Close

Divorcé, pension alimentaire, le saviez vous ?

Divorcé depuis 3 ans, et installé depuis au Vietnam, je déclare mes revenus français ( retraite de fonctionnaire de l'Etat) aux services des non résidents.
Je viens d'apprendre ( impots.gouv/ brochure d'information/pension alimentaire, page 147 ) que la pension que je verse à mon ex est tout simplement NON DEDUCTIBLE, car je ne suis pas domicilié en métropole.
Ceux ou celles qui seraient concernés sont ils au courant  de ce stratagème et m'expliquer le pourquoi du comment..Je suis perplexe...car ma retraite finalement est imposée deux fois !

Vive La France !!
Le mieux pour toi est de voir un conseillé fiscale ,première foi que j'entends ça.
Bien à toi
Eric

C'est justement un conseiller fiscal en France qui m'a donné la reference dans la brochure de l'administration ou la réponse à ma question du pourquoi la pension alimentaire que je verse n'est pas retenue comme déductible est clairement expliquée  !
C'est une info que je livre à tous nos compatriotes qui ne sont surement pas au courant ! Ce que je ne comprends pas c'est le POURQUOI de cette décision administrative pour le moins arbitraire. Mon conseiller fiscal  n'a pas su me le dire !

Et bien mon pauvre ,tu n'es pas sorti de l'auberge !
Courage
Bien à toi
Eric

Bonjour,

http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/pu … ndard_6707

Bon il y avait eu ca aussi :

http://www.assemblee-afe.fr/deductibili … sions.html

Mais ca date de 2012, des infos actualisees seraient bienvenues pour les concernes effectivement, peut etre en se renseignant aupres d un elu consulaire ou un depute de la circonscription?

Oui, c'est exacte l'intervention du député de la circonscription qui peut faire stopper cette
Ânerie arbitraire celle ci a été votée après le repas bien arrosé de13h , entre vin et fumée de cigarette, les yeux mi ouverts mi endormis
De la sieste on ne sait même plus pourquoi on a appuyé sur le bouton de son pupitre et de ses acolytes?

Autrement,
Là vraiment,
il faudrait nous donner LA BONNE RAISON, hen n'est ce pas?
Je dis bien La bonne raison?
Nous sommes en république?
Nous sommes en droit de savoir La raison
Objective d'un texte de loi NON?
CAR je ne vois pas la différence entre 2 Français (d'origine) avec un même montant de retraite, l'un expatrié l'autre en France tous 2 divorcés qui payent les impôts en France
Alors que l'expatrié n'aurait pas les mêmes droits que l'autre français?
Quant il faut voter, on n'oublie surtout pas de solliciter les Expasts, par contre après on leur fait des tas de petits dans le dos.
Ah, QU'ILS SONT DANGEREUX  ces politiciens.

peut être voir avec conseil constitutionnel   ?

Oui tu as raison,
Mais combien de concernés vont ils se manifester pour former un groupe de parole concernant ce sujet?
Ou bien, aussi pervers que tous les politiques qui ont sorti et placer leur argent dans des paradis fiscaux " on accepte, on ne dit rien, mais on se La joue plus pervers et encore et encore en trouvant des fientes bien pointues
Et ainsi on crée toujours plus de gens futés
À la recherche de solutions, qui d'ailleurs ont bien raison.
À LA FIN.

Et VIVE LA RÉPUBLIQUE.😥😥

Adressez-vous à la  thing tank Terra Nova qui tous les jours nous pond une nouvelle idée de taxes.Il n'y a plus d'argent dans les caisses de l'état alors ces fous furieux  pondent : dernière trouvaille ,taxer les propriétaires de maisons qui n'ont plus de crédit immobilier...

Pour en savoir un peu plus, et voir s'il n'y a pas une solution, le mieux est certainement de vous rapprocher d'abord du conseiller consulaire basé à Saigon : M. Marc Villard, il est de très bon conseil et très réactif, son adresse e-mail et téléphone sont sur le site du consulat de France.
Ayant changé ma résidence fiscale en janvier 2015, je n'avais alors que des revenus fonciers. Recevant ma dernière feuille d'imposition, l'impôt à payer était d'environ 35 % (impôt + csg rds).....
Ayant ma petite activité de poivre, M. Villard m'a conseillé de déclarer un revenu mondial (France + Vietnam). Après montage du dossier, j'ai été dégrêvé de la moitiè de l'impôt, après un délai d'environ un mois.

Il doit y avoir une solution ou une autre

Belle journée !!

Poivre

Voici la réponse de T Mariani, notre député que j'ai interpellé :

Cher Monsieur,

J’ai bien reçu votre mail et vous en remercie.

Vous aviez bien voulu me faire part de vos remarques et interrogations concernant la fiscalité pour les Français de l'étranger hors de l'Union européenne. Vos observations sont toujours très enrichissantes et me permettent de relayer votre expérience auprès des pouvoirs publics.

Je tiens à vous assurer que j’ai pris connaissance de votre mail avec la plus grande attention.

En effet, comme vous le soulignez, les Français de l’étranger ne peuvent déduire des charges (pensions alimentaires, dons, parts etc.) de l'impôt sur le revenu. Sachez que j'ai tout à fait connaissance des difficultés que cela implique. C'est la raison pour laquelle, je suis intervenu auprès du gouvernement afin de dénoncer cette injustice. Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous le contenu de cette intervention ainsi que la réponse qui m’a été apportée.

M. Thierry Mariani attire l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès du ministre des finances et des comptes publics, chargé du budget sur l'article 164 A du code général des impôts qui pose le principe suivant lequel les personnes ayant leur domicile fiscal hors de France ne peuvent déduire aucune charge de leur revenu global imposable. L'instruction 5 B-1-12 du 13 janvier 2012, publiée le 24 janvier 2012, a cependant tiré les conséquences de l'arrêt « Schumacker » de la CJCE du 14 février 1995 en permettant aux non-résidents « Schumacker », de faire état pour la détermination de leur impôt sur le revenu des charges admises en déduction de leur revenu global et des réductions et crédits d'impôts de la même manière que les contribuables fiscalement domiciliés en France. Le bénéfice de ce dispositif semble cependant réservé aux non-résidents domiciliés fiscalement sur le territoire d'un autre État membre de l'UE ou dans un État partie à l'espace économique européen. Dans ce cadre, de nombreux Français résidant hors de France sont dans l'impossibilité de déduire de leurs impôts les pensions alimentaires versées à leurs proches (enfants, ex-conjoint, ascendant, etc.). Pour certains contribuables résidant en dehors de l'Union européenne et de l'Espace économique européen, la déductibilité des pensions alimentaires ne semble possible que lorsqu'elle est explicitement prévue par la convention fiscale liant la France au pays de résidence. C'est, alors, au pays de résidence qu'il revient d'appliquer, le cas échéant, la déduction des charges. Par conséquent, il souhaiterait connaître les justifications de cette discrimination et l'intention du Gouvernement pour y remédier.

Réponse :

En application des dispositions de l'article 4 A du code général des impôts (CGI), et contrairement aux personnes fiscalement domiciliées en France au sens de l'article 4 B du même code qui sont soumises à l'impôt sur l'ensemble de leurs revenus, qu'ils soient de source française ou de source étrangère, les personnes fiscalement non-résidentes en France sont imposables sur leurs seuls revenus de source française, sous réserve des dispositions des conventions internationales. C'est pour tenir compte de cette différence objective de situation entre résidents et non-résidents que, conformément à l'article 164 A du CGI, les personnes qui n'ont pas leur domicile fiscal en France et qui sont, de ce fait, soumises à une obligation fiscale limitée ne peuvent déduire aucune charge de leur revenu global. Il en est de même pour la plupart des réductions et crédits d'impôt sur le revenu. La doctrine administrative publiée au Bulletin officiel des finances publiques sous la référence BOI-IR-DOMIC-40 a tiré les conséquences de l'arrêt « Schumacker » du 14 février 1995, affaire C 279/93, aux termes duquel la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a jugé que les contribuables non-résidents devaient être assimilés à des personnes fiscalement domiciliées en France, au sens du droit interne, tout en restant soumises à une obligation fiscale limitée, au sens des conventions internationales, lorsqu'ils tirent de la France la majorité ou la quasi-totalité de leurs revenus. Sont concernés les contribuables, dits non-résidents « Schumacker », qui sont domiciliés dans un autre Etat membre de l'Union européenne (UE), ou dans un Etat partie à l'Espace économique européen (EEE) ayant conclu avec la France une convention fiscale qui contient une clause d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude ou l'évasion fiscale. Le bénéfice de ces dispositions de la doctrine administrative n'est pas ouvert aux non-résidents établis dans les Etats autres que ceux cités dès lors, d'une part, que la transposition en doctrine fiscale des principes posés par l'arrêt « Schumacker » précité découle de l'obligation à laquelle est tenue la France de respecter les principes communautaires, tels qu'ils sont interprétés par la CJUE, et notamment le principe de la libre circulation des personnes et de liberté d'établissement au sein de l'UE et de l'EEE, principe communautaire qui ne trouve pas à s'appliquer pour les résidents des autres Etats avec lesquels la France n'a pas conclu d'accords équivalents et, d'autre part, que cette jurisprudence est susceptible de s'appliquer à tous les Etats membres, ce qui implique une réciprocité aux termes de laquelle un Français imposé dans un autre Etat membre peut, le cas échéant, se prévaloir des principes posés par l'arrêt « Schumacker ».

Sensible à cette question, je suis intervenu une nouvelle fois afin d’appeler l’attention du gouvernement sur cette question :

http://www.thierrymariani.com/une-nouve … ger/#ancre

Bien évidemment, je reste fortement mobilisé sur ces sujets et vous pouvez compter sur mon entière détermination à continuer à œuvrer et à légiférer au sein de l’hémicycle pour des traitements plus justes et équitables pour les Français de l’étranger.

En espérant avoir le plaisir d’échanger avec vous lors d’un prochain déplacement au Vietnam, je reste à votre écoute et à votre disposition pour toute information.

Bien cordialement,

Thierry MARIANI

Député des Français établis hors de France

Ancien ministre

Site internet : www.thierrymariani.co

Merci Pedro

Eric

Bonjour M Pedro44,
Si je ne me trompe pas , domiciliez votre résidence fiscale en France
De toute façon vous payez les impots en France , s'il n existe aucun interet à declarer son domicile fiscale au VN ,  vous gagnerez peut etre a deduire la p alimentaire
J ai peut etre tort mais c 'est votre conseiller fiscal qui doit mieux vous conseiller
tz

Nouvelle discussion

Assurance santé expatrié Vietnam

Conseils pour bien choisir votre assurance santé au Vietnam.

Déménagement au Vietnam

Conseils pour préparer votre déménagement au Vietnam

Assurance voyage Vietnam

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage au Vietnam

Billet d'avion Vietnam

Trouvez les meilleurs prix pour votre billet d'avion pour le Vietnam