2017-05-19 12:23:25

Si vous souhaitez investir dans l'immobilier en Belgique, voici ce qu'il faut savoir sur les formalités à remplir et les conditions d'achat.

Le marché immobilier belge est réputé pour afficher des prix inférieurs aux pays voisins. Que faut-il savoir avant de s’engager pour l’achat d’un bien immobilier en Belgique en tant qu’étranger ? Expat.com vous fournit quelques indications utiles.

La situation du marché immobilier en Belgique

Si la location semble être le recours par défaut de la grande majorité des expatriés en Belgique, d’autres préfèrent franchir le pas et investir dans un logement afin d’accéder à la propriété et aux avantages qu’elle confère. Le Plat Pays offre en effet des logements à des prix alléchants comparés à ceux affichés dans les pays voisins. Cependant, le marché belge a, lui aussi, connu de petites augmentations continues depuis 2013.

 Bon à savoir :

Les trois quarts de la population belge sont propriétaires.

L’achat immobilier en Belgique est-il accessible aux étrangers ?

Bien entendu, les ressortissants étrangers peuvent investir dans l’immobilier en Belgique. Cependant, quelques conditions s’imposent, notamment en termes de fiscalité selon que vous soyez résident ou pas. Pensez donc à vous renseigner en fonction de votre situation et de votre statut résidentiel.

La recherche de biens immobiliers à vendre en Belgique

La plupart des logements à vendre en Belgique affichent un panneau par la fenêtre ou le balcon donnant sur la rue. Ces panneaux sont généralement de couleur orange, sur lequel il est inscrit « à vendre », ou « te koop ».

Vous pouvez également prospecter en ligne : de nombreux sites sont dédiés à la vente et à la location immobilière en Belgique.

Enfin, vous pouvez tout à fait passer par une agence, mais souvenez-vous que ce recours a un prix. Les frais d’agence peuvent varier entre 250 et 1 000 euros, minimum.

Certains biens immobiliers sont vendus aux enchères. Ils sont, dans ce cas, publiés dans la presse et affichés publiquement, accompagnés des détails relatifs à la vente.

Les formalités à remplir dans le cadre d’un achat immobilier en Belgique

Les formalités s’articulent en trois phases : l’offre d’achat, le compromis de vente et l’acte notarié.

L’offre d’achat

L’offre d’achat, aussi appelée « koopintenties », est comparable à une offre d’emploi. Par le biais de ce document, le propriétaire d’un bien s’engage à le vendre, mais peut se rétracter à tout moment sans devoir d’indemnité à qui que ce soit. De son côté, l’acheteur est tenu de verser un acompte (d’un faible montant), non récupérable en cas de rétractation.

A noter que ce document n’est pas indispensable à la poursuite de la transaction. Néanmoins, afin de jouer la carte de la sécurité, de nombreux agents immobiliers préfèrent tout de même y avoir recours.

Le compromis de vente

Aussi appelé « verkoocompromis », le compromis de vente fait état des détails contenus dans le contrat de vente. A ce stade, l’acheteur devra verser un acompte représentant environ 10 % du prix de vente du bien immobilier, sur un compte bloqué ou chez un notaire. Cet argent ne peut en aucun cas être versé à l’agence immobilière ou au vendeur. L’acheteur disposera ensuite de quatre mois pour s’acquitter du solde restant dû et conclure la vente.

L’acte notarié

L’acte notarié, ou « notariële akte », vaut pour le transfert de propriété. Ce document doit être visé par un notaire, dans les quatre mois suivant le compromis de vente. Durant cette étape, la propriété devra également être inspectée par un arpenteur ou un architecte. L’enregistrement de la vente se fait au même moment.

Les frais induits par un achat immobilier en Belgique

Au total, vous devriez prévoir environ 22 % du prix du bien immobilier pour les frais divers induits par un achat immobilier en Belgique. Ceux-ci se détaillent comme suit :

Frais d’enregistrement de vente : 10 % (Flandre) et 12,5 % du prix d’achat dans les autres régions (pour les logements construits il y a plus de deux ans uniquement)

TVA : 21 % du prix d’achat (pour les logements construits il y a moins de deux ans uniquement)

Frais de notaire : 0,2 à 4 % du prix d’achat (le pourcentage est fixé par la loi, en fonction de la fourchette de prix)

Acte de vente : entre 800 et 1 000 euros

Commission d’agence : entre 0,2 et 0,6 % du prix d’achat

 Liens utiles :

Belgium.be – Achat et vente immobilière
Notaire.be – Achat immobilier
Expat.com – Logements à vendre en Belgique
Immoweb

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.