A propos de Guinée Conakry


Bordée par six pays dont la Guinée-Bissau, le Sénégal, le Mali, la Sierra Leone, le Libéria, et la Côte d’Ivoire, sur une superficie de 245 857 km² , la Guinée fait à peu près la même taille que le Royaume-Uni, mais avec une population moins importante, de 10,5 millions d’habitants. Elle est mieux connue comme la Guinée-Conakry pour la distinguer d’autres pays aux noms similaires, tels que la Guinée-Bissau et la Guinée équatoriale.

C'est un pays à prédominance musulmane, les musulmans représentant environ 85% de la population, avec des communautés minoritaires chrétiennes et animistes. Le français est la langue officielle et est enseigné dans les écoles, bien que très peu de Guinéens le parlent à la maison. Au total, environ 40 langues sont encore utilisées à travers le pays, mais il y a huit principales langues nationales : le malinké (maninkakan), le peul, le soussou, le kpèllé (guerzé), le loma (toma), le kissi, le coniagui, et le bassari. Pour la majeure partie de la population côtière et dans la capitale, la langue soussoue est progressivement devenue la langue véhiculaire. Il y a depuis quelques années un débat sur la possibilité de réhabiliter les langues guinéennes par le biais de l’éducation, comme c’était le cas sous le premier président du pays, jusqu'en 1984, date à laquelle le pays est revenu au français.

La Guinée a obtenu son indépendance de la France en 1958. Cependant, les premières élections démocratiques ont eu lieu des années après, en 2010. La fin des régimes despotiques n'a cependant pas mis fin à une instabilité due à la grogne politique, ethnique et économique.

Il y a 24 groupes ethniques en Guinée, mais les trois principaux sont les Peuls (aussi appelés Fulanis), les Malinkés (appelés Mandingues dans d'autres parties d'Afrique de l'Ouest) et les Soussous. Les tensions ethniques sont malheureusement parfois omniprésentes.

La Guinée a le potentiel de devenir l'un des pays les plus riches d'Afrique grâce à ses énormes ressources minérales, mais une histoire troublée et une mauvaise gestion économique ont lourdement affecté sa population, l’une des plus pauvres sur le continent. Un afflux de réfugiés en provenance du Libéria et de la Sierra Leone ont également accentué la pression sur son économie en difficulté, qui dépend principalement de l'agriculture de subsistance et de l'industrie minière.

La Guinée était considérée comme l'un des meilleurs pays au monde pour l'exploitation minière, et près de 25% de ses revenus proviennent de cette industrie. On estime que le pays possède plus d'un tiers des réserves de bauxite connues dans le monde, et c’est le deuxième producteur de bauxite. Il possède également de riches gisements de diamants et d'or, ainsi que d'importantes réserves de minerai à haute teneur en fer. Cependant, les infrastructures lacunaires du pays, la corruption, et la criminalité représentent de sérieux écueils.

De nombreux expatriés travaillant dans le secteur minier tendent à vivre à Kamsar, principale ville pour l’exploitation et l’exportation de bauxite. En conséquence, nombre de bons hôtels et restaurants sont essentiellement orientés vers les cadres du secteur extractif. Il existe aussi une communauté d'expatriés dans la capitale de Conakry, située sur la côte atlantique et représentant également le principal port du pays. Le Centre culturel franco-guinéen y propose une excellente offre de divertissement culturel aux étrangers, et la quatrième plus grande mosquée d’Afrique est une attraction à ne pas manquer. La ville et ses environs offrent aux expatriés nombre de merveilleux endroits à découvrir, bien que les facteurs sanitaires et sécuritaires ne doivent à aucun prix être négligés. Le littoral s’étendant entre Conakry et la Guinée-Bissau arbore des plages immaculées et une faune sauvage, tandis que les hauts plateaux du Foutah Djallon s’enorgueillissent de parures naturelles, et notamment de chemins de randonnée ouvrant à la vue des prairies vallonnées, de belles cascades, et des falaises. Trois grands fleuves (la Gambie, le Sénégal et le Niger) y convergent, ce qui en fait l'une des zones les plus verdoyantes du pays. La majorité du pays présente un climat tropical et humide, avec une saison des pluies qui dure généralement six mois, d'avril à octobre. De par sa forte pluviométrie et ses gorges profondes, le pays a un potentiel hydroélectrique considérable, il est donc judicieux de garder également un œil sur les perspectives dans ce secteur.