Close

Projet d'installation avec 3 enfants

Bonjour,

il m'a été proposé un poste à l'aéroport de Wallis.

Marié 3 enfants (13, 10 et 9 ans), je souhaiterai obtenir le maximum de renseignements afin d'orienter mon choix. J'ai déjà fait beaucoup de recherches sur internet, interrogé des gens de mon entourage qui vivent ou ont vécu l'expatriation, certains me disent que c'est une super expérience, d'autres au contraire me disent que ce choix ne serait pas raisonnable.
Comment se passe la scolarité ? les expatriés s'adaptent-t-ils bien à l'insularité ? comment se déroule la vie au quotidien ? Quelles sont les activités sur l'île ? comment l'isolement est-il vécu ? Qu'en est-il de la cherté de la vie ?

J'attends vos retours afin de pouvoir vraiment prendre ma décision et faire le bon choix.

Bien cordialement

Stéphane

Bonjour,

Pour avoir un aperçu des activités proposées sur l’île, vous pouvez consulter le site Loïna.

La vie est effectivement très chère à Wallis, mais les salaires indexés permettent de compenser. Ensuite, tout dépendra des projets que vous aurez et de votre train de vie : choix de la maison, budget pour l’alimentation, choix des abonnements (pour le téléphone, Internet, la télévision),  consommation d’électricité,  sorties et activités diverses, nombre de voitures du foyer, envie de voyages (surtout avec 3 enfants…) Pour le reste voir message plus loin...

En ce qui concerne l’isolement, il est certain que pour les expatriés, il est difficilement envisageable de rester à Wallis en continu. Il faut absolument prévoir de quitter l’île régulièrement, pour changer d’air.
La vie au quotidien peut être très agréable à condition de bien préparer son arrivée et son installation. Avec trois enfants, il vaut mieux être bien équipés et bien organisés. Voir message plus loin...

Avec des ados, il est important de bien choisir son lieu de vie. Si possible, à proximité des commerces, des lieux d’activités et donc de Mata Utu et de bien choisir un collège ou une école accueillant un maximum d’enfants d’expatriés. L’intégration des adultes est plus facile que celle des enfants. Les relations entre enfants d’expatriés exigent une disponibilité importante de la part des parents. Les maisons sont souvent distantes de plusieurs km, les enfants peuvent difficilement se déplacer à pied ou à vélo et il y a très peu de lieux de rencontre en dehors de l’école, des activités péri scolaires et du stade. L’argent de poche ne sert à rien : il n’y a pas de boulangerie, pas de bureau de tabac, pas de pâtisseries ou de glacerie pour y dépenser ses économies. Même acheter quelques bonbons est compliqué. Si les enfants n’ont pas l’âge de se rendre au stade avec des amis, stade qui se trouve en face d’un super marché dans lequel ils peuvent acheter une tablette de chocolat, un paquet de bonbon ou une canette de soda, ils n’auront pas beaucoup d’occasions de sortir. Il faut compter sur les invitations chez les uns et les autres avec des déplacements importants. Les enfants wallisiens restent souvent entre eux et parlent le français surtout dans le cadre de l’école. Il faut comprendre que pour eux, il est difficile de s’attacher à des copains qui sont amenés à partir assez rapidement. Il y a un turn-over  important et il faut savoir que nos propres enfants souffrent aussi de cette situation. Le cas est réel surtout pour les adolescents et les pré-adolescents.

Les  enfants plus jeunes sont moins concernés par ce problème, mais pour eux se pose le problème de la scolarité dans le primaire. L’enseignement primaire n’est pas géré par L’Education Nationale mais par la DEC (Direction de l’Enseignement Catholique) et il faut tenir compte de certaines réalités locales. J’espère que vous aurez l’opportunité d’avoir d’autres contacts, avec des parents d’enfants scolarisés dans le primaire pour avoir des infos concernant le fonctionnement des écoles primaires avec les avantages et les inconvénients du système

Voici d'autres informations que j’avais données il y a quelque temps à un couple avec 3 enfants qui se posaient (entre autres) les mêmes questions que vous. Désolée pour la longueur du message, je ne l’ai pas repris. A vous de glaner les infos qui vous paraissent utiles. Si vous avez besoin d’infos complémentaires ou de précisions, n’hésitez pas à revenir sur le forum…

L’île n’est pas grande mais rien ne se fait sans voiture : pas de transports en commun à part les bus scolaires, pas de cantine (sauf pour le lycée d'état) et le collège de Lano se trouve en face d’un internat qui propose  un service de restauration sur inscription. Les horaires scolaires tournent autour de 6h40 / 12h15 et 13h45 / 17H00 en fonction des collèges. Les déplacements en vélo sont possibles mais plutôt désagréables : il pleut souvent des cordes, le taux d’humidité est très important et lorsqu’ il y a du soleil, ça cogne bien.

Avec une famille de 5 personnes, un container peut s’avérer rentable. Exemple de prix, avec la société AGS, au départ de l’est de la France, pour un volume de 29 m3 : environ 11 000 € auxquels il faut ajouter à l’arrivée sur le territoire les taxes de dédouanement sur les objets de moins de 6 mois. Il faut compter environ 3 à 4 mois de voyage et trouver une maison semi équipée en attendant l'arrivée du container.

Les maisons sont justement plus ou moins équipées et meublées. Il faut savoir que tout coûte très cher à Wallis et il n’y pas beaucoup de choix.  En fonction de vos besoins et de vos exigences en matière de confort, vous pouvez prévoir de mettre dans le container :

Autant de ventilateurs plafonniers avec éclairage que vous aurez de pièces dans la maison, et en plus quelques ventilateurs sur pied (toutes les maisons ne sont pas équipées de la clim et quand elles le sont, utiliser la clim en continu toute l’année coûte un bras. Les ventilateurs sont un bon compromis lorsque la chaleur devient insupportable).

Apportez des appareils ménagers en tout genre (surtout une yaourtière, un autocuiseur, un appareil à croque-monsieur…) un petit chauffe-eau électrique facile à installer dans la douche (très peu de maison sont équipées de l’eau chaude mais en juillet et en août une douche tiède est appréciable, surtout pour les enfants), un four à micro-ondes, une machine à pain, un barbecue, des lampes de poche, une lampe tempête (il y a souvent des coupures d’électricité intempestives), un lave-linge bien sûr et un sèche-linge même si ça peut paraître aberrant vu le coût du kwh : 0,80 € environ (mais avec une famille de 5 personnes, le lave-linge tourne beaucoup et le linge ne sèche pas très bien à cause de l’humidité (sèche-linge à n’utiliser bien sûr que pour finir le séchage entre deux étendages), des moules à gâteaux, beaucoup de saladiers, de la vaisselle, des couverts, de bons couteaux (surtout si vous comptez manger du poisson frais vendu par des pêcheurs ou pêché par vous-même). Avec des enfants, un robot ménager ne sera pas du luxe (Blender, râpe et batteur)

Apportez un maximum d’appareils audio visuels (pour info : une TV 120 cm coûte ici autour de 1 250 €) et de matériel informatique : un amplificateur Internet (la connexion Internet n’étant pas très bonne), des jeux de société, des jouets (en ce qui concerne les vélos pour les enfants, c’est à voir… Il est en tous les cas déconseillé de laisser des enfants faire du vélo seuls ou se déplacer seuls. Il n’y a presque pas de trottoirs, les bas-côtés ne sont pas sécurisés et les routes ne sont pas très sûres à cause des nids de poules fréquents qui induisent une conduite un peu dangereuse des automobilistes).

Si vous faites un container mettez-y aussi un stock de crème solaire, de Biafine et de produits anti moustiques, des médicaments pour toute la famille,  du matériel de jardinage et de bricolage (y compris un assortiment de vis et de clous de toutes tailles), des fournitures scolaires de tout genre, des pinces à linge en bois, des lampes de chevet, des boîtes de rangement et des casiers à tiroirs en plastique…  Si la maison n’est pas équipée de moustiquaires, achetez des moustiquaires à suspendre au-dessus des lits.

Si vous comptez passer des nuits aux îlots, achetez du matériel de pique-nique, des tentes igloos avec moustiquaires, une pelle, des tapis de sol, une douche de camping, des lampes frontales, de grandes serviettes de plage, un ou plusieurs hamacs,  des thermos, une glacière et des pains de glace, une malle maritime en plastique.

Plutôt que de s’encombrer de livres, investissez dans des liseuses et apporter seulement des dictionnaires et quelques livres extra scolaires (il y a une bibliothèque qui fonctionne bien à Wallis grâce à l’association Cafe Fale). Si vous ne comptez pas vous abonner à Canal Sat et Canal+ (l’abonnement total coûte environ100 € par mois), faites le plein de films, surtout pour les enfants. Il n’y a pas de cinéma mais un ciné-club est proposé aux adultes par Cafe Fale une fois par semaine (les films sont diffusés dans une petite salle et vous êtes assis sur des chaises)  Consultez le site de Cafe Fale et de Loïna pour avoir une idée des activités proposées à Wallis.
L’abonnement à Internet 256 Ko et le téléphone revient à 160 € par mois  à condition d’utiliser Skype pour les communications internationales.  Et ça rame bien... Surtout aux heures où tout le monde est connecté pour communiquer avec la Métropole. L’électricité est hors de prix et souvent les maisons ne sont pas prévues pour une consommation excessive. Les appareils électroménagers sont à utiliser avec une gestion rigoureuse pour ne pas faire sauter les plombs à tout bout de champs. Bien sûr il est plus facile de se contenter du strict minimum en solo ou à deux, mais avec des enfants, c’est autre chose… A moins que vos enfants soient habitués à vivre de façon spartiate, il sera difficile de ne pas les entendre se plaindre que la vie en Métropole leur manque.

Si vous comptez mettre une voiture dans le container ou si vous achetez une voiture avant de venir à Wallis pour quelques années, profitez-en pour ajouter des pneus neufs, des consommables et des pièces détachées. La moindre réparation, en plus de coûter chère, prend du temps (les pièces détachées sont commandées à Nouméa).

Si vous comptez apporter des meubles, privilégiez les meubles en teck ou en bambou (ou osier), des meubles de jardin en teck, des chaises longues en alu léger. Préférez les canapés et fauteuils avec des housses déhoussables et lavables. Pas de meubles en cuir, c’est trop fragile… un stock de draps housses et de taies d’oreillers important. Les lits sont changés fréquemment. Procurez-vous un gros stock de torchons et de serviettes de bain. Le linge met du temps à sécher. Prévoir un stock de chaussures : sandalettes, tongs et baskets de qualité (anticipez sur les changements de pointure pour les enfants, surtout s’ils ont des pointures de chaussures inférieures à 36) Quelques sites commerciaux livrent à Wallis : KIABI, LDLC, La REDOUTE, Amazon (mais uniquement certains articles). Il faut compter un mois d’attente quand il n’y a pas de blocage du fret à Nouméa pour une raison ou une autre. Tous les colis sont contrôlés par la douane et font l’objet d’une taxe supplémentaire (entre 30 et 40 % de la valeur marchande et une taxe sur le coût du transport). Il faut souvent attendre un retour en Métropole avec le problème du décalage des saisons ou un voyage à Nouméa, à Fidji, en Australie ou en Nouvelle Zélande pour s’équiper. En revanche il n’y a pas d’impôts sur le revenu et la taxe d’habitation n’existe pas.

Dans les affaires à ne  pas oublier, ajoutez les casquettes et les lunettes de soleil. En général, on ne se baigne pas en deux pièces ou en maillot de bain, alors il faut prévoir des tee-shirts en lycra, des shorts de bain et si on fait des activités nautiques, des combinaisons. A acheter impérativement : des chaussures de platier pour pouvoir marcher sur la barrière de corail. Wallis possède très peu de plages et celles qui existent ne sont pas publiques. Les Wallisiens sont très accueillants mais tout n’est pas permis. Il y a des règles à respecter pour s’installer quelque part ou pour occuper les îlots. Si vous faites appel à un pêcheur pour vous déplacer, vous n’aurez pas de soucis sur l’endroit où il vous emmènera et vous pouvez avoir confiance pour qu’il revienne vous récupérer. Vous verrez ensuite sur place les fonctionnements particuliers.

Si la maison que vous voulez louer ne possède pas de piscine et si vous avez les moyens de le faire, investissez dans une piscine hors sol avec tous les accessoires et un peu de produits d’entretien pour démarrer, et profitez du container pour les faire transporter.

A mettre également dans le container quelques mètres linéaires de pelouse artificielle et aussi de linoléum. Ça peut toujours servir… La plupart des maisons étant équipées de terrasses, apportez de grands tapis d’extérieur. Il pleut souvent à Wallis et les chemins sont boueux.

Toujours si vous avez les moyens, procurez-vous un frigo américain tropicalisé ; ça vous évitera d’encombrer le frigo de bouteilles pour avoir de l’eau fraîche. Achetez aussi un deuxième petit  frigo  pour y stocker tout ce qui n’est pas alimentaire (médicaments, produits de beauté le cas échéant…) et tous les produits laitiers que vous confectionnerez (yaourt, flans, gâteaux…). Si vous travaillez à deux, ajoutez un deuxième petit congélateur pour les plats cuisinés. L’absence de cantine, les horaires un peu serrés des enfants et parfois la pénurie de certains aliments nous obligent à préparer des repas d’avance. Si vous avez la chance d’avoir des fruits, des légumes ou du poisson de temps en temps, vous apprendrez à conditionner et à stocker. Pensez aux boîtes de conservation, aux pots hermétiques pour conserver les épices qui moisissent facilement, au sucre qui attire les fourmis.  Les aliments entamés (riz, pâtes, semoule, céréales…) se conservent mieux dans des bocaux fermés.

A Wallis, le matériel souffre énormément : le métal rouille, le tissu moisit, le bois gonfle ou est attaqué par les termites, le plastique casse. Si la maison n’est pas bien aérée ou climatisée, il faut remplacer régulièrement certaines affaires.  N’apportez pas d’objets de valeur (pas de tableaux ou d’objets de déco fragiles).  Equipez les enfants de cartables de la marque Eastpack (exemple de marque  qui a fait ses preuves) ou une marque de qualité équivalente. Dans tous les cas, choisissez  des sacs étanches. Bannissez tous les sacs (y compris les glacières) avec des fermetures éclair en métal. Achetez un coffre de pique-nique pour les futures sorties aux îlots ou des paniers en osier. Vous pourrez acheter sur place des nattes.

Depuis quelques années, aux dire des personnes qui vivent sur l’île depuis longtemps ou depuis toujours, il y a eu d’énormes avancées dans l’approvisionnement des magasins. On commence à trouver de tout. Il est important de mettre dans le container les choses qui correspondent à votre façon de vivre et qui importés à Wallis sont hors de prix. Pour le reste, même si c’est plus cher, nous privilégions les produits locaux et les produits ou services qui font vivre les Wallisiens. Si, à la fin de votre contrat, vous décidez de ne pas revenir avec vos affaires, sachez que tout ce que vous aurez apporté sur l’île se revend très bien et rend service aux autres expats et aux Wallisiens eux-mêmes, qui les achètent sur Loïna ou lors des deux brocantes annuelles organisées par Cafe Fale (généralement en mars et en octobre)

En ce qui concerne les liaisons aériennes, une seule compagnie (Aircalin)  permet de sortir du territoire avec deux destinations et deux vols par semaine : Nandi aux Iles Fidji et Nouméa en Nouvelle Calédonie, le lundi et le vendredi et un troisième vol, le mercredi, en période de vacances. A partir de Nouméa et de Nandi toutes les autres destinations sont possibles. Le vol pour sortir de Wallis est excessivement cher (environ 800 €) et sans solution de concurrence.

.
Les salaires indexés sont certainement source de bonheur (possibilité de faire de beaux voyages, de profiter d’une vie agréable, de changer d’air…) mais il faut pouvoir supporter un climat parfois débilitant, ne pas avoir de soucis de santé majeur, être soi-même tolérant et ouvert, supporter l’éloignement avec la Métropole, accepter avec « zénitude » certains dysfonctionnements dus à l’insularité et savoir respecter  les coutumes locales.

Voilà quelques réponses  et certains conseils. J’espère que vous aurez d’autres avis. Il y a à Wallis une qualité de vie appréciable pour qui sait en profiter. Les Wallisiens sont globalement très accueillants, tolérants, souriants et sympathiques. On se sent en sécurité et s’il y a ici des choses qui peuvent surprendre ou être critiquables, il faut  venir à Wallis en connaissance de cause.

Nouvelle discussion

Assurance santé expatrié Wallis et Futuna

Conseils pour bien choisir votre assurance santé à Wallis et Futuna.

Déménagement à Wallis et Futuna

Conseils pour préparer votre déménagement à Wallis et Futuna

Assurance voyage Wallis et Futuna

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage à Wallis et Futuna

Billet d'avion Wallis et Futuna

Trouvez les meilleurs prix pour votre billet d'avion pour Wallis et Futuna