Close

Votre expérience du choc culturel au Danemark

Bonjour à tous,

Vivre dans un autre pays implique de découvrir les différents éléments de sa culture. La maîtrise de tous les codes culturels est parfois le fruit d'un long apprentissage.

Comment cela s'est passé pour vous? Racontez-nous vos expériences du choc culturel au Danemark, vos anecdotes, que vous ayez vécu un moment drôle ou embarrassant.

Quels sont vos conseils pour vivre en douceur cette transition?

Merci d'avance pour vos témoignages,

Christine

Bien le bonjour Christine,

Pour ma part, c'est le pays le moins intéressant de tous ceux que j'ai fais depuis plus de trente années d'expatriation. Au travers de mes neuf mois sur le pays, la conclusion est qu'ils vivent sur une autre planète. Je n'ai jamais vu des personnes vivant autant dans leur propre monde qu'eux...

Bonjour Phipiemar,

Qu'est ce que vous entendez par "ils vivent sur une autre planète " ?  Je sais qu'ils sont tres écolo, pro-allaitement et pro-vélo mais qu'ont ils de si bizarre si je puis dire ?

Je n'ai pas eu la sensation de vivre un choc cultuel lors de mon séjour à Copenhague. J'ai vécu dans la capitale danoise à l'occasion d'un séjour Erasmus d'août 2011 à janvier 2012. Je vivais dans le quartier populaire de Bispebjerg, au nord de la ville. Comme je vis normalement en banlieue parisienne, rien ne m'a immensément choqué.

Il y a des choses qui m'ont surpris tout de même. Je pense notamment à l'amour du vélo à Copenhague, et de manière plus générale dans le pays. J'ai rapidement adopté ce mode de transport étant donné le prix élevé des transports en commun. Des vélos partout, chaque rue avait au moins un magasin consacré et certaines pistes cyclables étaient aussi large que des avenues (on ne voit pas ça à Paris). Un véritable atout d'un point de vue sanitaire, j'ai perdu 12 kilos à force de pédaler pendant six mois.

Autre chose qui m'a surpris, même si j'en avait déjà entendu parlé auparavant, Christiania. C'est le coeur de l'art urbain de Copenhague, en décalage total avec le style de la ville, qui se veut plus classique, plus "chic". J'y ai passé une nuit blanche, inoubliable. C'est en ce lieu que se réunissent toutes les communautés (danoises, africaines, sud-américaines et asiatiques) et les amateurs d'arts urbains. C'est un mini quartier rouge d'Amsterdam.

Mis à part cela, en général, l'atmosphère de la ville était typiquement occidentale. Peut-être les Danois sont un peu plus réservé que d'autres populations et peut-être ont-ils une qualité de vie meilleure qu'en France (impôts élevés mais études et sécurité sociale gratuites). En ce qui me concerne, ce n'était pas un choc culturel mais un lot de surprises.

Bonjour à tous,

Je reviens d'un séjour à Copenhague - le troisième ! - et je ne trouve pas de choc culturel au sens littéral du terme. Peut-être cela vient-il de l’intérêt que je porte au Danemark mais, entre un Français et un Danois, la différence ne me saute pas aux yeux. D’abord, je trouve toujours le Danois plus respectueux de l'autre, sans être ni distant, ni froid. Par exemple, à plusieurs reprises pendant mon dernier séjour, dès qu'on me sentait en difficulté, quelqu’un venait me demander si "tout allait bien", si "je n'était pas perdue ..." avec une certaine bienveillance. Et puis, le quotidien est à un rythme humain; moins d'agressions verbales et bien sûr physiques. En fait, je veux dire aucune! Franchement, la qualité de vie - probablement dû à un sens civique accru - s'en ressent. La propriété dans les rues est impressionnante.
J'ai de nombreuses anecdotes où leur gentillesse, me sachant venue de France, a fait son œuvre. Sur le plan purement culturel, je n'ai pas trouvé de grandes différences sinon que les petits cafés se transforment en grands mugs et qu'ils ne sont pas forts du tout; que les Danois déjeunent et dînent plus tôt qu'en France - et encore ! - et qu'ils boivent de la bière.
J'adore leur météo océanique qui change deux à trois fois par jour, par exemple.
Pour moi, le plus déroutant, c'est la langue... Et sans la langue, pas de vraie intégration! Je me demande bien comment je vais pouvoir apprendre et surtout parler le danois. Un français vivant à Copenhague m'a dit qu'en deux années il avait pu en venir à bout. Ouf ouf ouf !

HAHAHA La prononciation de la langue danoise, tout un poème, en effet. A lire, c'est simple, mais entre la langue écrite et la langue parlée... :p Une belle bouillie, cette langue, oui, mais sache que si tu parles la langue tu t'intègreras plus facilement (les danois sont très nationalistes et conservateurs) :)

:) oui j'ai été surpris en essayant de lire un texte en Danois que j'arrivais , étant bilingue français-allemand, de grosso modo le comprendre, alors que ce n'est pas vraiment le cas en néerlandais par exemple! mais j'imagine que pour le parler çà doit être "une autre paire de manches".

Je suis en train de (ré)apprendre le danois et mon dieu que c'est difficile, du moins à l'oral. Je suis en France actuellement et je connais une danoise qui aimerait mettre en place des échanges français-danois, pour permettre aux français d'apprendre le danois (ou l'anglais tout simplement) et aux danois d'apprendre le français. Bref, je sors du sujet mais ils sont très à cheval sur la langue si tu veux t'installer durablement là-bas même s'ils sont (presque) irréprochable en anglais.

Sauf que très peu de français veulent apprendre le danois... Ils ne sont pas attirés par le pays et j'en connais même certains qui voulaient l'apprendre, mais en entendant ce que ça faisait, ils se sont rabattus sur le norvégien ou le néerlandais!!!

Sinon, quand ta copine danoise mettra en place son projet, ça pourrait intéresser une amie, française et qui parle parfaitement le danois (si-si, ça existe!!!).

J'ai cru comprendre que le choc résidait beaucoup entre la lecture des mots et les sons du danois.
J'ai commencé à visionner quelques fictions en VO pour me familiariser avec les sons, un peu comme une musique que l'on écoute...
Après six mois à Copenhague, où en étais-tu du danois?
Le franco-danois avec lequel j'ai discuté me disait que la grammaire danoise, par exemple, n'était pas aussi difficile que la grammaire française.
Qu'en penses-tu?
Oui, j'ai envie de continuer ma vie au Danemark et donc l'apprentissage est obligatoire; disons, avec l'idée que je me fais de la découverte d'une culture, de son Histoire : de l'intégration!
Dans l’immédiat et avant de partir pour Copenhague, j'avais travaillé l'anglais ( je continue d'ailleurs ...) pour pouvoir me débrouiller et être autonome. Automatiquement, ils passent du danois à l'anglais, quand c'est nécessaire.
Je suis impressionnée...

As-tu lu du danois avant de visionner??? Sinon, ça va te surprendre :)

Oui, lorsque je suis arrivée dans l'aéroport de Copenhague :le choc fût brutal, pour le coup! Des mots d'une longueur infinie; je me suis égarée tellement j'étais sonnée... Heureusement, grâce à la gentillesse du personnel au sol, j'ai pu trouver le chemin du métro. J'ai l'impression que le danois est une langue rentrée en quelquesorte, un peu comme lorsqu'on avale sa salive, non?

Iseult :

Oui, lorsque je suis arrivée dans l'aéroport de Copenhague :le choc fût brutal, pour le coup! Des mots d'une longueur infinie; je me suis égarée tellement j'étais sonnée... Heureusement, grâce à la gentillesse du personnel au sol, j'ai pu trouver le chemin du métro. J'ai l'impression que le danois est une langue rentrée en quelquesorte, un peu comme lorsqu'on avale sa salive, non?

Un prof disait que c'était une maladie de la gorge, c'est pour dire :D

Bien le bonjour,

c'est le pays qui m'a le plus déçu de tous ceux que j'ai parcouru. Voici une de leur manière de se comporter :

“Oh non. Pas ça. Pas encore”,écrit le quotidien danois Jyllands-Posten. Mais si. Une fois encore, un zoo danois va ouvrir – littéralement – un animal devant un public qui comptera sûrement des enfants.

La dernière fois, c’était il y a un an et demi à Copenhague, quand le jardin zoologique de la ville avait abattu un girafon nommé Marius, suscitant une polémique bien au-delà des frontières du pays.

Cela ne fait pas peur au personnel du jardin zoologique d’Odense, troisième ville danoise. Ici, on prévoit de disséquer une jeune lionne ce jeudi 15 octobre, pendant les vacances d’automne des petits Danois, au motif que la dissection est un bon outil pédagogique. Le responsable des gardiens du zoo, Michael Wallberg Sørensen, l’explique au journal danois Berlingske :

On peut voir les griffes, les dents, le crâne et les grands muscles qui servent à la mastication. Toutes ces adaptations qui font que le lion fait partie des prédateurs les plus importants de la savane. Et puis, il est important d’apprendre que la mort fait partie de la vie”.

La lionne en question est déjà morte, elle a été abattue au mois de février, car la population des félins du zoo était trop importante et qu’aucun autre zoo ne pouvait la prendre en charge. Depuis, elle a été conservée au congélateur.

                 Danemark: un zoo critiqué après la dissection publique d'un lion



Un lion a été disséqué jeudi en public dans un zoo danois dans le cadre d'une activité éducative pour des enfants, au grand dam des défenseurs des animaux qui ont dénoncé un "spectacle macabre".

Âgé de neuf mois, le lion avait été tué en février par le zoo d'Odensee, qui avait trop de lions et qui n'avait trouvé aucun autre lieu pour l'accueillir, et son corps conservé dans un congélateur.

En février 2014, le zoo de Copenhague s'était attiré des critiques en mettant fin aux jours de Marius, girafon d'un an et demi, avant qu'il n'atteigne la maturité sexuelle.

L'animal avait été disséqué en public puis sa viande donnée aux lions. La direction du parc avait fait l'objet de menaces de mort.

Jeudi, entre 300 et 400 personnes de tout âge étaient rassemblées pour assister à la dissection du lion.

Un employé du zoo, Rasmus Kolind, a commencé à découper l'animal en enlevant sa langue, puis l'a dépouillé sous le regard curieux du public qui n'a pas hésité à se boucher le nez quand l'odeur du cadavre a commencé à se faire sentir.

"Un animal mort, ça sent l'animal mort. Il n'y a pas grand chose à faire", a expliqué M. Kolind.

Certains visiteurs, dont certains avaient quatre ans, étaient à quelques centimètres de la table de dissection.

"Je ne veux pas voir ça", a confié un jeune garçon à la télévision publique DR tandis qu'une petite fille a reconnu que l'événement était "drôle à voir mais aussi un peu dégoûtant".

Lotte Tranberg, également gardienne du zoo, a expliqué que le jeune lion avait été tué pour éviter la consanguinité.

Avec son collègue, ils ont essayé d'imiter le rugissement du lion en soufflant dans un tube qui avait été introduit dans le cou de l'animal mort.

M. Kolind n'a pas hésité à demander si "quelqu'un (dans la foule voulait) un œil" avant de décapiter le lion.

Les dissections en public sont monnaie courante au Danemark qui les considère éducatives.

Une porte-parole de l'association de défense des animaux, Humane Society International, Wendy Higgins, a accusé le zoo de mettre en scène un "spectacle macabre".

Pour son association, l'événement est une conséquence de l'élevage de masse des lions et de milliers d'autres animaux dans les zoos.

Mais quelle horreur!!!

Nouvelle discussion