Actualisé il y a 6 mois

Comment se déplacer en Guinée-Conakry ? Tour d'horizon des différents moyens de transport disponible dans le pays.

En Guinée-Conakry, comme dans la plupart des pays africains, il n’est pas toujours évident de se déplacer et de circuler à travers le pays, en raison d’un réseau routier, ferroviaire ou aérien insuffisant et/ou en mauvais état.

Il n’est pas possible de circuler en train dans toute la Guinée. Seul le Conakry Express existe pour le moment et se limite à la capitale et sa périphérie.

Par la route

Les routes de Guinée, notamment en raison des fortes pluies qui s’écoulent entre mai et septembre, sont dégradées et fragilisées. Un 4x4 est recommandé pour ceux qui souhaitent rouler à travers le pays sur des rues déformées et en mauvais état. Il est par ailleurs conseillé d’anticiper tout problème dès lors que l’on s’éloigne des axes principaux et de se munir de moyens de communication afin de pouvoir rester en contact avec l’extérieur (téléphone GSM).

Les contrôles étant fréquents, pensez à prendre avec vous les papiers du véhicule ainsi que vos documents personnels.

Outre une infrastructure routière peu entretenue, les véhicules sont eux aussi dans un état souvent désastreux, ce qui est à l’origine de nombreux accidents (freins et feux défaillants par exemple).

Mieux vaut éviter de rouler de nuit (absence d’éclairage, mauvais état des routes, agressions) surtout loin des villes et des grands axes, et de privilégier l’autoroute.

À Conakry, la circulation est difficile et seuls quelques grands axes traversent la ville.

Il est possible de louer un véhicule et de négocier la location d’un taxi au mois pour vos déplacements quotidiens. Vous pouvez également louer une voiture avec chauffeur lorsque vous devez vous déplacer dans le pays. Que ce soit lors de vos déplacements ponctuels au sein de la capitale ou des séjours plus longs à travers le pays, pensez à toujours négocier le prix avant votre départ, et à vérifier l’état du véhicule de location.

Prix du carburant

Le prix du carburant est le même partout, à savoir 9 500 GNF pour un litre, qu’il s’agisse de gasoil ou d’essence.

Par le train

En Guinée, le transport ferroviaire, encore très peu développé, serait l’opportunité de créer un réseau stratégique de transport de passagers et de marchandises vers les pays voisins, comme le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

Le Conakry Express permet depuis 2010 de relier Kagbélen à Kaloum (le centre d’affaires de Conakry), en passant notamment par le marché de Madina. Il ne circule que deux fois par jour, une fois le matin en direction de Kaloum et une fois le soir en direction de Kagbélen. Environ 4 500 usagers l’empruntent chaque jour.

Après une mise à l’arrêt de plusieurs mois à la demande de China International Fund, le Conakry Express a fini par reprendre du service en juillet 2017, sous la direction de la société nationale des chemins de fer. Malgré une augmentation des tarifs, il s’agit du moyen de transport le moins cher et le plus rapide de Conakry.

Afin de désengorger le Conakry Express, le Bluetrain devrait prochainement faire son apparition, et circulera sur la même ligne.

Par les airs

À l’heure actuelle, la Guinée est desservie par douze compagnies aériennes, dont deux européennes (Air France et Brussels Airlines), six africaines et trois locales, qui relient Conakry aux villes principales du pays.

 Lien utile :

APIP – Infrastructures

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.