Close

L'aventure allemande d'une enseignante française

  • Vivre en Allemagne
Interview
Publié il y a 2 mois

Emiko vient de la région parisienne. Elle s'est installée en Allemagne en août 2016 dans le cadre d'un programme d'échange de professeurs des écoles français et allemands. Alors que son séjour professionnel tire presque à sa fin, elle revient sur cette année scolaire qui lui a permis de découvrir les multiples facettes de Cassel, une ville millénaire située au cœur du pays.

Bonjour Emiko, peux-tu te présenter brièvement et nous parler de ton parcours ?

Je suis originaire de la région parisienne, où j'ai vécu de ma naissance jusqu'à mon départ pour l'Allemagne. Je suis professeur des écoles à Paris et, cette année scolaire, je participe à un programme d'échange de professeurs des écoles français et allemands organisé par l'Éducation Nationale avec le soutien de l'Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ).

Qu'est-ce qui t'a attirée vers Cassel ?

Mon atterrissage à Cassel relève du hasard : dans le dossier de participation à l'échange, il fallait formuler des vœux géographiques. Mis à part Berlin que j'ai mentionné comme premier vœu, j'ai choisi de laisser le destin décider pour moi et ai demandé d'être affectée dans n'importe quel Land si je n'étais pas affectée à Berlin. Je n'ai donc pas du tout choisi Cassel, mais finalement, pour rien au monde je ne souhaiterais modifier cette affectation, même si l'on me proposait Berlin !

Quelles étaient les formalités à remplir pour que tu puisses t'installer en Allemagne ?

Mis à part l'Anmeldung (l'inscription en mairie lorsque l'on vient de s'installer dans une nouvelle ville allemande), je n'ai pas eu de véritable formalité à accomplir pour m'installer en Allemagne. J'ai demandé ma carte européenne d'assurance maladie avant mon départ, mais finalement, c'est une formalité que l'on doit aussi effectuer avant de partir en vacances en Europe. J'ai aussi établi une procuration pour que ma maman puisse voter pour moi, pour la présidentielle bien sûr, mais aussi en cas d'élection imprévue. Quant au permis de conduire, nul besoin de faire de démarche supplémentaire pour pouvoir conduire en Allemagne, mon permis obtenu en France suffit – merci l'Union européenne !

Parles-nous de ce que tu aimes le plus et le moins en Allemagne.

J'aime beaucoup le pragmatisme allemand et la langue. À première vue, ce sont deux notions sans aucun rapport, mais en réalité, il y a un lien pas si anodin que cela. Je ne sais pas lequel est la conséquence de l'autre, mais en tout cas, les Allemands sont à l'image de leur langue : pragmatiques. Et c'est très appréciable !

J'ai beau réfléchir, je ne vois pas ce qui me plaît le moins en Allemagne. Peut-être que je n'y habite pas depuis suffisamment longtemps pour en voir apparaître des défauts. Pour le moment, je suis entièrement sous son charme !

Vivre en Allemagne

Peux-tu nous décrire l'Allemagne en une phrase ?

En trois mots : Ordnung, Spaß et Gemütlichkeit. Trois mots aussi intraduisibles que les concepts germaniques qu'ils illustrent. Pour tenter une explication : l'Ordnung est l'ordre (avec une idée de discipline) ; le Spaß l'équivalent du « enjoy »américain ; la Gemütlichkeit, une notion qui n'a pas sa version française mais qu' un ami comparait à la « dolce vita » italienne (il y a un peu de cette idée derrière ce mot).

Qu'est-ce qui t'a le plus surpris à ton arrivée en Allemagne ?

Je connaissais déjà bien l'Allemagne pour y avoir passé de nombreuses vacances par le passé, donc en arrivant, je n'ai pas eu un regard de touriste sur le pays. En revanche, y habiter était quelque chose de nouveau pour moi et j'ai pu en avoir une vision un peu différente. J'ai, par exemple, découvert que les Allemands ont une image très positive de la France et des Français. C'est peut-être dû au fait que je n'habite ni une ville frontalière de la France, ni une trop grande ville pour qu'il y ait une véritable communauté d'expatriés français.

Est-il difficile de trouver un logement à Cassel ? Quels sont les types de logements disponibles pour les expatriés ?

J'ai eu la chance de récupérer le logement d'une collègue française ayant effectué le même programme d'échange que moi l'année scolaire passée, je n'ai donc eu aucune difficulté à trouver un logement. Je pense que tout dépend du moment de la recherche et du type de logement souhaité : pour un logement étudiant, par exemple, la recherche sera plus aisée au moment de la rentrée universitaire plutôt qu'en plein milieu d'année. Quant aux logements disponibles pour les expatriés, ce ne sont ni plus ni moins que les logements accessibles à tous les habitants. Cassel n'est pas une ville à forte concentration d'expatriés, le marché du logement pour les expatriés ne s'y est donc pas développé.

Qu'est-ce qui caractérise le marché du travail allemand ? Est-il facile pour un expatrié d'y être embauché ?

J'avais déjà un travail en arrivant en Allemagne, je n'ai donc pas été confrontée à la recherche d'emploi. Sans parler de Cassel en particulier, je pense qu'il est facile pour un expatrié d'être embauché, à condition de parler allemand ! On entend souvent dire en France que les Allemands parlent anglais. C'est vrai (et ils le parlent très bien), mais la maîtrise de l'allemand fait bien souvent la différence.

Vivre en Allemagne

Quels sont les festivals les plus populaires et les principaux codes culturels en Allemagne ?

À chaque région ses festivals et coutumes, mais pour n'en citer que deux, je dirais l'Oktoberfest à Munich et le carnaval à Cologne.

Que penses-tu du mode de vie à Cassel ?

La vie y est très agréable. J'ai l'avantage d'habiter une ville de taille suffisamment grande avec une variété de commerces, bars et restaurants qui permettent de ne pas s'ennuyer, tout en ayant un peu l'esprit de la « campagne » tant il est facile de se retrouver au vert dès que l'on s'éloigne du centre-ville.

Quels sont les moyens de transport disponibles à Cassel ? Comment te déplaces-tu ?

Dans Cassel intra-muros, 8 lignes de tramway existent et permettent de relier rapidement différents points de la ville. Le réseau de bus fonctionne également, mais je préfère emprunter le tramway pour la vue dont on peut profiter pendant le trajet. La ville a également développé un réseau ferré important avec les villes qui la bordent, ce qui permet aux habitants de la périphérie de rejoindre facilement le centre-ville de Cassel. Et il ne faut pas oublier que Cassel compte quand même deux grandes gares : la gare de Wilhelmshöhe, par laquelle passent les lignes nationales, et la Hauptbahnhof, où s'arrêtent les trains régionaux.

En-dehors des routes ou voies ferrées, il existe également un système de vélos, Konrad, peu cher (1€ par trajet, et encore bien moins cher pour les étudiants) et pratique : beaucoup de bornes sont réparties dans des endroits stratégiques de la ville.

As-tu eu des difficultés à t'adapter à ton nouvel environnement et à la société allemande ?

Pas du tout ! Il faut dire aussi que l'Allemagne était loin d'être un pays étranger pour moi. Et puis on reste en Europe, dans un pays voisin de la France. Le dépaysement n'est pas extrême !

A quoi ressemble ton quotidien d'expatriée à Cassel ?

Je ne définirais pas mon quotidien comme celui d'une expatriée étant donné que je travaille dans deux écoles allemandes. Ce qui a changé dans mon quotidien, ce sont les horaires de travail, mais ils sont directement liés au fait que je travaille en Allemagne, pas à mon statut d'expatriée. Ainsi je termine l'école plus tôt qu'en France (grand maximum 16h), mais je travaille le mercredi après-midi.

Vivre en Allemagne

Que fais-tu de ton temps libre ?

Depuis que je suis en Allemagne, je profite de mon temps libre pour faire du sport, à la salle de sport ou en extérieur depuis le retour des beaux jours. Je vais également beaucoup au concert ou à l'opéra : le Staatstheater de Cassel est à cinq minutes de chez moi, il serait dommage de ne pas y aller souvent. Et je publie régulièrement sur mon blog Apfelschorle. Bien sûr, en-dehors de ces activités, j'ai des occupations tout à fait normales, comme aller au cinéma, retrouver des amis pour prendre un verre ou aller au restaurant.

Y a-t-il à Cassel des activités nocturnes pour les fêtards ?

Oui ! La Friedrich-Ebert-Straße par exemple regorge de bars, restaurants et boîtes de nuits pour satisfaire tous les âges et profils de fêtards.

Quelles nouvelles habitudes as-tu adoptées en Allemagne ? Quelles vieilles habitudes as-tu abandonnées ?

J'ai pris le pli du tri sélectif, plus poussé qu'en France, et pris l'habitude également de mettre de côté les bouteilles en verre ou en plastique pour les porter à la consigne. Par rapport à la France, j'ai perdu l'habitude d'acheter régulièrement une baguette en boulangerie.

Quel est ton avis sur le coût de la vie à Cassel ? Combien coûtent un trajet en bus, une bière, ou encore, un bon pain ?

La vie à Cassel est très bon marché, sauf pour les transports : un ticket de bus coûte 2,60€, c'est presque aussi cher qu'un ticket de RER francilien ! La bière est, comme partout en Allemagne, très accessible (compter quelques euros seulement pour une bière classique). Le pain est lui aussi peu cher (de quelques dizaines de cents le petit pain à 3€ les gros pains familiaux , type pain de campagne).

Vivre en Allemagne

Y a-t-il quelque chose que tu voudrais faire en Allemagne mais dont tu n'as pas encore eu l'occasion ?

Oui : maintenant que je sais comment fonctionne l'école primaire en Allemagne, j'aimerais voir comment se déroulent des cours dans le secondaire. Et pourquoi pas assister à un cours à l'université aussi ? J'ai eu l'occasion d'échanger avec une Allemande qui avait fait un Erasmus en France et qui avait été frappée par un certain nombre de différences entre les deux pays. J'aimerais bien pouvoir faire le constat inverse des différences qu'elle avait relevées.

Quel est ton meilleur souvenir de l'Allemagne ?

Difficile d'extraire un souvenir meilleur que les autres dans tous les bons souvenirs que j'ai en Allemagne ! Mais puisqu'il ne faut en retenir qu'un, je retiendrais une soirée avec des amis allemands à Cassel, à laquelle s'était jointe l'une de mes amies françaises en visite chez moi. Moins à l'aise que moi en allemand, elle m'a dit après la soirée qu'elle n'avait pas tout suivi de nos conversations, mais que j'étais comme un poisson dans l'eau, tant pour parler en allemand que pour l'intégration à Cassel. Et elle avait bien raison : dans ces moments-là, je ne me sens plus étrangère en Allemagne.

Si tu pouvais repartir à zéro en Allemagne, que ferais-tu différemment ?

Je partirais plus tôt en participant à d'autres programmes d'échanges qui existent ! Avant cette année scolaire, je n'avais jamais eu l'occasion de faire de long séjour en Allemagne.

Que penses-tu de la cuisine locale ? Quelles sont tes spécialités préférées ?

La cuisine locale est typiquement allemande ici. Il n'y a pas de spécialité fantaisiste ou surprenante - ou sinon, c'est que je n'en ai pas encore goûté. Même s'ils ne sont pas typiques de ma région, j'aime beaucoup les Knödel, des boulettes de semoule ou de pommes de terre, qui me rappellent les voyages en famille en Allemagne ou en Autriche quand j'étais petite.

Qu'est-ce qui te manque le plus par rapport à ton pays d'origine ?

Le fait de ne plus voir ma famille au quotidien, notamment mon petit frère (13 ans), qui grandit et change à vue d’œil cette année. Cela dit, si j'avais déménagé en France, le changement aurait été le même.

​Vivre en Allemagne

Es-tu déjà arrivée à un point de vouloir quitter l'Allemagne ?

Non, pas du tout, mais il m'arrive parfois de penser à mon retour en France et de n'avoir aucune envie d'y rentrer.

Quels conseils donnerais-tu aux futurs expatriés en Allemagne ?

Ne pas hésiter à envisager une expatriation en Allemagne : ça n'est qu'un pays voisin de la France, donc peu dépaysant, mais suffisamment quand même pour y vivre une belle aventure. Et bien sûr, se mettre un peu à l'allemand si ça n'est pas déjà fait, l'intégration ne pourra en être que meilleure.

Quelles seraient, selon toi, les 5 choses à emmener dans sa valise en Allemagne ?

En vrac : un livre en français pour les moments où maîtriser parfaitement une langue manque ; un décapsuleur, voire un tire-bouchon (oui, il y a aussi du bon vin en Allemagne !) ; une carte de l'Allemagne pour s'approprier le pays et planifier ses prochains voyages ; des boîtes de maquereau, sardines et autres poissons en conserve (ce sont des denrées rares et surtout chères ici) ; un petit carnet pour conserver quelques souvenirs.

Tes projets d'avenir ?

J'ai postulé à un programme d'échange pour l'année scolaire prochaine, FranceMobil, organisé lui aussi par l'OFAJ. Si je suis retenue, je sillonnerais les routes d'un Land donné pour y faire la promotion du français dans les établissements scolaires et autres manifestations en rapport avec la langue française. Et si malgré tout je dois rentrer en France, je sais que l'Allemagne ne sera pas loin et que j'y retournerais probablement très rapidement !

Y a-t-il une chose que tu souhaiterais ramener avec toi en quittant l' Allemagne ?

À défaut de me débarrasser de mon accent français, une excellente maîtrise de l'allemand pourrait être quelque chose que je serais fière de ramener en France.

Assurance santé expatrié

Conseils pour bien choisir votre assurance santé pour expatrié.

Déménagement international

Conseils pratiques pour bien préparer votre déménagement international

2 millions de membres !

Regarder plus tard