Close

L'envers de la carte postale espagnole

Bonjour à toutes et à tous,

lorsque l'on se rend dans un pays pour du tourisme, on est souvent charmé par tout ce que l'on découvre.

Une expatriation est bien différente. Car si vivre à l'étranger est toujours une expérience très enrichissante, le parcours de tout expatrié comporte son lot de difficultés.

Aussi, quand on me demande des conseils sur la vie à l'étranger, je dis souvent qu'il faut savoir regarder la carte postale des deux côtés.

Vous qui êtes expatrié en Espagne, comment décririez-vous les deux côtés de votre carte postale espagnole?

Merci d'avance pour votre participation,

Julien

Bonjour Julien

Dans mon cas, j'ai la chance de vivre à Tenerife depuis plus d'un an maintenant avec un statut de "retraité". Je ne le suis pas encore moi-même mais j'ai arrêté mes activités professionnelles pour suivre mon mari qui, lui, est retraité et touche donc une pension.

Quand on n'a pas besoin de gagner sa vie, on ne peut que profiter des bons côtés de la carte postale. Encore faut-il être capable de quitter ses racines pour débarquer dans un pays où on ne connait pas forcément la langue, changer ses habitudes de vie pour s'adapter à celles du nouveau pays, couper les ponts avec sa famille, ses amis même si dans la pratique on arrive à garder des liens proches avec les moyens mis à notre disposition comme internet, skype, etc.

Il y a des gens qui sont "formatés" pour vivre et mourir dans le même village, la même ville ; d'autres qui aiment bouger, découvrir, s'enrichir de nouveautés...

On ne s'improvise pas pour autant "expatrié" et quand on fait le choix de tout quitter et changer de vie, c'est un projet qui se construit, se réfléchit pour se donner un maximum de chance de réussite. Il ne faut pas oublier que 8 expats sur 10 ratent leur projet...

Mais quand elle est réussie l'expatriation, ce n'est que du bonheur !

Bien cordialement
Patricia la VDI

Salue moi, j'ai du mal à vivre en espagne. Parceque il y a pas du travaille ni une aide chômage.pour celà on cherche le travail. Partout en europe.

Bonjour,

Mon mari et moi-même sommes actuellement en recherche d'appartement pour une future expatriation. Comme souligné dans ce blog, quand on change de région ou de pays, il faut s'adapter au nouveau lieu. Ce ne sont pas les Espagnols qui doivent s'adapter à nos coutumes et notre mode de vie. Je me souviens d'un Parisien croisé au Portugal qui râlait parce que le steak-frites n'était pas fait comme à Paris...
Mais, à partir du moment où on y met du sien, on arrive à s'intégrer partout. On ne part pas à l'étranger pour en "mettre plein la vue" mais pour s'installer et vivre en harmonie avec les gens qui nous entourent.
Nous-mêmes avons déjà changé de région, partant de l'Ain pour le Sud-Ouest. Autre région, autres moeurs. Nous nous sommes adaptés et nous nous sommes intégrés.
Après il faut aussi savoir que les amis, la famille, on les voit nettement moins souvent, la distance n'étant pas facile à gérer. Mais avec internet, on arrive à garder des contacts.
Bonne chance à tous ceux qui tentent l'aventure. Nous espérons en faire de même très bientôt.

Bonjour à tous, et merci Julien , entre autre d'ouvrir cette analyse de carte postale.

Mon intervention ne concerne pas que l'Espagne, mais l'expatriation en elle-même.

Ayant une expérience inverse, mais entre deux autres pays, né en Belgique mais n'ayant rien connu de ce pays puisque trop petit lorsque je l'ai quitté pour suivre mes parents au Canada, mon retour après 8 ans au pays des caribous et de l'érable, c'est apparenté à une expatriation.

Je passe les raisons de ma future expatriation vers Ténérife, mais de par mon expérience antérieur, et profitant de l'aubaine qui nous est offerte ici, pour faire prendre conscience qu'en temps que parents, beaucoup trop peu d'entre eux ne se préoccupent pas des impacts ou en minimisent la portée, que peuvent entraîner leur(s) choix auprès de leur enfants. Sur le forum auquel je participais il y a peu encore, nombre de parents se persuadaient, qu'à leur âge les enfants ne se rendent compte de rien.
Et bien c'est faux, pour près de 80% d'enfants expatriés. Ça ne se voit pas toujours dès les premières années, et quand l'adolescence approche, c'est alors que les signes de mal-être apparaissent.
Il ne faut pas perdre de vue qu'on leur "fracture" leur petite enfance. Il n'y a pas plus cruel que les enfants entre eux, que pour briser l'adaptation d'un jeune expatrié. "Se faire de nouveaux amis" est souvent le terme que les adultes emploient pour "se donner bonne conscience" vis à vis de leurs enfants.

Une image pour clore cette intervention, un enfant expatrié, c'est comme un jeune arbre qu'on a déterré pour le transplanter dans un sol qui n'est pas forcément bon pour lui. Prenez-en garde car il pourrait se flétrir et ne jamais donner les fruits qu'on en espérait !

Bien à vous.

Bonjour,
Mon pauvre ça n'a pas du être facile pour toi, petit arbre qui pousse ailleurs.
Je suis aussi parti à 8 ans d’Italie, ai habité en Suisse puis en France puis en Espagne. Ma femme est franco-suisse, mes enfants ont 3 nationalités, ils parlent français, sont à l'école espagnol et suivent des cours d'anglais.
Pour nous, tout va bien et nos enfants sont très heureux d’être ici au soleil avec tous leurs copains (il y a 41 nationalités différente dans l'école publique qu'ils fréquentent).
Elle est pas belle la vie?
Celestino.
Cabo de Palos ( Espagne)

je vie actuellement en france  et j ai de la famille du cote de valencia , depuis plusieurs annees je pense aller vivre en espagne de part cela je suis entrain de me renseigner et voir si il etait possible de trouver un emploi de plombier du cote de valencia qui me permette de vivre la bas....

Bonjour,
pour notre part nous avons choisis il y a trois ans de quitter Marseille, la vie la bas y est devenue compliquée, trop chere,trop sale,trop mal fréquenté les gents y sont devenus execrables, j'y suis né il y a 55 ans je peut en parler sans en rougir, cela  pour nous installer a Empuriabrava ce choix c est  du fait que nous sommes pret de la frontiere, nos enfants tous adultes vivent en France, dans quatre dept différent allant du Nord au sud, l'expatriation n'es pas un probleme pour nous comme pour nos enfants,un coup de voiture ou d'avions et nous sommes rendu dans la demi journée,quant nous passons les voir c est du plaisir quant il viennent ici ils sont en congé sur la costa et pour les petits enfants c est le paradis
de plus la vie est beaucoup moins chère et plus agréable ici, alors ce que l'on donne pas au TPF nous l'offrons a nos enfants, apres avoir sacrifié tant de choses pendant si longtemps nous pouvons maintenant nous faire plaisir ici, car la France était inaccessible a nos besoins et nos souhait ! imaginez vous chercher une villa avec piscine et amarre privative en France, ou et combien d'ailleurs cela n'existe pas sauf peut etre pour des VIP fortuné, ce qui n'était pas notre cas.
hasta luego

Bonjour à tous

Pour apporter de l'eau au moulin je peux parler de ma propre expérience.
Mon mari est d'origine espagnole, catalane pour être plus précise, par ses grands parents expatriés en France très jeunes.
Ils ont conservé la maison familiale tout au long des générations, puis nous l'avons récupérée en ruine et réparée.
Je suis venue ici pour la première fois en 1979, tombée amoureuse de la région et surtout des gens, à partir de 1989 nous avons commencé à reconstruire la maison.
Mon mari disait qu'il voulait s'expatrier ici à la retraite, à l'époque l'idée ne me convenait pas, je craignais d'être déracinée, de perdre ce que j'avais vécu depuis ma jeunesse, et j'ai longtemps lutté contre cette idée.
En vieillissant, à chaque fois que nous venions en vacances ici, je regrettais de partir.
Lorsque nous avons pris notre retraite (pour moi il y aura 4 ans en juillet) j'ai changé d'avis, vivant ici une grande partie de l'année, il ne me tarde qu'une chose c'est d'y vivre à demeure. Pour l'instant nous patientons nos mamans âgées sont de ce monde et nous ne voulons pas nous couper d'elles. Nous vivons donc à mi-temps dans les deux pays, en ne laissant jamais plus d'un mois passer entre nos aller et retour.

Je ne me sens pas déracinée, bien au contraire, ici je me sens chez moi, parce que la vie y est plus proche de ce que je peux être. Simplicité et ouverture, joie de ces petits détails qui font la vie quotidienne, plaisir de partager.

Bonne journée à tous, tout se pense, se réfléchit, se prépare, le choix est ainsi plus juste.

Violaine

Bonjour à Toutes et Tous

Je me suis expatrié il y a 20 ans, parce qu'à la suite d'un cancer, je ne trouvais plus de travail en France, où j'étais Directeur Général de Société.
Je suis parti comme simple vendeur pour les Antilles françaises puis je suis rentré dans une Sté américaine à Sint Maarten (je suis vraiment bilingue français/anglais), où j'ai retrouvé des responsabilités.
Ensuite je suis parti vivre à Santo Domingo où j'ai commencé à prendre ma retraite (et à apprendre l'espagnol), mais comme les formalités de retraite trainaient en longueur, et sur la demande d'amis, j'ai repris le travail dans différentes villes de la république Dominicaine et aussi au Mexique.
J'ai alors décidé de prendre vraiment ma retraite en Colombie (la Communauté colombienne à Sint Maarten est très importante et m'avait vanté les charmes de la Colombie, ce qui est exacte). Je me suis d'abord installé à Medellin, ville très agréable avec des habitants adorables, mais qui a le défaut pour moi d'être loin de la mer.
Je me suis donc installé près de Barranquilla puis près de Cartagena où j'ai acheté une maison dans un village de pêcheurs. Pour finir les travaux plus rapidement, je suis reparti travailler à Saint Domingue puis à Sint Maarten.
Là, la couleur de la carte postale a changé, car on m'a annoncé que j'avais un problème d'hypertension et que je devais consulter un spécialiste. Comme aucun RV n'était possible avant 6 mois, je suis rentré en France où on m'a remis sur pied et rassuré. J'en ai profité pour quelques me faire faire quelques opérations dont j'avais besoin.
Mais je ne me suis pas "refait" à la vie française, d'abord par son coût et ses tracasseries administratives, et surtout je me suis aperçu aussi que je n'avais plus grand chose de commun avec mes anciens amis, qui sont devenus "des petits vieux et petites vieilles". Je n'ai que 70 ans et j'ai encore envie de bouger et de découvrir des gens et des pays.
Pour raison de suivi de santé, je n'envisage pas de retourner pour y résider en Colombie, mais l'Espagne me parait être un bon compromis.
Je suis descendu quelques jours pour finaliser mes recherches sur internet de location de maison ou d'appartement dans la région de Valence ou d'Alicante.
J'ai découvert avec horreur les immensités de béton qui ont remplacé les champs d'orangers. Heureusement j'ai vu que l'on faisait marche arrière et que l'on replantait.
Finalement mon choix c'est porté sur Almoradi qui m'a paru une petite ville (19.000 h) vivante et non dépendante du tourisme.
Mon espagnol, s'est un peu encrouté pendant ces 2/3 dernières années, mais ce n'est pas grave. Je pourrai aussi aller de temps en temps sur Benidorm pour repratiquer mon allemand.
Les Baléares (que je ne connais pas) et le Maroc (où je n'ai pas remis les pied depuis 50 ans), vont surement m'offrir quelques petits déplacements.
J'espère que je rencontrerai quelques membres de ce blog, mais si je viens en Espagne, ce n'est pas pour y vivre "en français", et j'espère bien me faire rapidement des amis et amies dans ce pays.

Mes amitiés à toutes et tous et Mazeltov

Pierre

Bonjour à tous, pour ma part je suis Carlos d’origine espagnole (Granada) de par mes parents, né en France toujours en activité dans une grande administration de l'état, pour peu de temps, je vais être un futur jeune retraité.
et dans mon projet, déjà planifié depuis des mois, je vais aller m'installer définitivement sur Malaga ou ses environs.
j'ai également la double nationalité, et enseigne cette merveilleuse langue latine depuis quelques années, donc pas de souci de ce côté là.
j'adore l’Espagne et sa culture, son ambiance, et même avec la crise économique , je trouve que les espagnols vivent mieux que nous, moins stressés, moins de pression, et plus solidaires entre eux.
Je suis salsero, donc la salsa pour moi c'est mon exhutoir, et en Espagne je vais pouvoir m'éclater dans ce domaine.
Je ne suis jamais allé à Malaga, et sa région, j'espère que je trouverai de quoi acheter un bien immobilier pas trop cher, et un coin de vie où je pourrai m'y sentir bien., C'est une belle remise en question et un nouveau départ qui s'offre à moi dans un pays qui fait partie de mes racines,
J'espère que je pourrai me rendre utile, et m'insérer facilement dans cette nouvelle société   .
j'ai choisi l'Espagne de par sa culture, mes racines, et sa proximité géographique, car j'ai quatre enfants, ce qui me permettra de nous voir assez régulièrement.
J'espère que je rencontrerai des gens qui pourrons m'aider à m'installer, les règles n'étant pas les mêmes d'un pays à l'autre, cela pourra aider.
cordialement à tous
Carlos LOPEZ

Shalom Pierre,
C'est très ému par le récit de ton parcours que je t'écris, d'autant que le mien ressemble furieusement au tien, et que je crois que nous sommes voisins. Il serait inutile que je détaille les raisons qui m'ont amenées ici, puisque tu pourras le trouver en allant sur mon profil et en lisant les différentes correspondances que j'ai pu échanger avec les uns ou les autres. Il me serait agréable de te rencontrer à ta convenance. Je vis à Los Alcàzares, suis séparé, père de deux enfants et grand-père de 5 petits-enfants. J'ai 65 ans.
Au plaisir de te lire.
Kea (Pierre en Marquisien)

Ah j'oubliais ! (c'est sûrement l'âge)
Mon e.mail est : rgrprr[at]hotmail.fr

Bonjour

Je vous souhaite une bonne installation. je n'ai pas choisi la région de Malaga, parce que les prix me semblent plus élevés que dans la région d'Alicante.
Je me suis servi d'un site "Spain-house.net" pour faire mon étude de marché. Le site est assez clair et en s'inscrivant on reçoit des informations intéressantes sur les locations ou les achats.
En vieux "pro" du déménagement je vous conseillerai plutôt de prendre d'abord une location pour vous permettre de parcourir tranquillement les différents endroits  et de ne vous décider qu'après mures réflexions, voir les différentes saisons, les micro-climats etc... Le marché des reventes immobilières est assez porteur, et c'est sur place que vous trouverez "la bonne affaire" ou du moins une moins mauvaise. Renseignez vous bien au niveau des titres, cela n'a rien à voir avec la législation foncière française.
Bon courage, et peut-etre à bientôt autour d'un apéro et de tapas.
Cordialement

Pierre

Climat agreable mais forte imposition
D ou mon envie d aller vivre au portugal ou, semble t il les residents francais ne paie pas d impots sur le revenu.
Est ce exact?

Vous pouvez profiter du Statut de Résident Non Habituel et ce n'est pas seulement pour les résidents français...

Bonjour

Mais attention le service médical au Portugal est plus que médiocre sauf dans lhôpital particular très cher si vous n'avez pas une bonne mutuelle

impôt


http://www.libertaddigital.com/c.php?op … n=masleido


google chrome traduit.

info

Georgval :

Climat agreable mais forte imposition
D ou mon envie d aller vivre au portugal ou, semble t il les residents francais ne paie pas d impots sur le revenu.
Est ce exact?

Voilà trois jours que je bosse sur le sujet et je commence à y voir un peu plus clair et sous réserve derreurs ou domissions de ma part voici le fruit de mes recherches :

Quels sont les revenus qui doivent être déclaré au fisc espagnol par les résidents belges et français :

Retraites d'origines étrangères :
En gros, tous les résidents espagnols (les personnes qui résident en Espagne au moins 183 jours par an) sont soumis à déclaration sur l'impôt des personnes physiques qu'ils doivent faire spontanément en juin (je pense) de l'année A+1. Exception faites pour les retraités belges et français (je n'ai pas cherché pour les autres nationalités) dont la retraite est payée par l'état ou un organisme dérivé (municipalité, intercommunale, collectivité locale, département, province) de l'état n'exerçant pas d'activités commerciales ou industrielles (SNCB  SNCF) qui paient leur impôt dans le pays d'origine de ces revenus (articles 18 et 19 des conventions belgo/espagnole et franco/espagnole en vue d'éviter la double imposition).
Les résidents dont la retraite n'est pas supérieure à 11.200  (et pas 22.000  comme jai pu le lire ici ou là) ne doivent pas faire de déclaration en vertu des dispositions reprises sous « ¿Quiénes están obligados a presentar la declaración del IRPF del ejercicio 2013?  §1., lettre a, chiffre 3°- pages 7 et 8 du guide des impôts 2013 dont le lien suit :   http://www.agenciatributaria.es/static_ … ronico.pdf ).
Mais... ...mais s'ils ont des revenus de biens immobiliers espagnols ou mobiliers d'origine étrangère ou espagnole qui dépasse 1.000  ils doivent les déclarer dans tous les cas au fisc espagnol (§ 2. Du guide cité plus haut).

Revenus immobiliers et plus-values :
Résidents belges et français paient les impôts sur les revenus immobiliers dans le pays où se trouvent ces biens (article 6 des conventions). Il en est de même des plus-values.

Revenus mobiliers :
Les résidents belges et français paient l'impôt sur les revenus mobiliers en Espagne, je ne sais pas combien, je n'ai pas eu le temps de chercher, toutefois :
Les articles 10 et 11 §2 de la convention belgo/espagnole stipulent en dérogation du §1 que : « Toutefois, ces dividendes peuvent être imposés dans l'Etat contractant dont la société qui attribue les dividendes (d'où ils proviennent pour les intérêts) est un résident et selon la législation de cet Etat, mais l'impôt ainsi établi ne peut excéder 15% du montant brut desdits dividendes ».
Alors que les mêmes articles de la convention franco/espagnole indique que : « a) Les dividendes mentionnés au paragraphe 1 sont aussi imposables dans l'Etat contractant dont la société qui paie les dividendes est un résident, et selon la législation de cet Etat, mais si la personne qui reçoit les dividendes en est le bénéficiaire effectif, l'impôt ainsi établi ne peut excéder 15 % du montant brut des dividendes » pour l'article 10 a) et à l'article 11 §2, « Toutefois, ces intérêts sont aussi imposables dans l'Etat contractant d'où ils proviennent et selon la législation de cet Etat, mais si la personne qui reçoit les intérêts en est le bénéficiaire effectif, l'impôt ainsi établi ne peut excéder 10 % du montant brut des intérêts ».
Ceci semblerait indiquer que les belges pourraient payer un impôt libératoire de 15% sur les intérêts et dividendes perçus en Belgique à condition de faire une déclaration fiscale en Espagne comme le stipule le premier tiret sous l'intitulé « Están obligados en todo a presentar declaración los siguientes contribuyentes » du §2. du guide déjà cité plus haut, avec le risque de voir son taux d'imposition marginal passer à tranche supérieure. Tandis que les Français courent le risque d'une imposition supplémentaire de 15% pour les dividendes et de 10% pour les intérêts. Ceci est à prendre avec des pincettes car tout cet article est tellement alambiqué que je ne suis sûr de rien...

Montant des impôts espagnols :
A force de triturer le simulador renta 2013, je pense men servir maintenant correctement (http://www.agenciatributaria.es/AEAT.in … 2013.shtml ):
J'ai simulé le calcul des impôts pour un couple marié déclarant uniquement des revenus salariaux (l'Espagne ne fait pas la distinction entre retraite et salaire au point de vue des impôts).

Préambule :
    La simulation concerne des montants nets après déduction des charges sociales perçu par un seul des conjoint, mais avant impôt de respectivement de 40.000, 35.000, 30.000, 25.000, 20.000, 15.000, 12.000 et 11.200 euros.
    Et contrairement à ce que j'avais pu lire sur le forum :
o    Tous les exemples sont toujours en déclaration conjointe qui permet un abattement forfaitaire de 3.400 .
o    Les retraites comme les salaires bénéficient d'un abattement forfaitaire de 2.652
o    L'impôt est beaucoup moins élevé lorsqu'un seul des conjoints perçoit la totalité des revenus (+/- 1.500  toujours pour 40.000 )
o    Chaque personne âgée de plus de 65 ans comprise dans la déclaration fiscale bénéficie d'une modeste réduction, ce dont ne tient pas compte les exemples (+/-500  pour les 2 conjoints + de 65 ans et pour un revenu de 40.000 )

Ce qui donne comme résultats :
40.000  = 8.073,97
35.000  = 6.479,89
30.000  = 4.979,45
25.000  = 3.479,89
20.000  = 2.177,26
15.000  = 939,76
11.200  = 0  (ce qui pourrait expliquer pourquoi il ne faut pas de déclaration, bien qu'un isolé devrait normalement payer 321,12 ).

Je tiens (en format WORD) à disposition de celles et ceux qui le souhaitent la partie du Guía Renta 2013 que j'ai traduite comme j'ai pu (je ne suis pas parfait bilingue).

Ma contribution à la présente discussion na pas la prétention d'être exhaustive, ni d'être sans erreurs. Cependant, je pense qu'elle permet de se faire une idée de ce qu'est le niveau de fiscalité en Espagne et de bien se préparer pour consulter un GESTORIA, ce qui me paraît indispensable.
Reste à espérer que le GESTORIA pourra trouver des niches fiscales qui permettent de diminuer cet impôt de base car dans le cas contraire, surtout si le niveau d'imposition des revenus mobiliers est le même que celui des revenus du travail, alors j'ai trouvé pire encore que l'enfer fiscal belge...

Merci aux lecteurs plus expérimentés que moi dans le système fiscal espagnol de bien vouloir signaler les erreurs, omissions et coquilles. Afin que la discussion soit constructive, merci aussi de bien vouloir argumenter et référencer vos remarques.

Serge54 :
Georgval :

Climat agreable mais forte imposition
D ou mon envie d aller vivre au portugal ou, semble t il les residents francais ne paie pas d impots sur le revenu.
Est ce exact?

Voilà trois jours que je bosse sur le sujet et je commence à y voir un peu plus clair et sous réserve derreurs ou domissions de ma part voici le fruit de mes recherches :

Quels sont les revenus qui doivent être déclaré au fisc espagnol par les résidents belges et français :

Retraites d'origines étrangères :
En gros, tous les résidents espagnols (les personnes qui résident en Espagne au moins 183 jours par an) sont soumis à déclaration sur l'impôt des personnes physiques qu'ils doivent faire spontanément en juin (je pense) de l'année A+1. Exception faites pour les retraités belges et français (je n'ai pas cherché pour les autres nationalités) dont la retraite est payée par l'état ou un organisme dérivé (municipalité, intercommunale, collectivité locale, département, province) de l'état n'exerçant pas d'activités commerciales ou industrielles (SNCB  SNCF) qui paient leur impôt dans le pays d'origine de ces revenus (articles 18 et 19 des conventions belgo/espagnole et franco/espagnole en vue d'éviter la double imposition).
Les résidents dont la retraite n'est pas supérieure à 11.200  (et pas 22.000  comme jai pu le lire ici ou là) ne doivent pas faire de déclaration en vertu des dispositions reprises sous « ¿Quiénes están obligados a presentar la declaración del IRPF del ejercicio 2013?  §1., lettre a, chiffre 3°- pages 7 et 8 du guide des impôts 2013 dont le lien suit :   http://www.agenciatributaria.es/static_ … ronico.pdf ).
Mais... ...mais s'ils ont des revenus de biens immobiliers espagnols ou mobiliers d'origine étrangère ou espagnole qui dépasse 1.000  ils doivent les déclarer dans tous les cas au fisc espagnol (§ 2. Du guide cité plus haut).

Revenus immobiliers et plus-values :
Résidents belges et français paient les impôts sur les revenus immobiliers dans le pays où se trouvent ces biens (article 6 des conventions). Il en est de même des plus-values.

Revenus mobiliers :
Les résidents belges et français paient l'impôt sur les revenus mobiliers en Espagne, je ne sais pas combien, je n'ai pas eu le temps de chercher, toutefois :
Les articles 10 et 11 §2 de la convention belgo/espagnole stipulent en dérogation du §1 que : « Toutefois, ces dividendes peuvent être imposés dans l'Etat contractant dont la société qui attribue les dividendes (d'où ils proviennent pour les intérêts) est un résident et selon la législation de cet Etat, mais l'impôt ainsi établi ne peut excéder 15% du montant brut desdits dividendes ».
Alors que les mêmes articles de la convention franco/espagnole indique que : « a) Les dividendes mentionnés au paragraphe 1 sont aussi imposables dans l'Etat contractant dont la société qui paie les dividendes est un résident, et selon la législation de cet Etat, mais si la personne qui reçoit les dividendes en est le bénéficiaire effectif, l'impôt ainsi établi ne peut excéder 15 % du montant brut des dividendes » pour l'article 10 a) et à l'article 11 §2, « Toutefois, ces intérêts sont aussi imposables dans l'Etat contractant d'où ils proviennent et selon la législation de cet Etat, mais si la personne qui reçoit les intérêts en est le bénéficiaire effectif, l'impôt ainsi établi ne peut excéder 10 % du montant brut des intérêts ».
Ceci semblerait indiquer que les belges pourraient payer un impôt libératoire de 15% sur les intérêts et dividendes perçus en Belgique à condition de faire une déclaration fiscale en Espagne comme le stipule le premier tiret sous l'intitulé « Están obligados en todo a presentar declaración los siguientes contribuyentes » du §2. du guide déjà cité plus haut, avec le risque de voir son taux d'imposition marginal passer à tranche supérieure. Tandis que les Français courent le risque d'une imposition supplémentaire de 15% pour les dividendes et de 10% pour les intérêts. Ceci est à prendre avec des pincettes car tout cet article est tellement alambiqué que je ne suis sûr de rien...

Montant des impôts espagnols :
A force de triturer le simulador renta 2013, je pense men servir maintenant correctement (http://www.agenciatributaria.es/AEAT.in … 2013.shtml ):
J'ai simulé le calcul des impôts pour un couple marié déclarant uniquement des revenus salariaux (l'Espagne ne fait pas la distinction entre retraite et salaire au point de vue des impôts).

Préambule :
    La simulation concerne des montants nets après déduction des charges sociales perçu par un seul des conjoint, mais avant impôt de respectivement de 40.000, 35.000, 30.000, 25.000, 20.000, 15.000, 12.000 et 11.200 euros.
    Et contrairement à ce que j'avais pu lire sur le forum :
o    Tous les exemples sont toujours en déclaration conjointe qui permet un abattement forfaitaire de 3.400 .
o    Les retraites comme les salaires bénéficient d'un abattement forfaitaire de 2.652
o    L'impôt est beaucoup moins élevé lorsqu'un seul des conjoints perçoit la totalité des revenus (+/- 1.500  toujours pour 40.000 )
o    Chaque personne âgée de plus de 65 ans comprise dans la déclaration fiscale bénéficie d'une modeste réduction, ce dont ne tient pas compte les exemples (+/-500  pour les 2 conjoints + de 65 ans et pour un revenu de 40.000 )

Ce qui donne comme résultats :
40.000  = 8.073,97
35.000  = 6.479,89
30.000  = 4.979,45
25.000  = 3.479,89
20.000  = 2.177,26
15.000  = 939,76
11.200  = 0  (ce qui pourrait expliquer pourquoi il ne faut pas de déclaration, bien qu'un isolé devrait normalement payer 321,12 ).

Je tiens (en format WORD) à disposition de celles et ceux qui le souhaitent la partie du Guía Renta 2013 que j'ai traduite comme j'ai pu (je ne suis pas parfait bilingue).

Ma contribution à la présente discussion na pas la prétention d'être exhaustive, ni d'être sans erreurs. Cependant, je pense qu'elle permet de se faire une idée de ce qu'est le niveau de fiscalité en Espagne et de bien se préparer pour consulter un GESTORIA, ce qui me paraît indispensable.
Reste à espérer que le GESTORIA pourra trouver des niches fiscales qui permettent de diminuer cet impôt de base car dans le cas contraire, surtout si le niveau d'imposition des revenus mobiliers est le même que celui des revenus du travail, alors j'ai trouvé pire encore que l'enfer fiscal belge...

Merci aux lecteurs plus expérimentés que moi dans le système fiscal espagnol de bien vouloir signaler les erreurs, omissions et coquilles. Afin que la discussion soit constructive, merci aussi de bien vouloir argumenter et référencer vos remarques.

Bonjour
Bravo pour ce travail de recherche. Vous devriez en faire un article pour qu'il soit affiché dans le guide Espagne : dans la rubrique "guide", "écrire un article" : cela permettrait de retrouver les informations plus facilement que si elles sont noyées dans une conversation.

Cordialement
Patricia

Portugal

Encore quelques precisions au sujet du Portugal : le systeme de sante y est indigent et parfois dangereux, lenergie est chere (essence, electricite, gaz) de meme que linternet et le telephone portable, et il vaut mieux ne pas y posseder de propriete, sous peine de se retrouver a la merci du fisc pour des broutilles. Les droits du consommateur et de lusager sont tres mal respectes et pour couronner le tout, les mentalites sont tres retrogrades, les etrangers de quelque origine que ce soit, ne sont pas reellement apprecies, tout juste toleres Pour passer une retraite epanouie, on peut trouver mieux.

....

Bonjour,
Je viens de lire l'étude de Serge54 et je me perds un peu...beaucoup. Je sais qu'avec des pensions publics (mon épouse et moi) nous serons prélevés à la source. Pour le reste c'est à dire nos comptes : PEL, CEL, Livret A, LDD (ancien CODEVI) Dépot à terme, CSL sociétaire crédit agricole, vais-je être imposé?  Ma conseillère à la baque me dit que non. J'ai lu sur ce forum que je ne pourrai pas les garder. Franchement je n'y comprends rien et ne sais à qui demander...
Louinux

En Espagne il vous faudra consulter un GESTORIA, car même si vous êtes imposé en France vous devrez en fournir la preuve au fisc Espagnol.
MAIS ATTENTION ! Toutes les pensions du secteur public ne sont pas taxées en France ! Si le secteur public dans lequel vous étiez employés exerce une activité commerciale ou industrielle (Poste, SNCF,), alors vos pensions seront taxées en France
Selon la convention Franco/Espagnol, les intérêts de votre épargne seront uniquement taxés en Espagne. Mais attention, dans la convention il y a toute une série de dispositions très complexes qui me donnent à penser que la France pourrait en outre vous imposer d'un montant forfaitaire (je ne maîtrise pas suffisamment le langage juridico/administratif pour être certain davoir compris).
Si vos avoirs dépassent un certain montant (j'ignore lequel) vous devrez comme en France payer limpôt sur la fortune (avait été supprimé en 2009, rétabli pour deux ou trois ans en 2011, ne devrait donc plus être payé maintenant, mais à ma connaissance, la loi fiscale na pas encore été modifiée dans ce sens).

En résumé :
Vous ne pourrez plus avoir de compte épargne donnant droit à certains avantages fiscaux en France, mais aucun problème pour vos comptes dépargne ordinaires que vous détenez en France.
Vous devrez déclarer vos intérêts au fisc espagnol et lui prouver que vous payez vos impôts en France s'il sagit de retraites issues dune activité au service de l'état français, pour autant que cet organisme n'exerce pas d'activité commerciale ou industrielle, car dans ce cas, même publique la pension est taxée en Espagne.
Les loyers que vous percevez de biens immobiliers sont taxés dans le pays où se trouvent ces biens.
Surtout, consultez un GESTORIA en Espagne et un conseiller fiscal en France car certaines personnes se sont vues réclamer des impôts cinq ans en arrière.

En espérant vous avoir aidé.

Merci Serge,
Mon épouse et moi sommes pensionnés du public (anciens militaires tous les deux). Donc je vais faire en sorte de contacter un GETORIA des notre installation en Espagne.
Merci encore pour tous ces renseignements.
Louis et France

Bonjour, si j'ose, on vit avec quel revenu mensuel sous le statu de retrait é ?? J'ignore tous de l'Espagne su niveau charge impôt etc... Merci

Syska :

Bonjour, si j'ose, on vit avec quel revenu mensuel sous le statu de retrait é ?? J'ignore tous de l'Espagne su niveau charge impôt etc... Merci

bonjour,
ce n'est pas indiscret.
nous vivons tous les deux très bien sans nous priver, avec 1500  par mois (loyer, électricité, eau, voiture, téléphone, internet et bien sur nourriture et sorties restaurant)

josé

Retraitées Britanniques et  Allemands quittent l'Espagne après une historique augmentation des taxes:

http://www.libertaddigital.com/c.php?op … n=masleido

Traduit les pages entières: http://www.google.com/intl/fr_fr/chrome/browser/

Tu l'as pas déjà posté ce lien ?

Quoiqu'il en soit cela concerne les britanniques et allemands.

Car eux ne sont pas aussi taxé dans leur pays d'origine,
que les retraitées français, habitué a ce faire bombarder
de taxes, csg et diverses joyeusetés bien Gauloise.

Mdrrrr tu sais si ces toute l'Espagne comme ça ?? Moi aussi vit très bien à 100% ..... Salarié avec  5x plus en CHF Mdrrrrr mais me reste pas grand chose mihihihi profitez en un max

MADRID NONO :

Car eux ne sont pas aussi taxé dans leur pays d'origine,
que les retraitées français, habitué a ce faire bombarder
de taxes, csg et diverses joyeusetés bien Gauloise.

C'est surtout qu'ils  veulent avoir le beurre et l'argent du beurre : un compte en banque rempli et le soleil espagnol.

En rentrant chez eux, ils perdent le soleil, mais avec l'argent economisée en impots, ils peuvent investir dans des seances UV.

bonjour,

les Français ne paie pas d'impôts ua Portugal pendant 5 ans (je crois) s'ils achètent une maison mais dans 5 ans que va demander le gouvernement Portugais ? Et si l'imposition est forte et que l'on a une maison sur les bras qui ne sera pas vendable car les gens apprendront le coup des 5 ans ? Moi je ne m'y risque pas...!
cordialement.
Antlou

C'est surtout qu'ils  veulent avoir le beurre et l'argent du beurre : un compte en banque rempli et le soleil espagnol.

En rentrant chez eux, ils perdent le soleil, mais avec l'argent economisée en impots, ils peuvent investir dans des seances UV.

Il est d'un devoir moral de payer le moins dimpôts possible car, ils sont mal utilisée = que ce serrent la ceinture ceux qui gèrent mal notre argent, pas nous.

ex: Le faible niveau dinstruction en France est particulièrement dramatique: que les enfants ne reçoivent plus à l'école les savoirs minimum : lire, écrire et compter dès le plus jeune âge. Noublions pas que 20 % des enfants qui sortent de lécole primaire aujourdhui, en France, sont quasiment incapables de maîtriser ces trois compétences fondamentales. Quel gâchis quand on connaît le budget de lEducation nationale, qui emploie plus d'un million de personnes !
( source : Professeur Joyeux, Montpellier)

Bonjour,

Je suis Belge et je vis en Belgique, l'Espagne m'attire depuis mon plus jeune âge, j'y suis allée de nombreuse fois et pour des périodes de 3 à 4 mois, car j'avais des vacances a rallonge.
J'ai connu l'Espagne du moins l'endroit ou j'allais c'est a dire Salou avec encore de veuille maison sans immeuble et les appartement, voire de nouvelle villa était vendu, pour une bouchée de pain, il avait le pesetas et la vie ne coûtais rien.
Pour vous dire ce n'est pas si loin que cela cela remonte dans le début des années 70 et ce jusque début 80, puis les constructions on commencer, on a raser un magnifique camping municipal, un parc pour enfant, pour y construire des immeubles et des parking souterrain.
Je regrette ses années car j'aurais du acheter car j'adorais Salou.
J'y suis retournée en janvier 2012, et j'adore encore, mais le soucis, malgrès que la crise est en Espagne les appartement coûte très cher, ou alors vous avez des immeuble qui on  mal vieilli, et des appartements a restaurer complètement a des prix de fous.
De plus avec le nombre de vente qu'il a si vous investissez vous êtes sur de ne pas pouvoir le revendre et ce avant au moins 10 ans, donc je ne sait pas j'ai regarder dans le Sud, mais là on vous propose des immeuble aussi a prix de fous et loin de tout.
Je sais que je ne vais pas en rajeunissant et Salou était idéale, on ne doit pas rester enfermer avec l'air conditionner tout l'été, l'hiver est doux, vous avez une gare, un aéroport, bientôt le tgv, vous pouvez tout faire a pied c'est plat pas besoin de voiture, vous avez de tout y compris médecin et pharmacien,  un hopital pas loin, vous avez des immenses Rambla ou vous pouvez vous promenez en marchent a votre rythme au bord de l'eau, des banc pour vous reposez, et tout cela sans vous faire écrasez par une voiture, ou vous faire bousculez, il a de la place pour tout le monde, alors j'adore et je cherche et réfléchit, si quelqu'un vend il peux m'avertir

L'Espagne n'est pas le pays idéal pour trouver du travail ! trop de chômage ..Beaucoup d'espagnols s'expatrient en Allemagne, Angleterre, en Asie , Amérique du sud pour y travailler ...

Je ne cherche pas du travaille je suis pensionnée et je resterais taxée en Belgique, car j'ai une pension de fonctionnaire, de ce fait c'est ma mutuelle Belge qui me couvrira, je n'ais besoin de rien d'autre

Une nouvelle réforme fiscale en vue en Espagne pour 2015 et 2016 ? Et cette fois dans un sens positif pour les petits et moyens revenus ! Voir le lien ci-après :
http://www.lepetitjournal.com/madrid/ac … %20Valence

:/ Les deux côtés de ma carte postale sont très différents en soi, déjà, le mot "carte postale" décrit le côté idyllique du lieu et il faut savoir regarder, apprécier, ne jamais comparer avec ce que l'on a quitté pour pouvoir déguster toutes les différences et avoir la chance de se faire accepter et en retirer du plaisir.
L'autre côté, c'est la dureté de la vie pour les espagnoles, retraites, politiques, santé et si notre petite retraite nous permet de vivre en Espagne, combien d'espagnols ne peuvent se le permettre (loyer, soins, etc) aussi, je me reste très attentive à leurs problèmes et ne porte aucun jugement, je suis juste reconnaissante que ce pays m'accepte sans plus de difficultés,
à bientôt à Denia,
Cathy

Bonjour Madame,

Si vous habiter Dénia, vous pourrez me renseigner sur ce coin d'Espagne ????

Merci

Bien volontiers dès que je serai installée, je pourrai vous donner tous les renseignements dont vous pourriez avoir besoin,
cordialement,
Cathy

Nouvelle discussion