Actualisé il y a 4 mois

Toute personne travaillant ou ayant exercé une activité (salariée ou non) en Croatie peut bénéficier du régime général de la sécurité sociale croate. Il existe quelques particularités pour les travailleurs indépendants en ce qui concerne les indemnités journalières dans le cas d'une impossibilité temporaire de travailler. Le numéro des urgences médicales est le 194 ou le 112 (numéro européen).

Le système de santé en Croatie

La sécurité sociale de Croatie comporte l'assurance maladie, le congé maternité, les allocations de chômage, une pension d'invalidité et une pension de retraite, une assurance décès et les prestations sociales. Les étrangers travaillant en Croatie ont droit aux mêmes prestations sociales que les Croates.

La protection sociale est gérée par différents organismes. L'assurance santé, qui est obligatoire, et les prestations en espèces de l'assurance maladie et des congés de maternité et de paternité sont à la charge du Fonds croate d'assurance maladie, l'HZZO (Hrvatski zavod za zdravstveno osiguranje). Ce service est contrôlé par le ministère de la Santé (Ministarstvo Zdravljua). L'HZZO s'occupe également des prestations pour les accidents de travail, des indemnités d'arrêt maladie et des frais liés aux maladies professionnelles.

Depuis 2002, les prestations familiales et le système de retraite, décès et d'invalidité reposent sur trois piliers. Le premier est l'Institut croate d'assurance pension HZMO (Hrvatski zavod za mirovinsko osiguranje) qui dépend du ministère du Travail et du Système des pensions (Ministarstvo rada i mirovinskoga sustava) en ce qui concerne l'assurance invalidité, vieillesse et décès. Pour les prestations familiales, il dépend du ministère des Affaires sociales et de la Jeunesse (Ministarstvo socijalne politike i mladih). Le bureau central de l'HZMO se trouve à Zagreb et comporte 5 services régionaux, 15 bureaux régionaux et approximativement 90 filiales.

Le deuxième pilier concerne la capitalisation individuelle obligatoire qui est gérée par le Registre central des personnes assurées REGOS (Središnji registar osiguranika). Cet organisme s'occupe de l'enregistrement des affiliés et de la redistribution des cotisations vers les fonds de pension que les assurés ont choisis. Ce deuxième pilier est administré conjointement avec les organismes privés qui gèrent les fonds de pension volontaires et obligatoires. Le troisième pilier est un fonds de retraite complémentaire facultatif.

L'assurance chômage obligatoire est à la charge de l'Institut croate de l'emploi HZZ (Hrvatski zavod za zapošljavanje). Il se trouve sous la tutelle du ministère du Travail et du Système des pensions (Ministarstvo rada i mirovinskoga sustava).

Le régime de la sécurité sociale croate est financé par les cotisations des assurés et des employeurs, et par l'impôt. L'impôt finance entièrement les prestations familiales. Les employés cotisent 20 % de leur salaire brut pour le régime retraite, invalidité et décès. 15 % sont destinés au régime de la retraite et 5 % vont à l'épargne individuelle obligatoire. Les employeurs cotisent 15 % pour l'assurance maladie et le congé maternité ; 1,7 % pour l'assurance chômage, et 0,5 % pour les accidents du travail et les maladies professionnelles. Les cotisations sont plafonnées à un montant qui varie (47 658 kunas en 2015). Toutes les cotisations sont perçues par l'administration fiscale, pour le ministère des Finances.

Les travailleurs indépendants doivent cotiser aux mêmes taux et pour les mêmes risques que les salariés, mais la cotisation varie en fonction du secteur d'activité (commerçants, freelance, professions libérales...).

Il est possible de souscrire une assurance complémentaire privée, ce qui permet un accès plus rapide aux soins et un meilleur confort, mais l'assurance maladie gérée par l'HZZO reste obligatoire.

Les soins en Croatie

En Croatie, vous pouvez choisir librement votre médecin traitant pour une durée minimale d'un an, mais il est possible d'en changer en cas de mésentente ou de déménagement. L'accès à un spécialiste se fait généralement avec une prescription du généraliste. En cas d'hospitalisation, vous pouvez choisir l'établissement, il peut être public ou privé, mais doit avoir un contrat avec l'HZZO.

Pour chaque consultation de votre médecin généraliste, vous devez payer une participation de 10 kunas et pour les autres soins, vous êtes pris en charge par l'assurance maladie à 80 % et devez participer en vous acquittant de 25 kunas pour une consultation chez un spécialiste et de 50 kunas pour les procédures spécialisées qui ne sont pas des soins primaires. Une assurance complémentaire peut prendre en charge le ticket modérateur de 20 %.

Toute hospitalisation doit être demandée par le médecin traitant, les frais de transport sont pris en charge par l'assurance à 100 %. Vous devez payer 20 % des frais d'hospitalisation ou bien 100 kunas par jour, mais avec un maximum de 2 000 kunas par période d'hospitalisation. Pour les actes de chirurgie ambulatoire et les soins spécialisés dispensés de jour dans un hôpital, votre participation est de 25 kunas au minimum.

Pour les soins dentaires curatifs et préventifs, vous devez vous acquitter de 10 kunas pour chaque visite et consulter un dentiste conventionné. Les examens effectués par un spécialiste peuvent demander une participation obligatoire de 25 kunas. Les prothèses sont couvertes partiellement, mais la prise en charge dépend de votre âge. Généralement, si vous avez entre 18 et 65 ans, vous participez en payant 20 % des frais, le minimum étant de 1 000 kunas. Au-delà de 65 ans, le minimum est de 500 kunas.

Pour être pris en charge, vos médicaments doivent vous être prescrits par votre médecin traitant et vous devez vous les procurer dans une pharmacie ayant un contrat avec l'HZZO. Les médicaments se trouvant dans la liste de base sont pris en charge à 100 %, les médicaments considérés comme complémentaires demandent une participation de 10 kunas pour chaque ordonnance. Lors d'une hospitalisation, les médicaments sont entièrement payés par l'assurance.

En cas d'incapacité de travail, l'indemnité est normalement payée par votre employeur durant 42 jours, son montant étant basé sur la convention collective, mais en principe, il est au minimum de 70 % du salaire net des six mois précédents l'incapacité. Ensuite, l'indemnité est versée par l'HZZO. Si l'incapacité est due à un accident du travail, à une maladie professionnelle ou si vous devez garder un enfant de moins de trois ans qui est malade, l'indemnité peut être portée à 100 %.

Les prestations de l'assurance maternité ne demandent aucune période d'affiliation minimale, et toutes les femmes qui résident en Croatie peuvent en bénéficier. Les femmes non-salariées ont droit aux mêmes prestations de l'assurance maternité que les femmes salariées. Pour le calcul des indemnités de maternité et parentales, les parents doivent justifier une durée d'affiliation minimale de 12 mois consécutifs ou bien de 18 mois non consécutifs sur une durée maximale de 24 mois. Sans cette condition, l'indemnité est forfaitaire.

 Bon à savoir :

Les listes d'attente dans les hôpitaux sont très longues. Pour un problème sérieux ou une intervention chirurgicale, avoir une assurance complémentaire peut parfois vous faire gagner beaucoup de temps.

 Liens utiles :

Les hôpitaux de Croatie
Convention de sécurité sociale entre la France et la Croatie
HZZ
HZMO
HZZO

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.