Close

Y a pas de sujet - Parler de Tout et de Rien

Merci Nathalie Kuhl, je ne sais pas ce que vous appelez pas cher à Bavaro mais déjà dans des endroits pas luxueux j'ai vu des prix de pizza à partager à 2 avoisinant 1000 pesos IVA incluido. C'est au même prix que chez  "Pizza Pino" au Champs Elysées à Paris (pour 1 personne) ou 4 fois plus que  le prix moyen de pizza en Italie, pays européen..

@Phil, je crois que c'est Pizza HUT (pas Hunt), chaine Américaine. J'ai mangé chez eux à Santo Domingo centre..Pour les doms c'est le summum de pizza , pour moi c'était très passable. Vous avez raison la pizza est copiée partout dans le monde mais souvent très mal copiée.

@Bernard, oui effectivement beaucoup d'italiens à Boca Chica et Bayahibe mais je n'ai pas eu l'occasion d'y aller pour les pizza. Il doit surement y avoir quelques bonnes adresses mais mes accompagnatrices souvent trouvent génial les pizza locales.

Je sais que le sujet "Onde tropicale avec 90% de chance de se transformer en cyclone"
est un peu parti en sucette, cependant je trouve cavalier que les modérateurs du site le close en attendant d'en parler entre eux pour savoir si cela est contre leur charte, à par de rares exceptions, peux de sujets ont été politiquement incorrects. L'HISTOIRE n'est pas de la politique partisane, ce ne sont qu'une succession de faits avérés. Je comprends que vous soyez sensible à ne froisser personne, mais dans ce cas, même les sujets que les modérateurs lancent sur tout les pays d'"expat.com" ne sont 'il pas politique également ?
CQFD
Cordialement PhE (Ecu03)

trop tard pour corriger, "à part"

je ne me tromperais  désormais pas plus d'une fois par mois !

:dumbom:

@Eri76
Va chez Da Elio (Cabana Elke)  à Dominicus, tu tomberas tellement c'est "gustoso"

La modération dès que ça frôle un peut les limites des conditions d'utilisations intervient.
C'est un site d'expatriation surtout orienté assistance, à la limite les avis sont rarement nécessaires.
Vous avez ouvert une autre discussion plus spécifique pour Haïti, c'est bien, on devenait hors sujet vis à vis des 90% de probabilités, donc hors conditions d'utilisations. La nouvelle discussion est bien partie, c'est orienté sur un essai d'explication du pourquoi sans trop de jugements de valeur.
Un candidat à l'expatriation aura des éléments pour se faire un jugement avec du factuel et non des avis ou jugements.
C'est vrai que cette discussion serait mieux coté Haïti mais ce 'est pas trop vivant leur forum et les gens se sentiraient peut être plus impliqué, elle est bien où elle est tout compte fait.

Modération assez rapide mais avec le temps on apprécie, on est orienté assistance pour la plupart et parfois une personne avec un égo assez prononcé peut casser ce coté assistance.
Il y a des forums assez orienté avis en tout genre, ici c'est plutôt assistance.

Phil, vous êtes un sage.
De plus vous êtes au courant.... pour un ex d'EFS c'est la moindre  :thanks:

A Cabrera il y a beaucoup de pizzerias ( italiennes mais pas que) quelques restaus ont des fours à bois où elles sont excellentes, les prix sont entre 300 et 500 pesos la 8 parts , et presque tous font chaque semaine les soirées spéciales 2 pour 1.

A la Romana, on trouve de bons restaurants italiens, pour 4 personnes par exemple la facture peut tourner à 1300 pesos avec des boissons.

D ailleurs... j ai ete tellement decue par le gout, la qualite nutritionnelle et par le prix des pizzas, que je me suis resignee a acheter du congele ou a les faire moi meme. De temps en temps on va dans une vrai pizzeria italienne, mais c est vrai que l addition pour 2 pizzas nous permettrait de manger 6 plats complets + boissons dans un comedor traditionnel...
Si quelqu un a le truc infaillible pour reussir la meilleure pate a pizza ...je suis preneuse car je suis toujours dans les essais de differentes recettes...heureusement qu ici on peut parler de tout et de rien  :D
Ou trouver de la levure du boulanger fraiche par exemple ??? ca doit bien se trouver...

Entre le factuel et le ressenti, cet article fera bondir certains:

Ong : Perversion de la solidarité

Deux ans après le tremblement de terre qui a ravagé Haïti, presque rien n’a changé dans les conditions de vie des populations. On a parlé de centaines de millions de dollars d’aide, les ONG ont afflué en masse mais leur « règne » n’a été qu’une succession de projets bidons pour justifier d’une présence, voire d’une existence sans ancrage sur le réel.
Les unes s’en vont. Il n’y a plus d’argent. Elles vont chercher ailleurs malheur plus profitable. Les autres cherchent les moyens de rester. Au bout de deux ans de remplacement de la politique publique haïtienne par le règne des ONG, les conditions de vie de l’ensemble de la population ne se sont pas améliorées. Au contraire. Puisque l’aide immédiate apportée par la logique compassionnelle – même quand dans certains cas elle a été efficace – laisse la population encore plus dépendante qu’avant.

La logique compassionnelle a remplacé la logique structurante, et les fonds dépensés par les ONG n’ont pas permis d’asseoir une politique qui transformerait le long terme vers un meilleur avenir. Les ONG, dans l’obsession apparente du présent, tuent la pensée de l’avenir. Elles ont besoin d’un état de crise permanent.

Aujourd’hui, comme elles ont du mal à convaincre de l’existence d’une situation de crise, l’argent leur vient moins vite. D’où la fuite vers l’ailleurs. Mais comme leur personnel a pris l’habitude du bonheur individuel en Haïti – on les entend parfois dire qu’ils « s’éclatent», « s’épanouissent » – certaines s’ingénient à « penser » de nouveaux programmes pour rester. « Le lien mère – enfant » ; « l’aide psychologique», les « programmes sociaux ».

Aujourd’hui, tout le défi qui se pose aux ONG, c’est de trouver des programmes, les uns plus bidons que les autres, qui pourraient justifier leur présence. Et l’une des astuces est de faire comme si elles travaillaient de concert avec des ONG haïtiennes.

Mais c’est sans doute partir du mauvais bout que de commencer une analyse du fonctionnement et des effets des ONG internationales dans les pays où elles sévissent. Il conviendrait de partir des pays d’origine et de faire une sociologie du personnel des ONG, en se rappelant le vieil adage « qu’on ne peut juger un homme (ou une institution) sur l’idée qu’il (ou elle) se fait de lui-même ».

Le sociologue haïtien Hérold Toussaint affirmait récemment que l’une des richesses d’Haïti consistait à permettre à des gens qui ne trouvaient ni sens ni bonheur à leur vie dans leur pays d’origine de venir se (re)faire une santé. Selon l’expression de l’écrivain haïtien Jean Euphèle Milcé, il s’agit bel et bien d’une nouvelle catégorie de « travailleurs immigrés». Ils partent pour la plupart pour les mêmes raisons que les Haïtiens partent vers l’Amérique du Nord. Pour la plupart, ils bénéficient d’un statut social supérieur à celui qu’ils avaient dans leur pays d’origine, ils gagnent pour la plupart un salaire supérieur à celui qu’ils gagnaient dans leur pays d’origine.

Mais à la différence du travailleur immigré haïtien s’installant dans un pays occidental, ils ne sont pas obligés d’apprendre la langue du pays d’accueil, de payer des taxes à l’Etat. Ils constituent des ghettos de riches qui fonctionnent à huis clos.

Dans le concret, parmi les effets de la présence des ONG, la hausse des prix des loyers dans la zone métropolitaine, la désertion des établissements scolaires par les maîtres du secondaire qui préfèrent un contrat de quelques mois en tant que cadres d’une ONG à leur modeste salaire de professeur ; le débauchage des cadres haïtiens ; l’installation de la culture de la dépendance ; l’affaiblissement du pouvoir décisionnel de l’Etat soumis aux influences, parfois au diktat des bailleurs et « partenaires » ; une circulation monétaire et une hausse des prix non conformes à l’économie réelle; la perte de « l’autorité discursive » par les Haïtiens, ce qui se dit d’Haïti à l’étranger, la perception générale du réel haïtien étant en majorité le produit des propos rapportés et des données établies par les ONG.



D’autres feront l’analyse concrète et le relevé des réussites et échecs de « l’action » des ONG en Haïti. Tel programme d’assainissement des eaux aura réussi, tel autre aura échoué. D’autres établiront l’usage réel des fonds dépensés en Haïti par les ONG : quelle somme est allée aux dits bénéficiaires, quelle somme a payé les salaires, quelle somme est allée aux stratégies de visibilité.

Moi, je m’arrêterai à deux choses. Seules les ONG et il n’en est pas beaucoup – qui répondent à des demandes clairement formulées par les Haïtiens participent de la transformation de la société. Les autres me font penser à un vers de Mahmoud Darwich : « il est du loisir de Colomb le libre de trouver les Indes dans n’importe quel pays ».

Il y a les quelques uns qui écoutent, appuient, apprennent et aident. Et il y a ceux qui, prétextant des morts causés par le séisme du 12 janvier 2010, et au nom de vivants pas très loin de la mort, sont venus chercher leurs Indes. On connaît l’histoire à laquelle donne naissance l’arrivée de Colomb et des Espagnols à l’île d’Hispaniola. Au bout de quelque temps, quand il n’y eut plus d’or, ils partirent ailleurs chercher de nouvelles Indes.

* Lyonel Trouillot est écrivain, cet article est paru dans le dossier consacré par FAL Magazine à Haïti deux ans après le tremblement de terre.

Un bon sancocho!!!

Robinson, nous voyons souvent  le personnel de certaines ONG venir passer des week- ends en RD;  4x4 rutilants,  tenue d indiana Jones en goguette, argent facile. Bref  si je bondis à la lecture de cet article ce n'est pas de surprise :-(

ça doit faire partie de la stratégie de visibilité dont il est question dans l'article...
A défaut de bondir de surprise, tu auras bondi sur ton clavier Tina!
J'ai bien aimé le vieil adage « qu’on ne peut juger un homme (ou une institution) sur l’idée qu’il (ou elle) se fait de lui-même ».
Plus sérieusement: l'auteur ne met quand même pas toutes les ONG dans le même panier. Malheureusement le bilan d'ensemble est mauvais et loin d'être à la hauteur du montant des dons faits à ces organisations...

Tinadecastillo :

Robinson, nous voyons souvent  le personnel de certaines ONG venir passer des week- ends en RD;  4x4 rutilants,  tenue d indiana Jones en goguette, argent facile.(

Ce serait bien de les citer pour éviter les amalgames.

Mission ONG, c'est du temps pris sur tes congés et la bouffe tu te la paies.
De beaux 4X4 rutilants c'est pas pour tout le monde.
En ce moment il y a une mission de prévue sur Jacmel le budget c'est 4600€, pas de 4x4 rutilants.
En Afrique du sud il y a eu le projet 1000 collines, c'est 1000 écoles d'équipées en électricité et ça ne coute pas des millions. C'est l'installation surtout la formation pour que l'affaire soit pérenne et qu'il n'aient plus besoin d'assistance.
Il y a la même chose qui a commencé à Haïti et ça ne coutera pas des millions et il n'y aura pas de 4x4 rutilants.
Ca fait plus 10 ans que j'ai un ami qui passe un mois par an dans la vallée de Barka au Népal, pour avoir testé la vie y est assez rustique, maintenant il y a une route, j'ai connu le transport à dos d'hommes d'un groupe hydraulique, deux jours que ça à pris.
Pour le tremblement de terre il y était, pendant 3 semaines c'est boulot et pas de 4x4.
Plus de 10 ans de sa vie que Didier se consacre au bien-être d'un vallée, comme il fait partie d'une ONG il est à mettre dans le même sac que ceux que tu vois passer dans des 4x4 rutilants.

2015 c'est un budget de 1,8 million dont 16% de frais de fonctionnement, oui 16% c'est beaucoup mais justifié et contrôlé par un commissaire au compte. Ca n'a pas toujours aussi élevé comme somme et quand je vois le réalisé, vu les sommes dépensées à Haïti, c'est des haïtiens qui devraient défiler en 4x4.

Le site est en maintenance je ne peux pas mettre le bilan 2015 en lien mais il est dans un autre de mes commentaires. Il y a un descriptif sur wikipedia si ça intéresse.

Il y a un problème, tu interviens, tu formes et quand tu t'en vas ils n'ont plus besoin de toi, il se débrouillent avec leurs personnes formées, il achètent le matériels pour réparer avec l'argent récupéré avec la production. Le cout de production donc de vente est décidé par les habitants d'après un fourchette qu'on leur donne parce qu'on a l'expérience d'autres projets. Rarement mais ça arrive on nous prévient du changement du responsable qui faisait mal son boulot, même cela c'est inscrit dans les accords, le coté démocratique et communautaire est gravé dans le marbre c'est la seule exigence.
Le principe c'est t'apprends la personne à pêcher, ensuite elle est tranquille à vie. Il serait temps qu'on laisse les haïtiens pêcher. Récupérer des millions pour en détourner une grosse partie, avec le reste on fait travailler les copains, ce n'est pas apprendre à pêcher.

A Madagascar il y a le père Pedro, les ONG il n'apprécient pas trop, il a dû connaitre les 4x4 rutilants. La vidéo date de 2006, en 2016 ça marche toujours avec ESF.

La prochaine fois Tina tu prends des photos, je ferais suivre si c'est des français.

Nota: J'ai des amis de plus de 20 ans à Katmandou je passe quand même leur dire bonjour.

eri76, je suis désolée mais il n´y a pas que Ifa bavaro à bavaro lol
si vous trouvez une pizza qui coûte 300 pesos à voir 400 pesos cher ben là
à friusa il y a des belges qui font des pizzas trés bonnes d´ailleur.
Il y a aussi à punto italia, les pizzas sont bonnes mais ils ne savent pas faire quattro fromaggi c´est tout autrement elles sont bonnes. Voilà et il y en a d´autre.
à los corales par exemple par contre les pizzas elles sont plus chers mais trés bonnes. Enfin pour moi une pizza qui coûte 7 à 10 euros cela n´est pas cher, quand je pense à pizza hut qui coûte 16 à 20 euros la pizza, là c´est exagéré et elles ne sont pas à mon goût d´ailleur. Je suis plus Pizza de Milano excellente :-)


Bien cordialement

@Robinson972, Tina et Phil
95% d'accord avec vous, travaillant pour des ONG (en tant que volontaire non salarié) à Genève, mes visites sur le terrain m'ont malheureusement permis d'avoir les mêmes constats que vous, cependant tous ne sont pas à mettre dans le même panier.

L'ONG qui emploie la majorité de mon temps (IRED-ORG) étant une ONG d'appui avec statut ECOSOC, nous avons notre conscience pour nous, car la plupart des projets dont nous nous occupons sont initiés par des ONG locales et nos frais de  fonctionnement sont réglementés par la DDC  et la FGC (12.5%) donc pas d'étoiles sur nos hébergements, tortore locale et le 4x4 doit avoir + de 30 ans.

Phil; bien le père Pedro  :top:

Un vrai régal ......... de surréalisme,
ces discussions où on alterne entre le prix et la qualité des pizzas d'une part
les bienfaits, les dérives et les perversions des ONG d'autre part.

Mais pour l'instant, ça va, j'arrive à suivre

la première phrase du père Pedro est amusante au second degré:

"l'électricité n'est pas un lux(e)"!!!

ANTHOINE Joël :

Un vrai régal ......... de surréalisme,
ces discussions où on alterne entre le prix et la qualité des pizzas d'une part
les bienfaits, les dérives et les perversions des ONG d'autre part.

Mais pour l'instant, ça va, j'arrive à suivre

Joel désolé d'avoir ajouté une discussion aussi banale que les pizzas .. Ente les ONG et ça..ça devient surrealiste. :lol:

Mais j'arrive pas à m'expliquer en quoi c'est considéré comme du luxe pour de la farine et sauce tomate...La pizza à 20 euros en RD, il y a de quoi se pose des questions. Quand je compare aux prix pratiqués au pica-pollo et même les pica pollo de luxe qu sont TRES bons..il n'y a pas photo.

Merci à Cathy, Nathalie K et Tina pour les tuyaux. Je me rend compte qu'il faut vraiment connaitre les bonnes adresses.

Eri76 :

Joel désolé d'avoir ajouté une discussion aussi banale que les pizzas
..../.....
Je me rend compte qu'il faut vraiment connaitre les bonnes adresses.

Il ne faut surtout pas être désolé,
"faire connaitre les bonnes adresses", c'est un des buts du blog.

Sinon, je te recommanderais bien le pizzaîolo de Petit Paris à Basse-Terre
(pizzas excellentes et pour la moitié du prix cité ci-dessus),
mais après il te faudra amortir le prix du billet d'avion. :dumbom:

bonjour

autoderision dominicaine

https://www.facebook.com/LaColoniaElCed … 13/?type=3

Nouvelle discussion

Assurance santé expatrié République Dominicaine

Conseils pour bien choisir votre assurance santé en République Dominicaine.

Déménagement en République Dominicaine

Conseils pour préparer votre déménagement en République Dominicaine

Assurance voyage République Dominicaine

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage en République Dominicaine

Billet d'avion République Dominicaine

Trouvez les meilleurs prix pour votre billet d'avion pour la République Dominicaine