Welcom in Polynésia suite

Bonjour à tous
Voilà quelques souvenirs vieux de 40 ans et un peu de mon expérience de  la Polynésie.
Il y a plus de quarante ans et oui comme le temps passe, j'ai été muté à Tahiti, après avoir usé mon pauvre corps sur les plates-formes pétrolières du monde entier durant de nombreuses années. La société qui m'employait, dans sa grande mansuétude m'a envoyé en mission sur le territoire... Une sorte de "bâton de maréchal", enfin je le croyais. Arrivé à Papette, les bagages dépouillés à la douane comme un vulgaire trafiquant de drogue, mais c'est pas la France ici ?-" Vous avez la facture de ce Jeans ?" !! je me retrouve dans la rue devant l'aéroport, la chaleur est intense mais j'ai travaillé plusieurs années en Afrique cela ne me fait pas peur. Tiens, il pleut, j'avais pas remarquer car l'eau est chaude mais je suis bien trempé en quelques minutes, n'ayant pas prévu de vêtements "spéciale averse tropicale". Ouf me voilà dans le Guest-House de la société, hum çà sent bien le moisi ici... Je comprendrai vite pourquoi... Après quelques jours de ce régime pluie diluvienne-soleil voilé tout mes objets en cuir: ceinture, étui divers, chaussures sont revêtus d'une fine pellicule de champignons verdâtres ! hum.... çà commence bien... Je sors en ville, le tutoiement de la jeune préparatrice en pharmacie me surprends beaucoup, ai-je donc un si grand pouvoir de séduction qu'elle me branche direct en me tutoyant ?. Non la vieille marquisienne de deux cents kilos à la caisse me rassure, elle aussi me tutoie !
Bon à nous les petites vahinés, après tout je suis là aussi pour le bon temps... Fichtre ! ma réputation m'a sans doute précédée, point de jolie vahiné au corps de déesse, enfin très peu soyons juste, ah si une... elle est superbe...mon ami qui me sert de guide me regarde en riant,-" tu aimes les raerae ?" ben non c'est quoi ? Je l'ai vite appris de sa bouche. La première impression que l'on a en arrivant c'est qu'il y a eu tromperie sur la marchandise, on nous vante des femmes somptueuses, des plages de sables blancs. En fait de sables blancs la majorité à  Tahiti sont de sables noires, tu t'allonges mouillé, quand tu te lève t'as tout du cochon vietnamien ! Les vahinés ! à part aimer les femmes (très) fortes, sans dent sur le devant passe ton chemin, oui j'exagère mais c'était à la hauteur de ma déception à l'époque (c'est vieux déjà). Si ...bien présent le mythe de la chevelure, oui c'est vrai les cheveux sont très beaux, très fort et représente un atout de séduction imparable souvent.
Distraction : La pêche le soir au bord du lagon :
toi pas au courant tu te pointe en short et en tee shirt ( quant ton ami vient enfin te chercher pour aller à la pêche car il a déjà oublié cinq rendez vous) c'est très prenant, très beau, l'atmosphère, la lumière du coucher de soleil, les parfums...le vent qui  tombe et c'est à ce moment là que rapplique une armada de moustiques qui n'ont choisi que de t'attaquer toi et pas  ton pote tahitien qui rigole. Mais profitons du feu de bourres de coco, cela réchauffe, et ...super...! cela écarte les moustiques, tu termineras la nuit les pieds dans le feu pour qu'ils te foutent un peu la paix .
Ah...! J'oubliais les fameux "nonos", les sales bestioles... "Il n'y avait plus qu'eux à m'aimer de la sorte, de leurs baisers brûlants" dit la chanson, j'ai testé pour vous, c'est vrai! On ne les voit pas mais eux repère la chair fraîche de popa...qu'ils dégustent lors de festins dont nous sommes les victimes!
J'avais beau m'inonder de monoï , du vrai, de celui qui pue, fait par la grand mère, à l'ancienne (avec crevettes et bernard-l'hermitte qui marinent dedans !) pas celui bidon de supermarché qui sent le coco déodorant  à toilettes. Mais rien 'y faisait.
J'oubliais les bars  où l'on te demande ce que tu veux boire en anglais, car ici beaucoup d'américains ou d'anglophones.
Difficile d'entamer le contact le dialogue avec la population locale, on dirait qu'ils sont timides. Je m'ennuie ferme sur mon île. Jamais un vrai ciel bleu... Les jours défilent...
Je vous passe le restaurant du dimanche où l'on va, à l'autre bout de l'île, dans l'espoir d'y être tranquille ,et où l'on retrouve son chef de service en train de déjeuner avec sa femme ( ou sa maîtresse ici on ne sait jamais vraiment)  chef avec qui on a eu cette "fameuse dispute" dans la  semaine qui nous a valu... un rapport!!! Trop tard et trop loin pour tourner les talons.

Demande officielle auprès du bureau des mouvements pour rentrer en France au bout d'un mois...

Ici on ne fréquente que des popas, qui, inconsciemment sans doute, se retrouvent entre eux, reconstruise un morceau de leur France ici, qui vont au club de bridge, de macramé ou chez le psy, bref peu intéressant ( rappel c'était il y a quarante ans).
Moi qui rêvait de plongée à couper le souffle, de partie de pêche au large, oui çà existe si tu es Rothschild. Mais avec mon salaire ordinaire fallait oublier...
Et puis il y a le déclic...la rencontre de personnages qui vous ouvrent les yeux, vous expliquent, vous montrent le vrai sens de la vie ici, l'harmonie avec la nature, la connaissance des plantes de toutes sortes et de toutes utilisations, les légendes de l'ancien temps, Taaroa et ses copains. Une vahiné vous prend enfin la main.Et c'est un autre monde qui s’ouvre. Voyage dans les îles avec votre compagne, découverte des liens familiaux très forts, du respect de l'environnement, initiation à la langue très belle. 
Depuis plus de quarante ans je trimballe ma nostalgie du fénua au fond du coeur, je l'ai souvent fait partagée autour de moi, ici on ne vous comprends pas toujours. Je suis retourné sur le territoire à chaque fois que j'ai pu. Maintenant je vais m'y installer définitivement dès que ma maison en France est vendue. Je vais rejoindre ma vahiné. Vous l'avez compris je l'aime depuis quarante ans et suis un inconditionnel de la Polynésie.
Je  souhaite de tout cœur à tout ceux qui vont partir de le découvrir . Comme je l'ai fait. Il faut de la patience, et le vieil adage du "Petit prince" est encore plus vrai à Tahiti qu'ailleurs -"on ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux". Bonne chance à tous
N'y voyez que beaucoup d'humour et beaucoup d'amour. Point de polémique.
Très Cordialement nana
Lemorvan

Nouvelle discussion