Retour d'expatriation : faut-il franchir le cap ou pas ?

  • retrouvailles a l'aeroport
    Shutterstock.com
Article
Publié il y a 2 mois

L'expatriation est une expérience pouvant être à la fois intéressante et intimidante. Au départ, ce sont la motivation et la détermination qui prennent le dessus face à toutes les nouvelles opportunités qui se présentent. Au fur et à mesure et souvent lorsqu'il est seul, l'expatrié se sent toutefois envahir par le stress et l'angoisse, ce qui peut l’amener à avoir le mal du pays. En revanche, un retour d'expatriation n'est pas une décision que l'on peut se permettre de prendre sur un coup de tête. Voici quelques conseils pour vous aider à peser le pour et le contre.

Piyuesh Modi

Piyuesh Modi

Piyuesh Modi est un entrepreneur social, expert en marketing digital, et blogueur sur le site PagePotato.com. Il est également un volontaire actif et suit actuellement une formation sur l'entrepreneuriat, le marketing en ligne et la réalisation de croquis-notes.

Le retour d'expatriation est ce que je qualifie de « la fin du cycle ». Vous êtes sur le point de mettre un terme à la carrière dont vous avez toujours rêvé à l’étranger après avoir fait vos premiers pas dans le marché du travail de votre pays d'origine. Cette expérience vous a sans doute permis d'avancer davantage, de profiter d'une multitude d’opportunités et d’acquérir de nouvelles compétences ainsi que des souvenirs que vous chérirez à vie. Cependant, au bout d'un certain temps, il est tout à fait naturel pour un expatrié de ressentir un certain vide dans sa vie et d'avoir le mal du pays. La distance qui le sépare de ses proches et de tout ce qui lui était familier devient alors l'un des facteurs déterminants pour son avenir.

D'une manière générale, le retour d'expatriation est un sujet qui n'est pas si facile à aborder, contrairement à ce que vous pourriez penser. Il ne suffit pas de faire ses valises et de prendre le prochain vol pour rentrer. Loin de là ! Tout dépend de votre capacité de mener à bien ce projet après avoir passé des mois ou des années à vous adapter à votre nouvelle vie à l’étranger et à mettre en place votre routine. Il faudra sans doute évaluer à nouveau votre désir de rentrer et peser le pour et le contre avant de franchir le cap du retour.

Mes années d’expérience m'ont permis d'identifier 7 facteurs pouvant vous aider à prendre une décision judicieuse concernant votre retour.

moving back home
Croquis note réalisé par Piyuesh Modi

Évaluez votre budget

Votre nouvel emploi à l’étranger vous permet-il de subvenir à vos besoins, de faire face au coût de la vie et de faire quelques économies ? Il est aussi important de se renseigner sur les frais associés au retour d'expatriation. Gardez en tête qu'il vous faudra non seulement acheter votre billet d'avion pour le retour mais aussi trouver un nouvel emploi qui vous garantira le niveau de vie souhaitez, et prévoir un logement. Êtes-vous convaincu de pouvoir trouver un poste similaire à celui que vous occupez à présent et de disposer du budget adéquat pour le loyer, le transport, faire vos courses et mener une vie confortable ?

Aurez-vous l'encadrement souhaité à votre retour ?

Dépendant de la durée de votre séjour dans votre pays d'accueil, vous avez sans doute développé votre cercle social et il peut s’avérer dur de vous séparer de vos nouveaux amis. Cela dit, de nombreux expatriés choisissent de rentrer lorsque leurs proches et amis leur manquent. Toutefois, gardez en tête que les choses ont probablement changé depuis que vous vous êtes installé à l’étranger. Si votre expatriation vous a permis de progresser dans votre carrière, de découvrir de nouvelles cultures et de vous faire de nouveaux amis, ce qui vous a permis d'adopter une mentalité différente, cela peut aussi être le cas de vos proches et amis. Espérez-vous que vos amis et vos proches soient disposés à passer du temps avec vous dès votre retour et que vous pourrez à nouveau organiser vos sorties le week-end ou les repas en famille ?

Êtes-vous prêt sur le plan psychologique ?

Même si vous éprouvez un profond désir de rentrer au pays et retrouver tout ce qui vous est familier, êtes-vous psychologiquement prêt à franchir le cap ? Depuis votre départ pour l’étranger, de nombreuses choses ont sans doute changé, tant sur le plan social que politique, économique et culturel. Ne vous attendez donc pas à ce que les choses soient comme elles l’étaient avant. Vous risquez d’être surpris, voire déçu ! Il faudra donc être prêt à accepter tous ces changements et vous y adapter.

Quelles sont les perspectives de carrière ?

Le marché du travail de votre pays d'origine a certainement évolué depuis votre départ, même si vous ne vous en êtes pas rendu compte. Pensez à vous renseigner sur les perspectives de carrière disponibles en fonction de votre profil et assurez-vous de pouvoir trouver un emploi qui correspond à vos attentes. Votre secteur d’activité est-il florissant dans votre pays d'origine ? Si ce n'est pas le cas, vous devriez être prêt à accepter un poste inférieur à vos compétences, ou encore, à acquérir des compétences additionnelles pour pouvoir occuper un poste plus exigeant.

Pesez le pour et le contre

Il faudra faire preuve d’honnêteté envers vous-même. Il ne suffit pas de décider du jour au lendemain que le niveau de vie que vous offre votre pays d'accueil ne vous convient pas. Si vous êtes convaincu que votre pays d'origine peut vous offrir tout ce qu'il y a de meilleur, n'hésitez pas un seul instant. En revanche, vous devrez probablement vous préparer à perdre certains des avantages dont vous profitez aujourd'hui dans votre pays d'accueil. Faites une liste réaliste de tout ce qui vous retient et de vous ce qui vous motive à rentrer.

Quelle est la véritable raison qui vous pousse à rentrer ?

Votre décision de rentrer, est-elle la vôtre uniquement ou vous laissez vous influencer par quelqu'un d'autre ? Il est impératif de répondre à cette question avant de procéder. Pensez à toutes les raisons qui vous avaient motivé de vous envoler pour l’étranger et à tous les efforts que vous avez fait pour y parvenir. Si vous profitez aujourd'hui d'une vie réussie sur tous les plans, y compris votre carrière, vos finances et votre vie sociale, pourquoi vouloir un tel changement ?

Ne succombez pas à la culpabilité

Si votre décision de rentrer est uniquement basée sur le sentiment de culpabilité que vous éprouvez après vous être séparé de ceux qui vous sont chers, elle n'est peut-être pas la bonne. Il faut savoir faire le bon choix, que ce soit dans sa vie professionnelle ou privée, sans avoir à se préoccuper de ce qu'en pensent les autres. Pensez-vous pouvoir être réellement heureux une fois de retour et que votre vie reprendra le même cours qu'elle suivait avant votre départ ? Prenez le temps de réfléchir honnêtement à votre situation et d'en tirer vos propres conclusions.