Actualisé il y a 6 mois

Expat.com vous apporte tous les renseignements nécessaires quant aux formalités à accomplir pour conduire, échanger ou convertir votre permis au Congo.

Conduire au Congo

C’est un fait, les routes au Congo-Brazzaville ne sont pas toujours en bon état, ceci pour plusieurs raisons : des conditions naturelles peu propices, des distances très importantes à couvrir, une forte dispersion des populations, des ressources exploitables, mais également un entretien et des investissements insuffisants durant les dernières décennies. Un Plan national des transports a permis néanmoins d’améliorer l’état de ces structures entre 2012 et 2016.

Ainsi, en vous expatriant au Congo, vous pourrez jouir dans la mesure du possible de 21 000 km de routes principales, néanmoins, gardez à l’esprit que moins de 10 % de cette surface est bitumée. Par ailleurs, de nombreux axes routiers sont complètement impraticables en temps de pluie.

Si la voiture est pratique pour les déplacements au quotidien en ville, le 4X4 devient un outil quasiment indispensable pour aller ailleurs, dans le pays.

Le permis de conduire au Congo

Avant le départ, il est fortement conseillé aux détenteurs du permis de conduire de demander un équivalent international, ceci jusqu’à l’obtention d’un permis congolais. Selon la note circulaire n° 1992/ MTAC-MN-CAB du 28 juillet 2001 : « Tout candidat désireux d’obtenir un permis de conduire doit obligatoirement passer par une auto-école où il doit subir une formation. »

En effet, les autorités congolaises ne pratiquent pas l’échange de permis. Ainsi, pour obtenir un permis de conduire congolais, il faut s’inscrire auprès d’une auto-école agréée par l’État pour une formation théorique en bonne et due forme. Cette première étape donne droit à une attestation de fin de formation.

La suite consiste à déposer et à payer les frais d’examen auprès de la Direction Générale des Transports Terrestres (DGGT), située à Brazzaville. Viennent les épreuves théoriques et pratiques qui permettront d’obtenir une autorisation provisoire de conduire d'une validité de deux mois.

Ainsi, pendant ces deux mois, le candidat ne doit pas commettre d'infraction au Code de la route. Si tel est le cas, il peut prétendre à un permis définitif, tel le permis biométrique communément appelé permis Cémac.

 Bon à savoir :

Le permis de conduire français est reconnu en République du Congo. Concernant les autres nationalités, il est fortement conseillé de se rapprocher de l’ambassade ou du consulat congolais du pays de départ pour de plus amples informations sur le sujet.

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.