A propos du Mozambique


Partageant des frontières terrestres avec l'Afrique du Sud, le Swaziland, le Zimbabwe, le Malawi et la Tanzanie, la République du Mozambique est un paradis d’Afrique australe, relativement peu développé, qui s'enorgueillit de plages immaculées baignées par les eaux tièdes de l'océan Indien.

Le Mozambique compte près de 30 millions d'habitants et s’étend sur environ 800 km², soit la moitié de la superficie de l'Afrique du Sud. Quarante-trois langues vivantes, dont 41 indigènes, y sont parlées au total. Cependant, en tant qu'ancienne colonie portugaise, le pays conserve le portugais comme langue officielle, et son histoire a donné naissance à un fantastique alliage de culture luso-africaine.

Attendez-vous à vous y régaler de «gâteaux de crevettes», de poulet au pili-pili et de tartes à la crème portugaises, tout en buvant le malheureusement fameux RnR (cocktail de rhum et de framboise). Danser sur la plage au son des vagues et de la marrabenta (un style de musique dansante qui fut développé dans la capitale de Maputo il y a presque un siècle) constitue une part importante de la vie nocturne au Mozambique.

Le meilleur moment pour visiter le Mozambique est sans doute de mai à novembre, alors que les précipitations et l'humidité sont faibles, et les températures moyennes et confortablement tièdes. Décembre et janvier voient beaucoup de Sud-Africains venir passer leurs vacances scolaires d’été dans le pays, la frontière étant relativement simple à franchir et les villes touristiques du sud du pays offrant des escapades idylliques et abordables aux familles.

La vie sous-marine attire les passionnés de plongées, désireux d’explorer les récifs coralliens colorés et de côtoyer les bancs de poissons tropicaux aux couleurs vives, les énormes mantras et les requins-baleines. L’observation des baleines et des dauphins est un passe-temps populaire le long de la côte, et les excursions vers les archipels sont une activité incontournable pour ceux qui recherchent un peu de relâchement sur une île déserte.

Après des décennies troublées de guerre civile, les pourparlers de paix cherchent à orienter le pays vers la croissance, et l'agriculture du Mozambique semble se remettre des effets d’une période d’intense sécheresse provoquée par l'une des plus fortes occurrences d'El Niño jamais enregistrées, qui a anéanti une quantité considérable de bétail et de récoltes en 2016. A en croire la dernière édition du bulletin d’actualités économiques de la Banque mondiale sur le Mozambique, l’économie mozambicaine a commencé à montrer des signes d'amélioration début 2017 et sa monnaie (le metical mozambicain) s'est stabilisée. La convalescence de l'industrie charbonnière du pays s’en voit attribuer le mérite, et des progrès similaires dans le secteur extractif seraient la clé d’un avenir meilleur.

Les conditions économiques demeurent difficiles au Mozambique. L'inflation s’élève à 18% et, selon la Banque mondiale, "les taux moyens des prêts des banques commerciales, d'environ 30%, sont prohibitifs pour une grande partie du secteur privé". Cependant, bien que l'économie mozambicaine ait besoin de davantage pour se redresser, il y a des signes positifs ainsi que des perspectives de travail dans le pays pour les expatriés s'ils ont les qualifications universitaires et professionnelles requises et absentes chez les locaux.