Désir du sud

Un grand salut à toutes et tous, membres de cette jolie communauté numérique. Vous m'avez donné autant d'informations précieuses que de plaisir de lecture, merci infiniment de contribuer, de partager et d'éduquer aussi quand il le faut.

Si je vous rejoins aujourd'hui plus concrètement c'est également pour partager une expérience d'expatriation qui, grâce à ce forum, ne peut s'en porter que mieux.

Donc je vous dis à très bientot pour un second message où vous trouverez une description de mon profil de futur expatrié, avant de vous donner une présentation du projet.

Merci encore pour votre présence ici !

Veloma,

Bonjour et bienvenue sur le forum d'expat.com Flika
On attends tous avec impatience votre vécu à Madagascar et ne vous limitez pas à n'écrire qu'un livre avec ce que vous connaissez sur Madagascar car je pense que comme nous tous vous seriez capable d'écrire une bibliothèque complète avec ce que vous ne connaissez pas encore de Madagascar...
;)

Salut Madagaston, merci pour ton accueil, je dois dire que j'apprécie la franchise de tes interventions que j'ai pu lire. Ce sont de telles interventions qui m'ont poussés vers cette communauté.

Donc je commence la description de mon profil de futur expatrié en précisant que je ne connais pas encore L'île rouge. Je suis un homme de trente cinq ans, célibataire, sans enfants et sans attaches professionnelles en métropole. J'ai déjà passé de nombreuses années à l'étranger, principalement en Irlande, Espagne, Maroc, et Mauritanie. Je parle couramment l'anglais ainsi que l'espagnol. J'ai des diplômes et de l'expérience dans la mécanique et l'éducation à l'environnement, ce à quoi j'ajoute de nombreuses heures d'initiation aux sports nautiques tels que surf, kitesurf et funbord.

Avec le temps je m'aperçois que ces voyages ont étés motivés par le désir d'un site propice à mon épanouissement. Le temps passe et je voudrais prendre une décision rapidement.  Définir d'ici douze mois le lieu où je me fixerai pour les années à venir.  Cela me laisse le temps de visiter trois destinations, la région d'Essaouira, où je viens d'arriver en ce moment même, la région de Fort-dauphin, où je compte me rendre pour trois mois à compter de début janvier et, les îles Canaries pour trois mois également l'été prochain.

Je vous dis donc à bientôt, ici même où ailleurs sur ce forum, et notamment sur le fil que vais ouvrir prochainement à propos d'un premier séjour à Fort-dauphin.

Veloma,

Trop honoré Flika d'avoir attiré ton attention avec certaines de mes intervention en trouvant grâce à tes yeux, mais que seraient mes interventions si elles étaient les seules sur ce site. Nous formons un groupe qui n'existe que par la multitude des interventions et nous attendons tes réactions et tes vécus et surtout, comme je suis d'une nature très curieuse, j'aimerai savoir comment tu as l'intention de subsister en voyageant de par le monde à trente cinq ans... car on peut facilement constater que ton éducation est bien supérieure à la moyenne en parlant plusieurs langues couramment... ce qui est mon cas également mais je préfère tout de même parler ces langues en français (comme le disait si bien le regretté Sacha Guitry.)
Si dans d'autres pays, il est possible de trouver un emploi qui permet de subsister, à Madagascar, si ce n'est pas impossible, c'est tout de même très difficile de conjuguer une rentabilité suffisante pour permettre une vie selon un certain standard.
Mais bon, si j'ai trimé pendant plus de quarante deux ans et demi pour pouvoir me permettre une petite rente à soixante dix ans, j'aurai beaucoup de mal à vivre la même vie sans ma retraite qui m'assure une certaine aisance dans un pays pauvre du sud où, je me répète, les borgnes sont rois entre aveugles.
;)

Bonjour Gaston,

Merci pour l'attention que tu porte sur ma démarche, elle a certainement besoin du soutient de celles et ceux qui ont plus d'expérience.
Pour reprendre tes mots, l'idée est de se créer une petite niche écologique et de laisser filer la vie (j'ajoute : dans une posture dynamique).

Pour répondre à ta question  sur les moyens dont je me sert pour subsister en vadrouille : je travaille principalement dans l'économie informelle, d'abord lors de mes passages en terre natale, pour la (re)constitution d'un pécule, puis dans le pays hôte, en trouvant les besoins auquels je peux répondre favorablement. Mes domaines de prédilection sont l'agriculture  (polycultures/élevage), la boulangerie, le petit bricolage, l'entretient des parcs et jardins, la pose de caisson chauffant, la mécanique des outils et véhicules en général, la petite électricité, la petite plomberie ainsi que  l'initiation aux sports nautiques.

Je n'ai quasi jamais cotisé pour une caisse de retraite. Ma vision de ma viellesse est simple, je bosse tant que je peux, ensuite je vend ou donne tout et me trouve une communauté qui veux bien m'offrir un lit et deux bols de soupe quotidiens en échange des menus services que je peux encore lui rendre. Dès que ceci ne fonctionne plus : euthanasie.

En parcourant ce forum il semble que les profils qui s'en tirent correctement sont soit des pensionnaires ou rentiers, bénéficiant de financements externes, soit des gens pourvus d'un capital considérable et investssant prudemment de ci de là en fonction des opportunités. Mon premier voyage à FD sera donc une occasion de prospection, un investissement.

Tu connais certainement mieux que moi les avantages et inconvénients d'une telle destination ! J'ai préféré repousser ce voyage en début d'année, et donc après les élections présidentielles, en espérant que certaines lignes bougent en faveur de l'économie locale et touristique. Je prendrai le billet d'avion le mois prochain, croissant les doigts pour ne pas aterrir en plein conflit...

Bonjour Flika,
Voilà vraiment une option de vie bien particulière et, si elle parait un peu folle à première vue, je la trouve néanmoins originale et surtout très courageuse mais si on possède plus de neurones et surtout de connexions neuronales bien mieux huilées que les miennes, cela présage d'une vie indépendante et certainement beaucoup plus satisfaisante que d'attendre quarante deux ans et demi comme moi avant de toucher sa retraite.
Pour ma part cela ne m'a pas trop stressé de travailler car j'aimais mon travail dans lequel  j'excellais car il était à la pointe du progrès et consistait à remplacer les contrôles et les mesures effectués par les  hommes dans le domaine de la production, de la sécurité et de la performance par des appareils programmés pour ne jamais se tromper et étant doublés en cas de panne.
En ce qui concerne la polyculture, ici, je me suis lancé dans la perma-culture en cycle fermé avec une centaine de lapins qui me fournissent du fumier frais tous les jours que je transforme en compost grâce à la lombriculture puis le compost me sert à faire pousser des légumes, arbres fruitiers etc.
Bien entendu cela ne se fait pas en un an car il m'a fallu quelques années tout de même pour faire un roulement avec naturellement des aléas comme les vols d'une trentaine de lapines il y a deux ans et il m'a fallu un an pour reconstituer cet élevage de lapines.
J'ai fais germer quelques centaines de graines, noyaux etc. et j'ai même réussi à faire germer trois graines de kaki que j'ai stratifié pendant trois mois dans une glacière.
Dans un second temps, comme j'ai acheté trois hectares de terrains près de la maison pour mon fils, je vais acheter de jeunes zébus dont je revendrai les mâles quand ils seront assez grands. Les lapins c'est beaucoup de travail car cela nécessite un emploi à plein temps rien que pour nettoyer les clapiers tous les jours ainsi que pour les nourrir alors que les zébus on peut les laisser dans un pré toute la journée en leur laissant juste de quoi boire et une pierre de sel pour apporter aux animaux un complément de sels minéraux ou d'oligo-éléments destiné à pallier ou éviter d'éventuelles carences alimentaires, en particulier dans le cas des animaux en pâture non approvisionnés en aliments composés équilibrés.
Par contre pour ce faire, il faut choisir une région de Madagascar qui ne soit pas trop sèche car l'eau c'est la vie et si on veut faire un élevage dans une région  où il ne pleut que irrégulièrement, c'est naturellement ajouter des difficultés.
Ici sur la côte-Est où je me trouve il pleut souvent la nuit mais il fait beau le jour donc ce sont des conditions optimales pour la culture.

Bien sûr qu'une activité agricole ne se met pas en place du jour au lendemain, et qu'il lui faut des conditions appropriées. Pour ces raisons, plus quelques autres, je vise la région de Fort-dauphin, pour de la sylviculture et de la culture de spiruline. J'ai aussi en réserve d'autres activités commerciales qui pourraient servir de financement à mon installation ici ou là.

Quand tu dis avoir acheté ces terres, s'agit-il  d'un bail emphytéotique ou bien d'un autre contrat que celui-là ?

Flika,

Je pense que Madagaston a dû acquérir son terrain en bail emphytéotique pour répondre à ta question.

Non mon cher Joris, je n'ai pas fait de paperasseries inutiles, j'ai simplement acheté au nom de mon fils 6 ans le droit coutumier des gasy qui en étaient "usagers" et je suis allé au guichet foncier pour demander qu'ils me fassent un Kara-tany au nom de mon fils. cela coûte en réalité des clopinettes mais ici je paye 90 000 ariary et je reçois un certificat foncier avec une image satellite qui délimite le terrain. En ce qui concerne le bornage et autres tracasseries aux domaines etc. j'attends d'avoir gagné au loto... mais comme je ne joue jamais aux jeux d'argent j'emprunte la célèbre devise gasy "mora mora" après nous le déluge aurait ajouté un certain Noé qui ne s'est pas noyé pour autant. ;)
http://www.observatoire-foncier.mg/article-78/

Merci pour ces détails, cela ressemble à de la location non ? A ce tarif et dans ces conditions il est bon de ne pas trop investir sur le terrain non ? Pas de construction et plantations pérennes, sinon tout cela risque de passer en pertes ?

Pourquoi ne pas avoir souscrit un bail emphytéotique ? Ce n'est pas une pratique courante ?

Très intéressant le lien vers l'observatoire foncier malgache !

Pourquoi ne pas avoir souscrit un bail emphytéotique ?
Tout simplement parce que je trouve beaucoup plus simple d'aller au guichet foncier et comme il est impossible de prendre un terrain avec soi dans sa tombe, je ne vois pas pourquoi je me casserai la tête avec l'administration qui cherchera toujours à profiter de la richesse incommensurable des vazaha.
D'ailleurs une rumeur circule dans certain cercles bien renseignés de Madagascar comme quoi il existerait des arbres qui donnent des euros en France... et qu'il suffit de ramasser les euros à la pelle quand ils sont mûrs.
:lol:

Certes, mais il me semble qu'on peut y inclure une clause qui fait qu'en cas de décès du titulaire de ce bail, ces héritiers pourraient en profiter jusqu'à la date pré déterminée. A vérifier bien entendu.

Des abres à thunes, bien sûr, il suffit de traverser la rue !

Bienvenue à toi Flika... je ne connais pas du tout la région de Fort Dauphin.. mais tu trouveras ici très certainement des gens à même de te fournir de précieuses infos.
Bien à toi
Lys

Salut à toi Lys,

Ton message est aussi juste que fort chaleureux, à l'heure actuelle mon "enquête " avance bien grâce aux membres d'Expat et j'avoue avoir parcouru avec attention quelques-unes de tes contribution.

Que la vie te soit douce,
@+ :)

Il suffit de traverser la rue...
Rhoooo! vous n'avez pas bien compris le président qui voulait dire par là qu'il suffit de demander ailleurs que chez lui car en ce moment il a assez de problèmes avec ses employés... ;)

Sûrement pour ça que le Pôle emploi fait la promo de jobs en République Tchèque... qui faut il plaindre ?

Plus sûrement encore, il semble que, "le gouvernement étant mécontent du peuple, il décida d'en changer"...

Ben voyons... avec toutes les grèves et manifestations des râleurs en France les patrons ont mis leur Joker en place dans l'exécutif avec une forte majorité dans le législatif en écartant d'un revers de "veste" les prétendants qui avaient toutes leurs chances mais qui avaient plutôt tendance à ne pas être d'accord avec la main d'oeuvre bon marché qui est accueillie à bras ouvert afin de procéder au grand remplacement des brebis galeuses et râleuses par de doux agneaux qui ne savent même pas ce qu'est un syndicat.
Et si nous trouvons tant de râleurs parmi les expats... si...si je me compte dans le lot ce n'est pas pour rien qu'ils s'expatrient avec un fort désir vers le Sud de la planète bien loin de cette nouvelle France qui se mets en place doucement mais sûrement à 80 km/h pour commencer
. :lol:

Salut à toutes et à tous,

Suite à l'mpossibilité de réserver un billet d'avion (je suis actuellement au Maroc, c'est ce qui m'empêche de gérer en direct avec l'agence parisienne) pour ce voyage prévu en début d'année, je suis contraint de revoir mon plan. Ceci dit, cette difficulté passagère pourrait me permettre de faire encore mieux que ce qui était envisagé, en me donnant plus de temps pour me préparer.

Aujourd'hui j'imagine séjourner à Diego-Suárez plutôt qu'à Fort-dauphin, et en été plutôt qu'en hiver... bref j'en profite pour tout revoir à la lumière d'éléments nouveaux venu se mon entourage et qui renverse mes idées préconçues.

De fait je suis bon pour une nouvelle fois ratisser ce forum !

@+ :)

Nouvelle discussion