Close

Travailler en Algérie

Recommander

Avant d’envisager de faire carrière en Algérie, les ressortissants étrangers ont une multitude de points à aborder dans le cadre de leur expatriation. Dans cet article, découvrez toutes les informations utiles relatives au travail en Algérie.

Pourquoi partir travailler en Algérie ?

L’exploitation du pétrole est un avantage certain pour l’économie algérienne. Il peut donc être intéressant de s’y expatrier pour y faire carrière. En effet, le pays est la quatrième puissance économique du continent africain. En 2013, le PIB s’élevait à 209 milliards de dollars. Le taux de chômage était de 9,7 % parmi la population active en 2013, contre 24,3 % des jeunes la même année.

De plus, les ressortissants étrangers sont perçus favorablement s’ils sont hautement éduqués et qualifiés. Les entreprises basées en Algérie ont donc tendance à ouvrir de nombreux postes à responsabilité aux candidatures étrangères.

Travailler en tant qu’expatrié en Algérie

Il est grandement préconisé d’avoir prospecté depuis l’étranger. En effet, lors de votre entrée sur le territoire algérien, il vous faudra présenter un visa de travail préalablement demandé à la représentation diplomatique algérienne de votre pays. Dans le cadre de l’obtention de celui-ci, une autorisation provisoire de travail doit être incluse dans le dossier.

Votre prospection peut commencer depuis l’étranger, notamment sur Internet. Il existe de nombreuses plateformes virtuelles d’offres d’emploi, permettant aux entreprises comme aux chercheurs d’emploi de trouver rapidement ce qui leur convient. La Chambre de commerce et d’industrie France-Algérie peut également s’avérer extrêmement utile : on y recense un nombre important d’entreprises algériennes adhérentes.

Permis de travail et autorisation de travail temporaire

Le niveau requis pour le recrutement des travailleurs étrangers est celui de technicien. En effet, la réglementation algérienne interdit à tout employeur d’engager des ressortissants étrangers n’étant pas titulaire d’une telle qualification au minimum. Ainsi, l’organisme recruteur doit s’assurer que le poste proposé ne peut être accordé à un citoyen de nationalité algérienne.

Tout étranger appelé à travailler en Algérie doit se munir d’un permis de travail ou d’une autorisation de travail temporaire. Ces documents sont délivrés par les services de l’emploi territorialement compétents, et le dépôt du dossier de demande est placé sous la responsabilité de l’employeur.

Le permis de travail est valide pour une durée de deux ans. Le futur employé devra fournir les documents suivants :

  • une fiche de renseignements relatifs au travailleur étranger
  • des copies certifiées conformes des titres, diplômes et autres documents justifiant les qualifications professionnelles et académiques
  • les certificats médicaux prévus par la législation en vigueur
  • un exemplaire du contrat de travail signé
  • deux photos d’identité.

D’autres documents viendront compléter le dossier. Ceux-ci doivent être fournis par l’employeur.

Conditions de travail

L’âge minimum légal de travail en Algérie a été fixé à 16 ans et le salaire minimum à 18 000 dinars algériens. Le nombre légal d’heures de travail par semaine est de 40 heures, alors que les heures supplémentaires doivent rester exceptionnelles. L’employé bénéficie de deux jours et demi de congés par mois, soit 30 au total pour l’année. En Algérie, en règle générale, le jour de repos hebdomadaire est le vendredi. Certains commerces ferment également le jeudi afin de profiter d’un weekend de deux jours.

Le contrat de travail (en général, un CDI) fait mention d’une période d’essai de six mois maximum. Cependant, pour les postes à responsabilité ou requérant de hautes qualifications, elle peut être prolongée jusqu’à 12 mois. Dans le cas d’un CDD, la durée de celui-ci ne peut excéder 36 mois consécutifs.

En cas de licenciement, l’employeur est tenu d’en informer oralement l’employé et de s’entretenir avec ce dernier avant de lui faire parvenir un courrier officiel. La durée de celui-ci est égale à la durée de la période d’essai pour le poste, plus cinq jours par année de travail effectuée au sein de la même entreprise.

Sécurité sociale

Quelle que soit leur nationalité, les salariés en Algérie sont placés sous le régime de protection sociale. Celui-ci comprend les assurances sociales couvrant les maladies, la maternité, l’invalidité et l’assurance décès, la pension de retraite, la couverture en cas d’accident du travail ou de maladie professionnelle, les prestations familiales et l’assurance chômage.

On compte ainsi quatre caisses nationales : la Caisse Nationale de Recouvrement des Cotisations de Sécurité Sociale (CNRSS), la Caisse Nationale d’Assurances Sociales des Travailleurs Salariés (CNAS), la Caisse Nationale des Retraites (CNR) et la Caisse Nationale de l’Assurance Chômage (CNAC).

Au 1er janvier 2014, la répartition des charges entre l’employeur et le salarié était établie de la façon suivante : 25 % pour l’employeur et 9 % pour l’employé. Tous deux contribuent notamment pour les assurances sociales (12,5 % et 1,5 % respectivement), la retraite (10 % et 6,75 % respectivement), l’assurance chômage (1 % et 0,5 % respectivement) et la retraite anticipée (0,25 % chacun).

Les accidents du travail et autres maladies professionnelles représentent 1,25 % du salaire, à charge de l’employeur uniquement.

Assurance chômage et indemnisation de licenciement

Il existe une différence entre assurance chômage et indemnisation de licenciement. En effet, en Algérie, le chômage est un terme employé lorsqu’une personne est en incapacité de travail pour une période définie suite à un accident du travail ou la contraction d’une maladie. Il n’existe pas d’indemnité de chômage mensuelle en cas d’inactivité professionnelle totale.

En revanche, en cas de licenciement économique ou autre, l’Etat a prévu une indemnisation unique, versée en une seule échéance, équivalant à un mois de salaire par année de travail prestée au sein de l’entreprise.

Toutes ces indemnisations sont perceptibles aussi bien par les citoyens algériens que les employés expatriés d’origine étrangère.

 Liens utiles :

Expat.com – Offres d’emploi en Algérie
Agence Nationale de l’Emploi (ANEM) www.anem.dz
Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale www.mtess.gov.dz
Chambre de commerce et d’industrie France-Algérie www.cciaf.org
Caisse Nationale de Recouvrement des Cotisations de Sécurité Sociale www.cnrss.dz
Caisse Nationale d’Assurances Sociales des Travailleurs Salariés www.cnas.dz
Caisse Nationale des Retraites www.cnr-dz.com
Caisse Nationale de l’Assurance Chômage www.cnac.dz
Emploinet www.emploinet.net
Emploitic www.emploitic.com
Carrière Algérie www.cadre-algerie.com

Recommander
expat.com Your favourite team
Membre depuis le 01 Juin 2008
Small earth, Mauritius
Écrire un commentaire

Voir aussi

Constantine est une cité industrielle. Elle abrite également des activités agricoles. Quels sont les secteurs offrant de l'emploi à Constantine ?
Seconde ville la plus importante d'Algérie, Oran offre des opportunités d'emploi dû à son importante attractivité économique et industrielle. Plus d'infos.
Futur expatrié à Alger, vous souhaitez trouver un emploi dans la capitale algérienne ? Découvrez le marché du travail algérois et ses caractéristiques.
Comment faire pour créer une entreprise en Algérie ? Quelles sont les étapes et les formalités indispensables ? Découvrez les réponses dans cet article.
La situation économique de l'Algérie est favorable au recrutement de stagiaires. Comment faire pour trouver un stage en Algérie ? Réponse dans cet article.

Assurance santé expatrié Algérie

Conseils pour bien choisir votre assurance santé en Algérie.

Déménagement en Algérie

Conseils pour préparer votre déménagement en Algérie

Assurance voyage Algérie

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage en Algérie

Billet d'avion Algérie

Trouvez les meilleurs prix pour votre billet d'avion pour l'Algérie