Close

ouvrir un petit restaurant au costa rica

Bonjour à tous ,

je m'appelle Antoine , ma femme ma fille et moi désirons dans quelques années partir vivre hors de France, notre choix de destination pour nous installer s'est fait il y a longtemps pour le continent sud et centre américain.
Ayant voyager tous les deux notre choix n'est pas hasardeux.
Mais nous ne connaissons pas le costa rica et pensons y partir en vacances quelques temps (plusieurs mois) pour découvrir le pays.
Nous avons dans l'optique de vivre la bas par la suite, si nous nous y plaisons.

J'aimerais savoir tout d'abord si l'idée d'ouvrir un restaurant (dont le concept est une cuisine simple mélangeant cuisine française et comorienne) pourrait fonctionner avec les locaux ainsi qu'avec les touristes ?
ensuite quelles sont les modalités pour ouvrir ce genre d'établissement au costa rica quand on est français, et enfin ce que l'on doit faire pour pouvoir résider sur des longues périodes au costa rica.

Merci d'avance pour votre aide.

Bonjour,
Je vous invite á parcourir le guide de l'expat au Costa Rica et les différentes discussions sur ce forum oú vous trouverez pas mal d'informations.
Pour vivre au Costa Rica, vous devez avoir la "résidence". Plusieurs types existent mais ce qu'il faut retenir c'est que le Costa Rica privilégie une expatriation pour ceux qui ont de l'argent.
Les modalités pour un francais qui souhaite ouvrir un restaurant sont les mémes que pour les Ticos. Avoir une patente, un permis de fonctionnement du ministere de la santé, avoir le manipulacion de alimentos, etre inscrit á Hacienda et á partir de septembre la facture electronique ... les régles á suivre ne sont pas forcément plus facile qu'en France.
Vous dire si votre concept va fonctionner, c'est plutot difficile. Ce que je peux vous dire, c'est que généralement seuls ceux qui étaitent deja du métier s'en sortent. Pour les autres, malheureusement, beaucoup se plantent.
Cordialement
Laetitia

Bonjour,

Pas mal d'expatriés qui vivent en Amérique du Sud ou en Amérique centrale disent qu'à chaque fois qu'ils se préparent à passer quelques jours en Europe, des expatriés leur disent : "peux tu me ramener du saucisson ?"

Puisque la demande de charcuterie est si forte, dans la communauté des européens expatriés en Amérique latine, je ne comprends pas pourquoi des européens expatriés en Amérique latine n'ont pas créé une entreprise qui fabrique de la charcuterie, en particulier ceux qui ont des difficultés à payer leurs factures fondamentales.

J'ai trouvé un début de réponse : pas mal d'expatriés qui vient en Amérique latine sont

- soit des retraités

- soit des rentiers

- soit des spéculateurs immobiliers

Il y a beaucoup trop d'expats qui font soit un resto soit des cabinas, en étant pas du métier, alors pourquoi pas effectivement plutôt se lancer dans la charcut. C'est ce qu'à fait un polonais du côté de Playa Junquillal et ça marche plutôt pas mal vu de l'extérieur. Je pense que dans la zone sud il y a également qqun qui s'est lancé là-dedans.

Maintenant il peut être intéressant de faire d'abord une étude de marché car je suis pas convaincue que tant d'expats que ça ramènent ou demandent de ramener de la charcut (il est donc possible que le marché soit déjà pris par les deux producteurs que j'ai mentionnés). A part Christian sur le forum qui a l'air de beaucoup aimer cela, je n'ai jamais entendu une telle chose :-)

Pour revenir à la discussion du resto, la réponse de Laetitia est correcte.

Tout a fait julien …

J'ai vu les deux derniers documentaires intitulés "Changer de vie", diffusés par M6.

On y voit, effectivement, trois expatriés français qui veulent créer une crêperie à Jaco.

Ils ont renoncé à cette idée, l'un d'eux est rentré en France et les deux autres se sont établis sur la côte caraïbe du Costa Rica où ils ont acheté une maison, située à l'entrée d'un parc naturel, qu'ils ont transformé en hôtel.

D'après ce que j'ai vu et entendu, c'est beaucoup de travail pour un revenu modeste.

Ils n'ont pas acheté une maison qu'ils ont transformé en hôtel, ils ont racheté un  hotel deja existant mais pas trés bien exploité.
Et oui c'est dur l'hotellerie. Beaucoup de travail pour des revenus par forcément au rendez vous.

Il est souvent plus facile de racheter une affaire en cours ou fonds de commerce que d'en commencer une de zéro.  Bien-sur, une bonne étude sur la situation de l'affaire (et de la société ou des actifs à reprendre) est conseillé.  Mais c'est sans doute plus simple clé-en-main et permet une installation plus facile et rapidement de faire du revenu.

Quant à la cuisine française-comorienne ...faudra gouter ça!  En tout cas, ça dépend de ou vous comptez vous installer, aussi, et regarder un peu ce qu'offrent les concurrents. 

Salutations,

Carlos Angulo

Nouvelle discussion