chancelière allemande obligée, pour gouverner, de composer en permanence avec son opposition? Un François Hollande disposant de nombreux alliés en Europe, ou une Angela Merkel isolée et honnie, dans de nombreuses capitales, en raison de son inflexibilité? Lequel des deux est le mieux à même d'imposer ses vues à Bruxelles? Si l'on en croit ce qui se chuchote à Paris, Merkel n'aurait plus les moyens d'avancer ses pions: trop faible politiquement dans son pays et en position défensive sur la scène européenne, elle serait engluée à Berlin, à la recherche d'une dynamique de succès qui aurait changé de camp.

Vu d'Allemagne, une telle analyse est plus proche de la caricature que de la réalité. Certes, après sept années au pouvoir et à quinze mois des élections, la chancelière a perdu de sa superbe. Les conservateurs de son parti, la CDU, ont subi une longue série de défaites électorales régionales retentissantes.  lire le reste de l'article

jean  luc ;)

L'Allemagne abaisse sa prévision de déficit public à 0,5% pour 2012

Le ministère allemand des Finances a annoncé mercredi que le déficit public du pays serait vraisemblablement d'environ 0,5% cette année, moitié moins qu'une précédente prévision de 1%.

Ce pronostic plus optimiste est imputable à "une bonne situation économique dans son ensemble et surtout une bonne tenue du marché du travail", explique le ministère dans un communiqué. L'an dernier le déficit était de 1% du Produit intérieur brut (PIB).

Les grands partenaires européens de l'Allemagne sont loin de faire aussi bien. La France a confirmé mercredi s'attendre à un déficit public de 4,5% du PIB, le président du Conseil italien Mario Monti a relevé la prévision pour son pays à 2%, contre 1,3% précédemment.

La conjoncture allemande a beau montrer quelques signes d'essoufflement, le marché du travail est toujours au beau fixe, avec un taux de chômage de 6,6% en juin. Cela se traduit par des recettes fiscales en hausse et des dépenses de prestations sociales en baisse, et profite aussi bien au budget de l'Etat que des communes, qui supportent une partie de l'indemnisation des chômeurs.lire le reste de l'article

jean  luc ;)

Pour rappel ,la France c'est 5% fin 2012

En Allemagne, les pirates ne font plus rire personne .

Quand Gerwald Claus-Brunner a débarqué à l'assemblée plénière du Parlement de Berlin en salopette orange, keffieh palestinien noué sur la nuque façon pirate, les costumes-cravates l'ont d'abord regardé comme une bête curieuse. On se serait cru trente ans plus tôt, quand Joschka Fischer se pointa au Bundestag en baskets, gage que les Verts fraîchement élus allaient dépoussiérer la scène politique allemande.

«La seule chose que nous avons en commun avec les Verts à leurs débuts, c'est que nous voulons changer le système, nous prônons la démocratie participative, ce qu'ils ont relativement vite abandonné», estime celui que la presse a vite fait de surnommer «le pirate en salopette». Cet électrotechnicien de 39 ans occupe l'un des quinze sièges que les pirates ont remporté au Parlement de Berlin il y a six mois, après avoir obtenu 8,9% des suffrages aux élections régionales. Il est entré sur le tard en politique, trois ans auparavant, parce qu'avant de rencontrer les pirates il ne se reconnaissait pas dans les partis traditionnels.lire le reste de l'article

   jean  luc ;)

Qui est mauvais élève de l'Union européenne?

Combien coûte la classe politique chez trois de nos voisins européens: Royaume-Uni, Italie et Allemagne. Passage en revue. Un royaume à deux vitesses

C'est l'avantage des monarchies. Le faste y est réservé au souverain, pas à son Premier ministre. Le visiteur du 10 Downing Street est toujours surpris par la simplicité de cette maison de ville au hall en carrelage noir et blanc. Le chef du gouvernement voyage sur un vol commercial ou en train. Les dépenses du gouvernement sont consultables sur Internet, après un délai de six mois.

Par ailleurs, avant même d'annoncer son vaste plan de réduction des dépenses publiques, David Cameron, à peine élu en 2010, a annoncé une baisse de 5% des traitements des ministres et leur gel consécutif pendant cinq ans. Le Premier ministre touche 142 500 livres par an (179 595 euros), les autres en reçoivent 134 565 (169 598 euros).

La reine est à meilleure fortune. Grâce à un nouveau mode de calcul, les revenus de la Couronne devraient augmenter de 20% en 2013, pour s'établir à 36 millions de livres par an. Le prince Charles, lui, a déjà vu sa dotation publique augmenter de 11% cette année. La faute au mariage de William et à de nombreux voyages à l'étranger, "d'une vraie valeur pour notre pays", selon le gouvernement.

lire le reste

jean  luc ;)

Moralitée : plus tu enfonce le pays ,plus tu gagne de l'argent ,ça me rappelle étrangement l’histoire des grandes banque ,avec les parachutes dorée de leurs dirigeants 

Des places de parking réservées aux hommes en Allemagne .

Réservées aux hommes ! La décision de n'accorder le stationnement sur deux places d'un parking sous-terrain qu'aux confucteurs de sexe masculin a été prise par le maire de la ville de Triberg en Allemagne. La cause ? La manœuvre y serait plus compliquée, parce qu’elles ne sont pas rectangulaires et coincées entre un mur et une colonne. Cette mesure contribue à renforcer les clichés sur la conduite féminine.

Dans l'interview qu'il accorde au Spiegel, des raisons de sécurité sont mises en avant. Pourtant, une étude de janvier dernier montre que les femmes sont meilleures que les hommes pour se garer. A cette question du journaliste, le maire de Triberg répond “qu’il n’a pas pour habitude de croire les études“.
http://www.atlantico.fr/atlantico-light … 21745.html


jean  luc ;)                                                    Alors mesdames qu' en dictent vous ? 

Dans la famille indignés, je demande… les vieux !
Jamais auparavant Renate Kelling n'avait squatté quoi que ce soit. Cette première semaine de juillet était pour elle une première. Elle a 77 ans. Comment a-t-elle dormi ? "J'ai eu un sommeil très agité, j'ai dû prendre un somnifère." Le bruit, une nouvelle chambre, les autres occupants, tout cela était très inhabituel pour elle. "J'ai vraiment dû prendre sur moi."

A ses heures perdues, Renate Kelling fait du sport avec les autres seniors. Au temps de la République démocratique allemande (RDA), elle était professeur de mathématiques et de dessin technique, une matière qui a disparu des programmes scolaires après la chute du Mur. Le sport lui réussit. Elle fait dix ans de moins que son âge, arbore un teint hâlé. A dire vrai, elle est plus heureuse aujourd'hui. Même si là, tout de suite, elle a "la rage au ventre, pour être franche". Elle confie : "Après tout, nous venons de RDA, et en RDA, tout ne tournait pas autour de l'argent."lire le reste

jean  luc ;)

Les tatouages nazis d'un baryton russe font polémique en Allemagne
Les tatouages nazis du chanteur russe Evgueni Nikitine continuaient de troubler le monde musical allemand, l'opéra de Munich fustigeant lundi les organisateurs de Bayreuth pour l'avoir chassé du festival Wagnérien.

"Sur l'histoire de Nikitine, je vois d'abord plus un problème de Bayreuth et de la famille Wagner que du chanteur", a déclaré à l'AFP le directeur du Bayerische Staatsoper, Nikolaus Bachler, confirmant ses propos au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung.

"Je trouve cela particulièrement hypocrite que la bêtise d'un chanteur de rock de 16 ans, qui a entre-temps depuis longtemps regretté cela et a essayé de le réparer, soit puni, justement par la famille Wagner", a-t-il continué.

M. Bachler faisait référence aux liens du Festival qui a lieu chaque année dans la petite bourgade bavaroise de Bayreuth avec les hauts dignitaires de la dictature nazie. Adolf Hitler y était un invité régulier et s'y laissait fêter. Richard Wagner, musicien génial et antisémite notoire (1813-1883), était son compositeur préféré.lire le reste

    jean  luc ;)

Trafic d’organes au Kosovo : un nouveau scandale éclate en Allemagne

Selon l’hebdomadaire allemand, deux facteurs favorisent le trafic d’organes : la demande mondiale est forte à cause du vieillissement de la population et les techniques médicales permettent de pratiquer des transplantations dans le monde entier, dans des conditions d’hygiène très simples à garantir.

Dans le cas de la clinique Medicus, Manfred Beer, un urologue allemand renommé, aurait investi près de trois millions d’euros. Il connaissait bien son confrère kosovar Lufti Dervishi, pour l’avoir hébergé durant la guerre du Kosovo. À son retour au Kosovo, Dervishi lui aurait proposait de l’aider à ouvrir une clinique moderne à Pristina et à trouver des chirurgiens qui pourraient louer les salles d’opération de manière à rentabiliser son investissement.lire la suite

  jean  luc ;)

la Cour Suprême accorde l'égalité fiscale aux couples homosexuels

Le Tribunal constitutionnel a rendu sa décision mercredi. Les couples homosexuels enregistrés en "union civile", l'intitulé légal en allemand pour des relations similaires au mariage, en ce qui concerne les droits de mutation doivent être égaux avec les couples hétérosexuels, d'après un communiqué de presse.

Historiquement, le parti chrétien-démocratique d'Angela Merkel s'est toujours montré opposé à une telle mesure. L'Union civile pour les couples homosexuel existe depuis 2001 en Allemagne. Lundi, 13 députés de la coalition d'Angela Merkel (CDU - chrétiens démocrates) avaient appelé le parti à étendre les droits homosexuels.

Désaccords au sein de la coalition d'Angela Merkel

La ministre de la famille, Kristina Schröder (CDU) a soutenu la démarche qui survient "au bon moment". "Dans les couples homosexuels, les gens prennent des responsabilités de long-terme envers l'autre. Ils vivent avec des valeurs conservatrices" a-t-elle déclarée au journal allemand Süddeutsche Zeitung. Dans l'opposition le SPD (sociaux démocrates - gauche) a également salué l'initiative avec les Verts. lire le reste de l'article

jean  luc ;)

Westerwelle prône l'idée d'un référendum sur l'Europe

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, s'est prononcé pour la tenue d'un référendum en Allemagne sur la Constitution européenne, dans un entretien à l'hebdomadaire dominical allemand Bild am Sonntag. "J'espère que nous aurons une véritable constitution européenne sur laquelle il y aura aussi un référendum", a dit Guido Westerwelle, membre du petit parti libéral (FDP) de la coalition gouvernementale allemande.

Une idée favorisée également par le président de la CSU, branche bavaroise des chrétiens-démocrates de la chancelière allemande Angela Merkel, Horst Seehofer, dans un entretien à l'hebdomadaire allemand dominical Welt am Sonntag. "Je vois trois domaines où l'on devrait interroger le peuple allemand. Premièrement : lors d'un transfert de compétences essentielles vers Bruxelles. Deuxièmement : lors de l'adhésion de nouveaux États à l'Union européenne. Troisièmement : sur les aides financières allemandes aux autres pays", a dit Seehofer.lire le reste de l'articlelire le reste de l'article

jean  luc ;)

commentaires: la constitution ne permet pas le référendum sauf pour les cas extrêmes modification des frontières,et une nouvelle constitution ,poser une question par référendum sur l'Europe ,c'est   la certitude d'avoir une réponse négative et ce quelque soit la question poser ,sauf une seule qui a des chances de gagner "est ce que la Gréce doit quitter la zone euros ,la réponse seras oui á 70 %

Allemagne : après des années d'exil, les Allemands de l'Est reviennent en ex-RDA

Près de 23 ans après la chute du Mur de Berlin, les Allemands de l'Est, partis en masse en quête d'une vie meilleure à l'Ouest, commencent à rentrer chez eux, motivés par un marché de l'emploi plus fringant et l'envie de retrouver leurs racines.

En quête de "défis professionnels", Victoria Salomon, décoratrice florale, quitte Halle, en ex-RDA, au début des années 2000. Cette ville à 200 km au sud-ouest de Berlin compte alors plus de 20% de chômeurs. La région qui l'entoure, avec ses industries chimiques mourantes et polluantes, figure parmi les plus sinistrées en Europe.

L'ex-RDA, économiquement à genou après la chute du Mur de Berlin en novembre 1989, a connu une saignée de sa population. Plus de 1,8 million de personnes ont quitté l'ancienne dictature poussées vers les bassins d'emploi de l'Ouest. De nombreux jeunes ont fait leurs valises pour Hambourg ou Munich afin d'y effectuer leurs études ou une formation.

Ainsi, Victoria Salomon a poursuivi sa formation en art floral à l'Ouest. Elle est ensuite partie en Nouvelle-Zélande, en Suisse, en Russie et au Japon. "Il arrive un jour où on veut construire une maison, monter son entreprise ou fonder une famille", raconte-t-elle à l'AFP. "J'ai longuement réfléchi où je voulais ouvrir mon propre magasin, j'ai pensé à Düsseldorf et Munich", deux métropoles économiques de l'Ouest.

Mais la jeune femme de 28 ans choisit finalement sa ville natale "du fait de mes attaches familiales ici". Entre-temps, Halle a commencé à se remettre du choc de la réunification. Le chômage y a reculé à 11%.lire le reste de l'aticle

jean  luc ;)

Reconnaissance faciale : l'Allemagne poursuit Facebook

Le défenseur des libertés informatiques de la ville de Hambourg en Allemagne a décide de poursuivre Facebook pour sa technique de reconnaissance des visages.

Si Facebook s'en est plutôt bien sorti en Irlande, l'Allemagne elle ne compte pas lâcher l'affaire. En effet, le défenseur des libertés informatiques de la ville de Hambourg a finalement annoncé qu'il allait poursuivre le réseau social au sujet de sa technique de reconnaissance faciale. Mis en place en Europe en juin 2011, ce système a suscité de nombreuses critiques dans plusieurs pays inquiets de sa capacité à identifier automatiquement les membres sur les photos et surtout du fait qu'il soit activé par défaut.

En octobre 2011, Johannes Caspar, commissaire à la protection des données du land de Hambourg avait ainsi proféré des avertissements envers Facebook qui avait indiqué avoir pris note de ces remarques. En Irlande, le réseau social est parvenu à un accord avec les autorités selon lequel il "s'engage pour le moment à ne pas appliquer la reconnaissance faciale aux nouveaux inscrits" du site.lire la suite jean  luc ;)

La bataille des imams d'Allemagne
Ils sont au coeur d'une lutte acharnée entre Berlin et Ankara pour obtenir l'allégeance de la diaspora turque d'Allemagne.
Envoyés par la Turquie pour lutter contre l’influence occidentale autant que contre le radicalisme islamiste, les imams d’Allemagne sont au cœur de la bataille menée pour le futur de l’Islam en Europe.

Des décennies durant, nul n’a prêté attention, en Allemagne, aux hommes-saints musulmans importés en Allemagne. La présidence des Affaires Religieuses de Turquie y envoie en effet très discrètement des imams, en poste pour quatre ans, afin de pourvoir aux besoins spirituels des immigrants turcs d’Allemagne et de leurs familles –et de s’assurer qu’ils se conforment aux normes culturelles turques.
publicité

Ces jours-ci, les imans turcs se retrouvent au cœur de l’attention générale. Berlin et Ankara se livrent une bataille acharnée, qui dépasse de loin les questions religieuses. Les deux pays sont en concurrence pour obtenir l’allégeance de la diaspora turque d’Allemagne, forte de 3 millions d’individus et qui représente à elle seule les deux-tiers des musulmans du pays. Des deux côtés, les imams sont considérés comme la cheville ouvrière de la communauté turque d’Allemagne. Ils sont la seule autorité respectée chez les Deutschtürken (Turcs d’Allemagne), arrivés en Allemagne comme Gastarbeiter –main d’œuvre immigrée bon marché- dans les années 1960.

Les imams peuvent emprunter trois directions différentes à l’égard de la diaspora turque d’Allemagne, chacune avec des conséquences immenses pour le futur de l’Islam en Allemagne et en Europe: les prêcheurs vont-ils encourager les Turcs de la diaspora à s’intégrer dans l’Allemagne séculière, vont-ils les pousser à adopter une posture plus radicale et extrémiste ou vont-ils décider de continuer de faire de la majorité de la plus grande communauté musulmane d’Allemagne une communauté étrangère aussi longtemps qu’ils le pourront?
Livre pessimiste

Dans un livre récemment publié en Allemagne, Rauf Ceylan, spécialiste des questions religieuses, fils d’immigrants kurdes d’Anatolie, offre l’examen le plus clair et le plus incisif à ce jour des imams venus de l’étranger vers l’Allemagne, démontrant à quel point ils seront cruciaux pour le destin de l’Europe. «Au final, écrit-il, ce sont eux qui décideront de l’attitude des jeunes musulmans, qui adopteront une posture libérale, conservatrice ou extrémiste.» Son livre, Die Prediger des Islam: Imame -Wer Sie Sind und Was Sie Wirklich Wollen (Les prêtres de l’Islam: les imams –Qui sont-ils et que veulent-ils?) n’est guère optimiste.

Les imams ne sont pourtant pas en train d’engendrer des terroristes potentiels – c’est même le contraire. Dans le domaine du fondamentalisme, les intérêts de l’Allemagne et de la Turquie s’interpénètrent. La dernière chose dont Ankara a besoin est que les Turcs d’Allemagne réimportent les dérives les plus radicales de l’Islam dans la république d’Ataturk. Selon Ceylan, les imams extrémistes représentent moins d’1% de la communauté des imams allemands et ces jeunes chefs spirituels, aptes à manipuler les médias, opèrent en dehors des mosquées établies et sont généralement hors de portée des autorités allemandes et turques. L’Allemagne a échappé de justesse à des attaques terroristes identiques à celles ayant frappé Madrid et Londres et Ceylan met en garde contre l’énorme potentiel destructeur de ces fondamentalistes «d’un nouveau genre».

La plupart des imams d’Allemagne sont des «tradi-conservateurs» ou, comme Ceylan les appelle, «des Prussiens déguisés en imams». Ces prêtres sont, dans leur immense majorité, des fonctionnaires de l’Etat turc, en poste à l’étranger, installés pour la plupart dans des mosquées administrées par la plus importante organisation musulmane d’Allemagne, l’Union turco-islamique pour les affaires religieuses (DITIB), connue en Allemagne sous le nom de «main d’Ankara».
Imams conservateurs

Depuis que la Turquie a réalisé que des millions de ses citoyens vivent en Allemagne et n’ont pas l’intention de revenir prochainement en Turquie, de nombreux imams sont partis pour l’Allemagne pour des raisons tant politiques que religieuses. Le DITIB a été créé par les autorités turques au début des années 1980 pour enrayer l’occidentalisation et l’émancipation culturelle de la diaspora des Turcs d’Allemagne ainsi que l’évolution des pratiques religieuses, s’écartant trop des traditions turques. Les imams ont ceci de «prussien» (le terme «ottoman» serait plus approprié) en ce que leurs mœurs sont extrêmement conservatrices, qu’ils sont prompts à l’autoritarisme et poussent à une allégeance inconditionnelle envers la Patrie –dont ils vantent les mérites à leurs ouailles lors des sermons, des fêtes et des cours de religion.

Les salaires des imams turcs sont versés par le gouvernement d’Ankara qui présente souvent l’intégration comme une insulte à la «turquitude». Les Turcs de l’étranger doivent rester des Turcs, quelle que soit leur carte d’identité, dixit le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Lors d’une visite en Allemagne, Erdogan a même baptisé l’assimilation de «crime contre l’humanité» et recommandé avec insistance la création de lycées exclusivement turcs en Allemagne. Ankara, qui a récemment créé un Secrétariat aux turcs de l’étranger, recommande même à la diaspora turque d’agir dans l’intérêt de la Turquie, comme des agents diplomatiques bénévoles.

Bien que le DITIB refuse de l’admettre, ses imams ont pour mission essentielle d’empêcher les Turcs d’Allemagne, dont certains sont présents depuis quatre générations, de devenir des Allemands ordinaires. Un rapide coup d’œil dans les quelque 900 locaux du DITIB en Allemagne atteste de leur allégeance, après Allah: on y vend des drapeaux turcs, des cartes postales turques, des bonbons, des jeux et des t-shirts turcs. Les représentants du DITIB travaillent main dans la main avec l’ambassade de Turquie à Berlin ainsi qu’avec ses consulats régionaux. Le ministère de la religion d’Ankara écrit, tous les vendredis, des sermons pour les Turcs et pour la diaspora, dont celle qui se réunit dans les mosquées tenues par le DITIB en Allemagne.
Sermons absurdes

Certains imams interrogés par Ceylan reconnaissent l’absurdité de la lecture de sermons évoquant la vie des villages d’Anatolie à des croyants vivant dans le centre-ville de Hambourg. «La majorité des thèmes [des sermons rédigés à Ankara] sont à mille lieux des préoccupations quotidiennes des gens écrit Ceylan. Au lieu d’évoquer des problèmes sociaux brûlants, comme l’éducation ou les mariages forcés, les Imams de Berlin et de Duisburg radotent sur la bataille des Dardanelles, la vie d’Ataturk ou sur la Zakat, le système de sécurité social turc».

Comme certains politiques allemands, Ceylan se plaint de l’incapacité des imams à aider les croyants face aux problèmes complexes posés quotidiennement aux communautés d’émigrants en Allemagne. Disposant d’une maîtrise limitée de l’allemand et connaissant mal la société allemande, les imams importés sont incapables, par exemple, d’aider les familles à naviguer au sein de la bureaucratie allemande ou d’utiliser son système de santé alambiqué. Leur ultra conservatisme les rend peu à même d’offrir des réponses concrètes sur des questions telles que la santé ou le rapport à autrui, que les jeunes adultes de la troisième et quatrième génération partagent avec leurs homologues allemands. Toutes les études récentes montrent que la communauté turque est mal intégrée, à la peine dans les écoles allemandes et ne parvient pas –à de rares exceptions comme Ceylan lui-même ou Mesut Ozil, la star d’origine turque de l’équipe de football allemand– de monter au-delà des niveaux inférieurs de l’échelle sociale.

Ozcan Mutlu, membre médiatique du Parti Vert de Berlin, attaque les responsables turcs, coupables selon lui de «perpétuer les différences nationales». «Nous voulons que les enfants allemands et turcs apprennent ensemble» dit-il, et pas séparément. Le Premier ministre turc ne parle pas au nom des Deutschtürken, insiste-t-il. Malgré cela, leur provincialisme –encore renforcé par les imams turcs- les empêche de s’intégrer.
Diplomatie

La question des Turcs d’Allemagne est aujourd’hui un point de friction dans les relations souvent troublées entre la Turquie et l’Allemagne. 

lire le reste de l'article

jean  luc ;)

Allemagne : l'idée d'un référendum sur le pacte budgétaire européen fait son chemin... sans Merkel

La ratification du pacte budgétaire européen élaboré en mars par Merkel et Sarkozy pourrait être plus compliquée que prévu outre-Rhin. De plus en plus de voix s'élèvent pour que la chancelière recoure au référendum, banni de la vie politique allemande depuis Hitler. Une stratégie à double tranchant qui pourrait menacer l'Europe.
Après la France et les Pays-Bas en 2005, l'Allemagne sera-t-elle le prochain vilain petit canard de l'Europe ? Alors qu'Angela Merkel était l'une des principales promotrices du "pacte budgétaire" signé en mars dernier, son pays pourrait bien être l'un des derniers à le ratifier.
Comme l'indique La Croix, la procédure de ratification suit son cours dans les 25 pays signataires de l'Union européenne : l'Irlande a évité un nouvel incident diplomatique en validant le texte par les urnes le 30 mai, François Hollande a poussé un "ouf" de soulagement après le feu vert du Conseil constitutionnel du 9 août... mais l'Allemagne est encore suspendue à la décision de son très exigeant Tribunal Constitutionnel de Karlsruhe, qui après une large adoption parlementaire, statuera le 12 septembre prochain sur sa conformité à la Constitution.
En cas de verdict négatif, "un signal potentiellement calamiteux" serait envoyé aux marchés, estime le New York Times. Pour supprimer cette épée de Damoclès qui pèse sur chaque décision européenne et accélérer le processus d'intégration, l'idée d'une révision de la Constitution par référendum est envisagée de plus en plus sérieusement. Il s'agirait de lever l'ambiguité sur le transfert de compétence fiscale et économique de Berlin à Bruxelles.
Après le ministre (conservateur) des Finances Wolfgang Schäuble en juin, le chef de l'opposition social-démocrate Sigmar Gabriel et Guido Westerwelle, représentant de l'aile libérale de la coalition gouvernementale, se sont tour à tour prononcés en faveur de cette option. Des intellectuels notoires, comme le philosophe Jürgen Habermas ou l'économiste Julian Nida-Rümelin, leur ont emboité le pas.
lire le reste de l'article

jean  luc ;)

Les Roms sont mieux lotis en Allemagne
Depuis l'entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l'UE, Berlin restreint aussi l'accès des Roms à son marché du travail. Mais contrairement à la France, elle ne fait qu'appliquer la législation européenne.

Les récentes évacuations de campements illégaux ont remis la question de l'intégration des Roms au centre des débats en France. Si la situation des Roms qui émigrent aujourd'hui en Allemagne est souvent précaire, elle est tout de même sensiblement différente. Contrairement à ce que Nicolas Sarkozy sous-entendait en prétendant en 2010 qu'Angela Merkel allait elle aussi procéder à des évacuations, il n'y a pas de grands camps sauvages en Allemagne, ceux-ci n'étant pas tolérés par les autorités.

«La politique qui est menée en France fonctionne sur l'image du nomade. C'est-à-dire qu'on compte sur le fait que les Roms vont venir puis repartir et on tolère ces camps un certain temps. Cela ne s'applique pas du tout aux Roms qui viennent de Roumanie. Ce ne sont pas des nomades, ils vivaient dans des maisons ou des appartements avant de venir, et veulent bien sûr rester plus longtemps en France», explique Herbert Heuß, chercheur au Zentralrat Deutscher Sinti und Roma (Conseil central des Sinti et des Roms allemands). lire le reste de l'article

   jean  luc ;)

Allemagne. La facture d'électricité s'annonce salée .

Le changement de politique énergétique, en Allemagne, va faire grimper la note. Les partis n'arrivent pas à s'entendre pour éviter une trop forte retombée sur les consommateurs.

Berlin. De notre correspondant

Plus d'un an après le dernier plan allemand de sortie du nucléaire qui prévoit la fermeture des centrales nucléaires d'ici à 2022, le ministre de l'environnement, Peter Altmaier (CDU), vient d'annoncer que la baisse la consommation d'électricité de 10 %, jusqu'en 2020, serait difficilement tenable. Voilà qui remet en cause une autre mesure ambitieuse : les 35 % d'énergies renouvelables en consommation brute d'électricité d'ici à 2020. C'est même l'ensemble du « tournant énergétique » allemand, et surtout son coût, qui suscite un large débat.lire le reste de l'article

jean  luc ;)

la décision politique prise par Angéla Merkel est grave de conséquence ,d’ailleurs je n’étais jamais compris la précipitation dans laquelle elle a été prise .

Allemagne: la circoncision, une sacrée polémique

En assimilant l'ablation du prépuce à une blessure passible de poursuites, des juges s'attirent les foudres des juifs et des musulmans. Au-delà de l'opposition entre partisans de la liberté religieuse et défenseurs des droits de l'enfant, le débat révèle nombre de tensions outre-Rhin.
Le président israélien, Shimon Peres, a adressé une lettre à son homologue allemand pour défendre la circoncision, "au coeur de l'identité juive depuis des milliers d'années". L'un des deux grands rabbins d'Israël est venu à Berlin pour intercéder auprès des autorités sur le même sujet. Et un ministre turc a estimé que la pratique de la religion n'était plus totalement garantie en Allemagne... Il ne se passe pas un jour, outre-Rhin, sans réaction indignée pour fustiger -ou défendre- le jugement d'un tribunal de Cologne, rendu public le 26 juin, aux termes duquel l'ablation du prépuce pour motif religieux est une blessure corporelle, dont les auteurs sont passibles de poursuites. 
Envoyer un "signal clair"

Parmi les 4 millions de musulmans et les 200 000 juifs vivant dans le pays, la décision a semé le trouble, voire une incompréhension totale. "Je ne saisis vraiment pas ce qu'il y a de criminel dans cette opération", explique Sidar, qui avait 8 ans lorsqu'il a été circoncis et qui en garde, lui, le souvenir d'une grande fête : "Il y avait 150 invités et les adultes ont dansé toute la nuit. C'était un événement heureux, avec beaucoup d'enfants et de nombreux cadeaux, comme un mariage ou un anniversaire, poursuit ce lycéen berlinois aujourd'hui âgé de 15 ans. En tant que Turc, je ne peux pas me concevoir autrement", conclut-il.
lire le reste de l'articlelire le reste de l'article
jean  luc ;)

Allemagne: augmentation de la proportion des travailleurs pauvres
La proportion de travailleurs pauvres en Allemagne a augmenté entre 2006 et 2010, d'après des chiffres publiés par l'Office fédéral allemand des statistiques, Destatis. Cette étude confirme une tendance de long terme.
Et aussi


Dans les entreprises allemandes d'au moins dix employés, la part des travailleurs pauvres est passée de 18,7% en 2006 à 20,6% en 2012. C'est une étude de Destatis, réalisée tous les quatre ans sur 1,9 millions de salariés, qui l'affirme.

Dans leur grande majorité, les travailleurs pauvres sont en contrat à durée déterminée (CDD), à temps partiel ou en intérim, ce que l'Office des statistiques qualifie "d'emplois atypiques".

Pas de salaire minimum

Destatis rappelle que, par convention, il considère les "bas salaires" comme ceux inférieurs aux deux tiers du salaire médian de l'ensemble de la population active. En Allemagne, un "bas salaire" est donc un salaire horaire inférieur à 10,36 euros brut.

D'après l'Office fédéral des statistiques, les bas salaires en Allemagne touchent surtout les chauffeurs de taxi (87% d'entre eux sont concernés), les coiffeurs (85,6%), les agents d'entretien (81,5%), ou encore le personnel de la restauration et de l'hôtellerie (77,3%).

En Allemagne, il n'existe pas de salaire minimum mais les partenaires sociaux peuvent en fixer un, région par région et secteur par secteur. Les syndicats allemands en réclament un d'au moins 8,50 euros brut de l'heure. En vain, jusqu'à présent.source

jean  luc ;)

Les seniors se ruent sur les "minijobs"
Près d’un million de seniors travaillent pour arrondir leurs fins de mois, relate la Süddeutsche Zeitung. Parmi eux, plus de 100 000 sont âgés de 75 ans et plus.

Introduits en 2000 par les réformes Hartz IV, les minijobs, soumis ni à cotisations ni à impôts et ne pouvant dépasser 400 euros par mois, n’ont cessé de se développer dans le pays : 280 000 retraités de plus qu’en 2000 sont aujourd’hui concernés. Si certains pensent que les retraités continuent à travailler par plaisir, le quotidien de Munich y voit la preuve que "les retraités tentent ainsi de s’en sortir" et souligne "qu’en Allemagne, la pauvreté des seniors n’est pas une supputation mais une réalité".
http://www.courrierinternational.com/br … s-minijobs


   jean  luc ;)

Allemagne: à quoi sert la cour constitutionnelle?

La cour de Karlsruhe doit rendre son verdict ce mercredi sur deux projets de loi aux enjeux européens forts. Les juges en robes rouges, qui peuvent être sollicités par n'importe quel citoyen sur n'importe quel dossier touchant aux droits fondamentaux définis dans la constitution, bénéficient d'une forte estime dans le pays, mais ont souvent été consédérés comme des gêneurs par les gouvernements successifs. lire le reste de l'article  jean  luc ;)

Article très intéressant sur le fonctionnement d'un des piliers de la démocratie allemande

L'eurosepticime gagne du terrain en Allemagne

Fait exceptionnel, la chancelière Angela Merkel devait donner une conférence de presse, lundi 17 septembre, sur les questions européennes notamment. Le lendemain, le ministère des affaires étrangères allemand organise un grand colloque sur "les valeurs de l'Europe". Alors que Mme Merkel appelle de ses vœux un renforcement de l'intégration européenne, l'euroscepticisme gagne ses concitoyens. Tel est le principal enseignement d'un sondage que publie, lundi, la fondation Bertelsmann.

Selon cette étude d'opinion réalisée en juillet auprès d'un millier d'Allemands, un millier de Français et autant de Polonais, 21 % des Allemands jugent que, sans l'euro, leur situation personnelle serait "bien meilleure" et 44 % qu'elle serait meilleure. Ils ne sont que 19 % à penser qu'elle serait pire et 2 % qu'elle serait bien pire.

En France, 36 % des sondés jugent qu'elle serait meilleure (dont 14 % bien meilleure) et 55 % qu'elle serait pire (dont 20 % bien pire). En Pologne, 76 % des personnes interrogées jugent que leur situation serait pire si leur pays intégrait l'euro.

Par ailleurs, près d'un Allemand sur deux (49 %) juge que sa situation personnelle serait meilleure sans la construction européenne (seulement 32 % pensent l'inverse). Les Français sont 34 % à penser que leur situation serait meilleure et 53 % qu'elle serait pire sans l'Union européenne. Les Polonais ont beau se méfier de l'euro, 59 % pensent qu'ils vivraient moins bien sans l'Europe.

Interrogés quant à leurs chances sur le marché de l'emploi, les Allemands sont là encore les plus eurosceptiques : 37 % des Allemands (35 % des Français et 24 % des Polonais) pensent que, sans l'Europe, ils auraient plus de chances sur le marché du travail, alors que 28 % d'Allemands (40 % des Français et 43 % des Polonais) pensent l'inverse.lire le reste del'article

jean luc ;)

Comment l'Allemagne gaspille l'argent du contribuable

Un train trop haut par rapport aux quais, des bâtiments administratifs hors de prix, des subventions de thèses inutiles sur les inuits ou la pilosité... En France, les exemples de gaspillages d'argent public ne manquent pas. Petite consolation pour les contribuables français, c'est la même chose en Allemagne. La fédération allemande des contribuables vient de publier son livre noir sur les projets inutiles ou trop chers. Florilège.
Un aéroport qui tarde à voir le jour

Destiné à remplacer les aéroports existants de Tegel (ouest de Berlin) et de Schönefeld (est), l'aéroport international Berlin-Brandebourg Willy-Brandt (BER) aurait dû commencer à fonctionner à l'automne 2010. Mais les travaux ont pris du retard...beaucoup de retard. En fait, le nouvel aéroport international de Berlin devrait ouvrir ses portes le 27 octobre 2013, après quatre reports. Le président de la société en charge de l'aéroport, Rainer Schwarz, a évoqué un surcoût lié au retard de l'ordre d'1,2 milliard d'euros, sur un budget total de 4,2 milliards d'euros. lire le reste de l'rticle  jean  luc ;)

Allemagne: les mauvais payeurs n'iront pas au paradis
Qui fait partie de l'Église et qui n'en fait pas partie? Après des mois de débats houleux pour trouver une réponse commune à cette question fondamentale, les évêques allemands ont rendu leur verdict: les catholiques allemands qui ne payent pas le Kirchensteuer, l'impôt religieux, seront désormais considérés dans les faits comme s'ils étaient excommuniés, rapporte le quotidien allemand Die Welt. Ce décret religieux unique en son genre, qui a reçu la bénédiction du pape, entrera en vigueur à partir du 24 septembre prochain.

La Conférence des évêques allemands dans le décret, citée par le quotidien bavarois Süddeutsche Zeitung, a déclaré:

    «Celui qui déclare aux autorités civiles compétentes son retrait de l'Église pour quelque raison que ce soit déroge ainsi au devoir de servir l'Église […], ainsi qu'au devoir d'apporter sa contribution financière afin de permettre à l'Église d'accomplir ses devoirs» lire le reste de l'article

jean  luc ;)

le rival de Merkel exclut une alliance avec la gauche radicale
Le candidat des sociaux-démocrates allemands (SPD) à la chancellerie, Peer Steinbrück, a exclu une alliance avec le parti de gauche radicale Die Linke, ainsi qu'avec le parti des Pirates, dans un entretien dimanche au journal Welt am Sonntag.
"Le SPD ne constituera pas de coalition avec Die Linke. Les Pirates (jeune parti défendant liberté et respect de la vie privée sur internet, ndlr) ne veulent pas gouverner et ne le pourraient pas non plus", a déclaré M.
Steinbrück, désigné officiellement vendredi candidat de l'opposition pour les législatives de 2013.
"Nous ne voulons pas de grande coalition. Nous voulons une coalition rouge-verte", avec le parti écologiste, a affirmé M. Steinbrück, qui avait pourtant été, de 2005 à 2009, été ministre des Finances d'Angela Merkel, lors d'une "grande coalition" conservateurs/sociaux-démocrate.
"Je ne serai plus membre d'un cabinet Merkel", a-t-il assuré.
lire le reste

jean  luc ;)

Ce livre qui dénonce le "chantage" européen sur l'Allemagne
Le président de l'Ifo, Hans-Werner Sinn publie un livre où il dénonce le piège du système Target 2 pour l'Allemagne. Une thèse contestée outre-Rhin.
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Sur le même sujet

    La Bundesbank sort l'arme de la critique littéraire face à la BCE
    Wolfgang Schäuble attaque ouvertement la Bundesbank
    La Bundesbank, seule contre tous
    Le président de la Bundesbank aurait menacé de démissionner

L’homme au collier de barbe frappe encore. Hans-Werner Sinn, le patron de l’institut Ifo de Munich, est devenu une icône des eurosceptiques allemands par ses critiques répétées contre la gestion de la crise par les dirigeants européens. Lundi, il a sorti un livre qui, une nouvelle fois, crée la polémique outre-Rhin.

«L’affaire Target»

Baptisé, «le piège Target» (Die Target Falle), cet ouvrage reprend l’essentiel d’une argumentation développée par Hans-Werner Sinn depuis 2010: le système de règlement des paiements au sein de la zone euro, baptisé «Target 2» est une forme déguisée d’aide aux pays les moins compétitifs de la zone euro. Et d’égrener les chiffres: au sein de ce système, la Bundesbank affiche un crédit de 727 milliards d’euros, tandis que Grèce, Irlande, Portugal, Espagne et Chypre accusent ensemble un déficit de 692 milliards d’euros. Conclusion du patron de l’Ifo: l’argent allemand finance les déficits courants de ces cinq pays, ce qui assure leur maintien dans la zone euro.

Dévaluation interne inexistante

Pour Hans-Werner Sinn, ces divergences au sein de la zone euro sont intenables. Pour réduire ce déséquilibre, il faudrait que les pays «du sud» réduisent leurs déficits externes en améliorant drastiquement leur compétitivité. Or, pour Hans-Werner Sinn, le seul moyen d’améliorer réellement cette compétitivité, c’est que l’inflation soit durablement inférieure dans ces pays à celle de l’Allemagne. C’est la logique de la «dévaluation interne compétitive»: par les prix, on joue sur les salaires et sur la compétitivité du pays. Or, souligne Hans-Werner Sinn, l’inflation reste plus forte dans les pays en crise qu’en Allemagne (ce n’est plus le cas en Grèce, ndlr). Les pays en crise ne font donc pas suffisamment d’efforts et le déséquilibre au sein de Target va se creuser. Jusqu’au jour où il faudra le régler par une sortie des pays en crise de la zone euro qui entraînera l’annulation de leurs dettes au sein de Target et, partant, des pertes pour les créanciers. Target, affirme Hans-Werner Sinn est «un danger pour notre argent et nos enfants.lire le reste de l'article

Allemagne: le meurtrier d'un enfant va être dédommagé pour abus policier .

Un Allemand jugé coupable du meurtre d’un garçon va être dédommagé pour avoir été menacé de violences par un policier s’il ne révélait pas l’endroit où il avait caché l’enfant, a jugé mercredi la Cour d’appel de Francfort.

AFP

Mis à jour le Mercredi 10 Octobre 2012 à 22h33

La Cour a rejeté un appel de l’Etat de Hesse et octroyé 3.000 euros de dommages et intérêts à Magnus Gäfgen, 37 ans, auteur du rapt suivi du meurtre d’un garçon de 11 ans, Jakob von Metzler, fils d’un banquier, en septembre 2002.

Elle a confirmé un jugement du tribunal régional de Francfort qui avait estimé que la “dignité humaine” de Gäfgen avait été violée pendant son audition en 2002. Ce jugement avait soulevé un tollé.

“Le comportement des deux policiers -- même s’ils cherchaient à sauver la vie de l’enfant-- n’était justifié ni au regard du règlement de la police, ni au regard du code pénal”, a expliqué la cour, dont la décision est sans appel.

Les enquêteurs espéraient que l’enfant enlevé, Jakob von Metzler, était encore en vie, après la proposition de ses parents de payer une rançon d’un million d’euros.

L’enfant, issu d’une famille possédant l’une des plus ancienne banques d’Allemagne, était déjà mort au moment de l’interrogatoire.

Gäfgen, qui avait des relations avec la famille du banquier, l’avait étouffé et noyé dans son appartement.

Il avait été condamné en 2003 à la réclusion à perpétuité, puis avait saisi la justice, affirmant avoir été l’objet de menaces durant sa garde à vue.

La Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH) avait elle aussi jugé en 2010 que Gäfgen avait été l’objet de “traitements inhumains”. http://www.lacapitale.be/568020/article … s-policier

   jean  luc ;)

PS: Comme toujours la justice protège les criminel ,mais pas les citoyens

Et si on sortait l'Allemagne de la zone euro ?
J’avais pris le parti de rire de la politique et franchement , il yavait de quoi  de quoi entre une élue à la Mairie de Paris   cumulant fraude fiscale et vente de gadgets sexuels écolos et un Ministre de l’Education Nationale qui veut alléger  le nombre d’heures de cours sans craindre de consacrer ce temps  libre à la fumette de cannabis dépénalisé. Il y aurait de quoi rire ou pleurer selon l’état du moment.  Masi les mauvais élèves se sont fait sermonner  et il n’est pas question de rigoler quand il se trame derrière notre dos des choses aussi graves qui trahissent le vote  des français ; Après avoir fait  accepter par le Parlement la règle d’or Merkel-Sarkozy  alors que des gens ont voté pour François Hollande  parce qu’il s’était engagée à ne pas la ratifier , le choix des Français risque d’être une fois d e plus bafoué



Comme une ogresse de l’ultra-libéralisme, Angela Merkel en veut toujours plus :

« Nous pensons, et je le dis au nom de l'ensemble du gouvernement allemand, que nous pourrions faire un pas en avant en accordant à l'Europe un véritable droit d'ingérence sur les budgets nationaux", a-t-elle déclaré. Angela Merkel appuie l'idée de confier un droit de veto dans ce domaine au commissaire européen aux Affaires économiques. » lire le reste de l'article

Etre grec en Allemagne : pas l’enfer, mais de plus en plus amer

Le mois dernier, Markella, graphiste de 37 ans, cherchait un appartement plus grand à Berlin, où elle vit depuis cinq ans. Un propriétaire a raccroché sèchement le téléphone après avoir asséné : « On ne loue pas aux Grecs. » C’est la première fois en Allemagne que Markella subit ce type de propos. Elle tempère :

    « Est-ce vraiment plus fréquent ? En tout cas, c’est décomplexé. Avant, on aurait dit “c’est déjà loué” au lieu de “pas à telle nationalité”. »

Georgios, lui, n’a jamais vécu d’affront raciste depuis l’installation de son cabinet dentaire à Dresde en 2008. Par contre, il n’a plus aucune patience pour les petites réflexions récurrentes.

    « Des “si tu veux, je te prête de l’argent”, des “alors, endetté ?”... La situation de mon pays est suffisamment humiliante pour que je n’aie pas à m’en défendre continuellement. »

Les nazis et les fainéants

« Vendez vos îles, vous les Grecs fauchés... Et l’Acropole avec ! », Bild, 27 octobre 2010

Il faut dire que le tabloïd Bild aime à désigner la Grèce – ou plutôt « les Grecs » (au lieu du « gouvernement d’Athènes ») – en bouc émissaire. Depuis deux ans, le journal le plus lu en Allemagne et au plus gros tirage en Europe fait campagne virulente pour la sortie de la Grèce de la zone euro, ne lésinant ni sur la titraille agressive, ni sur les jeux de mots douteux.

« Gyros-Konto leer », « Girokonto » = « compte bancaire », « Gyros » = la viande des Souvlaki, les sandwichs grecs, Bild, avril 2010

Litsa, professeur de danse et chorégraphe de 35 ans, dont neuf à Berlin, déplore :

    « Ce n’est ni blanc ni noir. La presse allemande n’y va pas de main morte pour caricaturer les Grecs, et la presse grecque, pays au nationalisme qui frôle le racisme, répond en conséquence ; c’est l’escalade et la banalisation de clichés nauséabonds. »
lire le reste de l'article

jean  luc  ;)

si il y a un journal que je lit jamais c'est le BILD ZEITUNG , j'ai trop peur de devenir con

L'est de l'Allemagne cherche à attirer les étudiants de l'Ouest .

Avant d'être chancelière, Angela Merkel fut aussi docteur en physique. En 1978, elle recevait son diplôme à l'Université de Leipzig, qui s'appelait alors Université Karl-Marx. Dans la vie de l'établissement fondé en 1409, la République démocratique allemande (1949-1990) fut un épisode bref, comme dans d'autres universités de l'est de l'Allemagne, anciennes et riches en traditions.

Malgré cette parenthèse relativement courte, les effets de la division de l'Allemagne en deux Etats continuent de se faire sentir sur ces établissements. Ils disposent aujourd'hui de bonnes infrastructures et de professeurs reconnus, mais ont un problème majeur : les jeunes issus de l'ex-RDA – leurs étudiants potentiels – manquent à l'appel.

En cause, la baisse de la natalité et le départ des jeunes vers l'Ouest, plus prospère. Pendant longtemps, les universités de l'Est ont aussi eu toutes les difficultés à attirer les étudiants de l'Ouest. Depuis le lancement, il y a trois ans, par les Etats-régions de l'Est d'une vaste campagne de publicité, la tendance s'est inversée et l'intérêt des étudiants de l'ouest de l'Allemagne pour le paysage scientifique de l'Est commence à croître.

En 2005, l'association des universités allemandes anticipait une diminution massive du nombre de bacheliers de l'Est (avec baccalauréat ou un autre diplôme offrant l'accès aux études universitaires) jusqu'en 2020. Les Etats-régions de Brandebourg, de Saxe, de Thuringe, du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale et de Saxe-Anhalt envisageaient ainsi des diminutions allant de 42 à 52 % du nombre de bacheliers.lire le reste de l'article .

jean  luc ;)

L'Allemagne exporte ses vieux
L'Allemagne vieillit. La prise en charge des personnes âgées coûte de plus en plus cher. Les retraites, même avec des aides publiques, ne suffisent plus pour payer des foyers onéreux. Les enfants ne veulent pas ou ne peuvent pas payer pour leurs parents. Un député chrétien-démocrate promeut une solution déjà pratiquée à la marge : l'exportation des vieux là où leur prise en charge coûte moins cher.

L'Allemagne est championne du monde des exportations: ses machines-outils, ses voitures et autres produits made in Germany vont de succès en succès à l'étranger. Pourquoi ne pas exporter (ou déporter??) des personnes âgées de plus en plus nombreuses dont la prise en charge est toujours plus chère et se transforme en casse-tête pour certaines familles?

La solution du spécialiste du parti chrétien-démocrate au Bundestag Willy Zylajew est d'un pragmatisme confondant et donne le frisson à ceux et celles qui conservent encore quelques sentiments pour leurs proches, même âgés. Sa proposition rappelle un peu comment la RDA permettait à ses retraités de passer à l'Ouest. S'ils y restaient tant mieux. Cela faisait autant de retraites en moins à verser. Et encore je me contente ici d'une comparaison politiquement correcte. lire le reste de l'article

   jean  luc ;)


PS:rien de nouveau ,il y a déjas beaucoup retraité installer dans les pays oú le goût de la vie est moins élever ,avec les retraites  qui s’effondrent ,et la pression fiscale qui flambe .

Allemagne : la chancelière ne gagne pas assez bien sa vie, selon le chef de l'opposition
Le dirigeant de l'opposition social-démocrate allemande (SPD), Sigmar Gabriel, estime que la chancelière Angela Merkel ne gagne pas assez d'argent alors que son revenu brut en tant que chef de gouvernement atteint plus de 17.000 euros par mois.


"Je ne trouve pas ça normal qu'un chancelier allemand gagne moins qu'un directeur d'une caisse d'épargne de taille moyenne", a indiqué M. Gabriel dans l'édition dominicale du Frankfurter Allgemeine Zeitung.


En mai, la chancelière et ses ministres ont décidé de leur première augmentation de revenus depuis douze ans. Les émoluments de la chancelière, de ses ministres et secrétaires d'Etat, doivent augmenter de 5,7% en trois étapes d'ici à août 2013.lire le reste de l'article

  jean  luc ;)

PS : on demande au peuple de se serrer la ceinture ,mais eux ils sont jamais asser payer . en plus  A.Merkel touche son salaire de député ses revenus sont donc de 22 000 € .
En tant que chancelière ,elle ne peut exercer en même temps son mandat de députer ,dont elle n'a pas a recevoir de salaire pour son mandat de député .

jean  luc ;)

Nouvelle discussion