A propos du Lesotho


Le Royaume du Lesotho est complètement encerclé par la République d'Afrique du Sud, et ressemble à un pays alpin : il possède même un climat continental, avec des étés chauds et des hivers froids qui connaissent souvent de la neige, et ouvrent la possibilité de skier. Comme son nom complet l'indique, le Lesotho possède une monarchie, et le roi Letsie III est actuellement le chef d’Etat. Cependant, le monarque n'a aucun pouvoir législatif ou exécutif.

Le Lesotho est célèbre pour sa beauté pittoresque, qu’il doit à ses chaînes de montagnes aux sommets vertigineux, aux vallées étroites, aux rivières, et cascades cristallines. Les deux tiers du Lesotho sont constitués de montagnes, et les hauts plateaux situés au sud, au centre et au nord-est du pays sont connus pour offrir certains des meilleurs parcours de randonnées au monde. Malgré ses zones montagneuses faiblement peuplées, la densité de population du Lesotho est élevée pour une nation africaine, et plus de 2,2 millions de personnes vivent dans cette enclave de 30 355 km².

Ce royaume montagneux enclavé a conquis son indépendance de l'Angleterre en 1966, et ses langues officielles sont l'anglais et le sesotho (ou sotho), bien que le zoulou, le phuthi, et le xhosa y soient également parlés par des minorités. L'anglais est employé pour les affaires gouvernementales et commerciales, et c'est la langue usitée dans les écoles secondaires. Le sesotho est employé pour l'enseignement primaire et c’est la langue maternelle du groupe ethnique Basotho, qui représente la majorité de la population du pays. De nombreux enfants ne peuvent terminer que l'école primaire et ne sont donc pas en mesure d'apprendre l'anglais, bien que le bilinguisme soit encouragé. Plus de 85% de la population parle le sesotho en tant que première langue, aussi la langue est-elle couramment utilisée dans les médias, les services religieux, et même la politique.

Les missions chrétiennes ont laissé leur empreinte au Lesotho au fil des ans, le christianisme étant la principale religion pratiquée dans le pays (plus de 80% de la population est de confession chrétienne, et majoritairement catholique).

Le Lesotho a enduré des décennies de troubles politiques et des périodes de crise économique. L'agriculture était le premier contributeur au PIB, et la majeure partie de la population rurale pratique l'agriculture de subsistance, mais diverses sécheresses et une érosion poussée ont considérablement réduit les possibilités. Les ressources sont rares, en raison de l'environnement âpre des plateaux de hautes terres et de la rareté des zones agricoles dans les basses terres. Bien qu'il existe des industries de l'élevage et de l'agriculture, seul un dixième du pays est arable, et son économie reste encore très dépendante de l'Afrique du Sud.

Cependant, les infrastructures des trois superbes parcs nationaux du pays continuent de s’améliorer, et le tourisme y a apporté une contribution considérable. La capitale de Maseru est devenue l'une des villes les plus attrayantes d'Afrique australe.

Les revenus de l'industrie diamantaire du pays ont augmenté, et la "Promesse du Lesotho" est l'un des plus gros diamants au monde. En 2004, le Lesotho a lancé la première phase du Projet hydroélectrique des hautes terres du Lesotho; doté de plusieurs milliards de dollars, il s’agit d’un programme de transfert d'eau à grande échelle visant à exporter de l'eau vers l'Afrique du Sud, générant un flux de revenus vital tout en produisant de l’énergie hydroélectrique pour le Lesotho.

Sachant que le chômage est élevé et qu'une bonne partie de la population active a dû trouver un emploi de l'autre côté de la frontière, il n'est pas chose facile pour un expatrié de trouver du travail au Lesotho. Cependant, de nombreux projets de développement sont financés par un large éventail d’institutions, aussi existe-t-il de potentielles perspectives d'emploi dans le secteur des ONG et, les diamants étants l'un des principaux postes d’exportation du Lesotho, les cadres opérant dans le secteur minier pourraient également parvenir à y trouver du travail.