Close

Expat Blues

Expat blues... Voilà quelque chose que les backpackers ne nous envient certainement pas, ni même les locaux qui bien souvent ne savent pas ce que c'est d'ailleurs. J'ai 34 ans et je suis plutôt du genre à ne pas faire ma vie en fonction des autres, ni même à attendre que les choses viennent à moi, et cet état là je n'en voulais pas. On m'avait prévenu à mon arrivée, il y a un peu plus de 6 mois: "il faut sortir, trouver des gens à qui parler, faire des activités, ..." alors j'ai repris mon sport favori, me suis inscrit au cours d'anglais du coin, je suis sorti, j'ai rencontré quelque personne, j'ai suivi les conseils en somme.
Mais après un parfait après-midi de juin en compagnie de mon mari et d’un ami, partageant café, cidre, crêpes françaises et conversations, j’ai reçu mon cadeau…

« Oh mon dieu, mais finalement, malgré les apparences, je ne suis pas du tout intégré, ma seconde langue est toujours aussi pathétique malgré mes progrès, ma vie sociale limitée proche du néant, et ma vie d’avant mille fois mieux. » Alors j’ai trainé ce boulet avec moi …
… juste quelques jours, car j’en venais à regretter une vie que j’avais tant critiqué, que j’avais mis tant d’ardeur à quitter. Impossible, c’est un problème connu, ils doivent proposer des solutions, comment on fait les autres avant, Google aide-moi !

D’abord il y a les enfants. Voici quelque chose que l’on ne soupçonne sans doute pas, mais les enfants sont un magnifique lien de socialisation, malheureusement, notre vie fait qu’il est compliqué voire impossible d’en élever un. Ensuite un travail, voilà d’ailleurs la façon dont mon mari a trouvé son ami et développe sa vie sociale, mais j’ai choisi de reprendre mes études pour me réorienter professionnellement en suivant un cursus en ligne, je me rapproche ainsi plus de mon futur job et avance à mon rythme, et ça je ne le regrette pas du tout. Alors quoi d’autres, les groupes tels que meet-up et autres réseaux sociaux, les associations …

Vous l’aurez compris, je suis trentenaire, expatrié, marié, gay, volontaire, sportif à mes heures, sociable, « femme » d’expat et j’ai vécu une période d’expat blues. Aujourd’hui, je continue de chercher des solutions pour résoudre mon problème et me rends compte que même si le phénomène est mondialement connu, il est difficile de trouver simplement des gens à qui en parler. Alors j’ai décidé de transformer cette puissante tristesse en une incommensurable force, pour développer quelque chose pour nous aider à passer le cap, voici ma première pierre, partageons notre expérience et voyons ce qui en sort …

Nouvelle discussion

Assurance santé expatrié Australie

Conseils pour bien choisir votre assurance santé en Australie.

Déménagement en Australie

Conseils pour préparer votre déménagement en Australie

Assurance voyage Australie

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage en Australie