Gérer le stress d'une expatriation au Sénégal

Bonjour à toutes et à tous,

Partir à l'étranger peut être source de stress : quitter son environnement pour débuter une nouvelle vie au Sénégal est à la fois excitant et angoissant ! Pour s'y préparer au mieux, nous vous proposons de partager quelques conseils pour bien vivre cette expérience.

Comment bien se préparer pour une expatriation sereine au Sénégal ?

Quels sont les principaux points à prendre en compte dans le cas d'une expatriation et qui peuvent être stressants ?

Qu'est-ce qui a constitué ou constitue une source de stress pour vous ?
Comment l'avez-vous surmonté ?

Quels sont vos conseils pour appréhender ce changement de vie en douceur et vos astuces pour bien gérer son stress ?

Merci de partager votre expérience,

Priscilla

c'est tout récent car en retraite depuis peu mais la démarche a été entamée il y a plusieurs années maintenant, ce qui m'a laissé le temps d'être OK dans la tête avec le pour et le contre
il faut bien se documenter, avoir des contacts sur place
le plus difficile a été pour ma part en France pour louer mon appartement (mises aux normes qui changent tous les 5 ans, agents immobiliers, assurances...etc... )
meubles et electro menager acheté au Sénégal donc pas de frais de déménagement.
sur place, il faut être ouvert d'esprit, ne pas être donneur de leçons et accepter que notre mode de vie occidental puisse aussi être remis en question.

Etre Cool !

No stress......Le Sénégal,  les gens, mes amis d'études et compagnon......c'est une histoire de vie de 40 années. ....je suis le mauvais témoins. ....suis une toubabe sénégalaise. ....

Bonjour,
Ok avec toi Eouvees.
A mon humble avis, il ne faut pas faire le grand plongeon mais s'approprier le Sénégal en douceur. Je veux dire par là que la culture est quand même complètement différente et qu'un apprentissage est nécessaire.
Tout dépend également le degré d'intégration que l'on souhaite.
Si c'est reporter son modèle de vie ou chercher à s'intégrer.
Les démarches administratives sont un peu lourdes mais rien d'insurmontable.

Bonjour à toutes et tous,


Mon expérience est particulière, car je suis partie de France sur un coup de tête en "plaquant tout" pour retrouver un "amoureux".
J'ai 56 ANS !!
Mais le fait d'être arrivée dans un pays inconnu " le SÉNÉGAL" (plusieurs fois en vacances, ce n'est pas le vrai visage d'un pays) ce n'est pas évident...
je suis super soutenue par "mon mari" , il est à l'écoute de mes souhaits, mes coups de blues, mes désirs, mais ça reste ( pour moi) difficile.
Je n'ai pas d'occupation, donc, je m'ennuie.
Ensuite pour tout ce qui est papiers, démarches.... je n'ai personne vers qui me tourner, donc c'est la débrouille, et si je recherche sur le site ou internet, aucune  réponse est identique.
Dans ces villes ou les gens viennent s'installer, il manque "un bureau" d'aide, des lieux de rencontres et d'échanges.

Les toubabs sont entre eux, pour reformer une petite France, (ça ne me plait pas trop)

Lorsque je  croise les "toubabs", on voit que c'est chacun pour soi, et "on a pas les mêmes valeurs".

Certains sont ici en territoire conquit.

Bref, je me donne encore du temps pour m'installer, je souhaiterais trouver une occupation, un job.... l'avenir me diras si j'ai bien fait.
Sachez, que je suis heureuse avec mon amoureux, nous avons de quoi "vivre", puisqu'il travaille, c'est ma "solitude" qui me pèse, et le fait de ne plus avoir d'activité, même partielle.
Ce petit témoignage n'est pas grand chose, mais mon ressentit !!

PS:  Où doit on aller, pour valider la carte de résidence (je possède mon "certificat de résidence" & je viens de recevoir de france mon acte de naissance et mon extrait de casier judiciaire)donc comment dois je faire maintenant et quel en est le prix ?
Je vous souhaite une bonne journée et nous pouvons discuter en message perso.

Amicalement

Bonjour Orcagnes,
Si tu es à Saly, tu peux aller au consulat. Il y a là-bas de charmantes dames toutes bénévoles qui pourrons t'aider.
Salutations amicales

Bonsoir

J'y avais pensé, maintenant tu m’encourages à  m'y rendre
Merci pour ta réponse rapide.

oui il faut commencer par le consulat qui fournira des infos adminsitratives
Mais dites moi dans un précédent post, je vous avais répondu et plus de son plus d'image. Donc avant de se lamenter il faut aussi faire des efforts.
cordialement

Bonjour Orcagnes,
Pour obtenir la carte de résident étranger ,fournir :
-une demande manuscrite d'autorisation d'établissement adressée au ministre de l'Intérieur
-un certificat médical délivré par un médecin sénégalais(10000f)
-3 photos d'identité
-une photo certifiée conforme du passeport  (date de validité et arrivée dans le pays)
-des documents justifiant les moyens de subsistance au Sénégal (pension ou relevé de banque)
-un timbre fiscal de 15000 F
-le versement d'une caution de rapatriement de 75000 F (bien conserver le reçu)

vous avez le certificat de résidence,la copie intégrale d'AN et l'extrait du casier judiciaire

il faut aller à Thiés ,à la Police des Etrangers,rue de Marseille
ouvert du lundi au jeudi de 8 h30 à 12 h 30,tél 339511015

Bon courage !

Merci beaucoup Poussette,
Je suis allée à Thiès et ils m'ont donné un documents avec les pièces à fournir.
Vous avez tout bon !!

Bonne soirée

Salut Orcagnes,
N'oublie pas de régulariser ta position vis à vis du fisc.
Je suis en plein dedans et ce n'est pas facile.
Cela dépend de la date de ton arrivée si c'est en 2017 ou 2018.
Il faut d'abord vérifier si tu es imposable en France ou dans le pays ou tu habites. Regarde le site impots.gouv.fr et plus particulièrement les notices 2042NR et 2041E.
Tu as également la possibilité de joindre le service dédié  aux  particuliers expatriés: sip.nonresidents[at]dgfip.finances.gouv.fr.
Bon courage

bonjour,
Quelques réponses, différentes mais assez significatives.
Déjà, une expatriation, ca se prépare, que l'on veuille aller vivre au Sénégal ou sur la Planète mars. Les séjours "en vacance" sont bien,  même indispensables, mais ne reflètent pas la véritable vie du pays. Ne jamais oublier que ici, au sénégal, (comme dans n'importe quel pays autre que la France)° On est pas chez nous, mais chez eux, donc, en tenir compte. Après, tout dépend ce que chacun vient chercher dans son expatriation. A titre personnel, je savais que, une fois à la retraite, je ne vivrai pas en FRANCE. donc, j'ai préparé mon départ pendant 5 ans environ. J'ai liquidé tous mes biens pour ne plus avoir d'attache en FRANCE, je suis venu pendant 5 ans en "touriste", pour voir si je pourrai me plaire ici, je n'entendais ni céder à l'angélisme, qui veut que ici, "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil" ni porter le flanc aux critiques faciles. Petit à petit, l'idée à fait son chemin que, "ici, ca pourrait me plaire".Je n'entendais pas, en arrivant ici, vivre "à l'africaine" , mais garder ce qui est bon dans le système de vie européen, et prendre ce qui me plait dans le système de vie sénégalais. C'est un mix des deux. Je fréquente très peu de toubab, et le gros de mes fréquentations sont sénégalais et/ou libanais de toutes les categories sociales, allant du ministre jusqu'au pêcheur de Yenne. Je n'ai eu aucun mal à me faire des relations ici, sans les rechercher, cela s'est fait naturellement, car le contact ici, est facile (intéressé la plupart du temps, mais facile)., Pour les formalités, je n'ai pas eu de réel problème, mais il est préférable quand même d'avoir en France un "correspondant" (ami que l'on sollicite souvent!) pour des questions de paperasses administratives. Autrement ici, il est facile d'être bien renseigné, il y a le consulat (très peu de renseignements), il y a les renseignements que l'on peut trouver ca et là (carte de résident=dieupeul) J'ai dis non d'entrée à tous les passe-droits que l'on me proposait (genre fils du ministre, ou le ministre lui même qui et que...) J'ai fait les quelques démarches qui sont nécessaires (il n'y en a pas des tonnes)comme le ferait un sénégalais lambda,   j'ai trouvé une administration locale très ouverte, assez compétente, bien sur, il faut accepter les coutumes locales (prières pendant le service, au milieu des bureaux, nonchalance africaine, système informatique balbutiant, ect...mais en FRANCE: congés maladie, maternité, ponts du mois de mai ressemblant à des viaducs, vacances scolaires, ect, c'est pas mieux, voire pire!) mais l'un dans l'autre, pas de réel problème autre que ceux que l'on veut bien se créer soit même. J'ai trouvé plus de problèmes avec l'administration française qu'avec l'administration sénégalaise. A titre personnel, si je devais tirer un bilan (je ne vis ici à plein temps que depuis trois ans) je dirai qu'il est extrêmement positif (pour moi), et si au début, je me faisait une obligation de rentrer en France tous les trois mois, mon dernier séjour la bas remonte à juillet 2017, et je n'envisage pas de retourner avant...? Aucune envie! Tout va bien ici, Concernant mon mode de vie,  je dirai que je mène une vie européenne à 70%, et une vie africaine à 30%! C'est mon choix, et je l'apprécie chaque jours.
FRANCOIS

LE ROI FRANCOIS

HUMOUR

Désolé, totoche, la place est prise par le roi MACKY! et comme il ne peut y avoir de vice roi ou de roi bis, qu'il n'y a qu'un trône à une place, que je n'appartient, pas à la lignée...je me contenterai d'être...rien du tout, et ca me va très bien comme ca!
(humour)
FRANCOIS

Bonjour
François je suis d'accord avec ce que tu viens de dire tu as vraiment raison.
Tu es sur Saly ?
Moi et mon mari on vient mois d’août pour mieux repéré le terrain car on veux vivre au Sénégal de préférence à Ngaparou

bonjour
non, je e suis pas sur SALY, car ne n'aime pas SALY: aucune cohérence dans l'architecture, aucun village vraiment existant, trop d'européens et notamment français. Je trouve que cela ressemble plus à un camp de concentration europeen, qu'à un village d'Afrique! bien sur, cela n'engage que moi, et heureusement, tout le monde n'est pas d'accord avec moi! Après avoir habitué deux ans sur la petite côte, en bord de mer "villa pieds dans l'eau", comme l'on dit, je me suis rapatrié sur DAKAR, où là la vie est quand même, à mon gout pour moi qui vit seul, même souvent accompagné, plus animée et moins ennuyeuse, même si je retourne la bas avec plaisir...le week end! Tout dépend la vie que l'on veut avoir et/ou mener: les "stations balnéaires" sont bien, mais elles ont une destination particulière: les vacances. Personnellement, j'ai habité plusieurs années en FRANCE à St TROPEZ et à PORT GRIMAUD, crois moi, c'est l'ennui total huit bons mois de l'année! Si tu veux vraiment vivre à l'année, où comme moi, à l'européenne, avec tous les avantages que comporte la vie, la culture, l'esprit africain, alors il vaut mieux DAKAR où tu trouve encore des belles maisons, à des prix très raisonnables, dans des quartiers très fréquentables et bien fréquentés, pour des prix sans concurrence avec ce que tu peux payer en FRANCE. Après, chacun voit la vie qu'il a envie de vivre, selon ses envies et selon ses moyens. Pour moi, la vie Dakaroise me convenait nettement mieux que la vie d'Hermite sur la petite côte...L'important, c'est de trouver chaussure à son pied, et surtout une qualité de vie que tu n'a plus, depuis bien longtemps en FRANCE.
Mais ceci est mon cas personnel, qui n'engage que moi. Je crois que le principe qui se dégage chez tous ceux qui se sont exprimés (et je pense, valable pour ceux qui s'exprimeront), c'est qu'une expatriation, quel que soit l'endroit mais peut être encore plus pour l'Afrique, c'est que cela se prépare longtemps à l'avance. Ne pas céder à l'angélisme (personne n'est une ONG à lui tout seul), ne pas fuir au premier tas d'ordure et à la cinquantième sollicitation de mendicité en une heure, non, à mon avis, le curseur se situe entre les deux, et à chacun de le faire évoluer en fonction, non pas de ce qu'il vient chercher ici, mais en fonction de la vie qu'il a envie et l'intention de mener. Après, vogue la galère! mais finalement, pour répondre à la question initiale, le stress: en FRANCE, 300%, ici...o% (sauf quand on traverse une rue...arriver de l'autre côté tient souvent du miracle, mais bon, apparement, il y en a plus qu'à LOURDES ici)
FRANCOIS

François,
Entièrement d'accord avec toi sur Saly. Quand je vois les toubab aller de l'hôtel au bar d'en face, écouter de la musique et boire 3 ou 4 wisky histoire d'oublier son stress, je me dis "Ils connaissent quoi de l'afrique".
Maintenant, je ne suis pas du tout d'accord avec toi sur Dakar. Cette ville me fait peur.
J'habite Kaolack et franchement je comparerais l'ambiance d'ici à celle d'une grande ville de province en France. Bien sûr la comparaison est osée mais c'est l'esprit qu'il faut comprendre.
Pour illustrer la chose, je vais vous raconter une petite histoire.
Un ami sénégalais me raccompagne jusqu'à mon djakarta (grosse mobylette). Il me dit:
"tu n'as pas mis d'antivol?"
Je n'ai pas eu le temps de répondre qu'un taximan en djakarta que je ne connaissait pas,  répond:
"Ca, tout le monde sait à qui ça appartient. Personne n'y touche". 
Il faut dire que je suis le seul français à circuler sur un tel engin...

bonjour,
comme je le précisais: chacun trouve chaussure à son pied! tu es heureux à KAOLAK, qui est mon dieu une ville très sympathique, mais à titre personnel, je préfère DAKAR! Ce qui ne veut surtout pas dire que DAKAR est mieux que KAOLAK ou YENNE, ou RUFISQUE! simplement, DAKAR me correspond mieux, à tous points de vue: cela n'engage que moi et est très personnel. En FRANCE, certains vivent à PARIS, et tu ne les fera jamais changer d'avis, d'autre habitent à GUERET dans la creuse, et ne quitteraient jamais, même pour tout l'or du monde, leur coin de paradis! heureusement, les gouts de chacun ne sont pas universels, et chacun doit trouver son petit coin de paradis, la terre est suffisamment grande...et elle appartient à tout le monde! Quand à rouler en DJAKARTA, c'est original, mais en plus, c'est pas idiot, vu le côté pratique! Ceci dit, dès qu'un toubab arrive dans un coin, dis toi bien que le téléphone baobab, sur lequel orange n'a pas encore mis la main dessus (ni Monsieur BOLLORE, ni Monsieur NIEL) fonctionne à merveille, et j'ignore comment ils sont renseignés, mais deux jours après ton arrivée, ils te connaissent et savent beaucoup de choses sur toi! Pour moi, dans ma rue, ils leur manquaient un renseignements: ils croyaient que j'étais belge, alors ils sont venus me demander si j'étais belge ou français! J'ignore si la nuance était de la plus haute importance, mais bon, si ca leur fait plaisir, pourquoi pas! C'est ca aussi, le charme de l'Afrique!
FRANCOIS

Il n'y as pas qu'en Afrique que le téléphone arabe fonctionne. Ma 1ère femme est d'origine sicilienne et la fois où j'ai débarqué, le vieux qui tenais compagnie au cordonnier m'a de suite situé. C'est tout juste s'il ne m'a pas fait tout l'arbre généalogique de ma belle famille.
Ceci dit, je suis passé à Kaolack en 2003. Je ne suis donc pas un perdreau de la dernière couvée.

Nouvelle discussion