Close

Développer son réseau social à Madagascar

Bonjour à toutes et à tous,

S’expatrier à Madagascar, c’est aussi quitter sa famille et ses amis. Il apparaît alors important de pouvoir se créer rapidement un nouveau cercle de connaissances.

Comment faire pour se constituer un réseau social à Madagascar ? Où et comment rencontrer du monde ?

Est-il facile d’aller vers la population locale ? Quelles sont les spécificités culturelles à prendre en compte ?

Partagez vos conseils et votre expérience !

Merci d’avance,

Christine

Bonjour Christine,

Je dois prochainement m'installer à Anta. Donc ne t'inquiète pas, tu ne seras pas seule dans le même cas :)

Si tu y es, peux-tu me donner tes premières impressions ? J'ai connu les pays "à risques" comme la Palestine, le Tibet, la Colombie. Mais je ne connais pas du tout Anta. On m'a dit que... mais je préfère les impressions des personnes déjà en place, ou nouvellement arrivées...

Merci à toi

Thibaud

Christine ne vit pas à Madagacar. C'est une modératrice qui lance un sujet type.

Sinon, pour le diminutif de Antananarivo, c'est Tana et pas Anta :)

Oups. Bon ben voilà.  Le débutant dans toute sa splendeur. Pour le anta j'ai eu une Vilaine correction smartphone. Preuve qu'il n'est pas encore acclimaté ! :)
Merci à vous en tout cas.

Je viens de découvrir la question posée :
- les contacts avec les Vazahas sont beaucoup plus nombreux qu'en France; le réflexe est souvent d'aborder les Vazahas, ce qui crée un cercle de relations proportionnellement beaucoup plus important;
- les contacts avec les Malgaches sont plus rares; une fois passé le premier contact souvent facile vu leur sociabilité, il est très dur d'avoir des relations plus approfondies, et ce n'est pas seulement du à la langue. Les Malgaches sont souvent très réservés, pour ne pas dire introvertis ( en ce sens, ils ne ressemblent pas du tout aux Africains ). Ceux qui fréquentent les Européens de manière régulière sont souvent les mêmes : guides, cafetiers, ou encore ceux ( rares ) qui sont sortis du pays.

Il m'a été dit par un Français octogénaire ( qui connait en 50 ans le pays autrement mieux que certains intervenants sur ce site ) que le réflexe de peur prédomine...

Et je vous raconte pas mes expériences en brousse, du genre à abandonner leur vélo et partir en courant à la vue d'un Blanc la nuit..

Tanà n'est une ville dangereuse mail il faut être prudent. Il faut éviter les quartier chaud surtout la nuit.
Bienvenue déjà à Mada (Diminutif de Madagascar aussi)

goufy54 :

Et je vous raconte pas mes expériences en brousse, du genre à abandonner leur vélo et partir en courant à la vue d'un Blanc la nuit..

Le Mpkafo :P

En un peu plus de 4 ans dans le pays, j'ai pu construire des relations approfondies et de "confiance" avec 3 ou 4 Malgache, vie privée et professionnelle incluses. C'est très peu en plus de 4 ans.

Oui il y avait un mauvais souvenir pour les Mpakafo lol. Qui a traumatisé les gens même jusqu'en maintenant.
Je crois que partout dans le monde il y a toujours des rumeurs concernant le trafic de personne ...

Surtout méfiez-vous si vous ne connaissez pas les gens à madagascar...

J'ai aucune difficulté à échanger ou à m'intégrer dans la vie des Malgaches que ce soit dans les villes ou dans les campagnes.
A Tana je joue à la pétanque dans un club, je vais voir les matchs de foot, je vais voir des spectacles, je vais dans les Karaokés, je vais au restaurant, je vais dans les églises, dans les marchés, je me promène très souvent à pied.
Mes amis Malgaches m’emmènent dans des lieux typiques et sans beaucoup d'argent nous passons d'excellents moments.
J'ai aucune difficulté à tisser des relations amicales avec des Malgaches et nos échanges sont vraiment très intéressants.
Dans les campagnes mes échanges avec les chefs des villages sont très intéressants et m'apprennent beaucoup.

Depuis presque 2 ans à Madagascar, je n'ai pas d'amis malgache. J'en ai invité chez moi mais jamais de retour.
J'ai pu espérer 2 ou 3 fois mais me suis rendue compte que c'était intéresse.
J'avais une amie malgache à Abidjan qui m'avait donné deux contacts, des amis proches à elle, mais ils n'ont jamais donné suite à mes appels.

"J'ai aucune difficulté à échanger ou à m'intégrer dans la vie des Malgaches que ce soit dans les villes ou dans les campagnes"

Parlez-vous la langue ?

oui autant les gasy que les français!!!!!!!!!!!!!!!

Je ne crois pas qu'il est question de parler ou pas malgache car en général les malgaches que je côtoient parlent français.

Il ne s'agit pas de langue je crois. Il faut intégrer tout simplement. Les Malgaches sont des gens un peu réservé comma a dit <goufy54> mais j'ai vu des amis étrangers qui s'intègrent très bien. Vous avez vu peut être les deux Américains qui parlent bien la langue Malgache sont très appréciés.
Je retournerai à Madagascar à partir de septembre si besoin.

Bon courage

filou34 :

oui autant les gasy que les français!!!!!!!!!!!!!!!

en réponse à mia 04

filou34 :
filou34 :

oui autant les gasy que les français!!!!!!!!!!!!!!!

en réponse à mia 04

Ce que je voudrais bien dire, oui.

On espère se rencontrer à mada alors pour tout ceux qui veulent y aller.

Chacun s'intègre à sa manière dans un pays, il n'y a pas de conduite type car chaque être humain est différent.
Pour ma part j'aime bien vivre à Madagascar en veillant avant tout aux relations humaines.

Bonjour j ai bien connu tanna surtout le 67 hectares pour ce qui connaissent sa craint comme quartier par expérience je préfère majunga

Bonjour
On s'installe sur mada en octobre

horia et karl :

Bonjour
On s'installe sur mada en octobre

Je j'y retournerai ce Septembre si vous avez besoin  d'aide.

Bon déménagement.

Merci

Nouvelle discussion

Assurance santé expatrié Madagascar

Conseils pour bien choisir votre assurance santé à Madagascar.

Déménagement à Madagascar

Conseils pour préparer votre déménagement à Madagascar

Assurance voyage Madagascar

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage à Madagascar

Billet d'avion Madagascar

Trouvez les meilleurs prix pour votre billet d'avion pour Madagascar

2 millions de membres !

Regarder plus tard