Close

Brexit et racisme comment le vivez vous?

Salut!

Je pensais que c'était pas à ce point là mais les anglais sont hard core!Seul ça me poserai pas de soucis mais avec une famille là .Je vois que pas mal de fr sont partis.

Est ce que c'est vraiment une ambiance aussi pourrie que ça?
Avez vous été "emmerdé" par des racistes?

Dans le reportage ci dessous la police n'a pas prit la plainte et justement dit "aux victimes déménagé ou rentrez chez vous!".C'est assez hallucinant...

https://www.youtube.com/watch?v=VO9xMSWhLYE

et celui là ou à la fin les anglais disent directement aux anglo polonais rentrez chez vous

https://www.youtube.com/watch?v=EI8Y7F-VvZ8

wouah c'est chaud

https://france3-regions.francetvinfo.fr … 43305.html

Murielle Stentzel n'a pas peur d'utiliser des mots durs. Contactée par téléphone, on la sent déçue, "trahie".  "Cela faisait 8 ans que je vivais en Angleterre. A partir du referendum sur le Brexit, c'est devenu catastrophique", souffle-t-elle.

"Du jour au lendemain, mon entreprise a perdu des contrats et on m'a licenciée. J'ai envoyé 30 CV par semaine; dès que j'avais un entretien, on me discriminait sur le fait que je sois française. Certaines annonces indiquaient même "British Nationals Only" ("Réservé aux Britanniques" nldr) ce qui est complètement illégal pour le moment !", s'indigne Murielle Stentzel.



La crainte s'installe. "Une fois, j'étais au téléphone avec ma fille. Quelqu'un a reconnu mon accent français et m'a traitée de "bitch" - "salope". Avec les autres expatriés, on n'osait plus parler Français dans la rue." Murielle Stentzel raconte aussi comment le gouvernement a obligé les associations à transmettre des listes de sans-abris étrangers. "Ceux-là ont été déportés dans des camps de transit avant d'être renvoyés dans leur pays. Les banques ont aussi demandé aux Européens de fournir la preuve qu'ils avaient le droit d'être en Angleterre. On croyait vraiment voir la montée du fascisme en Allemagne."

La comparaison, terrible, Murielle Stentzel la poursuit en évoquant le "UK settled status", que vont devoir obtenir tous les Européens résidant en Angleterre, avant 2019. "On nous a demandé de fournir 5 ans de documents administratifs, d'impôts, d'assurance santé... 5 ans, c'est énorme. Le tout pour avoir une petite carte en plastique qu'il faudra montrer partout, tout le temps, avoir toujours avec soi. Avec ça, on sera immédiatement ciblé comme "étranger". Comme quand les Juifs devaient porter l'étoile jaune."

"C'est important que les Français, les Européens, sachent comment on est traités là-bas. Il y a des familles séparées, déchirées. Je ne suis pas une "drama-queen" : des cas comme moi, il y en a plein et des pires", conclut Murielle Stentzel. Et d'ajouter, tristement : "Je n'y retournerai pas."

https://www.lemonde.fr/referendum-sur-l … 72498.html

« Pendant cinq ans et demi, pas de soucis, raconte-t-il. Et soudain, crac ! Le Brexit est annoncé. »

Le climat se détériore. Puis vient le « tournant ». « Au parc, une bande de dégénérés ont agressé verbalement ma femme et ma fille. Ils leur ont lancé : “Rentrez dans votre pays d’attardés à la con !” Autour d’elles, personne n’a rien dit. Comme s’il était devenu normal de s’en prendre aux immigrés. Ce jour-là, on a décidé qu’il était temps de voguer vers de nouveaux horizons. »

Ce sentiment d’étrangeté, voire de rejet, de nombreux Français expatriés l’éprouvent depuis le référendum. « Du jour au lendemain, j’ai vu une Angleterre raciste, populiste que je ne connaissais pas », témoigne Alexa, 46 ans, à la tête d’une compagnie d’export à Cambridge. Elle aussi prévoit de partir. « Mais c’est plus facile à dire qu’à faire. »

Pour ce qui est du racisme, il y en a toujours eu mais n'était pas révélé tant que le brexit n'a pas éclaté.

Personnellement en tant que fille de couple français/algérien - je suis blindée et ne me considère pas comme expat mais comme immigrée ce que beaucoup d'européens ne font pas et donc sont choqués par les actes racistes (qui pour un noir ou un arabe semblerait malheureusement banal en France).

Ici, il y a une montée en puissance du racisme envers les personnes originaires d'Europe de l'Est. La proprio d'une amie hongroise lui a clairement fait comprendre que si elle était encore aux benefits elle allait la virer car les anglais ne sont pas là pour payer les autres à glander.
Tape juste Boston linconshire brexit vote - tu vas halluciner

Depuis 18 mois, il y a une préférence nationale que ce soit pour le boulot ou même le logement mais si on présente bien et qu'on a un bon job ça passe bien - ce que malheureusement ne peuvent montrer les européens de l'est qui font des boulots ingrats et mal payés.

Ah oui, j'oubliais depuis Avril 2018, les européens sont fichés par l'Etat - les logeurs ont obligation de donner toutes les infos concernant leurs locataires même le nom de leur banque (et bien sûr l'état doit regarder combien on a sur notre compte)

Bonjour,
Je suis très étonnée de tout ce que je lis ici et cela me fait peur. Suite à une expatriation de mon mari pour 1 ou 2 ans, nous venons d'arriver à Birmingham, on a eu nos clés pour la maison vendredi.  Franchement, j'ai trouvé l'accueil plutôt chaleureux. Mon anglais est moyen mais chaque personne que j'ai pu rencontrer a fait l'effort de parler lentement et clairement pour que je comprenne. Nous avons du faire pas mal de démarches pour inscrire les enfants à l'école, trouver une maison à louer etc... et jamais notre nationalité n'a sembler poser problème...
Avez-vous tous ce meme sentiment d'insécurité et de racisme?

Salut

j'ai eu plusieurs retours sur facebook une quarantaine et effectivement mise à part quelques cas isolés sinon rien à signaler.

Après les témoignages viennent d'une grande ville comme la votre.

C'est pas une petite ville sinistré qui a voté majoritairement pour la sortie.

Salut, 

Je suis totalement abasourdie par ce que je viens de voir dans tes vidéos.

Pour ma part, vivant à Liverpool depuis 4 mois, je n'ai eu aucun problème de la sorte. La ville est très communautaire : si l'on s'en prend à l'un d'entre eux, c'est comme si l'on s'en prend à la population.
Je pense (et j'espère) que ce ne sont que des cas isolés par des abrutis.

Cependant, je reste à moitié choquée: ma cousine vivant ici m'avait expliqué que ce qui avait motivé les anglais pour le Brexit c'est l'immigration de la population des pays de l'Est.

Essayons de ne pas laisser passer cela lorsque nous somme témoins de ces bêtises.

Hello,

Eh oui, il y a du racisme mais il se voit moins dans les grandes villes mais il y a souvent des regards, des rires,...

Si vous avez Facebook allez sur cette page et vous vous rendrez compte des petites incivilités
https://www.facebook.com/groups/Forum4EUcitizens/

Une amie (polonaise) la semaine dernière est allée chez une autre polonaise - leurs enfants chahutaient - un voisin n'a rien trouvé de mieux que de leur demander de parler anglais ou de repartir dans leur pays (mais bon en même temps elles habitent une ville de cassos-leavers).

C'est malheureux à dire mais tant qu'on est pas européens de l'Est on n'a pas ce sentiment de racisme (comme les italiens, polonais,... en France qui ne subissent pas le racisme qui est essentiellement tourné envers les arabes, asiatiques et noirs). En plus de 4 ans je n'ai jamais été victime de racisme mais je pense que c'est plus lié au fait que je ne ressemble pas du tout à une européenne de l'Est.

Par contre ce qui est affligeant c'est quand les idées stupides liées à l'immigration (vol du nhs, benefits,...) sont véhiculées au sein même du lycée

Nouvelle discussion