Shutterstock.com
Actualisé il y a 3 mois

Les options ne manquent pas lorsqu’il s’agit de trouver un travail aux États-Unis. Mieux encore, il n’est pas nécessaire d’être sur place pour commencer les recherches. Quoi qu’il en soit, avant toute chose, vous devez vous familiariser avec la culture d’entreprise locale, les procédures pour poser sa candidature, afin que votre CV soit étudié.

 Important :

Toute personne étrangère désireuse de travailler aux États-Unis doit avant tout demander et obtenir un visa de travail. Le futur employeur est tenu de parrainer la demande de visa, il est donc impossible d’entamer la procédure sans avoir reçu une offre d’emploi.

Il est légalement requis pour l’entreprise qui vous parraine de s’acquitter des frais inhérents à une telle démarche.

Les étrangers postulants au visa H1B doivent noter que la demande se fait chaque année, à compter du 1er avril, aussi, il est recommandé de préparer un dossier complet et de le soumettre dans les temps en sachant que le quota se remplit assez rapidement, parfois en quelques heures seulement.

Si le H1B est approuvé, vous ne pouvez commencer à travailler qu'à partir du mois d’octobre de l’année d’obtention du visa. Veuillez noter que certains types d'entreprises sont exemptés de quota, tels que les sociétés spécialisées dans la recherche à but non lucratif et les universités. 

Rechercher un emploi aux États-Unis

Il existe de nombreuses façons de chercher un emploi aux États-Unis : moteurs de recherche d'emploi en ligne, agences de recrutement ou encore réseau personnel. Voici quelques-unes des méthodes les plus efficaces pour naviguer sur le marché du travail américain.

Internet et moteurs de recherche d'emploi aux États-Unis

Internet vient en tête des outils modernes dédiés à la recherche d'emploi. De nombreuses entreprises publient leurs postes à pourvoir sur LinkedIn ou encore Indeed pour ne citer que ces deux sites. Autrement, recherchez directement les entreprises qui vous intéressent et voyez quelles offres d'emploi elles ont publiées sur leur site Web. Toujours dans ce sens, épluchez les petites annonces dans les journaux, bien que cette pratique tende à être de moins en moins courante.

Les agences de recrutement aux États-Unis

Les agences de recrutement (également connues sous l’intitulé « chasseurs de têtes ») trouvent des talents potentiels pour des postes qualifiés ou hautement qualifiés. Ces recruteurs travaillent souvent pour des secteurs spécifiques et sont payés par l'employeur et uniquement l’employeur en recherche du candidat idéal.

Le réseautage professionnel aux États-Unis

Outre la recherche d'emploi en ligne, le réseautage est un outil particulièrement efficace, consistant à tirer parti de vos relations professionnelles et connaissances occasionnelles. Assistez à des salons pour l'emploi et rejoignez des organisations professionnelles pour vous connecter à votre secteur. Les marchés américains étant concurrentiels, il s’agit d’une étape essentielle, pour ne pas dire vitale professionnellement.

Les agences de recrutement aux États-Unis

Parfois appelées agences de placement temporaire, ces entreprises fournissent un travail contractuel temporaire moyennant des frais. Ces frais peuvent être payés directement par l'employeur ou représenter un pourcentage de votre salaire.

Candidature spontanée aux États-Unis

N'hésitez pas à envoyer des candidatures spontanées aux entreprises qui vous intéressent. Dans un tel cas, adressez-vous à ces entreprises par courriel.

 Bon à savoir :

La plupart des candidatures sont envoyées aux employeurs par courrier électronique ou en ligne, via le site Web de l'entreprise ou même Linkedin. Cependant, si l’envoi de votre CV par voie postale permet de vous démarquer des autres candidats, la méthode n’est pas garantie.

CV et entretien professionnel aux États-Unis

Faites particulièrement attention lorsque vous rédigez un CV à l’attention des employeurs américains. Aux États-Unis, les CV ne font qu'une page et suivent un modèle standard d'informations personnelles, d'expérience et de qualifications, d'éducation, de compétences et de diplômes. Le cas échéant, vous pouvez également indiquer l'appartenance à des organisations professionnelles. On ne saurait trop insister sur le fait que le titre de votre poste, vos qualifications et vos diplômes doivent être correctement traduits dans leur équivalent américain.

Votre CV doit être accompagné d'une lettre de motivation concise et bien écrite, exprimant votre intérêt pour le poste, et de toutes les compétences ou qualifications spéciales qui ne sont pas nécessairement visibles sur votre CV. Après l’envoi de CV et lettre de motivation à une entreprise aux États-Unis, attendez quelques jours ou quelques semaines (selon les détails de l'offre d'emploi) et appelez-les ou faites un suivi par courriel.

Naturellement, s’agissant des États-Unis, les entretiens se déroulent en anglais. Assurez-vous d'être à l'heure ou même d’arriver quelques minutes plus tôt, la ponctualité étant un élément crucial chez les Américains, au contraire du retard, considéré comme irrespectueux. La culture d'entreprise aux États-Unis est amicale, mais aussi très directe : après quelques plaisanteries, votre interlocuteur se mettra rapidement au travail. Assurez-vous de faire un suivi après l’entretien. Quelques heures ou un jour après l’entretien, remerciez votre interlocuteur pour l’opportunité et le temps qu’il vous a consacré, sans oublier de lui rappeler votre intérêt pour le poste et l'entreprise.

Les contrats de travail aux États-Unis

Si vous avez été sélectionné pour occuper un emploi, vous signerez un contrat en bonne et due forme. Ce document légal reprend votre salaire, les avantages, ainsi que la politique de l'entreprise. Attention, il ne s’agit en aucun cas d’un Contrat à durée déterminée, bien que chaque état réglemente ses propres effectifs et lois, la législation du travail américaine est assez libérale.

Ainsi, de nombreux États suivent ce qu'on appelle « l'emploi à volonté » (at will employment), signifiant que les employeurs sont autorisés à licencier des employés à leur gré, sans avoir à établir de véritable motif de licenciement. L'employé peut également partir sans avoir à donner un préavis, bien que la plupart des entreprises exigent un préavis d'au moins deux semaines. De plus, il n'y a aucune loi aux États-Unis qui oblige l’employeur à payer une indemnité de départ ou de licenciement. Cela dit, il est important que les employés soient au courant du droit du travail dans leur État et de ce que l'employeur garantit lorsqu'il met fin à l’embauche.

 Bon à savoir :

La culture du travail aux États-Unis est très différente si l’on compare à d’autres pays. Par exemple, le travail est une partie importante de la vie d'un individu, ainsi que de son identité, et les employeurs attendent beaucoup de leurs employés. Ainsi, la Constitution américaine ne mentionne aucunement l’obligation des employeurs de donner des congés payés aux employés, bien que la plupart des entreprises donnent environ 5-10 jours de congé payé par an.

 Liens utiles : 

U.S. Department of Labor
Visa H1B
Monster
Career Builder
Indeed
Manpower USA
Elite Staffing

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.