Mieux soigné en France qu'à Madagascar?

Je viens de recevoir un message que j'aimerai partager avec tous les expats et autres qui croient naïvement être bien soignés en France.
J'ai pour ma part été abasourdi quand j'ai lu cela.
https://www.les-crises.fr/les-cinq-meth … h-lefevre/ :joking:

Bonsoir à vous..

Bien sur cela est bien vrai..Nous avons des patients qui sont en rupture de traitements de certains neuroleptiques , antidépresseur ou autres anxiolytiques..je ne comprenais pas pourquoi au début , avant de ma le faire expliquer..
Un même laboratoire fait pleins de médicaments différents sur des chaines de productions communes..En fonction de la demande  (dans le monde entiers)  qu'il y a il stoppe la production des médicaments les moins onéreux pour favoriser la production des plus onéreux et se remplir un peu plus les poches..ceci est un tout petit exemple d'une machinerie énorme qui prend le patient en otage..
                 
                            cordialement pascal

Soignez-vous... mais intelligemment.
Faut-il croire votre médecin aveuglément ?
Pourquoi les informations de santé sont biaisées ?).
>
> Globalement, vous êtes d’accord avec moi : on ne peut pas croire sur parole les médias et autorités de santé.
>
> Mais vous êtes plusieurs à me poser la question : pourquoi notre médecin ne fait-il pas « contrepoids » à toute cette désinformation ?
>
> Il y a de nombreuses raisons à cela, qu’il est important de bien comprendre.
>
> D’abord, votre médecin est souvent le premier « désinformé » : il n’a pas le temps de vérifier par lui-même ce que disent les autorités de santé, et il se contente donc la plupart du temps de suivre docilement leurs recommandations.
>
> Dans la plupart des cas, sa seule autre source d’information principale vient… des « visiteurs médicaux », ces représentants de l’industrie pharmaceutique qui viennent vanter auprès des médecins leurs dernières molécules chimiques.
>
> Au total, avec ses 10 heures de consultation par jour, les tracas administratifs et les coups de téléphone, il est humainement impossible à votre médecin de lire les milliers d’études scientifiques qui sortent chaque mois.
>
> Et le pire, c’est que même lorsque votre médecin est parfaitement bien informé, il lui est parfois difficile de tenir un discours de vérité absolue.
>
>
Votre médecin ne veut pas d’ennui avec les autorités
Chaque fois qu’il s’écarte de la vérité « officielle », édictée par les autorités, votre médecin prend un risque sérieux.
>
> On l’a vu de façon spectaculaire avec le Professeur Joyeux, condamné par l’Ordre des Médecins pour avoir critiqué l’excès de vaccination (et non la vaccination elle-même).
>
> Notez bien le « deux poids, deux mesures » :
>
> Aucun médecin ne sera jamais poursuivi pour avoir recommandé à un patient de se vacciner contre l’hépatite B, même si cela lui déclenche une sclérose en plaque.
>
> En revanche, si votre médecin a le malheur de refuser de vous vacciner, par exemple parce qu’il estime que votre système immunitaire est trop fragile, il s’expose aux pires des poursuites !
>
> C’est le même problème avec les médicaments contre le cholestérol (les statines).
>
> Même si votre médecin est convaincu que ces médicaments sont inutiles et dangereux… il réfléchira à deux fois avant de vous les faire arrêter, si votre cholestérol est élevé.
>
> Car imaginez que vous soyez foudroyé par un infarctus, quelques semaines après avoir arrêté vos statines. Votre médecin pourrait être poursuivi pour ne pas avoir donné ces médicaments, recommandés par les autorités de santé !
>
> À l’inverse, votre médecin ne risque absolument rien si vous attrapez le diabète ou Alzheimer à cause de ces médicaments, puisque leur prescription est recommandée par les autorités !
>
> Le risque de poursuite est une forme de censure. Mais les médecins pratiquent également l’autocensure :
>
>
Votre médecin ne peut pas toujours tout vous dire
Imaginez un patient en surpoids, pré-diabétique et dont la tension est mesurée à 18/10.
>
> Un médecin bien formé aux méthodes naturelles sait qu’il y a trois possibilités :
>
L’idéal : si le patient change radicalement son mode de vie (alimentation, activité physique), sa tension baissera et sa santé s’améliorera sur tous les plans ;
>
>
Le regrettable : le patient ne change rien à ses habitudes mais accepte de prendre ses médicaments contre la tension, ce qui a le mérite de limiter les dégâts ;
>
>
Le catastrophique : le patient ne change rien ET refuse de prendre ses médicaments qui abaissent la tension, car il ne se « sent » pas malade.
>
>
Dans un cas comme celui-là, le médecin est confronté à un terrible dilemme.
>
> S’il dit la vérité sur les effets indésirables graves des médicaments antihypertenseurs… cela peut susciter chez son patient deux réactions très différentes :
>
Soit cela l’encourage à changer son mode de vie, pour éviter d’être obligé de prendre ces médicaments risqués – c’est le scénario idéal ;
>
>
Soit cela peut le convaincre de refuser de prendre ces médicaments, sans pour autant changer quoi que ce soit à ses habitudes – c’est le scénario catastrophique.
>
>
Résultat, pour votre bien, votre médecin pourrait être tenté de vous cacher, ou minimiser la longue liste des effets catastrophiques des médicaments qu’il vous prescrit !
>
>
Votre médecin veut garder la conscience tranquille
Il existe un dernier « biais » inévitable quand vous êtes médecin.
>
> Il est psychologiquement difficile d’admettre que l’on a donné pendant des années des substances dangereuses à ses patients, alors qu’on souhaitait uniquement les aider à aller mieux !
>
> C’est pourquoi les médecins ont souvent du mal à reconnaître que les médicaments qu’ils ont prescrits pendant des années puissent être « dangereux », même lorsque de nouvelles études scientifiques le démontrent.
>
> Et cela peut arriver même aux médecins les plus « compétents » et formés aux méthodes naturelles ! Par exemple, plusieurs médecins pour lesquels j’ai une immense estime sont moins sévères que moi sur la dangerosité des médicaments antiacides IPP, contre les brûlures d’estomac.
>
> À mon avis, cela s’explique par une raison simple : ce sont des études très récentes (datant de 2014 et 2015) qui ont démontré que ces médicaments provoquaient Alzheimer, maladies rénales graves et infarctus. Jusqu’alors, ces médicaments étaient considérés comme « bien tolérés ».
>
> Un autre exemple, encore plus criant, est celui des amalgames dentaires au mercure.
>
> Pourquoi les dentistes ont-ils toujours farouchement nié leur dangerosité ? Pourquoi ne sont-ils toujours pas interdits en France, alors qu’ils ont été abandonnés depuis longtemps chez plusieurs de nos voisins européens ?
>
> Parce qu’il est insupportable psychologiquement à nos dentistes d’admettre qu’ils ont implanté des poisons dans la bouche de leurs patients pendant des décennies !
>
> C’est tout simplement humain !
>
> Voilà pourquoi je ne peux que renouveler le conseil que je vous donnais dans ma dernière lettre :
>
> INFORMEZ-VOUS, PAR VOUS-MÊME !
>
> C’est la condition pour être libre, maître de sa santé… et créer un dialogue riche et constructif avec votre médecin !
>
> Bonne santé,
>
> Xavier

Bonsoir à vous..

si je peux me permettre deux petites remarques complémentaires..
les industries pharmaceutiques qui produisent les médicaments , travaillent en étroite collaboration avec les laboratoires d'analyses médicale..

Les paramètres de mesure des différents examens (fourchettes thérapeutiques) sont de plus en plus réduites enfin de pouvoir devenir un sujet à risque ou pathologique ..et ainsi bénéficier du "bon médicament "

Autre sujet sur le fait que les médecins reçoivent une primes de la sécu pour bien appliquer les consignes ..prescrire les génériques et moins prescrire d'examens..(de plusieurs milliers d'euros si mes souvenirs sont exacts)..

                                     cordialement pascal

Nouvelle discussion