Close

Le blog d'une famille expatriée au Brésil

Blog du mois
Publié il y a 3 ans
Je suis toulousaine, enracinée dans cette région où j’ai grandi, où j’ai ma famille, mes amis, mes repères. Mais j’ai toujours adoré voyager et surtout découvrir tout ce que nous cache le monde et me nourrir de ces cultures d’ailleurs.
Mamagalo

Mamagalo

Je vis au Brésil depuis juillet 2011, avec mon mari et mes deux enfants : nous y travaillons, bien sûr, mais nous voyageons dès que cela est possible et nous profitons des innombrables ressources qu'offrent ce merveilleux pays!

Je suis toulousaine, enracinée dans cette région où j’ai grandi, où j’ai ma famille, mes amis, mes repères. Mais j’ai toujours adoré voyager et surtout découvrir tout ce que nous cache le monde et me nourrir de ces cultures d’ailleurs.

 

Comment t'est venue l'idée de t'installer au Brésil ?

Je n’avais pas envie de ne connaître que cette vie toulousaine, je voulais savoir si j’étais capable de m’adapter à autre chose, j’avais besoin de changer d’horizon. Je voulais montrer, aussi, à mes enfants comment la vie se passe dans d’autres pays. Etant prof, j’ai pu candidater sur différents postes à travers le monde et j’ai obtenu le Brésil, que j’avais choisi pour son ouverture sur l’Amérique latine que je n’avais jamais visitée et pour son côté exotique, bien sûr !

 

Depuis combien de temps es-tu partie ? Est-ce la première fois que tu vis loin de chez toi ?

Cela fait 2 ans et demi que je vis au Brésil avec ma petite famille. C’était la première fois que je m’installais loin de chez moi (mise à part une année passée à Nice, pendant mes études, ce qui représente un éloignement moindre !).

 

Comment s'est passée l'installation ?

L’installation n’a pas été le meilleur moment de mon expatriation : moi qui suis d’une nature plutôt optimiste, j’en suis arrivée à me demander si j’avais fait le bon choix ! La première grande barrière est bien sûr celle de la langue : ici, personne ne parle autre chose que le portugais (pas même un peu d’anglais), ce qui complique les démarches administratives lorsqu’on n’est pas du tout lusophone. Par ailleurs, les choses (les papiers, les réponses aux mails…) vont beaucoup plus lentement qu’en France, ce qui peut rendre parfois un peu nerveux !

 

Les Brésiliens sont-ils accueillants ?

Ils le sont merveilleusement : quelque soit l’endroit où l’on se trouve, les gens ont toujours un mot aimable, ils s’intéressent à vous, vous font une plaisanterie…c’est le royaume de la convivialité !

 

Qu'est-ce qui t'a le plus surpris à Curitiba/au Brésil ?

Ce qui me surprend chaque jour, c’est la capacité qu’ont les Brésiliens à rester chaleureux, malgré les difficultés qui les assaillent souvent (notamment au niveau des salaires, de leur qualité de vie ou des horaires de travail qui peuvent être considérables).

 

Quelles sont les différences les plus marquantes avec la France, ton pays d'origine ?

Les gens ne se cachent pas, n’ont pas peur d’être jugés : par exemple, quelque soit sa corpulence, une femme assumera de se mettre en bikini sur la plage et sera sûre de sa féminité.

La religion : ici, il n’est pas concevable de ne pas être croyant, ce qui n’est pas le cas en France.

La nourriture : c’est un des seuls points matériels qui me fait penser à la France avec nostalgie, parfois !

La patience : tout prend du temps au Brésil…les courses avec la caissière qui discute avec chaque client, les réparations chez le garagiste qui peuvent prendre des lustres, le restaurant où il nous est arrivé d’attendre jusqu’à 1h30 avant que notre commande arrive, etc. C’est une belle école pour apprendre à déstresser et à ne surtout pas s’énerver.

 

Quel est ton meilleur souvenir ?

Il y en a tant, car tout est nouveau et, du coup, assez marquant !

Il y a eu, en particulier, un voyage dans une région appelée le Pantanal où j’ai découvert la nature brute, sauvage, animale et ses habitants qui vivent en communion avec celle-ci : ça a été une vraie prise de conscience pour moi.

 

Est-ce qu'il y a des choses qui te manquent depuis que tu es installée au Brésil ?

Ma famille, mes amis français, le fromage et les chocolatines du dimanche matin.

 

La vie d'une expat au Brésil, ça ressemble à quoi ?

Ma vie d’expat n’est pas bien différente, au quotidien, de celle que j’avais en France. On va peut-être plus souvent au restaurant, car ceux-ci ne sont vraiment pas chers : ce sont souvent des buffets qui servent une cuisine simple et où le prix est proportionnel au poids de l’assiette.

On a, par ailleurs, bien plus facilement accès et à moindre prix, à tout ce qui concerne la beauté : massage, manucure, pédicure, soin se trouvent à tous les coins de rue, car l’apparence et l’esthétique est primordial pour les brésiliennes.

Une des choses qui me ravit, aussi, dans ma vie d’expat, c’est qu’elle est ponctuée de petits ou grands voyages, dès qu’il y a un pont ou des vacances, on va mettre les pieds dans l’eau ou visiter les grandes villes brésiliennes.

 

Qu'est-ce qui t'a donné envie d'écrire ce blog ?

Au départ, c’était pour faire partager nos expériences et notre vie quotidienne avec la famille et les amis, garder un lien avec eux, quand on sait qu’on ne peut pas rester pendu au téléphone tous les soirs. Et puis, je me suis prise au jeu de l’écriture. J’apprécie, aussi, de faire découvrir ce que je connais du Brésil…si je peux convaincre certaines personnes de venir goûter à sa chaleur, alors j’en serai heureuse.

 

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à celles et ceux qui souhaitent aller vivre à Curitiba/au Brésil ?

 

Je leur conseillerai de rester à l’écoute, de saisir toutes les opportunités de faire des rencontres et pour cela, ne pas hésiter à parler avec tous les gens qui vous adressent un sourire ou un mot gentil…pour cela, il faut, évidemment, maîtriser la langue !

Le blog d'une famille expatriée au Brésil

7 Commentaires
Jenzinha
Jenzinha
il y a 3 ans

Votre récit me rappelle ma vie là bas... J'y ai habité 2 ans, mais à São Paulo, et j'ai littéralement laissé mon coeur là bas, et vous semblez être littéralement sous le charme également ! c'est vrai que pendant toute la période d'installation, qui traine assez longtemps du fait de la lenteur des administrations, on se demande si on a fait le bon choix, mais les mois qui suivent confirment que c'était le meilleur choix à faire ! Juste 2 petits points sur lesquels j'ai une autre vision (peut-être du fait d'habiter à São Paulo?) : - manger au restaurant coûte quand même assez cher, surtout quand on a un salaire local ! - L'anglais est très largement parlé dans les grandes villes, et ils ont d'ailleurs un bien meilleur niveau d'anglais que les français ;-). Mais paradoxalement, dans le tourisme, beaucoup ne vont parler que portugais,ou un peu espagnol. Pour les chocolatines du dimanche matin, j'avais la chance d'habiter près d'une boulangerie française ;-) Profitez de cette expérience magique.

Répondre
eirtrofeled
eirtrofeled
il y a 3 ans

bonjour ma fille à le virus des voyages parle plusieurs langues et voudrait découvrir le Brésil tout en travaillant. PEUTelle envisager de venir avec visa travail vacance et chercher sur place ? QUE LUI CONSEILLERRIEZ vous ? MERCI POUR ELLE

Répondre
Falcone
Falcone
il y a 3 ans

Même mode de vie à Luanda en Angola à la seule différence que ici tout le monde ne vous accueille pas avec un large sourire. Depuis l'aéroport on fait des distinctions entre les nationaux et les étrangers. Bref à part ça intégration verticale sur tous les autres points.

Répondre
GEGESEN
GEGESEN
il y a 3 ans

On est pas systématiquement accueilli avec le sourire à l'aéroport au Sénégal. Plutôt par des pique-pockets. Encore du vécu. Un handicapé en plus, de quoi se culpabiliser. Maintenant, quand je rentre de voyage, je leur interdit de m'approcher. Après, en reprenant le train train cela devient plus agréable. Dans le quartier les gens m'aiment bien malgré mon sale caractère. Ma femme doit y être pour quelque chose. lol!

Répondre
waffounet
waffounet
il y a 3 ans

bonsoir nous ommes toulousains expatrie en tunisie depuis 5 ans mon epoux etait militaire a frankasal et je ne regrete pas d etre venue meme si comme vous le dite les administrations sont tres aleatoire surtout depuis 2011 mais nous ne regretons rien la difference c est que beaucoups de gens parlent francais et c est ce qui nous a determiner e venir en tunisie

Répondre
GEGESEN
GEGESEN
il y a 3 ans

Beaucoup de points communs avec le Sénégal. Intéressant à lire pour qui ne connait pas du tout le Brésil, en dehors du foot, des favelas et du carnaval.

Répondre
Pitruzzella
Pitruzzella
il y a 3 ans

Bonjour nous sommes allés sur votre blog et nous avons quelques questions à vous poser mais avant je vais vous prêsenter ma petite famille. Nous avons 3enfants de 13, 11et 5 ans. Mon mari à une grande expérience dans le commerce et la restauration c'est un italien et moi je suis institutrice dans une école primaire. Comme vous, nous avons envie de changer d'horizon, de changer de vie.Le Brésil est une destination qui nous tente mais le plus difficile est de trouver l'endroit et vous semblez avoir trouvé un petit paradis. Nous ne savons pas non plus par ou commencer au niveau administratif , nous nous interrogeons sur les possibilités de trouver du travail moi dans l'éducation pour commencer avant de me lancer dans autre chose : restauration, chambre d ' hôtes nous brancherait bien et enfin nous aimerions savoir au niveau des écoles, collège et lycée comment ça se passe pour les inscriptions . Votre expérience donne vraiment envie mais jusque là les blogs que nous avons pu lire étaient plutôt très négatifs et là nous avons envie d y croire à nouveau!!!!! Notre Mail : stefano.pitruzzella@magiline.fr Merci Très cordialement.

Répondre

Assurance santé expatrié

Conseils pour bien choisir votre assurance santé pour expatrié.

Déménagement international

Conseils pratiques pour bien préparer votre déménagement international