Close

Les impôts en Malaisie

Recommander

Taxe routière, taxe de consommation, taxe sur la propriété, impôt sur le revenu : il existe divers types de taxes à payer en Malaisie. Plus d’informations dans cet article.

Comment fonctionnent les impôts en Malaisie ?

Les impôts sont regroupés en plusieurs catégories en Malaisie. On distingue alors les taxes routières, les taxes relatives à l’immobilier et à la consommation et enfin le célèbre et presque universel impôt sur le revenu.

Impôt sur le revenu

L’année fiscale s’étend du 1er janvier au 31 décembre. L’impôt sur le revenu doit être déclaré avant le 30 avril de l’année suivante.

En Malaisie, sont considérées comme imposables les personnes ayant résidé sur le territoire malaisien pour une durée de 182 jours sur une année calendaire. Dans leur cas, les revenus sont classés en huit groupes taxables entre 0 et 26 %.

Les personnes habitant en Malaisie pour une durée de moins de 182 jours par an ne sont pas considérées comme étant résidentes et, de ce fait, ne paient pas l’impôt sur le revenu de la même façon. En effet, pour les expatriés non-résidents, l’impôt sur le revenu est calculé à hauteur de trois paliers : 26 %, 15 % et 10 %.

Par ailleurs, des déductions sont effectuées pour de nombreux motifs, notamment les dépenses médicales, l’achat de livres, d’équipement informatique et sportif ou encore les frais de scolarité.

Déclarer ses impôts : comment faire ?

La déclaration d’impôts doit être effectuée avant le 30 avril pour l’année financière écoulée. Ce délai ne peut être revu pour quelque motif que ce soit.

Le bureau des impôts malaisien enverra un formulaire de déclaration d’impôt sur le revenu aux contribuables. Les résidents devront remplir un formulaire BE, tandis que le formulaire M est destiné aux non-résidents. Ces documents sont disponibles sur le site du bureau des impôts. Par la suite, la déclaration doit être renvoyée à une succursale du bureau des impôts de Malaisie.

Exemptions d’impôts

Au-delà de 55 ans, les retraités sont exemptés d’impôt, tout comme ceux percevant une allocation de chômage ou des intérêts bancaires. Les employés travaillant en Malaisie pour moins de 60 jours par an ne sont pas imposables non plus. Pour ce qui est des expatriés, ceux dotés d’un visa Malaysia My Second Home (MM2H) n’ont pas à cotiser à l’étranger.

Enfin, la Malaisie a signé des accords de non-double imposition avec plusieurs pays. La liste est disponible sur le site du bureau des impôts.

L’impôt sur les sociétés

Le taux de l’impôt sur les sociétés est de 25 %. Pour les PME dont la capitalisation n’excède pas les 2,5 millions de ringgits, les premiers 500 000 ringgits sont imposables à 20 % et les suivants à 25 %.

Dans le cas des entreprises, la taxe est payable en mensualités à partir du second mois d’exercice de l’année fiscale. Un délai de six mois est accordé aux entreprises nouvellement créées. Dans tous les cas, le paiement doit être fait au plus tard le 10 du mois.

Taxe à la consommation

Il n’existe pas de TVA en Malaisie. Cependant, deux types de taxe à la consommation existent : la taxe sur les services et celle sur les produits non-essentiels (cigarettes, alcool, etc.). La première est calculée au taux de 6 % et s’applique notamment aux additions dans les restaurants et les hôtels. La seconde est appliquée à un taux de 5, 10 ou 15 % selon les produits.

Taxe sur la propriété

Les propriétés taxables sont les magasins, les usines et les terrains agricoles. La taxe doit être payée auprès de l’autorité responsable de la localité. A noter que les localités pratiquent des taux variables.

Il existe également l’impôt sur les rentes annuelles. Le taux est déterminé par les autorités locales et atteint en général 6 % pour les propriétés résidentielles. La somme peut alors être payée en deux fois sur l’année. Un autre impôt s’applique à tous les types de propriétés, selon la surface de ces dernières. Le montant varie 0,03 et 0,06 ringgits par mètre carré.

Par ailleurs, un droit de timbre doit être affranchi lors de l’achat d’un bien, au moment du transfert. Le montant est proportionnel au prix du bien en question. Le droit de timbre s’élève à 1 % des 100 000 premiers ringgits, 2 % pour les 400 000 prochains ringgits, et 3 % au-delà de 500 000 ringgits.

Taxes relatives aux véhicules

Plus votre véhicule est imposant en taille, plus la taxe est élevée. La contribution à la taxe routière, comme elle s’intitule en Malaisie, sert à assurer l’entretien du réseau routier. Plus précisément, les facteurs pris en considération pour calculer le taux de la taxe routière sont les suivants : type de véhicule, diesel ou essence, capacité, usage (voiture personnelle ou de fonction).

Le montant à payer varie en fonction de ces critères. Il est possible de les renseigner sur le site de MyEG, qui s’occupe des paiements en ligne pour le compte des autorités malaisiennes.

 Liens utiles :

MyEG www.myeg.com.my
Bureau des impôts www.hasil.gov.my
Bureau des impôts – Accords de non-double imposition www.hasil.gov.my/goindex.php?kump=5&skum=5&posi=4&unit=1&sequ=1&cariw=double taxation
Bureau des impôts – Formulaires de déclaration d’impôts www.hasil.gov.my/goindex.php?jborang=1&tahunbor=Semua (All)&kump=2&skum=3&posi=1&Submit=Go

Recommander
expat.com Your favourite team
Membre depuis le 01 Juin 2008
Small earth, Mauritius
2 Commentaires
Mike 999
Mike 999
l'année dernière

A propos de MM2H. Ce visa requiert la plupart du temps des revenus de source étrangère il concerne donc bien souvent les retraités. Et bien les retraités de la fonction publique française sont prélevés à la source et de manière forfaitaire selon le montant de la retraite. Ils ne sont pas non plus dispensés de faire une déclaration qui au moyen d'un formulaire supplémentaire informe du prélèvement à la source. Le montant qui figurera plus tard sur le relevé d'imposition sera de 0 bien sûr. Mike

Répondre
Mike 999
Mike 999
l'année dernière

Bonjour Souvent le montant des impôts est prélevé par l'employeur qui le verse directement au fisc local. Après avoir travaillé 4 mois en Malaisie (salaire local donc) le montant de mes impôts a été prélevé directement de mes revenus avec un forfait de 30% environ ce qui est la norme. Donc pas de "grace period" comme évoqué dans le guide. Par contre avec quelques contraintes, pas de sortie du pays plus de quinze jours sur une période de 182 jours à partir du 1er janvier, beaucoup de paperasse et de photocopies, de nombreuses visites au centre des impôts surtout pour me rappeler au bon souvenir des fonctionnaires souvent approximatifs dans le suivi des dossiers mais aussi pour compléter le dossier j'ai fini par être presqu'intégralement remboursé. En effet mes revenus de 4 mois ont été étalés sur l'année fiscale ce qui m'a fait tomber dans une tranche voisine de la non imposition. En fait il m'a fallu un an pour récupérer cet argent. Mike

Répondre

Voir aussi

Les conditions d'entrée en Malaisie ne sont pas compliquées pour un séjour touristique. Voici les conditions d'obtention de visa pour la destination.
Faire un stage en Malaisie, c'est découvrir une économie en plein essor, mais aussi découvrir une autre atmosphère professionnelle. Comment procéder ?
En juillet 2014, l'UNESCO a classé la Malaisie au 11e rang parmi les destinations privilégiées pour les études. Comment faire pour étudier en Malaisie ?
À Johor Baharu, le marché de l'immobilier est plutôt vaste. Comment faire pour trouver un logement dans cette ville située à quelques pas de Singapour ?
Ipoh est l'une des villes où le coût de la vie est le moins élevé en Malaisie. Qu'en est-il du logement à Ipoh ? Réponse dans cet article.

Assurance santé expatrié Malaisie

Conseils pour bien choisir votre assurance santé en Malaisie.

Déménagement en Malaisie

Conseils pour préparer votre déménagement en Malaisie

Assurance voyage Malaisie

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage en Malaisie

Billet d'avion Malaisie

Trouvez les meilleurs prix pour votre billet d'avion pour la Malaisie