Close
Suivez toute notre actualité sur Facebook !

bonjour à tous ... renseignements sur la sécurité à mada

J'ai l'intention de venir à Mada et pas de m'y installer définitif mais y etre assez souvent pour un business que je vais faire sur internet .
J'en suis au stade de mon départ en principe départ vers décembre ou début janvier . J'ai déjà pas mal obtenus de renseignements , mais plusieurs avis valent toujours mieux ...
Ma principale question est plutot sur la sécurité ... J'aime bien les voyages mais je fais généralement attention a etre informé sur le pays avant d'y arriver .
Je sais bien sur que la nuit c'est important de prendre un taxi , d'éviter de marcher dans des rues désertes...
Je sais qu'il ne faut pas attirer l'attention par des signes de richesses extérieures ..
Mais ce que j'aimerais c'est avoir l'avis d'un ou plusieurs ... Est ce que les dangers signalés sont si importants car il y a dans les forums des avis très divers ... certains disant que il n'y a rien à craindre et d'autres carrément alarmistes ...
Bon j'arrete là pour tout de suite je sais que les courriers trop longs sont parfois insupportables mais je vais avoir d'autres questions dans d'autres posts ... merci à ceux qui se dévouent pour répondre .

Bonjour,

Si vous tapez "sécurité" comme mot de recherche, vous constaterez que plus de 10 fils ont été ouverts sur la question : votre fil fait double, triple quadruple emploi avec les autres...

Sur les fils, il y a  des centaines de témoignages concernant la sécurité dans le pays, et le nombre de réponses fournies répond en soi  à la question posée...

Je vis depuis 8 mois à Madagascar et la sécurité reste probablement l'un des domaines les plus inquiétants. Bien-sûr je me suis fait cambrioler (la maison vidée, ils n'ont laissé que mes livres...) comme la plupart des résidents d'après mes renseignements. Et je ne suis heureusement pas du genre à me "suréquiper". Quand on vient vivre dans un pays comme celui-ci, il est absurde de vouloir reconstituer ce qu'on pourrait avoir en France. Autant rester chez soi.
Mais la situation économique et sociale se dégrade à une telle vitesse que la moralité et le respect vont de pair. Paradoxalement les croyants se multiplient, comme quoi...
D'ailleurs si la fréquentation touristique est aussi faible ( Maurice fait 2 millions/an et ici péniblement 250.000...) c'est en grande partie à cause de l'insécurité.
Personne ne veut aller faire du trekking avec le risque d'être dévalisé, maltraité ou massacré pour un peu de bagages et de la menue monnaie.
Donc si vous vous installez, vivez "camping" avec le stricte minimum, comme ça si vous vous faites dévaliser, la perte ne sera pas énorme.

Bonjour . Vraiment merci pour votre réponse ; Je ne prendrais pas le risque de faire du trekking  malheureusement
C'est vraiment dommage le pays a  pourtant besoin de touristes
Oui j'imagine bien une fois installé nous sommes surveillés . Bon se faire voler c'est pas plaisant mais matraquer encore moins .
Je vais d'abord venir passer un mois ou deux pour voir .
J'ai vécu en Asie mais la bas pas de probleme . Bon bien sur cela peut arriver aussi de se faire voler , mais tout de meme a moins grande echelle ?
Peut etre nous aurons l'occasion de se rencontrer ?  Bonne chance

Bon ben moi comme d'hab... Presque 3 ans à Madagascar :
- jamais volée
- jamais cambriolée
- jamais agressée, ni physiquement ni verbalement
- Je passe ma vie dans la brousse pour cueillir mes fleurs, souvent seule et pas armée... jamais eu de soucis...
- je vais jusqu'au fin fond du marché faire mes courses, seule aussi... jamais arnaquée (les prix sont marqués sur des affichettes...)... j'ai même droit à mes "petits cadeaux" très régulièrement......
- je vais régulièrement sur mon site isolé seule encore avec mes ouvriers et mes marins... jamais eu de problème... ils sont super prévenants et mettent tous leurs gilets de sauvetage... parce qu'aussi non je me mets super en colère...
Bon... je suis peut être une extra terrestre... mais en cas de changement notable, je vous promets de vous informer....

Ah si... j'ai eu ma première démission d'un de mes gardiens : originaire de Fianarantsoa, il a enfin pu récupérer sa terre et a souhaité retourner s'en occuper avec toute sa petite famille... dont acte... !

Personnellement en une semaine difficile d'être objectif... Aucun problème pour l'instant... je sors tous les jours acheter mon pain et quelques bricoles pour faire la tambouille, forcement les gens nous regardent un peu...(je suis en général le seul blanc à circuler à pied avec mes filles en ville  :) ) mais c'est plutôt logique en même temps... c'est moi l'intrus lol. J'ai droit à des bonjours, enfin plus mes filles que moi d'ailleurs... Je ne me suis jamais senti en danger.
Idem lors de notre ballade dans un marché en plein coeur de Tana... Forcement les gens ont essayé de nous vendre plein de chose (stylo, lunette, clé usb, porte-manteau, etc etc) mais un non merci avec le sourire suffit généralement. Prix affichés sur des cartons comme l'a dit Lys.
Par contre il faut vraiment que je me mette au malgache !!!

Bonjour .
Merci pour votre réponse qui me réconforte dans l'idée qu'il faut venir ... Vous etes dans la brousse et finalement c'est peut etre plus calme que dans les villes ou fatalement les pauvres sont encore plus pauvres .Dans quelle région vous vous trouvez ?
Sympa que les prix soient affichés sur les marchés ou vous allez .
Ce qui n'est pas le cas dans beaucoup de pays notamment en Asie .
J'ai vu que vous  parlez de vos marins et des fleurs que vous cueillez. Peut etre naviguez vous sur un fleuve ,  sur un petit bateau ?  De mon coté dans mon dernier emploi qui vient de se terminer, je m'occupais de marins dans un seamen's club .
J'ai été marin aussi dans mon premier métier .
Je viens en fin d'année et si cela ne vous dérange pas je vous recontacterais .

Bonjour et merci .
Bien c'est rassurant de voir que tout se passe bien surtout que vous etes à  Tana ;a la différence de Lys qui est plutot en brousse .
Ca me fait du bien car quand je vois des vidéos sur Mada ou les malgaches sur les marchés et autres lieux ont l'air bien sympa ... Je sais bien entendu qu'il faut etre vigilant ...
C'est vrai aussi qu'une semaine c'est un peu court pour en parler . Faites attention tout de meme car vous avez vos filles avec vous .
J'espere que nous pourrons rester en contact .

Rebonjour Lys j'ai répondu , mais peut etre pas dans le bon ordre entre vous et Smouff .

Lys de Diego :

Bon... je suis peut être une extra terrestre... mais en cas de changement notable, je vous promets de vous informer....
!

Bonsoir... difficile à dire ou décrire, tellement autour de nous les histoires d'attaques en tous genres affluent et de personnes complètements différentes. Mais pareil nous n'avons jamais eu aucun soucis ;) Mais je ressens quand même la tension régulièrement... comme si tout peut basculer rapidement. Je reste persuadé quand même que ce sont nos comportements qui créent les tensions et nous pouvons aussi faire des erreurs à un moment sans le vouloir... peut être, restez soi même tout en respectant les autres. Bon, je ne sais pas  :) pas vraiment de réponse ni de conseil...
Laurence  :)

sapada :

Bonjour .
Merci pour votre réponse qui me réconforte dans l'idée qu'il faut venir ... Vous etes dans la brousse et finalement c'est peut etre plus calme que dans les villes ou fatalement les pauvres sont encore plus pauvres .Dans quelle région vous vous trouvez ?
Sympa que les prix soient affichés sur les marchés ou vous allez .
Ce qui n'est pas le cas dans beaucoup de pays notamment en Asie .
J'ai vu que vous  parlez de vos marins et des fleurs que vous cueillez. Peut etre naviguez vous sur un fleuve ,  sur un petit bateau ?  De mon coté dans mon dernier emploi qui vient de se terminer, je m'occupais de marins dans un seamen's club .
J'ai été marin aussi dans mon premier métier .
Je viens en fin d'année et si cela ne vous dérange pas je vous recontacterais .

bonsoir
Je ne vis pas das la brousse mais dans une des grandes vile de Madagascar, Antsiranana (Diégo Suarez)... et dans un quartier réputé difficile qui plus est... es Scama...
Si je prends le bateau régulièrement, c'est que je construis sur un site isolé de l'autre coté de la baie... et qu'il n'y  a pas d'autre moyen de transport pour y accéder... ce qui me plait assez... nous nous y installerons au retour définitif de mon mari qui fait encore des aller-retour entre la France et Mada... ce qui devrait bientôt se faire... impatiente  :heart: !!!
Je pense que c'est le fait que je sois une femme d'un certain âge, que j'ai une vie plutôt tranquille avec ma fille en permanence avec moi qui fait que je suis à la fois un peu originale dans le paysage et protégée de tas de dangers que mes compatriotes affrontent...

N'hésitez pas à me contacter si vous passez par Diégo lors de votre voyage... je ne suis pas aussi sauvage qu'on croit...
Bien à vous
Lys

sapada :

Bonjour et merci .
Bien c'est rassurant de voir que tout se passe bien surtout que vous etes à  Tana ;a la différence de Lys qui est plutot en brousse .
Ca me fait du bien car quand je vois des vidéos sur Mada ou les malgaches sur les marchés et autres lieux ont l'air bien sympa ... Je sais bien entendu qu'il faut etre vigilant ...
C'est vrai aussi qu'une semaine c'est un peu court pour en parler . Faites attention tout de meme car vous avez vos filles avec vous .
J'espere que nous pourrons rester en contact .

Merci pour le conseil de prudence, il faut aussi avoir du bon sens et éviter de faire n'importe quoi! Concernant mes filles je ne suis pas inquiet, elles sont même plutôt une sorte de passeport la plupart du temps. La famille tient une place importante dans la culture Malgache...

En fait, pour être parfaitement honnête... j'ai eu ici (et j'ai encore) de gros soucis avec 3 personnages, filous à la petite chaussure...
Pour ne rien vous cacher, ce sont 3 vahazas... 2 français et un belge... comme quoi !!!

Rhooooo Lys....  Il y a des vilains partout... J'en  connais aussi quelqu'uns en France 😁
Ici pas encore mais je ne doute pas qu'il y en ai aussi, de toutes les couleurs  et de tous les  genres !

C'était en fait mon propos... car je peux compter sur de très bons amis dans toutes les communautés, malgache, vahaza et indienne... qui ont le cœur sur la main et pour qui le mot "solidarité" n'est pas vide de sens...
En fait, dans les soucis que j'ai eu ici... j'ai trouvé des appuis et du réconfort, donnés sans aucune contrepartie... j'en ai été la première étonnée...
En fait, j'évolue dans un environnement très agréable... les tristes sires qui ont croisé mon chemin ne sauraient entamer mon moral toujours tourné vers le positif et assez incassable...
J'ai toujours préféré les verres pleins au vides...

INFO: [b]Madagascar menacé par le Wahhabisme et la radicalisation
[/b]
À l’occasion du sommet de la Francophonie, les services de renseignement redoutent des attentats terroristes qui sont menés par des éléments implantés depuis des années dans la Grande Ile. Il est vrai que le pays n’a pas de problème actuel avec la radicalisation, mais les récentes implantations du Wahhabisme à Madagascar montrent un essor de l’islamisme radical qui passe complètement à travers les mailles du filet.
Au mois de juin 2016, les services de renseignement français, américains avec des représentants du gouvernement malgache se sont rencontrés afin d’alerter sur des mouvements suspects liés aux réseaux terroristes à l’occasion du sommet de la Francophonie qui se tiendra en novembre 2016. Parmi les pistes, des entrées clandestines provenant des Comores et de la Turquie dans le nord de Madagascar.
Des bateaux clandestins font régulièrement des va-et-vient entre les Comores et le nord de l’île et on n’a aucune idée des personnes qui débarquent. Mais le magazine Jeune Afrique nous apprend que dans le même temps, plusieurs mosquées wahhabites ont été construites à Majunga, mais les sources locales mentionnent que plusieurs institutions religieuses sont aussi prévues à Diego Suarez, à Tuléar et à Tananarive. Le point commun de ces institutions et de ces mosquées est qu’elles sont financées par l’Arabie Saoudite via des réseaux qui sont connus pour être des radicaux par les services de renseignement. Et qu’on se le dise, quand on voit des mosquées wahhabites, alors les terroristes ne sont jamais loin, car cela fait partie de la machine redoutable de la diplomatie religieuse de l’Arabie Saoudite et des leaders wahhabites.


La diplomatie religieuse wahhabite à l’oeuvre
A priori, on ne voit pas le rapport entre le Wahhabisme saoudien et des organisations comme Daesh. Mais il suffit de regarder leurs principaux commandements pour voir qu’il n’y a aucune différence. La même persécution à l’égard des femmes, un mépris pour les droits humains et une haine farouche pour tous les autres musulmans et les mécréants. Daesh et consorts ne sont que le résultat de la diplomatie religieuse par l’Arabie Saoudite depuis les années 1970. Auparavant, on avait uniquement des rumeurs sur cette diplomatie et cet endoctrinement au niveau mondial, mais les Saoudi Leaks, révélés par Wikileaks, ont permis de connaitre l’ampleur de la propagande wahhabite en achetant des médias et en finançant des constructions telles que des mosquées ou des écoles coraniques.
Mais comment ça marche ?
Si vous êtes un musulman récemment converti et que vous êtes un pauvre péquenot, alors vous l’avez mauvaise en n’ayant pas de mosquée pour prier. Si les communautés musulmanes d’origine indienne sont dominantes à Madagascar avec des mosquées, la communauté musulmane d’origine comorienne et malgache doit se contenter de terrain vague pour prier. Donc, vous êtes un musulman pauvre et marginalisé et vous voulez une mosquée. Vous contactez l’Arabie Saoudite et ses alliés (Qatar et les Émirats Arabes Unis) pour qu’ils vous financent la construction. S’il y a suffisamment de péquenots d’adeptes qui signent le dossier et qui le transmettent au Ministère des affaires étrangères saoudien, alors vous pouvez gagner le pactole. On vous construit la mosquée, l’association, l’école coranique et tout ce que vous voulez. Mais il y a juste une petite condition imposée par l’Arabie Saoudite. C’est un imam wahhabite qui doit diriger la mosquée et par ce fait, il peut imposer des doctrines wahhabites dans le crâne de nouveaux musulmans qui peuvent être facilement manipulés.
Avant les années 2000, l’Arabie Saoudite ne s’intéressait pas du tout à Madagascar. Mais plusieurs venues de hauts dignitaires du Royaume sont venues entre-temps dans la Grande Ile. Ils ont vu le potentiel de radicalisation chez certaines communautés musulmanes. Une pauvreté systématique, un manque de repères et une méconnaissance de l’Islam, mais surtout, une surveillance aux frontières qui est inexistante. Dès 2005, les médias malgaches rapportaient qu’il y avait des associations prônant un islamisme radical à Nosy-Be. Le magazine Jeune Afrique nous dit qu’il y a au moins 10 mosquées Wahabbites à Majunga. 3 écoles coraniques sont prévues à Diego et 2 centres de loisir et d’instruction religieuse vont être construits à Tuléar à partir de l’année prochaine. Ces constructions passeraient inaperçues sans l’indiscrétion de certains musulmans sur les réseaux sociaux qui glorifient ces financements d’origine saoudienne. Dans d’autres pays, la prolifération de ces mosquées wahhabites provoquerait la transpiration parmi les autorités et elles seraient interdites dans la seconde, mais ici, tout le monde semble s’en foutre royalement.
Mais certains pourraient arguer que c’est tout fait justifié puisque l’Arabie Saoudite prétend être le garant du monde musulman (sic). Mais le fait que cette diplomatie religieuse avait fait le même coup en Afghanistan dans les années 1980 pour combattre les Soviétiques. Les Saoudiens avaient financé des dizaines d’écoles coraniques et 20 ans plus tard, de jeunes hommes, complètement radicalisés, semaient la terreur dans le pays sous le nom de Talibans.
Des intérêts communs pour les commanditaires
Jeune Afrique prétend qu’il y a des députés, un membre de la communauté indienne et des ressortissants comoriens qui sont impliqués dans cette campagne de radicalisation rampante. Des femmes vêtues de voile intégral augmentent de plus en plus dans les rues de la capitale, mais surtout à Majunga où ce vêtement devient une norme. Si le voile intégral n’est pas une preuve de la radicalisation, cela reste un indice que certaines mentalités ont changé ce qui n’est jamais un bon signe pour le futur. Mais quel serait l’intérêt d’attiser la guerre religieuse à Madagascar ? On peut penser qu’il y a un double objectif. Le premier est que le pays est dans la tourmente. Le gouvernement a échoué à tenir de nombreuses promesses et il y a des groupes et des intérêts économiques qui ne seraient pas contre un Remake de 2009 où certains ont pu s’enrichir jusqu’à en éclater la panse.
Des troubles et des attentats fragiliseraient le pouvoir et favoriseraient un renversement illégal du régime. Mais seul un âne bâté pourrait utiliser l’islamisme radical à des intérêts purement politiques, car la violence terroriste est incontrôlable et les dégâts seraient monstrueux pour Madagascar qui a évité le fléau de la guerre religieuse qui mettrait le pays en pièces. Pour l’islamique radical, la cible occidentale est secondaire, mais c’est les musulmans chiites qui doivent être exterminés. La preuve est que Daesh a d’abord attaqué l’Irak, pays principalement chiite et kurde, avant de s’attaquer à l’Occident. Les principales communautés de Madagascar sont de confession chiite et l’islamisme radical ne peut pas supporter une telle influence.
Les solutions possibles
Étant donné que le Wahhabisme à Madagascar s’insère de manière sournoise et sur le long terme, il est difficile de combattre efficacement le phénomène. Mais il faut commencer par vérifier tous les financements liés au domaine religieux, notamment des mosquées qui poussent de nulle part alors qu’on ignore tout des associations qui les gèrent. Il faut donner plus de moyens à l’armée pour qu’elle surveille les frontières et supprime totalement les passagers clandestins qui peuvent entrer à Madagascar comme dans un moulin. On ne dit pas d’entraver la liberté de culte, mais la vérification des sources de financement n’a aucun problème avec la liberté de culte. Et si on découvre que des éléments religieux, politiques ou économiques tentent de foutre la merde dans un pays, qui a déjà suffisamment de problèmes, alors on ne doit pas hésiter à les attraper par la peau du cul et à les jeter à la mer… avec une pierre attachée aux pieds de préférence.
Boubakar Nguema

bonjour
pour vous repondree a votre question,je vais vous citer mon experience personel , je viens de Belgique cela va faire 1 an que je suis installé a Majunga,je m'y trouve content , quand a la sécurité, cela depend des endrois ou vous voulez aller,a Tana,c'est moins securisant qu'ici a %Majunga , cela depent des contree mais vous savez l'insecurite et bel et bien partout de le monde actuellement

Bonjour . Merci pour votre réponse , oui je sais il peut y avoir des dangers partout ; mais comme l'ile vient encore ces derniers jours d'etre le théatre d'un drame , la grande prudence est de mise .
Ceci dit la peur n'évite pas le danger ...

Bonjour Lys ... Merci et c'est promis je vous contacterais si je viens à Mada .

bonjour,
merci pour cette analyse très complète et claire.
un petit complément d'information qui concerne l'absence de confréries à madagascar comme c'est le cas en Afrique de l'ouest qui laisse le champ libre au wahabisme. Tidjanes, Mourides et autres Layènes et Niassènes sont, pour le moment encore, un rempart contre les dérives intégristes, mais on peut imaginer que sous la menace ou un déluge d'argent, la tète de cë confréries peut se transformer et prendre d'autres visages.
Les générations futures ont du souci à se faire... et en France, je ne vois pas de mise en place de mesures cohercitives efficaces. Les intérèts électoraux semblent primer...
Mais l'islam ne suffit pas à expliquer l'insécurité dans la grande ile... hier soir un chauffeur de tuc tuc a été assassiné à tamatave pour le délester de sa recette et voler le moteur du véhicule.
La prudence s'impose pour nous les vazahas...

Bjr, je me rends souvent a Madagascar , il y a une vraie insécurité, c'est indéniable, Etre vasaha c'est un signe de richesse en soit malheureusement. Mais il y a des risques même en France avec les attentats et a bien d'autres endroits encore, il ne faut pas baisser les bras a cause de ça. Que dieu vous garde.

Bonjour,

Il faut faire attention comme dans tous les pays. La radicalisation musulmane est peut-être possible, mais cette communauté est très pacifique à Mada, et peu enclin à une radicalisation visant à faire le mal envers leur prochain. A part les conseils déjà mentionnés dans les posts précédents, je ne peux que vous encourager à venir, à constater et à prendre les mesures qui s'imposent.

Bonjour .
  Merci pour votre réponse . Oui je suis intéressé , je vais venir  en prenant tout de meme des précautions , car en peu de temps un jeune couple d'amis assassinés à Sainte Marie et un tuktuk tué à Tamatave pour se faire détrousser ; c'est tout de meme préoccupant pour ceux qui ne sont jamais venu à Mada et ne connaissent rien à l'ambiance du pays .
Sur ce il ne s'agit pas de montrer du doigt mais d'etre conscient de la réalité des dangers.
Je mettrais un post pour donner mes impressions lors de mon séjour à Mada .

Bonjour .  Oui c'est exactement ce que je pense . C'est bien dommage tout çà ...Souhaitons que des mesures seront prises pour améliorer .
Je pense que l'Ile devra compter que sur elle meme malheureusement ...

"(...) Mais il faut commencer par vérifier tous les financements liés au domaine religieux, notamment des mosquées qui poussent de nulle part alors qu’on ignore tout des associations qui les gèrent. Il faut donner plus de moyens à l’armée pour qu’elle surveille les frontières et supprime totalement les passagers clandestins qui peuvent entrer à Madagascar comme dans un moulin. On ne dit pas d’entraver la liberté de culte, mais la vérification des sources de financement n’a aucun problème avec la liberté de culte. Et si on découvre que des éléments religieux, politiques ou économiques tentent de foutre la merde dans un pays, qui a déjà suffisamment de problèmes, alors on ne doit pas hésiter à les attraper par la peau du cul et à les jeter à la mer… avec une pierre attachée aux pieds de préférence."

Hahaha... la bonne blague...  :joking:   
Ceux qui ont une connaissance objective ET honnête de Mada - locaux ou expats - savent déjà que vérifier les financements d'un domaine d'activité quelconque y est une GAGEURE !!! Mada ne vit et ne survit pour ainsi dire qu'à travers les financements extérieurs... :( :(  et les autorités sont des experts en matière de... quémandage ! Et le domaine cultuel n'y échappe pas : les dénominations diverses et variées qui cohabitent sur le sol malagasy sont chacune de véritables plateformes financières  :p  :p

À cela, j'ajouterai, pour information, que la construction de ces sites religieux musulmans est semble-t-il tout ce qu'il y a de plus officielle, puisque ce serait le PrimeMinister en personne, musulman lui-même donc entièrement acquis à cette cause - et qui accessoirement cumule également les fonctions de Ministre de l'Intérieur - aurait donné l'autorisation d'installation à ces associations cultuelles...

Pour verrouiller 5000 km de frontières (comme pour toute mise en oeuvre de mesures visant les intérêts nationaux), il faut des moyens, que Mada ne sait trouver qu'en ayant recours à son système favori (Cf. plus haut) : le quémandage... Et puis, verrouiller les frontières n'empêcherait pas seulement les trafics en 'import', mais également en 'export'. Et ça, c'est nettement plus embêtant pour certains...  :p  :p

...Et lorsque sont découverts des éléments tentant ou ayant tenté (ou réussi... ^^) de foutre la merde, alors il n'est pas hésité à trouver (voire créer) un autre foyer médiatique de diversion, comme mettre la main sur du (très) menu fretin, en laissant le flou artistique autour des commanditaires, qui quasi-systématiquement font ou ont fait partie des hautes instances...

En conclusion, ma propre conviction est que si Mada est dans la situation où il est, c'est en tout premier lieu la responsabilité des Malagasy, chacun à leur niveau, et chacun en fonction des choix qu'il/elle a fait et fait au quotidien.

Et pour en revenir au sujet du fil : la sécurité à Mada... en tant que citoyenne malagasy, je suis plus que lassée des commentaires de mes compatriotes qui, dans le cas de tragiques événements comme celui survenu récemment à Ste-Marie, visent à 'redorer' le blason malagasy en voulant rappeler que le Malagasy est par essence pacifique, aimable, sociable, respectueux, etc. et féru et pétri de fihavanana (soucieux de l'harmonie socio-culturelle, pierre d'angle de la structure communautaire d'antan). Et que par conséquent, s'il y a déliquescence des valeurs sociales, c'est forcément la faute à la (néo-)colonisation, ou encore à l'urbanisation ou - à l'échelle supérieure - la mondialisation... En résumé : la faute à "l'autre"...

Face à cette perpétuelle fuite de responsabilités, il y a bien longtemps que je préconise et que je me suis prise à imaginer de nous mettre, nous les Malagasy, en strict 'huis clos' dans nos presque 600 000 km², pour déballer tous les linges sales qui se sont accumulés au cours de ces décennies de soi-disant indépendance & unité nationale, pour en faire la grande lessive ('le grand pardon' ?  la 'grande réconciliation' ? la 'grande épuration' ? la 'grande introspection' ? la 'grande (auto-)révélation' ?...  :/  )

Mais pour ce faire, il faudrait la collaboration de toute la communauté expatriée (morale et/ou physique) présente à Mada, d'où qu'elle vienne : seriez-vous prêts tous sans exception, pour notre bien à nous Malagasy (et le vôtre ensuite, à moyen et long termes) à plier temporairement bagages (et pas seulement bagages : les personnes, les biens, les investissements, les projets, les programmes, les financements, toute activité qui de près ou de loin a partie liée avec l'Etranger) , pour nous laisser nous expliquer entre nous, stricto sensu, le temps qu'il faudra ? Histoire de remettre les pendules à l'heure et d'identifier (et traiter??) toutes les brebis galeuses de ce troupeau de 30Mo d'âmes...  Un sacré challenge, hein ??...  :D   (Tiens, j'ai envie de vous demander votre avis - en dehors de toute considération de faisabilité : combien de temps croyez-vous qu'il nous faudrait pour cela ? :)  )

Mais très sérieusement, je ne vois que ce moyen pour que le Malagasy se regarde dans son miroir et se voit entre 4-z'yeux, et arrête ce jeu de faux-fuyant... Nous retrouver en complète et totale autarcie, sans possibilité d'échappatoire d'aucune sorte pour nous retrouver en toutes circonstances face à nous-mêmes et à nos concitoyens, sur cette même terre ancestrale que nous partageons, et retrouver le chemin du bien commun, de l'intérêt commun, du progrès commun, des valeurs communes, de l'avenir commun... Bref, le chemin de cette notion intrinsèque de communauté que nous galvaudons, mais que peu se sont appropriée parce que très peu l'ont comprise. Et par moments, je ne suis moi-même pas certaine de faire partie de ce 'peu'... :p

Parce qu'entre :
- le Malagasy 'du cru' qui refuse de moderniser son agriculture ou de cuire son riz à l'énergie solaire, sous prétexte qu'augmenter son rendement le met face au défi de gérer un surplus de production (pourquoi se compliquer la vie en faisant plus quand on peut se contenter de moins ??!), et que le riz cuit au soleil ne donne pas un 'ampango' authentique (fond de marmite de riz brûlé à l'arôme particulier), même si le jour doit fatalement venir où plus le moindre morceau de bois sera disponible... ;
- le Malagasy qui a fait sienne cette devise si bien définie dans un autre fil : 'mouton de Panurge avec la masse, coercitif avec les faibles, en particulier 'ceux de sa race', servile et lèche-botte avec les puissants de tous bords, toujours victime mais jamais responsable avec tous' ;
- le Malagasy qui 'mi-bizna' (=fait du business...) et parvient à s'en mettre plein les poches et donc à accéder à tous les signes extérieurs de richesses (éducation étrangère, biens & services, attitudes & comportement, codes & langages, etc.) sans en discerner les valeurs et les défauts, et surtout sans savoir s'en prémunir, n'ayant lui-même pas su (ou voulu...) au préalable (se)définir sa propre échelle de valeurs et ses propres signes de reconnaissance et d'appartenance...  :unsure
- le Malagasy qui s'offusque éhonteusement de mes reproches lorsque je le surprends à pisser au coin d'un poteau... et qui ose m'opposer l'argument que "la rue ne vous appartient pas, elle est à tout le monde, donc à lui aussi, il peut donc y faire ce que bon lui semble" (Oh, my godness... aurai-je muté sans le savoir, et serais-je devenue... extraterrestre ???!!)
- le Malagasy qui...
- le Malagasy qui...

Il y en a, des écailles à faire tomber des yeux !!! Et à commencer par les miens, sans doute...  :P

Bon je sais que mon idée de 'ghettoïser' Mada pour un temps dans le but d'assainir et les corps, et les esprits, et les convictions, et les comportements, et les aspirations, et... est utopiste... Mais aux grands maux, les grands moyens ! Ce n'est que lorsqu'on est acculé qu'on révèle ce qu'on a réellement au fond des tripes... Changer la situation actuelle de Mada nécessite de changer tout d'abord chaque Malagasy. Et ce changement ne peut venir que de l'intérieur. Mais si on ne l'y force pas, le Malagasy se gardera bien de regarder en lui...

Et pourtant, comme Sapada l'a bien dit, l'île ne peut compter que sur elle-même. Le jour où le Malagasy aura compris et assimilé ce concept, alors le jour du changement se sera levé !!

:one    :thanks:

"En conclusion, ma propre conviction est que si Mada est dans la situation où il est, c'est en tout premier lieu la responsabilité des Malagasy, chacun à leur niveau, et chacun en fonction des choix qu'il/elle a fait et fait au quotidien"

Bravo et merci pour cette analyse lucide, qui rejoint entièrement mon opinion sur le  désastre actuel, en recentrant la question sur l'auto-critique et non plus sur les boucs émissaires habituels que certains nous servent : FMI, colonialisme, néo colonialisme, le "cépasmafautisme" de Lordlaze. Certains concepts comme le fihavanana ( en français "impunité")  le tsiny, tody, etc... portent une lourde responsabilité dans la situation inextricable dans laquelle le pays s'est enfoncé...

Si ces concepts ont fonctionné pendant 2000 ans avec 3 millions d'habitants, ils ne sont plus pertinents avec 30 millions d'habitants. Merci aussi de confirmer mon opinion sur la population réelle du pays, premier mensonge à déconstruire : 30 millions, voire 35 et non 23 : 5 % des naissances ne sont pas déclarées, et 40 % du pays ne sont pas accessibles par une route ( comment effectuer un recensement dans ces conditions ?! ).

Nouvelle discussion

Assurance santé expatrié Antananarivo

Conseils pour bien choisir votre assurance santé à Antananarivo.

Déménagement à Antananarivo

Conseils pour préparer votre déménagement à Antananarivo

Assurance voyage Antananarivo

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage à Antananarivo

Billet d'avion Antananarivo

Trouvez les meilleurs prix pour votre billet d'avion pour Antananarivo