Close

Les clés pour trouver un emploi en Colombie

Bonjour à toutes et à tous,

Pour décrocher un poste en Colombie, vous devez apprendre à maîtriser les codes du marché de l'emploi local. Nous vous proposons ainsi de partager vos recommandations et conseils sur ce qu'il convient de faire... ou pas !

Comment débuter sa recherche d'emploi en Colombie : en ligne, via des agences de recrutement, en faisant appel à son réseau ?

Comment adapter son CV aux standards du pays ? Est-il nécessaire d'envoyer une lettre de motivation ?

Quelles sont les faux-pas à éviter lors de l'entretien : tenue vestimentaire, façon de saluer et de s'adresser à son interlocuteur, etc. ?

Y a-t-il des secteurs qui recrutent plus ou au contraire d'autres qui sont fermés à la main d'oeuvre étrangère ?

Quels sont les détails auxquels les recruteurs locaux prêtent particulièrement attention : maîtrise de la langue, présence sur les réseaux sociaux, suivi de candidature, etc. ?

Merci,

Priscilla

La première recommandation est bien sûr d’avoir un CV adapté au pays. Non seulement traduit, mais adapté aux exigences locales.

1.    Bien sur le document doit être au format Letter (et non pas format A4 comme en Europe)
2.    Inclure le numéro de document d’identification au niveau des données personnelles (numéro de passeport ou de cédula de extranjeria pour les personnes déjà résidentes)
3.    Si possible avoir une adresse postale Colombienne (de toutes façons aucun recruteur ne vous enverra de courrier), et idéalement un numéro téléphonique de contact Colombien (si l’on ne réside pas en Colombie, ce point devient plus compliqué pour recevoir les appels)
4.    Pour les étrangers, il est bon de préciser sa situation migratoire (Possesseur d’un visa de travail ou autre visa permettant de travailler en Colombie)
5.    Bien faire attention à la traduction des diplômes en particulier les niveaux. Tous les diplômes universitaires courts sont donc « Pregrado » (qui peuvent etre Técnico Profesional, Tecnológico (types BTS ou DUT), ou Profesional (typiquement une licence universitaire), et les diplômes longs (Maitrises et Doctorats) sont « Postgrado ». Le Baccalauréat serait traduit par Bachiller.
6.    Intégrer références personnelles et professionnelles en fin de CV (avec noms, téléphones, adresses, et numéro de cédula pour les Colombiens). En général, trois de chaque.
7.    Rédigé en espagnol.
8.    Enfin, a noter que pour les postes subalternes, les recruteurs peuvent exiger un CV rédigé dans un format standard (Formato unico de hoja de vida). Les formulaires d’achètent en papeterie, et doivent être remplis à la main (4 pages).

Pour la recherche d’emploi proprement dite, 4 sources principales

1.    Le réseau de connaissances
2.    Les réseaux sociaux, principalement LinkedIn (posséder un profil a jour, complet, en espagnol), mais également forums de discussion professionnels, et pourquoi pas Facebook (éventuellement ouvrir un profil « pro » pour éviter de montrer a un recruteur les photos de sa dernière cuite).
3.    Les chasseurs de tête et autres agences de recrutement
4.    Les annonces en particulier sur elempleo.com ou computrabajo.com

Mon expérience personnelle m’a démontré que si l’on est pas déjà sur place, la plupart des recruteurs ne feront même pas l’effort de vous contacter.

Ce que j’avais fait à une époque,, depuis la France :
•    J’organise un voyage en Colombie (je définis donc une date d’arrivée et une date de retour)
•    Un mois avant, je recherche sur Google des principaux cabinets de recrutements en Colombie
•    3 semaines avant, je recherche sur LinkedIn des personnes travaillant dans ces cabinets de recrutement, et prise de contact
•    Dans le texte de prise de contact, j’ai mentionné les dates pendant lesquelles je me trouverai en Colombie, proposant un rendez-vous dans cette période.

En faisant de la sorte, j’avais obtenu des résultats mitigés, quelques réponses et un rendez-vous (pour environ 30 personnes contactées). Mais ce sont toujours des résultats supérieurs à la méthode consistant à répondre à des annonces via elempleo ou computrabajo (une centaine de candidatures, zéro réponse).

Pour ma part, la situation s’est débloqué une fois avoir déménagé en Colombie, et en étant réellement sur place.

Les entretiens que j’ai passé se sont déroulés a peu près comme en France, à quelques détails près.

•    Au moins à Bogota, le style vestimentaire est formel. Soigner son style.
•    En Colombie, il y a encore des secrétaires, assistants… La personne qui vient vous chercher n’est pas forcement la personne avec qui vous allez vous entretenir. De toutes façons, être poli et aimable avec tout le monde. Une réceptionniste à qui on aura fait mauvaise impression pourra faire une petite remarque au recruteur.
•    Comme en France, avoir son CV imprimé disponible. Normalement le recruteur aura imprimé sa copie, mais il est de bon ton de fournir un CV. En général le CV est présenté dans une chemise de présentation. Bien sur le document doit être impeccable, ni plié, ni écorné, ni taché, ni déchiré…
•    Si les recruteurs peuvent vous faire attendre en France, en Colombie c’est pratiquement systématique, et cela peut durer plus d’une heure.
•    On se salue comme en France, poignée de main, on énonce son nom et on rajoute « Mucho gusto ».
•    Selon le niveau du poste, soit on fait tout l’entretien en vouvoyant la personne (Usted), soit on fait les présentations en vouvoyant pour passer au tutoiement ensuite. En gros, si le recruteur a un niveau inférieur ou égal au poste voulu, on le tutoiera. Si le recruteur occupe une position supérieure, on le vouvoie.
•    La durée d’entretien par contre m’a paru assez similaire, une petite heure en général.
•    J’ai eu droit à des questions plus personnelles qu’en France : Si je suis marié, si j’ai des enfants, combien, quel âge, si j’ai mes parents, leur âge… Et bien sur des questions sur les raisons de ma recherche d’emploi en Colombie.
•    Comme en France, un petit email de remerciement après l’entretien fait toujours bonne impression.

De mon expérience, ce que les recruteurs apprécient avec les européens, c’est notre réputation de sérieux, de fiabilité. On est à l’heure, on respecte les délais, on est organisé, et puis pour les personnes avec expérience, on a travaillé dans des environnements considérés comme plus avancés que la Colombie.  Mon point de vue est qu’il faut être prudent. On doit valoriser notre expérience et les qualités supposées que nous avons, mais je crois qu’il faut éviter l’arrogance et ne pas avoir un discours du type « je vais vous apprendre la vie ». Il y a des gens extrêmement qualifiés en Colombie et il ne faut pas oublier que l’on devra s’intégrer à une équipe locale et composer avec la culture locale.
Bien sur le niveau d’espagnol est important. Tout dépend le type de poste, mais à partir du moment où l’on doit interagir avec des clients, ou des collègues, en espagnol, il faut maitriser la langue.

Nouvelle discussion

Assurance santé expatrié Colombie

Conseils pour bien choisir votre assurance santé en Colombie.

Déménagement en Colombie

Conseils pour préparer votre déménagement en Colombie

Assurance voyage Colombie

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage en Colombie

Billet d'avion Colombie

Trouvez les meilleurs prix pour votre billet d'avion pour la Colombie