Les prix de l’immobilier à Mayotte

Bonjour à tous,

Trouver un logement à Mayotte est une priorité pour les nouveaux arrivants. Parlez-nous du marché de l’immobilier dans votre ville ou votre région.

Quels sont les lieux les plus recherchés ? Les plus abordables ? En moyenne, combien coûte un logement à la location ou à l’achat ? Quelles sont les principales obligations, coutumes et taxes à considérer à Mayotte, en matière d’immobilier ?

Et vous quel quartier aviez-vous choisi d’habiter en arrivant ? Le recommanderiez-vous ? Où habitez-vous désormais ?

Merci pour vos éclaircissements,

Christine

https://media.senscritique.com/media/000004613720/source_big/Pour_100_briques_t_as_plus_rien.jpg

Tout est dit dans l'image.... Super !

~ Message supprimé ~

J'ai choisi d'habiter le quartier des Hauts Vallons à Majicavo Lamir dans la commune de Koungou. C'est un quartier bien situé, proche des commodités et avec des habitations aux standards métropole (enfin de loin vu que la garantie décennale n'existe que depuis quelques années).

Les locations y sont très chères. Par exemple moi je paie 1000 EUR pour un F3 de 70 m3 sans varangue (terrasse) mais avec vue sur le lagon et garage.
De manière générale l'offre étant inférieure à la demande, les prix du marché local est élevé.
Pas mal de colocations existent.
Vous pouvez passer par SIM (Société Immobilière de Mayotte), le plus gros bailleur de l'île et en passe de devenir publique.

En fait, la SIM est déjà publique : au conseil d'administration, cinq membres sont nommés par l'Etat, et les cinq autres sont nommés par les collectivités locales (Conseil départemental, mairie de Mamoudzou, le SMIAM, syndicat intercommunal dont la dissolution souhaitable se heurte à l'impéritie des communes) et un organisme consulaire (la chambre des métiers).

À l'origine, les prix élevés du parc locatif occupé par les wazungu étaient destinés à financer la construction de cases SIM pour les mahorais (extrêmement subventionnées, mais réalisées pour partie en autoconstruction). Et puis, "comme partout", ça a fini par devenir un acquis social quand les grandes familles de l'île ont entrepris elles aussi de mettre leurs logements en location, en s'alignant sur le tarif de la SIM.

Aujourd'hui, un logement en parpaings de deux pièces avec le sol en terre et les toilettes à l'extérieur se loue entre cent et cent cinquante euros par mois. À ce prix-là, les compteurs d'eau et d'électricité sont "bien sûr" communs à plusieurs logements.

Nous habitons depuis 4 ans dans le sud. C'est le plus beau coin, au pied du Choungui.

Catherine

Nouvelle discussion