Close

se lancer dans l'agriculture et èlevage

Bonjour,
alors ayant un terrain de 5 hectares, et voulant faire de l'agriculture et èlevage de cochons et poulets, j'aimerais avoir vos avis.
le souci est surtout de savoir quelle superficie faut-il pour que cela soit rentable.

Voici les choix : la banane ?  le manioc ? patate douce? tomate? carotte?

Et aussi la démarche pour créer un GIC et les frais pour celui-ci.
Le but est de pouvoir en vivre, et surtout faire travailler des personnes.

Merci

Bonjour,
au cas ou les réponses tarderaient à venir, je vous suggère de faire une recherche dans le moteur de recherche du site en tapant simplement: "agriculture" ou "élevage". Ensuite si vous avez des questions plus précises peut-être que je pourrais vous aidé. Votre question actuelle est tellement vague, et de ce fait tellement vaste que j'ai du mal a imaginer comment y répondre sans mettre plusieurs pages que vous ne liriez pas de toute façon. Ce n'est que ma modeste opinion, d'autres peut-être pourrons vous répondre en s'exprimant de façon plus synthétique.

Dans tout les cas bonne chance

frangin :

Bonjour,
au cas ou les réponses tarderaient à venir, je vous suggère de faire une recherche dans le moteur de recherche du site en tapant simplement: "agriculture" ou "élevage". Ensuite si vous avez des questions plus précises peut-être que je pourrais vous aidé. Votre question actuelle est tellement vague, et de ce fait tellement vaste que j'ai du mal a imaginer comment y répondre sans mettre plusieurs pages que vous ne liriez pas de toute façon. Ce n'est que ma modeste opinion, d'autres peut-être pourrons vous répondre en s'exprimant de façon plus synthétique.

Dans tout les cas bonne chance

bonjour,
je suis passé par le moteur, mais avoir d'autres points de vues sert aussi. Mais je ne pense pas avoir été si imprécis.
mais je vais essayer de l'être moins.

Donc sur un terrain de 4 hectares, je vais en garder 1 pour l'élevage et divers, quelle serait la répartition en surfaces, pour que la culture de la banane, le manioc, la patate douce, la tomate et carotte, soit rentable.
Je sais trés bien que la 1ere année, cela ne le sera pas, mais au moins que l'on puisse se rapprocher de l'équilibre dans la 2éme année. Et si cela continue, le but et que l'on puisse embaucher les personnes vivant a côté de notre exploitation et qui sait approvisionner les vendeurs sur le marché et/ou s'aggrandir.

kmers94 :
frangin :

Bonjour,
au cas ou les réponses tarderaient à venir, je vous suggère de faire une recherche dans le moteur de recherche du site en tapant simplement: "agriculture" ou "élevage". Ensuite si vous avez des questions plus précises peut-être que je pourrais vous aidé. Votre question actuelle est tellement vague, et de ce fait tellement vaste que j'ai du mal a imaginer comment y répondre sans mettre plusieurs pages que vous ne liriez pas de toute façon. Ce n'est que ma modeste opinion, d'autres peut-être pourrons vous répondre en s'exprimant de façon plus synthétique.

Dans tout les cas bonne chance

bonjour,
je suis passé par le moteur, mais avoir d'autres points de vues sert aussi. Mais je ne pense pas avoir été si imprécis.
mais je vais essayer de l'être moins.

Donc sur un terrain de 4 hectares, je vais en garder 1 pour l'élevage et divers, quelle serait la répartition en surfaces, pour que la culture de la banane, le manioc, la patate douce, la tomate et carotte, soit rentable.
Je sais trés bien que la 1ere année, cela ne le sera pas, mais au moins que l'on puisse se rapprocher de l'équilibre dans la 2éme année. Et si cela continue, le but et que l'on puisse embaucher les personnes vivant a côté de notre exploitation et qui sait approvisionner les vendeurs sur le marché et/ou s'aggrandir.

Pour ma part, si vous le permettez, je serais moins enthousiaste quant au calendrier. Je ne sais pas en quoi consistent vos 5 hectares: brousse ou autre. Un terrain se prépare et 5 ha, ça prend du temps.
Concernant l'élevage de poulets, que souhaitez-vous faire: poules pondeuses ou poulets de chair. Après, à quel âge comptez-vous acheter vos poussins? Si vous les prenez à 1 jour, il faut savoir "les chauffer". Si vous les prenez plus tard, ils coûteront plus chers. Comment comptez-vous les nourrir: avec votre propre maïs, par exemple ce qui vous donnerait déjà une idée de culture ou acheter de la provende avec une recette de composition que vous connaissez. Pour les poulets de chair, comptez par exemple un poulailler de 5mx10m pour 500 poules. L'idéal serait de faire ce type de poulailler mais divisé en 2 afin de faire des bandes en décalé. C'est à dire 250 puis 3 semaines après vous redémarrez 250. Le poulet demande beaucoup d'attention et reste malgré tout fragile. Comptez aux alentours de 8 à 10% de perte. En plus, le plus de difficile est de trouver votre clientèle car tout poulet qui dépassera les 45 jours, mangeront très rapidement votre bénéfice. Etc .... Pour ma part, le poulet n'est pas ce qu'il y a de plus rentable ou alors, il faut savoir et pouvoir travailler à perte quelques temps avant d'arriver ) l'équilibre et ensuite gagner. L'amortissement ne se fera pas en un an, à mon avis.
Je ne cherche pas à vous décourager mais juste vous faire part de mon expérience.
Pour le reste, je ne peux que rejoindre totalement Frangin dans ses propos. Il faut aussi avoir une logique dans votre culture (ou vos cultures) sachant qu'idéalement, il faut penser à avoir une partie de votre superficie en jachère pour qu'à tour de rôle votre terre puisse se reposer. Il y a des cultures de 3 mois, de 10 mois, de 1 an, etc ... Bien sûr, vous pourrez faire comme beaucoup à savoir de la culture à base d'engrais chimique et d'insecticide mais alors, je ne crois pas trop m'avancer en disant que vous n'aurez pas trop de conseils sur comment faire!
Pour terminer, si vous le pouvez, essayez d'être plus précis dans votre attente. Je crois voir que dans vos projets de culture, vous n'envisagez pas de plantains.
Je vais m'arrêter là pour l'instant mais sachez que le pro dans ce domaine est bel et bien Frangin

Pour abonder sur votre projet, le mieux serait déja de savoir ce qui vous ferai plaisir a cultiver ou a élever, c'est le point de départ. Quand vous irez dans vos exploitations, que voudriez vous comtempler a la suite des efforts considérables que vous aurez fournis.
Si vous investissez dans l'agriculture, votre disponibilité de temps passé sur place et votre cash flow ( révolving ) sont important pour décider quoi faire. Il y a aussi les instalations de structure, route d'accès, batiment de logement et de stockage, eau potable, moyens de déplacement etc... qui sont un préalable.
La rentabilité de votre investissement sera longue, ( c'est comme ca), ètes vous prèt a "saigner " suffisament longtemps pour donner une visibilité au projet une fois passé les problèmes de départ. ( notamment en salaires des gens qui travailleront sur le site).
Ne comptez pas de rentabilité nette, avant 3 ans, donc prévoyez votre plan de dépenses en conséquences, pour tenir ce temps la.
Encadrez vous de spécialistes, et visitez des expériences précédentes, ne vous jetez pas dans l'agriculture sans ce regard de ce qui a déjà été fait ailleurs, pour capitaliser les erreurs ( nombreuses ) a ne pas faire.
Enfin,je pense que trop d'initiatives agricoles sont unipersonnelles et qu'il serait intéressant de voir dans quelle mesure conduire un projet sous forme d'association ou de partenariat, pour s'acheter une solidité de groupe.
A votre niveau de réflexion sur quelle culture faire, toutes sont valables ( en fonction de votre localisation géographique)si vous avez un plan de filière global. Mais c'est sur la planification stratégie projet qu'il faut d'abord bien réfléchir,
Bonne chance

Pascal S :
kmers94 :
frangin :

Bonjour,
au cas ou les réponses tarderaient à venir, je vous suggère de faire une recherche dans le moteur de recherche du site en tapant simplement: "agriculture" ou "élevage". Ensuite si vous avez des questions plus précises peut-être que je pourrais vous aidé. Votre question actuelle est tellement vague, et de ce fait tellement vaste que j'ai du mal a imaginer comment y répondre sans mettre plusieurs pages que vous ne liriez pas de toute façon. Ce n'est que ma modeste opinion, d'autres peut-être pourrons vous répondre en s'exprimant de façon plus synthétique.

Dans tout les cas bonne chance

bonjour,
je suis passé par le moteur, mais avoir d'autres points de vues sert aussi. Mais je ne pense pas avoir été si imprécis.
mais je vais essayer de l'être moins.

Donc sur un terrain de 4 hectares, je vais en garder 1 pour l'élevage et divers, quelle serait la répartition en surfaces, pour que la culture de la banane, le manioc, la patate douce, la tomate et carotte, soit rentable.
Je sais trés bien que la 1ere année, cela ne le sera pas, mais au moins que l'on puisse se rapprocher de l'équilibre dans la 2éme année. Et si cela continue, le but et que l'on puisse embaucher les personnes vivant a côté de notre exploitation et qui sait approvisionner les vendeurs sur le marché et/ou s'aggrandir.

Pour ma part, si vous le permettez, je serais moins enthousiaste quant au calendrier. Je ne sais pas en quoi consistent vos 5 hectares: brousse ou autre. Un terrain se prépare et 5 ha, ça prend du temps.
Concernant l'élevage de poulets, que souhaitez-vous faire: poules pondeuses ou poulets de chair. Après, à quel âge comptez-vous acheter vos poussins? Si vous les prenez à 1 jour, il faut savoir "les chauffer". Si vous les prenez plus tard, ils coûteront plus chers. Comment comptez-vous les nourrir: avec votre propre maïs, par exemple ce qui vous donnerait déjà une idée de culture ou acheter de la provende avec une recette de composition que vous connaissez. Pour les poulets de chair, comptez par exemple un poulailler de 5mx10m pour 500 poules. L'idéal serait de faire ce type de poulailler mais divisé en 2 afin de faire des bandes en décalé. C'est à dire 250 puis 3 semaines après vous redémarrez 250. Le poulet demande beaucoup d'attention et reste malgré tout fragile. Comptez aux alentours de 8 à 10% de perte. En plus, le plus de difficile est de trouver votre clientèle car tout poulet qui dépassera les 45 jours, mangeront très rapidement votre bénéfice. Etc .... Pour ma part, le poulet n'est pas ce qu'il y a de plus rentable ou alors, il faut savoir et pouvoir travailler à perte quelques temps avant d'arriver ) l'équilibre et ensuite gagner. L'amortissement ne se fera pas en un an, à mon avis.
Je ne cherche pas à vous décourager mais juste vous faire part de mon expérience.
Pour le reste, je ne peux que rejoindre totalement Frangin dans ses propos. Il faut aussi avoir une logique dans votre culture (ou vos cultures) sachant qu'idéalement, il faut penser à avoir une partie de votre superficie en jachère pour qu'à tour de rôle votre terre puisse se reposer. Il y a des cultures de 3 mois, de 10 mois, de 1 an, etc ... Bien sûr, vous pourrez faire comme beaucoup à savoir de la culture à base d'engrais chimique et d'insecticide mais alors, je ne crois pas trop m'avancer en disant que vous n'aurez pas trop de conseils sur comment faire!
Pour terminer, si vous le pouvez, essayez d'être plus précis dans votre attente. Je crois voir que dans vos projets de culture, vous n'envisagez pas de plantains.
Je vais m'arrêter là pour l'instant mais sachez que le pro dans ce domaine est bel et bien Frangin

bonjour,
Je tiens a vous remercier de votre franchise, mais je me doute bien que le parcours n'est pas si facile, d'ou mon post pour essayer d'éviter de faire de mauvais choix. Même si ma Femme me conseille aussi (elle est Camerounaise). Mais avoir d'autres avis clairs et francs aident beaucoup. Donc merci.

Et au cas ou, petite précision mais je suis sur que vous l'avez remarqués, je suis novice :)  . Et je me doute bien que Frangin est un pro la dessus, j'ai parcouru son blog. Et j'aimerais suivre son exemple. Mais cela sera de loin ;).....
car les pesticides et autres, ne m'interesse pas. Je ne veux pas entrer dans le cercle vicieux et polluer un si beau pays. Donc nous aimerions presque copier Frangin, car nous estimons que c'est la meilleure façon de travailler et surtout de produire de la nourriture saine.Et nous avons l'intention de faire du plantain comme banane


Pour ce qui est du terrain, je ne l'ai pas encore vu, et cela sera fait en décembre. et ma Femme me dit qu'il est dans la brousse, serait assez plat (ouffff), et pas loin de la route (re- oufff)
.
Pour ce qui est des poulets, on va y réfléchir suivant le besoin. Mais il est sur que l'on va essayer de faire du porc.
Donc si cela est faisable, et si vous êtes au pays, on pourrait essayer de se voir et en parler. Car par écrit cela n'est pas si évident de se faire comprendre. et l'invitation et aussi pour Frangin, si présent fin décembre et janvier 2016.

kmers94 :
Pascal S :
kmers94 :

bonjour,
je suis passé par le moteur, mais avoir d'autres points de vues sert aussi. Mais je ne pense pas avoir été si imprécis.
mais je vais essayer de l'être moins.

Donc sur un terrain de 4 hectares, je vais en garder 1 pour l'élevage et divers, quelle serait la répartition en surfaces, pour que la culture de la banane, le manioc, la patate douce, la tomate et carotte, soit rentable.
Je sais trés bien que la 1ere année, cela ne le sera pas, mais au moins que l'on puisse se rapprocher de l'équilibre dans la 2éme année. Et si cela continue, le but et que l'on puisse embaucher les personnes vivant a côté de notre exploitation et qui sait approvisionner les vendeurs sur le marché et/ou s'aggrandir.

Pour ma part, si vous le permettez, je serais moins enthousiaste quant au calendrier. Je ne sais pas en quoi consistent vos 5 hectares: brousse ou autre. Un terrain se prépare et 5 ha, ça prend du temps.
Concernant l'élevage de poulets, que souhaitez-vous faire: poules pondeuses ou poulets de chair. Après, à quel âge comptez-vous acheter vos poussins? Si vous les prenez à 1 jour, il faut savoir "les chauffer". Si vous les prenez plus tard, ils coûteront plus chers. Comment comptez-vous les nourrir: avec votre propre maïs, par exemple ce qui vous donnerait déjà une idée de culture ou acheter de la provende avec une recette de composition que vous connaissez. Pour les poulets de chair, comptez par exemple un poulailler de 5mx10m pour 500 poules. L'idéal serait de faire ce type de poulailler mais divisé en 2 afin de faire des bandes en décalé. C'est à dire 250 puis 3 semaines après vous redémarrez 250. Le poulet demande beaucoup d'attention et reste malgré tout fragile. Comptez aux alentours de 8 à 10% de perte. En plus, le plus de difficile est de trouver votre clientèle car tout poulet qui dépassera les 45 jours, mangeront très rapidement votre bénéfice. Etc .... Pour ma part, le poulet n'est pas ce qu'il y a de plus rentable ou alors, il faut savoir et pouvoir travailler à perte quelques temps avant d'arriver ) l'équilibre et ensuite gagner. L'amortissement ne se fera pas en un an, à mon avis.
Je ne cherche pas à vous décourager mais juste vous faire part de mon expérience.
Pour le reste, je ne peux que rejoindre totalement Frangin dans ses propos. Il faut aussi avoir une logique dans votre culture (ou vos cultures) sachant qu'idéalement, il faut penser à avoir une partie de votre superficie en jachère pour qu'à tour de rôle votre terre puisse se reposer. Il y a des cultures de 3 mois, de 10 mois, de 1 an, etc ... Bien sûr, vous pourrez faire comme beaucoup à savoir de la culture à base d'engrais chimique et d'insecticide mais alors, je ne crois pas trop m'avancer en disant que vous n'aurez pas trop de conseils sur comment faire!
Pour terminer, si vous le pouvez, essayez d'être plus précis dans votre attente. Je crois voir que dans vos projets de culture, vous n'envisagez pas de plantains.
Je vais m'arrêter là pour l'instant mais sachez que le pro dans ce domaine est bel et bien Frangin

bonjour,
Je tiens a vous remercier de votre franchise, mais je me doute bien que le parcours n'est pas si facile, d'ou mon post pour essayer d'éviter de faire de mauvais choix. Même si ma Femme me conseille aussi (elle est Camerounaise). Mais avoir d'autres avis clairs et francs aident beaucoup. Donc merci.

Et au cas ou, petite précision mais je suis sur que vous l'avez remarqués, je suis novice :)  . Et je me doute bien que Frangin est un pro la dessus, j'ai parcouru son blog. Et j'aimerais suivre son exemple. Mais cela sera de loin ;).....
car les pesticides et autres, ne m'interesse pas. Je ne veux pas entrer dans le cercle vicieux et polluer un si beau pays. Donc nous aimerions presque copier Frangin, car nous estimons que c'est la meilleure façon de travailler et surtout de produire de la nourriture saine.Et nous avons l'intention de faire du plantain comme banane


Pour ce qui est du terrain, je ne l'ai pas encore vu, et cela sera fait en décembre. et ma Femme me dit qu'il est dans la brousse, serait assez plat (ouffff), et pas loin de la route (re- oufff)
.
Pour ce qui est des poulets, on va y réfléchir suivant le besoin. Mais il est sur que l'on va essayer de faire du porc.
Donc si cela est faisable, et si vous êtes au pays, on pourrait essayer de se voir et en parler. Car par écrit cela n'est pas si évident de se faire comprendre. et l'invitation et aussi pour Frangin, si présent fin décembre et janvier 2016.

Terrain dans la brousse sous-entend beaucoup de travail: débroussaillage, abattage, désherbage et pour tout cela, un coût certain. Sûr qu'un terrain plat peut être une bonne chose m'est là n'est pas l'essentiel.
Par ailleurs, si vous envisagez de faire du plantain, cela pourra vous permettre de faire entre les plantains des cultures complémentaires. Mais je crois que les propos de Paysan sont également à retenir à savoir: qu'auriez-vous plaisir à voir sur vos terres.Je me permets encore d'insister sur la nécessité d'une bonne planification en vue d'une bonne gestion de vos terres.
Bon courage

kmers94 :
frangin :

Bonjour,
au cas ou les réponses tarderaient à venir, je vous suggère de faire une recherche dans le moteur de recherche du site en tapant simplement: "agriculture" ou "élevage". Ensuite si vous avez des questions plus précises peut-être que je pourrais vous aidé. Votre question actuelle est tellement vague, et de ce fait tellement vaste que j'ai du mal a imaginer comment y répondre sans mettre plusieurs pages que vous ne liriez pas de toute façon. Ce n'est que ma modeste opinion, d'autres peut-être pourrons vous répondre en s'exprimant de façon plus synthétique.

Dans tout les cas bonne chance

bonjour,
je suis passé par le moteur, mais avoir d'autres points de vues sert aussi. Mais je ne pense pas avoir été si imprécis.
mais je vais essayer de l'être moins.

Donc sur un terrain de 4 hectares, je vais en garder 1 pour l'élevage et divers, quelle serait la répartition en surfaces, pour que la culture de la banane, le manioc, la patate douce, la tomate et carotte, soit rentable.
Je sais trés bien que la 1ere année, cela ne le sera pas, mais au moins que l'on puisse se rapprocher de l'équilibre dans la 2éme année. Et si cela continue, le but et que l'on puisse embaucher les personnes vivant a côté de notre exploitation et qui sait approvisionner les vendeurs sur le marché et/ou s'aggrandir.

les cultures maraichères sont très différentes des cultures fruitières (plantain). ça peut sembler dure a dire comme ça mais 5 hectares de plantain pour en vivre quand on vient d'europe c'est trop peu. ça ne vous produira au mieux que 7 millions par an pendant 3 ans sachant que l'investissement initial est environ de 8 millions avant de commencer à récolté (deux ans après le premier coup de machette si vous avez tout bien prévu).

mais 4 hectares pour faire la tomates c'est énorme car un hectare de tomates peut produire 7 ou 8 millions en 4 mois surtout si vous vendez en hors saison. Mais pour vous calmer je peux déjà vous dire que j'ai essayer sur 1/2 hectare en saison sèche et j'ai perdu environ 3 millions. Bref tout ça pour vous dire que l'agriculture c'est comme la médecine: le généraliste n'est pas celui qui sait tout faire, c'est celui qui ne fait un peu de tout mais rien très bien. Donc mixer l'agriculture et l'élevage sans être très bien entouré c'est l'échec assuré. J'ai fait le poulet et j'ai réussi assez bien mais j'ai eu des soucis d'écoulement et les poulets ont mangés le bénéfice donc maintenant je fais des poulets du village car elles sont résistantes aux maladies et se nourrissent toutes seules, en se baladant elles fertilisent mon champs et mes employés héritent des oeufs et moi de la viande en prime mais c'est pas un business.

Je fait également dans le porc mais mes espèces mettent beaucoup de temps a grandir contrairement aux espèces a haut rendement (presque 2 fois plus de temps) mais elles resistent mieux aux maladies. Je m'en sort parce que je les nourris des déchets de mon champs et je cultive un partie de leur nourriture. Sinon c'est pas rentable non plus.

Bref je ne vous ai même pas donner un seul conseil mais mes avertissements commencent a prendre des pages et les conseils en prendront 4 fois plus donc le plus simple ce sera d'en parler de vive voix, je serais au Cameroun en décembre et je compte visiter des exploitations à l'ouest et au centre question de voir comment font mes autres compatriotes donc il sera facile de se rencontrer si vous êtes sur ydé quand je passerai dans le coin, (en espérant que Pascal sera également de la partie)

PS: Je n'ai jamais travaillé avec le Paysan mais j'apprécie ses contributions qui sont toujours juste et précises. Le dernier conseil, au cas ou l'on se raterai, il y a des exploitations qu'on peut contrôler en étant à distance, d'autres non. Dans tous les cas il faut être là au début et aux moments clés (je vous donnerais ceux que je connais)

frangin :
kmers94 :
frangin :

Bonjour,
au cas ou les réponses tarderaient à venir, je vous suggère de faire une recherche dans le moteur de recherche du site en tapant simplement: "agriculture" ou "élevage". Ensuite si vous avez des questions plus précises peut-être que je pourrais vous aidé. Votre question actuelle est tellement vague, et de ce fait tellement vaste que j'ai du mal a imaginer comment y répondre sans mettre plusieurs pages que vous ne liriez pas de toute façon. Ce n'est que ma modeste opinion, d'autres peut-être pourrons vous répondre en s'exprimant de façon plus synthétique.

Dans tout les cas bonne chance

bonjour,
je suis passé par le moteur, mais avoir d'autres points de vues sert aussi. Mais je ne pense pas avoir été si imprécis.
mais je vais essayer de l'être moins.

Donc sur un terrain de 4 hectares, je vais en garder 1 pour l'élevage et divers, quelle serait la répartition en surfaces, pour que la culture de la banane, le manioc, la patate douce, la tomate et carotte, soit rentable.
Je sais trés bien que la 1ere année, cela ne le sera pas, mais au moins que l'on puisse se rapprocher de l'équilibre dans la 2éme année. Et si cela continue, le but et que l'on puisse embaucher les personnes vivant a côté de notre exploitation et qui sait approvisionner les vendeurs sur le marché et/ou s'aggrandir.

les cultures maraichères sont très différentes des cultures fruitières (plantain). ça peut sembler dure a dire comme ça mais 5 hectares de plantain pour en vivre quand on vient d'europe c'est trop peu. ça ne vous produira au mieux que 7 millions par an pendant 3 ans sachant que l'investissement initial est environ de 8 millions avant de commencer à récolté (deux ans après le premier coup de machette si vous avez tout bien prévu).

mais 4 hectares pour faire la tomates c'est énorme car un hectare de tomates peut produire 7 ou 8 millions en 4 mois surtout si vous vendez en hors saison. Mais pour vous calmer je peux déjà vous dire que j'ai essayer sur 1/2 hectare en saison sèche et j'ai perdu environ 3 millions. Bref tout ça pour vous dire que l'agriculture c'est comme la médecine: le généraliste n'est pas celui qui sait tout faire, c'est celui qui ne fait un peu de tout mais rien très bien. Donc mixer l'agriculture et l'élevage sans être très bien entouré c'est l'échec assuré. J'ai fait le poulet et j'ai réussi assez bien mais j'ai eu des soucis d'écoulement et les poulets ont mangés le bénéfice donc maintenant je fais des poulets du village car elles sont résistantes aux maladies et se nourrissent toutes seules, en se baladant elles fertilisent mon champs et mes employés héritent des oeufs et moi de la viande en prime mais c'est pas un business.

Je fait également dans le porc mais mes espèces mettent beaucoup de temps a grandir contrairement aux espèces a haut rendement (presque 2 fois plus de temps) mais elles resistent mieux aux maladies. Je m'en sort parce que je les nourris des déchets de mon champs et je cultive un partie de leur nourriture. Sinon c'est pas rentable non plus.

Bref je ne vous ai même pas donner un seul conseil mais mes avertissements commencent a prendre des pages et les conseils en prendront 4 fois plus donc le plus simple ce sera d'en parler de vive voix, je serais au Cameroun en décembre et je compte visiter des exploitations à l'ouest et au centre question de voir comment font mes autres compatriotes donc il sera facile de se rencontrer si vous êtes sur ydé quand je passerai dans le coin, (en espérant que Pascal sera également de la partie)

PS: Je n'ai jamais travaillé avec le Paysan mais j'apprécie ses contributions qui sont toujours juste et précises. Le dernier conseil, au cas ou l'on se raterai, il y a des exploitations qu'on peut contrôler en étant à distance, d'autres non. Dans tous les cas il faut être là au début et aux moments clés (je vous donnerais ceux que je connais)

bonjour,
nous sommes sur yaoundé, donc effectivement ce sera plus simple. Et je sais trés bien que cela ne sera pas simple.
D'ou ma recherche et questions sur ce qui est faisable sur au moins 4 Ha, et qu'il faut diversifier pour avoir une production a peut pret réguliére et eu gardant une partie en jachére. Méthode que nos anciens en France utilisés avant de les pousser a produire de plus en plus et rapidement, hélas.
Notre but été de retourner au pays a ma retraite, mais il se pourrait que cela soit un peu plus rapide...Donc autant avoir les informations pour planifier, et essayer de savoir le budget, sachant qu'il y aura tjrs des surprises.

Je te passerais mes coo en privé, frangin. Et encore merci de vos conseils et avertissements. Même si je le sais bien que tout n'est pas si facile, mais le rappeler ne fait pas de mal, au contraire.

Pascal S :
kmers94 :
Pascal S :


Pour ma part, si vous le permettez, je serais moins enthousiaste quant au calendrier. Je ne sais pas en quoi consistent vos 5 hectares: brousse ou autre. Un terrain se prépare et 5 ha, ça prend du temps.
Concernant l'élevage de poulets, que souhaitez-vous faire: poules pondeuses ou poulets de chair. Après, à quel âge comptez-vous acheter vos poussins? Si vous les prenez à 1 jour, il faut savoir "les chauffer". Si vous les prenez plus tard, ils coûteront plus chers. Comment comptez-vous les nourrir: avec votre propre maïs, par exemple ce qui vous donnerait déjà une idée de culture ou acheter de la provende avec une recette de composition que vous connaissez. Pour les poulets de chair, comptez par exemple un poulailler de 5mx10m pour 500 poules. L'idéal serait de faire ce type de poulailler mais divisé en 2 afin de faire des bandes en décalé. C'est à dire 250 puis 3 semaines après vous redémarrez 250. Le poulet demande beaucoup d'attention et reste malgré tout fragile. Comptez aux alentours de 8 à 10% de perte. En plus, le plus de difficile est de trouver votre clientèle car tout poulet qui dépassera les 45 jours, mangeront très rapidement votre bénéfice. Etc .... Pour ma part, le poulet n'est pas ce qu'il y a de plus rentable ou alors, il faut savoir et pouvoir travailler à perte quelques temps avant d'arriver ) l'équilibre et ensuite gagner. L'amortissement ne se fera pas en un an, à mon avis.
Je ne cherche pas à vous décourager mais juste vous faire part de mon expérience.
Pour le reste, je ne peux que rejoindre totalement Frangin dans ses propos. Il faut aussi avoir une logique dans votre culture (ou vos cultures) sachant qu'idéalement, il faut penser à avoir une partie de votre superficie en jachère pour qu'à tour de rôle votre terre puisse se reposer. Il y a des cultures de 3 mois, de 10 mois, de 1 an, etc ... Bien sûr, vous pourrez faire comme beaucoup à savoir de la culture à base d'engrais chimique et d'insecticide mais alors, je ne crois pas trop m'avancer en disant que vous n'aurez pas trop de conseils sur comment faire!
Pour terminer, si vous le pouvez, essayez d'être plus précis dans votre attente. Je crois voir que dans vos projets de culture, vous n'envisagez pas de plantains.
Je vais m'arrêter là pour l'instant mais sachez que le pro dans ce domaine est bel et bien Frangin

bonjour,
Je tiens a vous remercier de votre franchise, mais je me doute bien que le parcours n'est pas si facile, d'ou mon post pour essayer d'éviter de faire de mauvais choix. Même si ma Femme me conseille aussi (elle est Camerounaise). Mais avoir d'autres avis clairs et francs aident beaucoup. Donc merci.

Et au cas ou, petite précision mais je suis sur que vous l'avez remarqués, je suis novice :)  . Et je me doute bien que Frangin est un pro la dessus, j'ai parcouru son blog. Et j'aimerais suivre son exemple. Mais cela sera de loin ;).....
car les pesticides et autres, ne m'interesse pas. Je ne veux pas entrer dans le cercle vicieux et polluer un si beau pays. Donc nous aimerions presque copier Frangin, car nous estimons que c'est la meilleure façon de travailler et surtout de produire de la nourriture saine.Et nous avons l'intention de faire du plantain comme banane


Pour ce qui est du terrain, je ne l'ai pas encore vu, et cela sera fait en décembre. et ma Femme me dit qu'il est dans la brousse, serait assez plat (ouffff), et pas loin de la route (re- oufff)
.
Pour ce qui est des poulets, on va y réfléchir suivant le besoin. Mais il est sur que l'on va essayer de faire du porc.
Donc si cela est faisable, et si vous êtes au pays, on pourrait essayer de se voir et en parler. Car par écrit cela n'est pas si évident de se faire comprendre. et l'invitation et aussi pour Frangin, si présent fin décembre et janvier 2016.

Terrain dans la brousse sous-entend beaucoup de travail: débroussaillage, abattage, désherbage et pour tout cela, un coût certain. Sûr qu'un terrain plat peut être une bonne chose m'est là n'est pas l'essentiel.
Par ailleurs, si vous envisagez de faire du plantain, cela pourra vous permettre de faire entre les plantains des cultures complémentaires. Mais je crois que les propos de Paysan sont également à retenir à savoir: qu'auriez-vous plaisir à voir sur vos terres.Je me permets encore d'insister sur la nécessité d'une bonne planification en vue d'une bonne gestion de vos terres.
Bon courage

Effectivement, le plantain est bien, et je le savais un peu que l'on pouvait mettre d'autres culture avec. d'ou ma question sur la superficie pour que suivant les cultures cela devient rentable. Donc j'avais donné comme exemple, le manioc, carottes, tomates, patate douce et bien sur plantain. Et partir de ces choix, et sachant que cela serait sur 4 Ha, quelle serait la superficie a faire pour chaque 'légumes' pour avoir une rentabilité avec une culture naturelle, et sur un délai de 2 ou 3 ans. Car je me doute bien que la 1ère année, avec l'investissement il n'est pas possible d'être gagnant.Sauf miracle ;).

Bonjour futur confère agriculteur,
en fait je vais continuer a vous donner de mauvaises nouvelles:
il est peut probable que toutes ces cultures soient compatibles avec votre sol ( par exemple les carottes aiment les sols sabloneux alors que la tomate préfère la terre noire. mais le manioc pousse presque partout.  mais la principale raison pour laquelle on ne peux pas vous dire ce qui sera rentable ou pas est que même si vous réussissez a combiné toutes ces récoltes, il faudra les écoulé sur les marchés et la première fois est toujours très éprouvante. Les buy and selam sont impitoyables! Elles ne vous feront pas de cadeau et vous vendrez à perte tant que vous ne serez reconnu, accepté et considéré comme crédible.

Je vous explique: votre première production se fera en même temps que les autres fermier donc vous allez arrivé sur le marché en période d'abondance, sauf si vous réalisez le miracle de réussir une production en contre-saison dès le premier semi, et dans ce cas le terme miracle est le mot juste.

bref vous serez sur le marché au moment ou la production est abondante voir un peu trop abondante. Les femmes du marché ont leur fournisseurs habituels et prendront chez eux. Elles ne prendront pas chez vous même si vous êtes moins chère. Elle ne prendront chez vous que si vous vendez à la moitié du prix. Prix qui est lui-même déjà bas à cause de l'abondance.

Pourquoi feront-elles cela? parce qu'elles ne vous connaissent pas, n'ont aucune affinité avec vous, qu'elles se connaissent toutes et qu'elle n'ont pas besoin de votre marchandise. Donc il faut que ce soit à un prix dérisoire sinon c'est sans intérêt.

à force de persévérer vous pourrez au fil du temps créer votre réseau, gagner en crédibilité et on achetera chez vous à un prix plus normal.

un autre point les prix varient selon les régions, les marchés, les saisons et ... HAZARD oui oui! mais c'est une longue histoire que je vous raconterai quand on se rencontrera. j'ai pleins d'anecdotes mais je suis déjà assez long. :D

A+

frangin :

Bonjour futur confère agriculteur,
en fait je vais continuer a vous donner de mauvaises nouvelles:
il est peut probable que toutes ces cultures soient compatibles avec votre sol ( par exemple les carottes aiment les sols sabloneux alors que la tomate préfère la terre noire. mais le manioc pousse presque partout.  mais la principale raison pour laquelle on ne peux pas vous dire ce qui sera rentable ou pas est que même si vous réussissez a combiné toutes ces récoltes, il faudra les écoulé sur les marchés et la première fois est toujours très éprouvante. Les buy and selam sont impitoyables! Elles ne vous feront pas de cadeau et vous vendrez à perte tant que vous ne serez reconnu, accepté et considéré comme crédible.

Je vous explique: votre première production se fera en même temps que les autres fermier donc vous allez arrivé sur le marché en période d'abondance, sauf si vous réalisez le miracle de réussir une production en contre-saison dès le premier semi, et dans ce cas le terme miracle est le mot juste.

bref vous serez sur le marché au moment ou la production est abondante voir un peu trop abondante. Les femmes du marché ont leur fournisseurs habituels et prendront chez eux. Elles ne prendront pas chez vous même si vous êtes moins chère. Elle ne prendront chez vous que si vous vendez à la moitié du prix. Prix qui est lui-même déjà bas à cause de l'abondance.

Pourquoi feront-elles cela? parce qu'elles ne vous connaissent pas, n'ont aucune affinité avec vous, qu'elles se connaissent toutes et qu'elle n'ont pas besoin de votre marchandise. Donc il faut que ce soit à un prix dérisoire sinon c'est sans intérêt.

à force de persévérer vous pourrez au fil du temps créer votre réseau, gagner en crédibilité et on achetera chez vous à un prix plus normal.

un autre point les prix varient selon les régions, les marchés, les saisons et ... HAZARD oui oui! mais c'est une longue histoire que je vous raconterai quand on se rencontrera. j'ai pleins d'anecdotes mais je suis déjà assez long. :D

A+

Malheureusement, tout ceci est la réalité vraie. Il faut partir d'un principe de base, dans ce domaine comme dans tous les autres: les gens, de manière générale, ne vous ont pas attendu donc, pourquoi viendrait-il d'un seul coup chez vous. Vous comprenez bien que, comme le dit Frangin et comme je l'avais déjà souligné, il faut du temps pour faire sa propre clientèle. De ce fait, l'amortissement se fera que plus tard. Le seul moyen est de trouver un produit dont les gens ont besoin et qui n'existe pas ou peu sur le marché.
Tout est réalisable mais il faut bien tout analyser et intégrer, chose que vous avez déjà faite, je n'en doute pas, que la théorie est une chose mais que la pratique en est une autre.
A bientôt

Pascal S :
frangin :

Bonjour futur confère agriculteur,
en fait je vais continuer a vous donner de mauvaises nouvelles:
il est peut probable que toutes ces cultures soient compatibles avec votre sol ( par exemple les carottes aiment les sols sabloneux alors que la tomate préfère la terre noire. mais le manioc pousse presque partout.  mais la principale raison pour laquelle on ne peux pas vous dire ce qui sera rentable ou pas est que même si vous réussissez a combiné toutes ces récoltes, il faudra les écoulé sur les marchés et la première fois est toujours très éprouvante. Les buy and selam sont impitoyables! Elles ne vous feront pas de cadeau et vous vendrez à perte tant que vous ne serez reconnu, accepté et considéré comme crédible.

Je vous explique: votre première production se fera en même temps que les autres fermier donc vous allez arrivé sur le marché en période d'abondance, sauf si vous réalisez le miracle de réussir une production en contre-saison dès le premier semi, et dans ce cas le terme miracle est le mot juste.

bref vous serez sur le marché au moment ou la production est abondante voir un peu trop abondante. Les femmes du marché ont leur fournisseurs habituels et prendront chez eux. Elles ne prendront pas chez vous même si vous êtes moins chère. Elle ne prendront chez vous que si vous vendez à la moitié du prix. Prix qui est lui-même déjà bas à cause de l'abondance.

Pourquoi feront-elles cela? parce qu'elles ne vous connaissent pas, n'ont aucune affinité avec vous, qu'elles se connaissent toutes et qu'elle n'ont pas besoin de votre marchandise. Donc il faut que ce soit à un prix dérisoire sinon c'est sans intérêt.

à force de persévérer vous pourrez au fil du temps créer votre réseau, gagner en crédibilité et on achetera chez vous à un prix plus normal.

un autre point les prix varient selon les régions, les marchés, les saisons et ... HAZARD oui oui! mais c'est une longue histoire que je vous raconterai quand on se rencontrera. j'ai pleins d'anecdotes mais je suis déjà assez long. :D

A+

Malheureusement, tout ceci est la réalité vraie. Il faut partir d'un principe de base, dans ce domaine comme dans tous les autres: les gens, de manière générale, ne vous ont pas attendu donc, pourquoi viendrait-il d'un seul coup chez vous. Vous comprenez bien que, comme le dit Frangin et comme je l'avais déjà souligné, il faut du temps pour faire sa propre clientèle. De ce fait, l'amortissement se fera que plus tard. Le seul moyen est de trouver un produit dont les gens ont besoin et qui n'existe pas ou peu sur le marché.
Tout est réalisable mais il faut bien tout analyser et intégrer, chose que vous avez déjà faite, je n'en doute pas, que la théorie est une chose mais que la pratique en est une autre.
A bientôt

Merci a tous les deux, c'est vrai que cela ne sera pas facile. J'en serais plus quand nous aurions visités le terrain en question. Je n'ai que des 'on-dit' sur la position et peut-être le moyen de développer l'agriculture au moins dans la région ou il est situé.  Donc si tout va bien, nous serons au pays (Cameroun ;)  ) vers fin décembre pour faire les fêtes et aussi en janvier. Donc largement le temps de voir cela, et en discuter autour d'une bonne castel :)

Si cela vous intéresse Frangin et Pascal, je vous laisserais mes coordonnées en MP.

Bonsoir
j'insiste que le but n'est pas du tout de te décourager mais de comprendre qu'il ne faut pas arriver en conquérant sinon la désillusion sera très dure. vaut mieux se préparer au pire et que finalement ça se passe mieux que l'inverse.

je t'ai déjà envoyer mon téléphone en MP.

bonne nuit

frangin :

Bonsoir
j'insiste que le but n'est pas du tout de te décourager mais de comprendre qu'il ne faut pas arriver en conquérant sinon la désillusion sera très dure. vaut mieux se préparer au pire et que finalement ça se passe mieux que l'inverse.

je t'ai déjà envoyer mon téléphone en MP.

bonne nuit

Je l'avais comprit comme cela. Aucun soucis, et de même je t'ai répondu. A bientôt au moins au tel :)

Bonjour,
j'ai relevé des adresses pour des formations sur l'agriculture, mais en avez-vous a me conseiller?

sur le site de lavoixdupaysan.org, comme sur le web mais cela date un peu.

merci

Mon cher,

La meilleur formation agricole, c'est celle du terrain, elle est empirique.
Donc, tu prends des vacances en Mars, et tu accompagne les mamans dans leur champ semer les arachides et le manioc. C'est la base, 90 % de la science agronomique tropicale est la dedans. Le reste des formations ne sont pas des formations en tant que tel, ce sont des sessions de cours en vue d'optimiser des acquis existant.
J'ai jamais  vu d'agriculteur aussi nul qu'un technicien qui sort a 21 ans de l'école. Et c'est normal....
Donc, pour se former: du terrain , du terrain et encore du terrain.

Bon courage

kmers94 :

Bonjour,
alors ayant un terrain de 5 hectares, et voulant faire de l'agriculture et èlevage de cochons et poulets, j'aimerais avoir vos avis.
le souci est surtout de savoir quelle superficie faut-il pour que cela soit rentable.

Voici les choix : la banane ?  le manioc ? patate douce? tomate? carotte?

Et aussi la démarche pour créer un GIC et les frais pour celui-ci.
Le but est de pouvoir en vivre, et surtout faire travailler des personnes.

Merci

bonsoir à vous
je dirais que pour un début il ne faut pas un trop grand espace.
commencez avec un hectare et ensuite si le projet semble de plus en plus viable, vous pourriez agrandir âr la suite.
pour ce qui est  des cultures, cela dépendra de la cible et aussi du climat
personnellement le plantain et le manioc sont plus rentables
pour ce qui est de créer un GIC je connais pas grande chose.

Le paysan :

Mon cher,

La meilleur formation agricole, c'est celle du terrain, elle est empirique.
Donc, tu prends des vacances en Mars, et tu accompagne les mamans dans leur champ semer les arachides et le manioc. C'est la base, 90 % de la science agronomique tropicale est la dedans. Le reste des formations ne sont pas des formations en tant que tel, ce sont des sessions de cours en vue d'optimiser des acquis existant.
J'ai jamais  vu d'agriculteur aussi nul qu'un technicien qui sort a 21 ans de l'école. Et c'est normal....
Donc, pour se former: du terrain , du terrain et encore du terrain.

Bon courage

Paysan, la phrase sur la nullité des étudiants en agronomie est tellement vrai! mais les ingénieurs ce n'est pas mieux, c'est même pire car le technicien lui au moins monte en compétence avec le temps car contrairement aux ingénieurs eux sont sur le terrain donc ils finissent par apprendre le métier.

De mauvais techniciens (diplômés svp) m'ont fait perdre beaucoup d'argent à mes débuts (en me racontant des salades au lieu d'en faire pousser  :D ). Ils savent tout faire! mais bizarrement il y a toujours un problème et ils vous expliquent pourquoi ça n'a pas donné tout en promettant que la saison prochaine sera top! Rien que d'y repenser j'ai mal.

Cependant je ne suis pas d'accord avec la 2e moitié de la phrase ou tu dis que c'est normal. Moi je trouve ça choquant que nos écoles de formation donnent des techniciens aussi médiocres. il faut revoir le programme de formation. Plus de pratique, plus de terrain.

Heureusement que d'un autre côté il y a des gens qui ont la culture et l'élevage comme un don. Ces personnes communient avec la nature, j'ai vu des jeunes, qui sans n'avoir suivi aucune formation, se lancent de le poulet ou la tomate et gagnent suffisamment d'argent pour payer leur études ou soutenir leur famille alors que moi avec 100 fois leur capital et deux conseillers techniques je me rétame lamentablement! 

Si vous pouvez avoir dans votre équipe une de ces personnes et qu'en plus vous lui faite suivre une petite formation pour compléter ses qualités naturelles? vous êtes tranquille! un conseil: coller vous a elle est apprenez  de façon empirique ce qu'elle sait de façon intuitive (car demain elle peut vous quitter) et au moins vous serez plus beaucoup moins démuni.  ;)

kmers94 :

Bonjour,
alors ayant un terrain de 5 hectares, et voulant faire de l'agriculture et èlevage de cochons et poulets, j'aimerais avoir vos avis.
le souci est surtout de savoir quelle superficie faut-il pour que cela soit rentable.

Voici les choix : la banane ?  le manioc ? patate douce? tomate? carotte?

Et aussi la démarche pour créer un GIC et les frais pour celui-ci.
Le but est de pouvoir en vivre, et surtout faire travailler des personnes.

Merci

Bonjour,
Votre terrain est déforesté ? C'est à côté de là où vous habiterez/habitez ?
Vous avez accès à l'eau (forage ou ville) ?
Vous vous donnez quel délai pour voir le début d'une rentabilité sur cette exploitation ?
Vous serez vous-même sur place régulièrement lors de l'établissement du projet ?
J'ai compris que vous êtes novice mais débrouillard et manuel (pas péjoratif), que vous êtes en cours de construction privée à Yaoundé 12ème arrêt Odza, que vous souhaitez vous installer au Cameroun dans au moins 8 ans avec votre épouse d'origine camerounaise. Dans ce contexte, vous aimeriez guider une petite ferme qui vous procure à la fois les denrées, quelques billets pour arrondir les moyens de vie, une saine (?) occupation pour vous et votre famille élargie  ;) . J'ai tort ?
Je continue : vous avez raison de mixer élevage et cultures mixtes sur un petit terrain comme le vôtre ; d'abord pour la sécurité que procure la multiplicité des sources de production ; ensuite pour la complémentarité entre les cultures ; enfin pour la production de fumure permise par l'élevage, à la condition que le "recyclage" soit bien conduit. Donc dans le découpage, n'oubliez pas un espace de compostage/recyclage. Et ne mélangez pas les poules et les cochons. Chacun chez soi.
Toutes les cultures que vous avez mentionnées méritent d'être plantées sur votre terrain, ne vous limitez pas, variez les variétés, les espèces, et vous accélérez ainsi votre expérimentation sur ce qui marche vraiment ou ce qui échoue CHEZ VOUS.
Concernant le ratio, il est difficile d'établir un plan qui pourra être respecté dans le concret : vous allez essayer telle plante à tel endroit, elle va bien croître ou pas. Déplacez-la de 20 mètres, elle pourra donner son contraire.
Je crois qu'une donnée trop souvent oubliée, outre le manque de "ressenti" de la part des agriculteurs théoriques  ET théoriciens, est la connaissance du terroir, c'est à dire de leur terre. Connaître une terre, on dit que ça prend une génération mais sans aller jusque là, il est bon d'observer au moins une grosse année en détail, au fil des saisons (même à l'équateur il existe des saisons) et du climat.
Ce projet ne manquera pas de (beaucoup) vous occuper. Quant à dire qu'il vous sera rentable, je vous répondrai que si, au moins, vous parvenez à établir l'équilibre au bout de la troisième année, c'est que vous êtes plutôt bon.
Frangin a mis l'accent sur un facteur limitant : la commercialisation ; produire c'est bon, vendre bien c'est mieux.
Je ne vous cache pas que, de très très loin comme ça, votre projet ne m'inspire pas une confiance extravagante. Soit vous n'en avez pas assez dit, soit vous n'en savez pas assez, soit vous ne voyez pas où vous allez (au sens figuré), et peut-être les trois à la fois.

la, mon cher ami tu viens d'avoir l'honneur de recevoir l'avis d'un ingénieur agronome et agriculteur (parmi mille autres choses) et de surcroit amoureux de l'Afrique et spécialisé dans sa flore (mais pas uniquement). juste pour dire que ses conseils, dans ce domaine comme dans d'autres, sont précieux, je le sais par expérience.

Bonsoir Kmer94,
j'ai lu avec attention ton intention de realiser ton projet d'agriculture (polyculture elevage). comme les autres intervenants je vais apporter aussi mon modeste regard sur celui-ci. Ton projet doit-etre un peu muri avant de te lancer. je m'explique, l'agriculture c'est quelque chose d'assez technique (ca ne veut pas dire que c'est difficile), mais pas que il ya tout ce qui tourne autour qui contribue au succes de l'exploitation agricole. je ne vais pas reprendre ce qui a été dit dans des messages plus hauts, ton projet tu pourrais un peu le structurer, par exemple:

1) l'etude de ton projet: les cultures qui se commercialisent facilement et leur rentabilité, prevoir quel type d'exploitation agricole tu veux et son management ( culture ou elevage, ou bien les deux); quelle quantité de main d'œuvre sera necessaire pour faire tourner la machine? quel sera le budget necessaire pour demarrer et fait vivre son exploitation? Dans cinq ans que prévois tu pour ton exploitation? etc...  avant de te lancer etudie bien cette etape, c'est elle qui déterminera la suite

2) la realisation:  comment cultiver, je te l'ai dit plus haut c'est de la technique, il est important de connaitre par exemple le type de sol de ton exploitation (l'ideal c'est une etude de sol) en laboratoire c'est le plus simple; si c'est pas possible tu peux passer par des méthodes indirectes; En utilisant les bio indicateurs (en fonction des plantes presentes spontanément sur une parcelles, tu peux connaitre la composition de ton sol (acidité, richesse en azote, humité etc... ), en outre en fonction de la vitesse d'ecoulement de leau dans une portion de sol prelevé ça peut t'indiquer la texture du dit sol, etc.... Et aussi un probleme qu'on rencontre souvent dans les friches ou brousse, c'est que les sols sont souvent des réservoirs de maladies et de ravageurs. Tous ces facteurs sont des elements qu'il faudra prendre en compte dans le choix de ou des cultures et des variétés a cultiver. Et aussi, avoir un bon assolement (repartition de cultures) et bien gerer tes rotations (jai vu que tu voulais faire du bio) sont les elements nécessaires qui contribueront au succès de ton exploitation agricole .
Pour l'elevage aussi, tout a été dit plus haut aussi; le poulet en lui meme n'est pas tres compliqué, mais il faut une vigilance et un contrôle accru car le probleme majeur ici ce sont les maladies peuvent decimer tout ton elevage.

3) la commercialisation: là c'est le nerf de la guerre; faudra bien etudier et mettre un accent marqué sur ce poste de ton projet.

4) La transformation: as tu envisagé cette solution? pourquoi pas cultiver des cultures pour lesquelles tu n'auras l'urgence de les commercialiser dès la recolte? 

bonne soiree kmer94

Bonjour,

maxroy :

Bonsoir Kmer94,
j'ai lu avec attention ton intention de realiser ton projet d'agriculture (polyculture elevage). comme les autres intervenants je vais apporter aussi mon modeste regard sur celui-ci. Ton projet doit-etre un peu muri avant de te lancer. je m'explique, l'agriculture c'est quelque chose d'assez technique (ca ne veut pas dire que c'est difficile), mais pas que il ya tout ce qui tourne autour qui contribue au succes de l'exploitation agricole. je ne vais pas reprendre ce qui a été dit dans des messages plus hauts, ton projet tu pourrais un peu le structurer, par exemple:

L'agriculture n'est pas que de la technique, c'est, dans l'ordre décroissant de priorité:
- La connaissance du sol (composition physico-chimique mais surtout biologique)
- La connaissance du climat
- La connaissance de la plante (biologie végétale de base, phytosanitaire, variétés, etc.)
- La connaissance de l'humain (management)
- La connaissance de soi-même et de ses capacités (que l'on a toujours tendance à surestimer)
- La connaissance du marché (facteur économique essentiel)
- La "connaissance" de l'imprévu (prise en compte de l'inconnu, prière de ne pas sourire)

maxroy :

1) l'etude de ton projet: les cultures qui se commercialisent facilement et leur rentabilité, prevoir quel type d'exploitation agricole tu veux et son management ( culture ou elevage, ou bien les deux); quelle quantité de main d'œuvre sera necessaire pour faire tourner la machine? quel sera le budget necessaire pour demarrer et fait vivre son exploitation? Dans cinq ans que prévois tu pour ton exploitation? etc...  avant de te lancer etudie bien cette etape, c'est elle qui déterminera la suite

Je crois que Kmer94 s'est déjà défini sur le type d'exploitation : polyculture/élevage. Pour la main d'oeuvre, il existe trois paramètres de gestion : le minimum (en-dessous duquel l'exploitation périclite), l'optimum (niveau à atteindre, au-dessus du minimum), la capacité financière (la main d'oeuvre n'est pas gratuite). Si Kmer94 opte pour un autofinancement en son absence de l'exploitation, c'est une mauvaise idée : c'est comme construire une bergerie, la peupler de moutons, inviter le loup et lui dire "Faites comme chez vous, l'essentiel est que je ne perde rien, mais si vous pouvez donner un coup de propre de temps en temps, ce serait sympa". Juste pour dire, Kmer94, que vous ne devrez pas déléguer votre "droit exploitant" à autrui, fût-il issu de la famille proche ou du cercle d'amis.

maxroy :

2) la realisation:  comment cultiver, je te l'ai dit plus haut c'est de la technique, il est important de connaitre par exemple le type de sol de ton exploitation (l'ideal c'est une etude de sol) en laboratoire c'est le plus simple; si c'est pas possible tu peux passer par des méthodes indirectes; En utilisant les bio indicateurs (en fonction des plantes presentes spontanément sur une parcelles, tu peux connaitre la composition de ton sol (acidité, richesse en azote, humité etc... ), en outre en fonction de la vitesse d'ecoulement de leau dans une portion de sol prelevé ça peut t'indiquer la texture du dit sol, etc.... Et aussi un probleme qu'on rencontre souvent dans les friches ou brousse, c'est que les sols sont souvent des réservoirs de maladies et de ravageurs. Tous ces facteurs sont des elements qu'il faudra prendre en compte dans le choix de ou des cultures et des variétés a cultiver. Et aussi, avoir un bon assolement (repartition de cultures) et bien gerer tes rotations (jai vu que tu voulais faire du bio) sont les elements nécessaires qui contribueront au succès de ton exploitation agricole .
Pour l'elevage aussi, tout a été dit plus haut aussi; le poulet en lui meme n'est pas tres compliqué, mais il faut une vigilance et un contrôle accru car le probleme majeur ici ce sont les maladies peuvent decimer tout ton elevage.

Pardon, je ne veux pas jouer mon correcteur (en clair : n'y voyez rien de personnel) mais il n'existe aucun ouvrage sérieux dédié aux bio-indicateurs au Cameroun. Et puis les sols à Yaoundé sont prévisibles : il existe peu de morcellement géologique dans ce secteur, c'est majoritairement de la terre rouge de type ferrallitique (ce que l'on nomme vulgairement la latérite) peu dégradé. Si vous souhaitez effectuer des analyses, libre à vous mais dans ce cas explorez les trois horizons de profondeur (0-20 cm, 20-50 cm, 50-100 cm) à au moins trois endroits différents. Cela fait 9 analyses (= de l'argent).
Concernant la texture du sol, ce sera tout simplement : tendance compacteuse, texture fine. Pour la structure, c'est l'agriculteur qui la crée et la maintient.
Pour l'assolement et les rotations, cela fait partie du plan prévisionnel de gestion, à savoir qu'il évolue. Et que les rotations ne sont pas obligatoires (parfois elles sont déconseillées), ça dépend des cultures. Et il existe un grand nombre d'autres techniques de gestion d'une exploitation agricole.
Les maladies dans l'élevage ? Bien vu, c'est un point crucial et qui peut décimer une production, rapidement et durablement. Encore une fois, c'est devant le mur qu'on reconnaît le maçon. Le couperet cruel de la réalité...
Il faut vous former, Kmer94, mais ça vous le savez déjà. Il existe des ouvrages de "défrichage technique" en agriculture, accessibles, pédagogues et précis (je pense au triptyque SOL/CLIMAT/PLANTE de Dominique Soltner). En France (car vous êtes en France présentement, n'est-ce-pas ?), le seul organisme sérieux dispensant des formations en agriculture tropicale est à Montpellier. Après, il existe des centres (dont un en ardèche - Terre et Humanisme) de formation privés en agroécologie.

maxroy :

3) la commercialisation: là c'est le nerf de la guerre; faudra bien etudier et mettre un accent marqué sur ce poste de ton projet.

Le nerf de la guerre, c'est l'argent. Le commerce de ses productions permet de recevoir de l'argent. Au Cameroun c'est d'ailleurs le seul moyen, puisque les primes sont quasi-inexistantes (et si elles existent, il ne faut pas compter dessus, juste un bonus que l'on peut nous obliger à rendre d'une autre manière).

maxroy :

4) La transformation: as tu envisagé cette solution? pourquoi pas cultiver des cultures pour lesquelles tu n'auras l'urgence de les commercialiser dès la recolte?

La transformation ? C'est un projet à part entière, demandant un financement, une capacité de fourniture en matière première conséquente et régulière (je ne crois pas que votre surface suffirait, à voir un groupement de producteurs avec un gros MAIS). Et, surtout, une étude de marché indispensable.

maxroy :

bonne soiree kmer94

En passant, Maxroy, je m'incline très bas pour votre contribution exceptionnelle concernant les fils dédiés à la construction. Si j'y suis absent, ce n'est pas autant que je ne suis pas lecteur attentif.  ;)

Quand j'aurai un brin de temps je mettrai en ligne les ouvrages suggérés ainsi que les liens à destination des aspirants agriculteurs.

Cozarys :

Bonjour,

maxroy :

Bonsoir Kmer94,
j'ai lu avec attention ton intention de realiser ton projet d'agriculture (polyculture elevage). comme les autres intervenants je vais apporter aussi mon modeste regard sur celui-ci. Ton projet doit-etre un peu muri avant de te lancer. je m'explique, l'agriculture c'est quelque chose d'assez technique (ca ne veut pas dire que c'est difficile), mais pas que il ya tout ce qui tourne autour qui contribue au succes de l'exploitation agricole. je ne vais pas reprendre ce qui a été dit dans des messages plus hauts, ton projet tu pourrais un peu le structurer, par exemple:

L'agriculture n'est pas que de la technique, c'est, dans l'ordre décroissant de priorité:
- La connaissance du sol (composition physico-chimique mais surtout biologique)
- La connaissance du climat
- La connaissance de la plante (biologie végétale de base, phytosanitaire, variétés, etc.)
- La connaissance de l'humain (management)
- La connaissance de soi-même et de ses capacités (que l'on a toujours tendance à surestimer)
- La connaissance du marché (facteur économique essentiel)
- La "connaissance" de l'imprévu (prise en compte de l'inconnu, prière de ne pas sourire)

maxroy :

1) l'etude de ton projet: les cultures qui se commercialisent facilement et leur rentabilité, prevoir quel type d'exploitation agricole tu veux et son management ( culture ou elevage, ou bien les deux); quelle quantité de main d'œuvre sera necessaire pour faire tourner la machine? quel sera le budget necessaire pour demarrer et fait vivre son exploitation? Dans cinq ans que prévois tu pour ton exploitation? etc...  avant de te lancer etudie bien cette etape, c'est elle qui déterminera la suite

Je crois que Kmer94 s'est déjà défini sur le type d'exploitation : polyculture/élevage. Pour la main d'oeuvre, il existe trois paramètres de gestion : le minimum (en-dessous duquel l'exploitation périclite), l'optimum (niveau à atteindre, au-dessus du minimum), la capacité financière (la main d'oeuvre n'est pas gratuite). Si Kmer94 opte pour un autofinancement en son absence de l'exploitation, c'est une mauvaise idée : c'est comme construire une bergerie, la peupler de moutons, inviter le loup et lui dire "Faites comme chez vous, l'essentiel est que je ne perde rien, mais si vous pouvez donner un coup de propre de temps en temps, ce serait sympa". Juste pour dire, Kmer94, que vous ne devrez pas déléguer votre "droit exploitant" à autrui, fût-il issu de la famille proche ou du cercle d'amis.

maxroy :

2) la realisation:  comment cultiver, je te l'ai dit plus haut c'est de la technique, il est important de connaitre par exemple le type de sol de ton exploitation (l'ideal c'est une etude de sol) en laboratoire c'est le plus simple; si c'est pas possible tu peux passer par des méthodes indirectes; En utilisant les bio indicateurs (en fonction des plantes presentes spontanément sur une parcelles, tu peux connaitre la composition de ton sol (acidité, richesse en azote, humité etc... ), en outre en fonction de la vitesse d'ecoulement de leau dans une portion de sol prelevé ça peut t'indiquer la texture du dit sol, etc.... Et aussi un probleme qu'on rencontre souvent dans les friches ou brousse, c'est que les sols sont souvent des réservoirs de maladies et de ravageurs. Tous ces facteurs sont des elements qu'il faudra prendre en compte dans le choix de ou des cultures et des variétés a cultiver. Et aussi, avoir un bon assolement (repartition de cultures) et bien gerer tes rotations (jai vu que tu voulais faire du bio) sont les elements nécessaires qui contribueront au succès de ton exploitation agricole .
Pour l'elevage aussi, tout a été dit plus haut aussi; le poulet en lui meme n'est pas tres compliqué, mais il faut une vigilance et un contrôle accru car le probleme majeur ici ce sont les maladies peuvent decimer tout ton elevage.

Pardon, je ne veux pas jouer mon correcteur (en clair : n'y voyez rien de personnel) mais il n'existe aucun ouvrage sérieux dédié aux bio-indicateurs au Cameroun. Et puis les sols à Yaoundé sont prévisibles : il existe peu de morcellement géologique dans ce secteur, c'est majoritairement de la terre rouge de type ferrallitique (ce que l'on nomme vulgairement la latérite) peu dégradé. Si vous souhaitez effectuer des analyses, libre à vous mais dans ce cas explorez les trois horizons de profondeur (0-20 cm, 20-50 cm, 50-100 cm) à au moins trois endroits différents. Cela fait 9 analyses (= de l'argent).
Concernant la texture du sol, ce sera tout simplement : tendance compacteuse, texture fine. Pour la structure, c'est l'agriculteur qui la crée et la maintient.
Pour l'assolement et les rotations, cela fait partie du plan prévisionnel de gestion, à savoir qu'il évolue. Et que les rotations ne sont pas obligatoires (parfois elles sont déconseillées), ça dépend des cultures. Et il existe un grand nombre d'autres techniques de gestion d'une exploitation agricole.
Les maladies dans l'élevage ? Bien vu, c'est un point crucial et qui peut décimer une production, rapidement et durablement. Encore une fois, c'est devant le mur qu'on reconnaît le maçon. Le couperet cruel de la réalité...
Il faut vous former, Kmer94, mais ça vous le savez déjà. Il existe des ouvrages de "défrichage technique" en agriculture, accessibles, pédagogues et précis (je pense au triptyque SOL/CLIMAT/PLANTE de Dominique Soltner). En France (car vous êtes en France présentement, n'est-ce-pas ?), le seul organisme sérieux dispensant des formations en agriculture tropicale est à Montpellier. Après, il existe des centres (dont un en ardèche - Terre et Humanisme) de formation privés en agroécologie.

maxroy :

3) la commercialisation: là c'est le nerf de la guerre; faudra bien etudier et mettre un accent marqué sur ce poste de ton projet.

Le nerf de la guerre, c'est l'argent. Le commerce de ses productions permet de recevoir de l'argent. Au Cameroun c'est d'ailleurs le seul moyen, puisque les primes sont quasi-inexistantes (et si elles existent, il ne faut pas compter dessus, juste un bonus que l'on peut nous obliger à rendre d'une autre manière).

maxroy :

4) La transformation: as tu envisagé cette solution? pourquoi pas cultiver des cultures pour lesquelles tu n'auras l'urgence de les commercialiser dès la recolte?

La transformation ? C'est un projet à part entière, demandant un financement, une capacité de fourniture en matière première conséquente et régulière (je ne crois pas que votre surface suffirait, à voir un groupement de producteurs avec un gros MAIS). Et, surtout, une étude de marché indispensable.

maxroy :

bonne soiree kmer94

En passant, Maxroy, je m'incline très bas pour votre contribution exceptionnelle concernant les fils dédiés à la construction. Si j'y suis absent, ce n'est pas autant que je ne suis pas lecteur attentif.  ;)

Merci, Cozarys pour ton intervention; On dit exactement la même chose.
Mais concernant les bio-indicateurs, il ya des centaines d'etudes qui ont été fait (CNRS, ADEME, INRA etc..), ya qu'a taper sur Google pour tomber sur une these ou leur application concrète. En fait c'est vrai, je n'ai pas été assez precis, je le concède; Le sol en lui meme est un ecosysteme, donc en fonction de la vie qui s'y developpe on peut en deduire les caractéristiques d'un sol. Car certaines plantes se developpent prioritairement dans un certain environnement.(sol pauvre, riche, acide Etc...
concernant la technique, c'est vrai l'agriculture c'est pas que de la technique, mais ça en est à 80%. On fait bien des cultures hors sol; des poules elevées en atmosphère controlées, etc... Par exemple
Et concernant la rotation, pour moi c'est très important, sauf si on utilise des produits phytosanitaires a tout va. Rappelons que le sol est vivant; faire des rotations, permet de casser le cycle biologique des maladies, des ravageurs et des plantes adventices; le fait de Mettre des cultures a cycles biologiques différents y aide énormément. Un exemple au niveau de la fertilisation, mettre une fabacée (légumineuses) avant un maïs permet d'enrichir le sol en azote. Ainsi le mais qui est gourmand en azote bénéficie des bienfaits de la légumineuse implantée avant. 
On peut avoir le même raisonnement pour les maladies et les plantes adventices. c'est pour cela que les  monocultures sont souvent déconseillées.

Je suis d'accord avec toi pour tout ce que tu as dit
Bonne journée


Je suis daccord avec toi pour l'ensemble de ton intervention

frangin :

la, mon cher ami tu viens d'avoir l'honneur de recevoir l'avis d'un ingénieur agronome et agriculteur (parmi mille autres choses) et de surcroit amoureux de l'Afrique et spécialisé dans sa flore (mais pas uniquement). juste pour dire que ses conseils, dans ce domaine comme dans d'autres, sont précieux, je le sais par expérience.

Merci l'ami, je prends.  :D

Cozarys :

Quand j'aurai un brin de temps je mettrai en ligne les ouvrages suggérés ainsi que les liens à destination des aspirants agriculteurs.

bonne initiative; je souscris à 100%;  si tu as besoin de fiches et guides techniques ou autres choses en relation avec la gestion d'exploitation agricole pour agrandir encore plus la bibliothèque commune, je pourrai t'en fournir.
bonne journée

maxroy :

Mais concernant les bio-indicateurs, il ya des centaines d'etudes qui ont été fait (CNRS, ADEME, INRA etc..), ya qu'a taper sur Google pour tomber sur une these ou leur application concrète. En fait c'est vrai, je n'ai pas été assez precis, je le concède; Le sol en lui meme est un ecosysteme, donc en fonction de la vie qui s'y developpe on peut en deduire les caractéristiques d'un sol. Car certaines plantes se developpent prioritairement dans un certain environnement.(sol pauvre, riche, acide Etc...
concernant la technique, c'est vrai l'agriculture c'est pas que de la technique, mais ça en est à 80%. On fait bien des cultures hors sol; des poules elevées en atmosphère controlées, etc... Par exemple
Et concernant la rotation, pour moi c'est très important, sauf si on utilise des produits phytosanitaires a tout va. Rappelons que le sol est vivant; faire des rotations, permet de casser le cycle biologique des maladies, des ravageurs et des plantes adventices; le fait de Mettre des cultures a cycles biologiques différents y aide énormément. Un exemple au niveau de la fertilisation, mettre une fabacée (légumineuses) avant un maïs permet d'enrichir le sol en azote. Ainsi le mais qui est gourmand en azote bénéficie des bienfaits de la légumineuse implantée avant. 
On peut avoir le même raisonnement pour les maladies et les plantes adventices. c'est pour cela que les  monocultures sont souvent déconseillées.

Bonjour,
À qui le dites-vous... Tout ça est bien sûr. C'est comme si vous informiez le poisson que l'eau mouille !  :cool:

bonjour
le théorie et la pratique sont deux aspects tellement différents.... ce qui ce trouve sur le net peut t'aider de manière générale mais faites vous toujours assister par un spécialiste; surtout la première année. car, le climat, la végétation, les sols etc ne sont pas les même pour une étude sur le net faite à ébolowa et un projet à réaliser à nkonsamba....

Cozarys :
kmers94 :

Bonjour,
alors ayant un terrain de 5 hectares, et voulant faire de l'agriculture et èlevage de cochons et poulets, j'aimerais avoir vos avis.
le souci est surtout de savoir quelle superficie faut-il pour que cela soit rentable.

Voici les choix : la banane ?  le manioc ? patate douce? tomate? carotte?

Et aussi la démarche pour créer un GIC et les frais pour celui-ci.
Le but est de pouvoir en vivre, et surtout faire travailler des personnes.

Merci

Bonjour,
Votre terrain est déforesté ? C'est à côté de là où vous habiterez/habitez ?
Vous avez accès à l'eau (forage ou ville) ?
Vous vous donnez quel délai pour voir le début d'une rentabilité sur cette exploitation ?
Vous serez vous-même sur place régulièrement lors de l'établissement du projet ?
J'ai compris que vous êtes novice mais débrouillard et manuel (pas péjoratif), que vous êtes en cours de construction privée à Yaoundé 12ème arrêt Odza, que vous souhaitez vous installer au Cameroun dans au moins 8 ans avec votre épouse d'origine camerounaise. Dans ce contexte, vous aimeriez guider une petite ferme qui vous procure à la fois les denrées, quelques billets pour arrondir les moyens de vie, une saine (?) occupation pour vous et votre famille élargie  ;) . J'ai tort ?
Je continue : vous avez raison de mixer élevage et cultures mixtes sur un petit terrain comme le vôtre ; d'abord pour la sécurité que procure la multiplicité des sources de production ; ensuite pour la complémentarité entre les cultures ; enfin pour la production de fumure permise par l'élevage, à la condition que le "recyclage" soit bien conduit. Donc dans le découpage, n'oubliez pas un espace de compostage/recyclage. Et ne mélangez pas les poules et les cochons. Chacun chez soi.
Toutes les cultures que vous avez mentionnées méritent d'être plantées sur votre terrain, ne vous limitez pas, variez les variétés, les espèces, et vous accélérez ainsi votre expérimentation sur ce qui marche vraiment ou ce qui échoue CHEZ VOUS.
Concernant le ratio, il est difficile d'établir un plan qui pourra être respecté dans le concret : vous allez essayer telle plante à tel endroit, elle va bien croître ou pas. Déplacez-la de 20 mètres, elle pourra donner son contraire.
Je crois qu'une donnée trop souvent oubliée, outre le manque de "ressenti" de la part des agriculteurs théoriques  ET théoriciens, est la connaissance du terroir, c'est à dire de leur terre. Connaître une terre, on dit que ça prend une génération mais sans aller jusque là, il est bon d'observer au moins une grosse année en détail, au fil des saisons (même à l'équateur il existe des saisons) et du climat.
Ce projet ne manquera pas de (beaucoup) vous occuper. Quant à dire qu'il vous sera rentable, je vous répondrai que si, au moins, vous parvenez à établir l'équilibre au bout de la troisième année, c'est que vous êtes plutôt bon.
Frangin a mis l'accent sur un facteur limitant : la commercialisation ; produire c'est bon, vendre bien c'est mieux.
Je ne vous cache pas que, de très très loin comme ça, votre projet ne m'inspire pas une confiance extravagante. Soit vous n'en avez pas assez dit, soit vous n'en savez pas assez, soit vous ne voyez pas où vous allez (au sens figuré), et peut-être les trois à la fois.

Bonjour,
je vois que vous etes assez bien renseigné, et que surtout certaines personnes se connaissent et se parlent ;) .
pour ce qui est du projet sur les 5Ha, je me renseigne effectivement pour voir dans quelle réelle galére nous (car j'inclus aussi ma femme), allons :)  . Je me doute bien que cela ne sera pas si facile. Et si cela est faisable, il se pourrait qu'au moins moi serait sur place. donc toute personne pouvant me conseiller sera la bienvenue et peut etre aussi me former ;)  .Pour le terrain nous allons le découvrir en fin d'année, donc nous en saurons plus aprés cette 'découverte'. Je me doute bien qu'il y a pas mal de paramétres a prendre en compte, pour pouvoir definir ce que nous allons essayer de faire pousser. Ce qui est sur c'est qu'il y aura au moins du plantain, aprés suivant ou se trouvera le point d'eau.....mais nous avons un contact pour faire un puit, il l'a fait chez nous, et se déplace aussi dans les village. Donc aprés l'installation de celui-ci, nous allons etudier cette distribution pour améliorer la culture.

alors si vous êtes au pays, on pourra peut etre avoir l'occasion d'en discuter autour d'une bonne biére....

5hectares est largement suffisant pour faire de l agriculture vous avez de bonnes idées maintenant il faut ce lancé allez voir les banques et faites un prévisionnel il y en a sur internet gratuit voilà bonne chance à vous

Bonjour!
je suis très impressionné de l'importance que tu donnes à l'agriculture. Ta préoccupation est celle qui est le plus souvent exposée. j'aimerai savoir d'abord si les 5 ha sera utilisé à la fois pour l’élevage et l'agriculture. Moi je te conseil de faire usage juste de l'un deux. Pour le choix de la culture à effectuer, cela dépends de beaucoup de facteurs: l'investissement que tu peux apporter; position du terrain, de la qualité du sol.... Les cultures comme le plantain (bien que rentable) demande beaucoup d'investissement et de suivi contrairement. le culture comme la tomate, qui demande une irrigation continue doit être effectué sur un terrain ou l’accès à l' eau est facile.   le conseil que je peux donc te donner c'est de faire appel à un expert du domaine qui pourra voir le terrain et en tirer des conclusion.

Bonsoir
Pascal S si l'elevage de poulets n'est pas le plus rentable, selon vous qu'es-ce qui est le plus rentable?

powerlifter3879 :

Bonsoir
Pascal S si l'elevage de poulets n'est pas le plus rentable, selon vous qu'es-ce qui est le plus rentable?

Bonsoir,
je ne saurais répondre avec certitude car pour l'instant, je ne suis pas encore allé dans d'autres directions. Cependant, je regarde la possibilité d'aller ver le porc.
Je pense que le poulet peut être intéressant mais il faut beaucoup de rigueur dans le suivi et la gestion, jouer sur les quantités mais pour cela il faut, c'est impératif, pouvoir écouler avec certitude sa marchandise en temps et en heure. Donc, soit il faut avoir d'entrée sa clientèle, soit il faut accepter le principe de perte sur deux trois quatre bandes, le temps de se faire connaître et surtout se faire connaître pour la qualité du produit. Sur ce dernier point, il est très facilement possible de se démarquer par rapport à la concurrence.

yengoueng :

Bonjour!
je suis très impressionné de l'importance que tu donnes à l'agriculture. Ta préoccupation est celle qui est le plus souvent exposée. j'aimerai savoir d'abord si les 5 ha sera utilisé à la fois pour l’élevage et l'agriculture. Moi je te conseil de faire usage juste de l'un deux. Pour le choix de la culture à effectuer, cela dépends de beaucoup de facteurs: l'investissement que tu peux apporter; position du terrain, de la qualité du sol.... Les cultures comme le plantain (bien que rentable) demande beaucoup d'investissement et de suivi contrairement. le culture comme la tomate, qui demande une irrigation continue doit être effectué sur un terrain ou l’accès à l' eau est facile.   le conseil que je peux donc te donner c'est de faire appel à un expert du domaine qui pourra voir le terrain et en tirer des conclusion.

Bonjour,
j'ai l'intention d'utiliser les max des 5ha pour l'agriculture et aussi l'élevage. Peut être pas du poulet, mais au moins du porc. Je sais bien que le plus important c'est la qualité du terrain et aussi si plat ou pas, sa position par rapport aux routes bitumées ou pas, et pour l'irrigation j'ai un entrepreneur de puits qui est trés sérieux, il a intervenu chez moi déjà, donc je pense que cela ne sera pas trop un souci. Mais je te remercie pour ton intervention, car je suis preneur de toutes remarques et aides pour éviter un maximum d'erreur.

ok Pascal S; Merci de ta réponse mais , ne penses-tu pas d'écoulement de la marchandise est le meme quelque soit le produit au démarage d'une activité?

powerlifter3879 :

ok Pascal S; Merci de ta réponse mais , ne penses-tu pas d'écoulement de la marchandise est le meme quelque soit le produit au démarage d'une activité?

Je ne saurai être catégorique dans ce domaine car n'ayant pas assez d'expérience. Je préfère laisser le soin à ceux qui l'ont.
Par contre, mon avis personnel est que le circuit est différent selon le produit car la valeur du produit varie beaucoup. Si on prend, à titre d'exemple, un poulet et un porc: si le destinataire final reste le même c'est à dire, de manière générale, le consommateur, l'acheteur "intermédiaire" n'est pas identique car autant un consommateur pourra acheter en direct un poulet autant il est fort probable qu'il n'ait pas les moyens financiers nécessaires à l'achat d'un porc.
C'est un peu par rapport à ce raisonnement que je n'ai pas encore démarrer le porc, préférant dans un premier temps m'assurer du circuit et des moyens d'écouler mon produit.
Encore de manière générale et quel que soit le produit, quand on démarre une activité destinée à la vente, celui qui démarre sans un minium de réseau commercial  prend réellement le risque financier.

Encore une fois, ce n'est qu'un avis. Ma seule expérience est celle que j'ai vécu avec les poulets de chair. Je serai très heureux de lire le point de vue de ceux qui ont l'expérience et que je remercie par avance.

Bonne soirée.

Pascal S :
powerlifter3879 :

ok Pascal S; Merci de ta réponse mais , ne penses-tu pas d'écoulement de la marchandise est le meme quelque soit le produit au démarage d'une activité?

Je ne saurai être catégorique dans ce domaine car n'ayant pas assez d'expérience. Je préfère laisser le soin à ceux qui l'ont.
Par contre, mon avis personnel est que le circuit est différent selon le produit car la valeur du produit varie beaucoup. Si on prend, à titre d'exemple, un poulet et un porc: si le destinataire final reste le même c'est à dire, de manière générale, le consommateur, l'acheteur "intermédiaire" n'est pas identique car autant un consommateur pourra acheter en direct un poulet autant il est fort probable qu'il n'ait pas les moyens financiers nécessaires à l'achat d'un porc.
C'est un peu par rapport à ce raisonnement que je n'ai pas encore démarrer le porc, préférant dans un premier temps m'assurer du circuit et des moyens d'écouler mon produit.
Encore de manière générale et quel que soit le produit, quand on démarre une activité destinée à la vente, celui qui démarre sans un minium de réseau commercial  prend réellement le risque financier.

Encore une fois, ce n'est qu'un avis. Ma seule expérience est celle que j'ai vécu avec les poulets de chair. Je serai très heureux de lire le point de vue de ceux qui ont l'expérience et que je remercie par avance.

Bonne soirée.

Bonsoir,
je n'ai pas encore d'expérience dans ce domaine, mais la logique est quand même trés simple (enfin je l'espére :p  ).
Il faut connaitre déjà le besoin, savoir s'il y a de la concurrence et la distance. Puis essayer de se 'faire connaitre' comme un futur pourvoyeur de bonne marchandise, et se faire son circuit d'assos.

Ou alors vendre directement , mais là je ne suis pas sur que cela fonctionne aussi bien....

bonne soirée

ok Pascal S merci des eclairsicements.

kmers94 :

Bonsoir,
je n'ai pas encore d'expérience dans ce domaine, mais la logique est quand même trés simple (enfin je l'espére :p  ).
Il faut connaitre déjà le besoin, savoir s'il y a de la concurrence et la distance. Puis essayer de se 'faire connaitre' comme un futur pourvoyeur de bonne marchandise, et se faire son circuit d'assos.

Ou alors vendre directement , mais là je ne suis pas sur que cela fonctionne aussi bien....

bonne soirée

Bonjour,
Au risque de vous froisser, il est probable que vous vous trompiez sur quelques points.
Vous croyez que la logique commerciale est très simple. Pour transposer, si je prends une graine, je la fais pousser, le soleil donne, la pluie tombe, je récolte, le panier est plein, l'étal aussi, et mon compte en banque se porte bien. Tout ça est tellement simple, pourquoi on se prend la tête, encore, pour se compliquer la vie...
Je vous invite à prendre en compte le message de Frangin du 07 octobre 2015 sur ce même fil, il vous ébauche les décalages entre la réalité virtuelle et le concret.
Bien à vous.

Nouvelle discussion

Assurance santé expatrié Yaoundé

Conseils pour bien choisir votre assurance santé à Yaoundé.

Déménagement à Yaoundé

Conseils pour préparer votre déménagement à Yaoundé

Assurance voyage Yaoundé

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage à Yaoundé