Économies émergentes : où investir ?

  • Investir
Article
Publié l'année dernière

L'avenir s'annonce plutôt bien pour les marchés émergents, une bonne nouvelle pour les investisseurs et entrepreneurs recherchant de nouvelles opportunités à l’étranger. Grâce à une accélération des échanges commerciaux et une hausse des flux d'investissement, certains de ces pays affichent un taux de croissance favorable tandis que d'autres semblent s’être stabilisés après avoir vécu une période tumultueuse. Mais où devriez-vous investir et pourquoi ?

Vous avez probablement entendu parler des BRICS, mais savez-vous concrètement de quoi il s'agit ? Acronyme anglais désignant un groupe de 5 pays, les BRICS comprennent le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud. Considérés, il y a quelques temps, comme les marchés à fort potentiel. Or, depuis quelques années, d'autres pays émergents tels que le Mexique, la Turquie, l'Indonésie, ou encore, le Chili et la Hongrie, s'invitent dans la valse des marchés émergents, reléguant ainsi ces géants en devenir au second plan au niveau du choix de la destination d'investissement. Ces nouveaux marchés émergents présentent de sérieux avantages pour les investisseurs et entrepreneurs ambitieux.

Le Brésil

Bresil
Shutterstock

Avec un Produit intérieur brut (PIB) de 1 954 milliards de dollars en 2017, selon les chiffres du Fonds monétaire international (FMI), le Brésil est l'un des pays les plus riches du monde. Le pays représente d'ailleurs l'une des principales puissances économiques de l’Amérique latine depuis la libéralisation de son économie, et cela, malgré une baisse du taux de croissance au cours des quelques dernières années. Le Brésil attire d'ailleurs en grand nombre les investisseurs et entrepreneurs étrangers souhaitant profiter des nombreuses ressources dont elle dispose, notamment un vaste marché de la consommation avec près de 210 millions d'habitants. Sa position stratégique par rapport au reste du continent présente aussi un sérieux avantage. Le Brésil peut également se targuer de posséder une économie diversifiée, offrant un accès relativement facile aux matières premières. En revanche, la fiscalité brésilienne est réputée pour être lourde et complexe et les délais des procédures tendent à être longs.

La Chine

Chine
pcruciatti / Shutterstock.com

Le avis divergent sur la situation économique de la Chine. Si certains la qualifient de 2e puissance économique mondiale avec un PIB de 12 362 milliards de dollars en 2017, d'autres y voient toujours un marche émergent en raison de ses fluctuations économiques. Malgré une baisse du taux de croissance en 2016, principalement attribué au ralentissement des financements interbancaires, la Chine reste un marché porteur pour les investisseurs et entrepreneurs étrangers. D'ailleurs, le pays se retrouve en deuxième position parmi les économies les plus attractives pour les entreprises multinationales selon le « Rapport sur les investissements mondiaux 2017 ». Rappelons que la Chine est surtout réputée pour offrir une production à faible coût, d'autant qu'elle représente un immense marché intérieur avec une potentielle clientèle de quelque 1,3 milliard de consommateurs. Cependant, la Chine jouit d'une mauvaise réputation pour son manque de transparence, le niveau de corruption, sans oublier un cadre juridique incertain.

La Russie

Russie
Shutterstock

En dépit d'un climat d'investissement encore instable, frappée par une forte récession économique, sans parler de la complexité de certaines législations, la Russie possède un immense potentiel aux yeux des investisseurs étrangers. Le pays regorge en effet d'importantes ressources naturelles encore sous-exploitées, et offre une main d’œuvre qualifiée et moins coûteuse par rapport au reste de l'Europe. Elle se positionne ainsi parmi les pays émergents en raison d'un PIB de 1 442 milliards de dollars, avec toutefois un taux de croissance exceptionnel de 3,1% au premier trimestre de 2017. En revanche, la part des investissements étrangers reste relativement faible, surtout dû à la situation politico-économique du pays, ainsi qu'aux problèmes administratifs et au niveau élevé de corruption.

L'Afrique du Sud

Afrique du Sud
View Apart / Shutterstock.com

Avec une économie basée sur le libre échange, l'Afrique du Sud est un pays ouvert à l'investissement étranger dans les secteurs public et privé. En dépit d'une performance économique relativement faible par rapport au reste du monde, avec un PIB de 294,8 milliards de dollars en 2016, elle a tout de même reçu des investissements étrangers de l'ordre de 2,4 milliards de dollars en 2017, principalement dans les secteurs des services, des télécommunications et de l’énergie. Rappelons qu'en tant que marché émergent, ses principales forces sont sa démographie, sa bourse active, sans oublier l'abondance de ressources naturelles et une stabilité politique couplée à un système judiciaire transparent. Le pays a également mis en place une série de réformes économiques ayant entraîné une baisse des impôts et des droits de douane. Il est intéressant de noter que l'Afrique du Sud demeure la première puissance économique de la région tandis que le Nigéria, le Kenya, ou encore l’Égypte, se positionnent pour devenir des pays émergents dans les prochaines années.

L’Indonésie

Indonesia
Shutterstock

Grâce à une dynamique de croissance soutenue par son programme d'amnistie fiscale et une série de réformes structurelles, l’Indonésie se retrouve parmi les marchés émergents les plus attractifs du monde. Si le pays affichait un taux de croissance de 5% en 2016, le PIB est vite grimpé à 1 015 milliards de dollars en 2017 avec un flux d'investissement en hausse au cours des dernières années, atteignant les 29 milliards de dollars. Rappelons que le pays possède d'innombrables ressources naturelles dont le pétrole, le gaz naturel et les métaux. Les secteurs de l’électronique, des produits pharmaceutiques et des machines y sont également très développés. Comptant quelque 230 millions d'habitants, le pays présente un marché immense aux yeux des investisseurs étrangers grâce à une hausse de la demande interne, sans oublier une main d’œuvre peu chère.

Le Mexique

Mexique
Shutterstock

L'un des pays émergents les plus ouverts à l'investissement étranger, le Mexique possède un immense potentiel bien qu'il ait été secoué, au cours des dernières années, par de nombreuses tensions d'ordre politico-économique. Avec un PIB de 1 124 milliards de dollars en 2017, le Mexique reçoit un flux d'investissement étranger relativement important, atteignant les 33 milliards de dollars en 2015 mais réduits à 26 milliards en 2016. Les services financiers, l’électronique, ainsi que l’énergie sont des secteurs à fort potentiel. Le gouvernement mexicain cherche également à développer de nouveaux pôles industriels dans les prochaines années en vue d'attirer davantage d'investisseurs étrangers. Sachez que le Mexique possède de nombreuses ressources naturelles, permettant le développement de divers types d'industries à des prix compétitifs, d'autant que le coût de la main d’œuvre y est relativement faible par rapport au reste du continent.

La Turquie

Turquie
Shutterstock

La Turquie possède une économie en plein essor depuis les dix dernières années avec un PIB de 857 milliards de dollars en 2016. La croissance économique s'est également améliorée pendant la même période, présentant ainsi de multiples opportunités pour les investisseurs et entrepreneurs étrangers. En effet, la Turquie fait à présent partie des marchés émergents ayant attiré quelque 145 milliards de dollars en termes d'investissement étranger au cours des dernières années. Le pays possède également un secteur privé dynamique, sans oublier une main d’œuvre de plus en plus productive mais moins chère par rapport aux autres pays de la région. La Turquie présente ainsi un environnement des affaires accueillant, offrant non seulement des conditions hautement compétitives mais également un traitement égalitaire aux investisseurs.