Close

L'envers de la carte postale greque

Bonjour à toutes et à tous,

lorsque l'on se rend dans un pays pour du tourisme, on est souvent charmé par tout ce que l'on découvre.

Une expatriation est bien différente. Car si vivre à l'étranger est toujours une expérience très enrichissante, le parcours de tout expatrié comporte son lot de difficultés.

Aussi, quand on me demande des conseils sur la vie à l'étranger, je dis souvent qu'il faut savoir regarder la carte postale des deux côtés.

Vous qui êtes expatrié en Grèce, comment décririez-vous les deux côtés de votre carte postale greque?

Merci d'avance pour votre participation,

Julien

Bonjour Julien!
Oui, en effet. Etant donné que j'ai passé pas mal d'années à l'étranger, dans les TOM, etc, je dis toujours "ne pas confondre tourisme et immigration...".
Lorsqu'on vit quelque part, tout n'est pas tout rose, tout n'est pas tout gris en effet.
Un joli séjour de vacances nous fait voir les bons côtés, or partout il y a en effet "l'autre côté de la carte postale".
Je connais encore assez mal la Grèce (30 séjours dont le premier en...1984).
Mais j'ai vu évoluer ce pays. Il y a trente ans, peu de routes, une population qui sortait tout juste du régime des Colonels, une adhésion toute fraîche à l'UE. Puis l'adhésion, l'€uro et les JO qui ont fait bondir l'économie à une vitesse stratosphérique. Le "pic" a été atteint je pense en 2008-2009, puis cela a été la crise, avec les dommages collatéraux que l'on connaît.
Même si les infos se font l'écho d'une montée des extrémismes (à relativiser quand même), même si les difficultés économiques sont là (bien réelles, hélas, pour les habitants: salaires de la fonction publique divisés par deux (un général de division émarge à 1.400 €, un "bon" salaire commence à 800€), le pays a gardé ses bons côtés.
Gens sympathiques et ouverts, généreux et accueillants sont le point positif. Le côté négatif est celui de tous les pays méditerranéens: une ponctualité relative, un côté parfois "bordélique", des formalités administratives pas toujours très simples mais cela fait partie du charme.
pour moi, c'est clair, le "plus" l'emporte haut la main sur le "moins"
bonne soirée
MH

Bonjour,
je veux bien donner mes impressions qui sont pour la plupart positives (nous avons même demandé et obtenu une année supplémentaire) mais ne donner que le positif ne serait pas objectif et chaque fois que j'ai tenté d'éclairer les expats potentiels pour la Grèce j'ai eu des retours plutôt mécontents. Je ne peux donc pas parler de la Grèce en étant politiquement correcte. C'est en tout cas un pays magnifique mais à mon sens réfractaire à toute ouverture objective sur l'extérieur. Ce pays est chaleureux mais encore trop "castérisé" et je suis actuellement du bon côté de la route !
Nous avons vécu en Guyane, aux Marquises, en Belgique, avec ou sans enfants (nous en avons 5) et la Grèce reste le plus doux à vivre pour des expats. Je viens juste de lire les remarques de marc sur les points négatifs et en fait il a résumé parfaitement bien la situation. Pourtant je reste convaincue, pour le vivre au quotidien dans le travail et la scolarité que leur esprit reste encore trop bloqué aux portes de leurs frontières.
bonne journée

Bonjour à toutes et à tous.
Expatrié en Grèce, un pays formidable, avec son lot et son quotidien de difficultés. Un temps super, des fruits et légumes à envier... Revers de la médaille, le parcours du combattant pour obtenir une couverture sociale moi qui suis retraité de France, pour obtenir un numéro A Fi Mi,... Mais ce pays est super accueillant et est magnifique ! Je souhaite que le peuple grec arrive à sortir de cette crise financière et de cette corruption qui semble avoir gangrené  beaucoup de strates de l'administration. Seule ombre au tableau pour moi qui avance dans l'âge: le système de santé, les processus de prise en charge et le respect de l'intégrité physique.

Pas un mot à ajouter au tableau brossé par Marc. Moi aussi présent depuis 1985. Une précision : le SMIC était à 620 € il y a 3 ans....Et la frise a eu pour conséquence du travail au noir amplifié. Façon de survivre.
Les jeux ont donné un coup de fouet à l'économie, certes, mais ce fut artificiel, car les teavaux financés par le crédit. De plus les exemples de corruption sur l'ensemble des travaux fut considérable, et les procédures judiciaires minimes.
Comme un /!\ I AM A STUPID SPAMMER /!\se paie un jour ou l'autre, et que l'économie a une forte inertie, c'est actuellement que les comptes finaux sont faits.
Par présentations de comptes d'Etat à l'Europe faux (car conseillés par une banque américaine ) en vue d'obtenir à nouveau du crédit, quand l'Europe s'est aperçu suite à des doutes, elle a totalement fermé le robinet.
Une dette supérieure au PNB !
Pour ce qui est de l'absençe de vue externe des grecs, pas du tout.
J'écris ces mots actuellement de Melbourne et puis aisément le prouver.
Les échanges avec leur pays son constants et forts.
Il faut aussi aller à Otawa ou Montréal pour le constater. En Tasmanie, par exemple, le plus grand restaurant fréquenté sur la place du marché s'appelle "METHZEDAIS".
Dans leur pays, les grecs ne seraient pas ouverts vers l'extérieur ? Exemple le beurre aux petits déjeuner qui n'existait pas il y a 15 ans...et les exemples foisonnent, il suffit de voir l'origine des pubs de télé...
De plus dans le genre "séries minables à la télé, ils sont même allés jusqu'à acheter des séries TURQUES ! Sous titrées en grec !
Ils sont très tournés vers la culture américaine.
Les émigrés qui reviennent au pays et ont " soit disant réussi " sont enviés et imités.
Voici mon point de vue sur 29 années d'observation de leur vie locale.
Une précision de taille : les expatriés grecs sont très critiques sur la façon de penser de leurs compatriotes restés au pays.  TRES !
Pour ce qui est de l'extrémisme local, les têtes sont en prison.
Ils sont peu et virulents, certes, mais les échanges musclés ne se font vraiment que sur Athènes fentre, et contre l'extrême gauche.

Bonjour
Ça fait 30 ans que je vis en Grèce, à Karpenissi. La crise a touchée beaucoup cette belle petite ville au milieu de la montagne. J'ai perdu moi aussi comme beaucoup de grec mon travail, trop de taxes à gérer et des assurances qui ont augmentées, mon obligés à mettre les clefs sous la porte.
Heureusement, la famille grecque, c'est important. Grace a leur aide nous arrivons a survivre.
Malgré les problèmes, je n'ai aucune intention de quitter ce pays que je considère etre le mien depuis des années.
L'Europe a toujours critiqué la Grèce. Pourquoi ???
Parce que les grecs veulent profiter un peu plus de leurs vies ? C'est si terrible que ça ? 
Vous voulez l'envers de la Grèce, et bien je ne vous le direz pas, parce que le bon est bien plus important à dire.
- le soleil
- la mer
- les sourires
- l'entraide
- les paysages
- la bonne cuisine
- l’accueil des gens
- les sites historiques
- la musique
.............................................. Venez visiter la Grèce.

Chapeau bas ELLADA

Je voyage dans toute l'Europe, Ellada, et il n'y a qu' un seul pays où on croit que l'Europe est opposée à la Grèce, c'est en Grèce.
Vos journaux vous ont raconté des bobards, et c'est ce que vous restituez sans arrêt.
Une seule preuve :  + 17 % de touristes en plus l'an passé en Grèce !
Des comparaisons sérieuses ont été faites entre votre taux d'imposition et celui des autres pays européens, et vous êtes parmi les moins imposés.
Donc ne répétez pas ce que l'ambiance générale vus dit.
Des tavernes ont fermé parce qu'ils végétaient, idem pour des boutiques.
On n'a jamais obligé quiconque à fermer en Grèce.
Sauf quand la personne ne veut pas payer ses impôts.
Et pour les écoles, les routes, les hôpitaux, qui va payer ?
Les autres ? Les européens ?

Bonjour,
Voilà 4 ans que je vis en Grèce (un an et demi à Athènes et depuis en Crète).
Je n'aurai donc sûrement pas le recul de ceux qui y vivent depuis des décennies et (malheureusement), je suis arrivée en 2010, en pleine crise.
Alors bien sur ma vision des choses a été dès le début la suivante: une dépréciation du niveau de vie flagrant et en très peu de temps (tout comme il avait bondi pendant la dernière décennie en fait), les difficultés du quotidien qui s'accumulent, les gens toujours aussi souriants mais la tête pleine de soucis à se demander comment ils vont boucler leur mois...
Je suis dans une zone rurale ou beaucoup vivent, en plus du tourisme, de l'agriculture: Rien à voir donc avec Athènes ou les difficultés sont accrues du fait de la faible solidarité (en ville ceux qui aident le plus sont les associations, l'église et parfois aussi les groupes extrémistes qui cherchent une façade reluisante: faut simplement montrer sa carte d'identité grecque...).
Ici, en Crète, l'entraide est quotidienne, au sein de la famille, entre amis, entre voisins... Ce n'est pas non plus la solidarité extrême mais l'on fait de son mieux pour aider son prochain (le fait étant que l'on a aussi notre lot de problèmes, de factures et de crédit à gérer).
L'économie souterraine est en explosion (en fait je pense que la Grèce a toujours marché comme ça), c'est affligeant, mais bien des gens n'ont pas d'autre moyen pour gagner un peu d'argent (quelques dizaine d'euros parfois).
Ce qui me fait le plus de peine c'est de voir au supermarché des personnes âgées n'acheter la plupart du temps qu'un ou deux articles, passer à la caisse et payer en petite monnaie.
J'ai vécu avec mes parents dans les DOM-TOM, et la misère que j'y ai vu n'a rien à voir avec ce que je vois ici, en Crète. On nous parle par exemple pour Tahiti d'un paradis sur terre mais les tahitiens sont rongés par la pauvreté, l'alcoolisme, la drogue et la violence intra-familiale aussi.
Rien à voir avec ici ou je n'ai jamais vu la moindre violence, la moindre agressivité entre les gens.
Alors, oui l'administration grecque nous rend fous, oui on en a marre d'attendre les gens pendant 3/4 d'heure, oui on est dubitatif lorsqu'on voit comment ils "bricolent" certaines choses, comment ils laissent les fils électriques sortir de partout, comment ils s'obstinent à laisser les ferrailles de leur maison pour préparer un autre étage dans le futur pour leurs enfants...  mais lorsque je rentre en France et que je mange des légumes sans saveurs, que je me retrouve gelée et trempée sous la pluie hivernale, que je fais face au gris et à la mauvaise humeur ambiante, que j'écoute les gens autour de moi se plaindre à longueur de journée; alors je m'évade, alors je me mets à rêver de ma maison crétoise, je branche mes écouteurs et passe en sourdine les Alexiou, les Vitali, les Galani... et tout va mieux!
Le revers de la carte postale je dirai comme les autres, qu'il y en a un bien sur, comme partout (la France est célèbre pour son manque de gentillesse, ce n'est pas un défaut dont on pourra accabler les grecs), mais la Grèce est de loin le pays le plus beau, le plus surprenant et le plus plaisant à vivre que je connaisse!
Et je sais que si je dois en partir, j'y reviendrai avec certitude. Comme me l'a si bien dit un grec rencontré à paris: la Grèce est un pays dont on ne peut pas se défaire, on en devient dépendant, on en peut plus s'en passer, lorsqu'on en est éloigné, on ne pense qu'à une chose: y revenir vite.

Christian-tinos
Je ne suis pas d'accord avec toi, bon chacun a droit a son opinion.
Je parle trois langues: français grec et anglais, ce qui m'aide a lire les journaux étranger et les infos a la télé.
Quand j'entend que les grecs sont faignants, cons, et qu'ils profitent de la situation ça me met en colère.
C'est comme si on disait que tout les français sont snobs, racistes et qu'ils ne pensent qu'à eux.
Ce qui n'est pas vraie, bien sur.
Oui, le tourisme a augmenté, mais est ce que le niveau de vie des grecs a augmenté ?
- NON
Regarde les gens qui vont chercher de la nourriture dans les poubelles, regarde les gosses qui n'ont pas de chauffage dans leur maison, regarde celui qui a fait des études en université et qui maintenant travail comme serveur dans une cafétéria pour 600 euro par mois.
Ah !!! Oui tout va bien en Grèce !!!
Je ne dit pas que la Grèce n'est pas coupable, mais beaucoup en on profité en Europe.
Sur les journaux étranger, on entendait beaucoup dire que c'est la faute des grecs si la France a beaucoup de chômeur. Mais les français travail ????

J'ai beaucoup apprécié le ton de vérité de cette ambiance crétoise.
Comme je suis dans une île proche d'Athènes, les enfants viennent voir leur parents et repartent vers Athènes avec des provisions agricoles.
Jen avais marre, il y a 5 ou 6 ans d'entendre les grecs affirmer que nous gagnons des millions dans les autres pays d'Europe.
Alors j'ai amené avec moi ma déclaration de revenus, ma taxe foncière, la taxe d'habitation, mes factures d'eau et électricité et mes factures d'assurances.
J'ai fait une réunion.
Quand j'ai présenté ma facture d'imposition immobilière qui portait en bas 140 € ils ont souris et ont dit que par mous ce n'était rien.
Quand je leur ai montré que c'était par an..il y a eu comme un long silence.
Et quand j'ai présenté la taxe foncière, ils se sont assis.
Alors je ne vous parle pas des impôts sur le revenu, ceci vous ferait rire.
Les grecs, c'est comme ceci depuis 1985 que je les pratique...
Ils sont débordés par leurs impôts, et les résultats économiques démontrent qu'ils ont financé leur croissance par le crédit.
Excusez moi, ce raisonnement de mettre leurs erreurs sur le dos des autres, c'est dans leur culture récente. C'est de la faute de l'Euro et de l'Europe...
Et les grecs expatriés ne sont pas du tout tendre avec leurs compatriotes !
Dois je rappeler que le lieu où Porsche a exporté le plus de Porsche Cayenne en Europe, c'est la région de Larissa ?
Mais ceci ils ne veulent pas en entendre parler.
Dois je rappeler que sur la seule île de Zakinthos il y avait plus de 1.000 pensionnés car aveugles, dont 2 taxis ?
Le jour où ils auront fait le ménage dans les corrompus de la politique qu'ils ré élisent depuis 30 ans, qu'ils feront payer des impôts aux armateurs qui viennent parader devant TOUTES les télés européennes en affirmant qu'il n'y a aucune raison qu'ils paient un seul euro d'impôt, alors l'opinion des autres européens sera moins négatif.
Tous ces détails n'ont rien à voir ni avec la beauté du pays, ni son hospitalité ou art de vivre légendaire et qui persiste.
Mais affirmer que les européens leur serait hostiles est une réelle absurdité qu'affirment quelques rares grecs qui répètent des titres racoleurs de journaux à sensation ou des télés de bas étage.

Ellada, si tu vas sur tinos360, tu vas découvrir que je parle et écris 2 fois plus de langues que toi, donc ton argument tombe à l'eau.
Cite un seul lien qui atteste de ce que tu dis sur les médias étrangers et on te croire.
Le terme "con" est de ton invention, prouve le contraire par un seul lien.
Un seul !
Chacun son opinion, mais il est souhaitable de citer ses sources, surtout journalistiques.
Je dois te rappeler que ce site tombe sous la loi de la diffamation publique, par écrit, par insinuation etc.
Au besoin je te rappèlerai cette loi.
Et elle est aussi valable en Grèce par accords européens, au cas où tu en douterais.

Pour Ellada,
Karpenitsi, je connais bien, et en particulier Agrafa, pour lesquels j'ai traduit des livres, et y compris le seul café de Tridandro.
Comme tu vois le monde est petit-petit !
Et je vais souvent le long du lac en y montant, et mange une truite au moulin à farine juste avant Agrafa.

Bonjour à tous,

Lecture très intéressante (et je prends bonne note en tant que futur expatriée d'ici 4 mois) , merci pour vos commentaires et opinions.

Chacun a son vécu, ses conceptions de la vie et du fonctionnement mais je remarque qu'un critère reste évident à vos yeux :
La Grèce, une fois qu'on y a mis les pieds, qu'on y a une attache (sentimentale, familiale, professionnel ou autre), on ne peut plus s'y défaire.

Rien n'est facile nul part, tout est possible partout.

Ellada mon pays natal et de ma petite enfance, Belgique mon pays de vie de tous les jours....et 40 ans plus tard, me voilà à m'expatrier de retour dans ce pays qui coule dans mes veines, même si je ne sais pas grand chose de lui...
Je sais juste que quelque chose est là en moi et ne demande qu'à se réveiller et à vivre car le peuple grec sait vivre, et la famille est là,  quoi qu'il se passe.

Chers expatriés de longue date, chapeau bas et bravo pour l'amour de ce pays et de leur vécu.

Bonjour Julien, bonjour aux amoureux de la Grèce, "le pays béni des Dieux" !

J'ai parcouru avec grand intérêt tous les commentaires sur ce pays. J'y vis aussi depuis des années avec mon mari (qui n'est pas Grec) et mon fils qui termine ses études en Croatie (autre beau pays méditerranéen) mais notre coeur à  tous est ICI et c'est vraiment une seconde patrie !

Nous, résidents volontaires et permanents, ne sommes pas véritablement des expats car ceux-ci n'y restent qu'un nombre limité d'années mais combien y reviennent ou le souhaitent !

Vivant auprès de plusieurs associations de couples mixtes ou francophones, je dois dire que le sentiment général, malgre la crise, est POSITIF !

Il est vrai que les gens ont des problèmes aujourd'hui et certains même, de survie mais la corruption a sévi - à tous les niveaux - depuis des années, le travail "au noir" (ce qu'on nomme "l'économie parallèle" sur laquelle TOUS les gouvernements ont fermé les yeux pendant des décennies) revient en force ! (des impôts trop lourds)

Cependant, la justice commence à faire son "boulot" et la technologie aidant, je crois que les choses évoluent et que le pays va s'en sortir.

VRAI, le service public ne fonctionne pas correctement mais fonctionne-t-il si bien chez nous ?  (je parle de la France)
VRAI, on craint souvent pour sa santé mais les médecins hospitaliers sont souvent à la hauteur.
VRAI, il y a encore beaucoup de difficultés à surpasser mais parlez-moi d'un pays où il n'y a pas d'imperfections !

MAIS
VRAI aussi, le SOLEIL n'est pas en crise et nous prodigue ses bienfaits,
VRAI aussi, le tourisme accueille chaque année des millions de visiteurs (Européens compris)
VRAI aussi, la joie de vivre, ici, est un "art de vivre", c'est LEUR "savoir vivre".....
et combien jalousent les Grecs (et nous, qui sommes "intégrés") quand on danse, chante ou fait la fête - avec peu de moyens parfois - mais avec son coeur ! (Relisez "Zorba le Grec" de Kazantzakis - p'tit clin d'oeil aux amis de la Crète !)

Et si je dois ajouter quelque chose, alors je dirai que, pour moi, la Grèce, c'est comme un virus et que je suis heureuse d'avoir été contaminée et que je suis prête à en contaminer d'autres !

Enfin, la ville d'Athènes a toutes les chances de devenir une capitale splendide (http://www.youtube.com/watch?v=hg8iDJuyjUA)

Amicalement, MT

Je n'ai pas cité mes trois langues pour faire la maline, je voulais juste dire que je pouvais lire les journaux étrangers dans leurs langues.
Apres que dire, ça n'est pas la peine de continuer. Nous aimons beaucoup la Grèce et nous voulons tous qu'elle sorte de cette crise.
Pour Agrafa, il y a un beau documentaire qui est sorti il y a quelques jours de ça. AGRAFA

Sorry, Julien si on est parti un peu hors sujet.

Je suis en Grèce depuis 2009, et j'appends toujours le Grec, une langue magnifique mais difficile.

Je vie avec ma soeur et mon beau frère. Pour les grecs, le film "Tanguy" est incompréhensible. Ici, j'y ai gagné une famille : la belle-mère me concidère comme sa fille ; et ses fils me concidèrent comme leurs petite soeur. Pour moi qui est française c'est un choque culturel. Mais maintenant je ne pourrais plus m'en passé. Avec les bons côtés et les mauvais. Croyez-moi, un français n'a aucune idée de ce que c'est une mère grecque...

Maintenant, le bon et le mauvais côté.

La pauvreté et le chomage qui s'est intensifié sous la crise. Les gens survivent comme ils peuvent. La Grèce est dans un état terrible, la troïka a frappé fort. Mais de ce que je sais de la Grèce, me fait dire qu'elle s'en sortira. L'histoire de ce pays nous apprend que elle s'est toujours relevé.

J'aime la Grèce, je suis arrivée ici avant la crise, mais pour rien au monde je ne voudrais la quitter,
https://www.youtube.com/watch?v=fFaljbyX1WY]chanson : Αχ Ελλά&

Je voulais faire une réponse bon côté/mauvais côté, et au lieu de cela, j'ai fait une déclaration d'amour.

Une déclaration d'amour, oui en effet, je peux vous assurer que ce qui ressort de tous vos témoignages d'expatriés ou de résidents permanents en Grèce, avec vos bons et mauvais côtés, c'est en effet une bien belle déclaration d'amour pour ce pays et ce peuple et leur savoir vivre, savoir s'entraider, compter sur la famille, s'en sortir et avancer.
Bravo à vous, bravo pour nous futurs expatriés ou résidents permanents.

Bonjour Julien,

Pour moi la Grèce, c'est tout : mes premiers congés payés, mon premier (et j'espère le dernier…) vrai amour, ma seconde patrie, celle de mes enfants. 25 ans de ma vie, j'y suis arrivée très jeune à 24 ans, j'y ai grandi, muri, j'y suis pour y rester. J'ai adoré la Grèce et les Grecs depuis mon premier séjour. Hospitalité, gentillesse, tous les Grecs que j'ai pu rencontrer dans mon vie m'ont accueilli à bras ouverts.
J'ai eu la chance de connaître les jours meilleurs de la Grèce de 1988 : j'ai vu la Grèce se transformer, se moderniser, les gens pensaient pouvoir avoir droit à ce que les autres Européens avaient droit, à ce que j'avais eu droit dans ma jeunesse.

Aujourd'hui la Grèce vit des jours sombres, très sombres. La misère, la précarité sont à nos portes. Des familles sont dans le besoin. Je me sens privilégiée car j'ai encore un emploi ainsi que mon mari alors que tous nos amis proches sont sans travail avec un avenir avec un point d'interrogation.

Je n'ai jamais regretté d'être venue en Grèce, je le referai sans aucune hésitation. Je me suis forgée dans ce beau pays un caractère dont je suis très fière. Je ne suis jamais seule, entourée de ma famille et de mes amis, de voisins charmants. J'aime cette proximité.

Venir en Grèce en vacances, parcourir les chemins battus à la rencontre d'un peuple chaleureux et hospitalier, est ce que je souhaite à chacun de ceux qui choisiront la Grèce pour leurs vacances : quand on vient en Grèce, on y revient.

Expatriée en Grèce depuis bientôt 3 ans en Thessalie, je rejoins le sentiment général, à savoir que la Grèce reste un pays où il fait bon vivre et ce malgré la crise. Je n'ai pas regretté un seul instant notre départ. Nous sommes un couple mixte franco-grec avec un jeune enfant et même s'il reste pour moi difficile de travailler, que mes conditions de travail sont précaires, comme celles de la plupart des mamans grecques que je côtoie j'ai la chance de pouvoir avoir ici une vie de famille épanouie et un rythme agréable rien à voir avec les journées de folie que j'avais en France. Certes les salaires sont bas, mais les loyers le sont aussi. J'apprécie tout particulièrement l'entraide, la joie de vivre des grecs, leur gentillesse. Dire qu'ils ne sont pas ouverts au changement et sur le monde est une aberration : certes les traditions sont vivaces et c'est ce qui fait le charme de ce pays, mais les jeunes générations sont dynamiques et innovantes,  les familles même les plus modestes mettent un point d'honneur à instruire leurs enfants et s'impliquent dans cette éducation, les langues étrangères sont parlées dès l'école primaire et le système de santé ne se porte pas si mal.

Salut Christian, je reviens juste de chez le fiston en Australie et je découvre toutes les analyses de ceux qui vivent en Grèce, bravo à tous c' est vraiment une déclaration d' amour, je partage ton analyse sauf sur le nombre de touristes, depuis 2 - 3 ans sur mon île c' est la baisse il suffit de demander à ceux qui ont des logements à louer l' été pour en avoir confirmation alors que les médias en général annoncent tout le contraire, à mon avis il y a de fortes chances que cela ne concerne que les vacanciers regroupés par des organismes saisonniers, car les indépendants sont de moins en moins nombreux. Je dois aussi préciser que sur la petite île où je suis la moitié de l' année, il n' est pas flagrant de sentir la misère pour la raison très simple que l' activité principale est agricole surtout avec l' élevage, tout le monde cultive et bricole à droite et à gauche, évidemment au black, mais comment faire avec des trains de vie et des boulots si modestes ? Mon voisin par exemple a comme unique véhicule un vélomoteur il fait tout avec c' est incroyable, il ne prend pas de vacance, travaille toute l' année comme éleveur de chèvres, sa femme fait le fromage... le meilleur au monde, on adore, il est aussi maçon salarié quand l' entreprise l' appelle, il bosse en plus durant 1 ou 2 mois pour la commune et cela tout en continuant l' élevage de ses 100 biquettes qu' il amène au paturage à 5 ou 6h le matin et retour le soir à 19h - 20h... et tout ça avec le sourire... chapeau Mikali !!!

Bonjour,
je rejoins l'analyse de Breizatao,la crise économique n'est pas ressentie partout en Grèce.A l'est de la Crète où je vais régulièrement,l'occupation principale est surtout agricole en l'occurrence production d'huile d'olive.Un exemple,dans le village où nous habitons il est impossible de trouver de l'huile à la vente dans les supermachés car là-bas tous les habitants la produisent eux-mêmes.Ma voisine agée de 70 ans m'en offre par bidon de 5 lt.Malheureusement cette année la récolte d'olives sera mauvaise du fait du manque de pluie et bien sur les revenus vont chuter(cette huile d'olive est exportée vers l'Italie,) mais chacun a un bout de terrain qu'il cultive pour se nourrir et la générosité grecque est toujours là.Combien de fois avons-nous trouvé à notre porte quelques fruits déposés là par nos voisins,on se retrouve chaque fois avec plaisir, même avec les quelques étrangers installés là-bas nous créons des liens.C'est la magie Grecque!Il existe encore de petits paradis où les sodas du kafeneo sont à 1 euro,où les gens du village dansent avec les touristes venus là pour une soirée "typique"au restau du coin,où tout le monde se rejoint  au café suivre un match de foot sur grand écran...Il reste encore cela malgré la crise!

bonjour a tous ...   tous vos bavardages sont que des mots jetes en vrac ... moi je pars sur rhodes, dont personne parle ... j y vais pour y vivre en esperant de tout coeur etre accepte .... arretez de critiquer ... ceux qui n y sont pas bien n ont qu a repartir dans leurs pays ... et surtout ne vous comportez pas comme nos immigres ( france ) .. restez humbles avec le sourire ... aimez de tout coeur ce beau pays ....

Que se passe t il Richard tu parles comme un intello Parigot ... la modestie tu connais ?

bonsoir a toi... non je suis loin d etre un intello et encore moins parigot... je suis marseillais...  mais bon c est penible d entendre les gens se plaindre et de chercher toujours la petite bete.... la grece faut la prendre comme elle est avec ses avantages et ses defauts... je pense que si tout le monde veut y passer des annees c est qu elle a plus de positif que de negatif ... a bientot ...

Salut Richard, ok mais de là a utiliser un ton aussi agressif il y a des limites, je n' ai pas du tout la même analyse que toi et je pense que je ne dois pas être le seul a être choqué par ton message donneur de leçons. Aller on passe à autre chose, salut et.Yia Mass...

Salut à tous,

Pour moi, il n'y a pas de carte postale qui tienne. Parle-t-on de carte postale pour l'Albanie ou Haïti ? Pourtant, ces pays ne déparent pas tellement de leurs voisins touristiques, Grèce et République Dominicaine...

hospitalité
Ca m'a toujours gêné ce genre de cliché. On imagine les Grecs très hospitaliers parce qu'ils boivent de l'ouzo sur leur terrasse. Mais sont-ils plus hospitaliers que les Ukrainiens, les Suédois ou les Iraniens ? On confond mode de vie en plein air et hospitalité, ce qui n'est pas la même chose. Cliché quand tu nous tient !
J'ai trouvé des gens très hospitaliers à Céphalonie, comme en Bosnie, comme à Paris, comme à Prague, comme à Naples. Tout autant, j'ai malheureusement aussi rencontré des gens très grossiers dans tous ces endroits. La xénophobie est aussi bien générale et les Grecs sont loin d'être les derniers dans cette discipline. J'y ai entendu les pires horreurs sur les Albanais, les Juifs, les Allemands, etc. Si vous êtes sensibles de ce côté-là, n'apprenez jamais le grec. En même temps ça soulage d'habiter dans un pays où le politiquement correct n'existe pas. Vous pouvez pester d'une façon ignoble contre l'étranger du coin, puis dans la demi-heure qui suit aller boire un pot avec ce même étranger !

producteurs d'olives
Les forums français sont plein de commentaires sur les Grecs, incapables de produire autre chose que de la feta et des olives. Or, l'agriculture ne représente que 7 % du PIB (qui l'aurait cru ?), le tourisme 15 % (pas tant que ça finalement), et l'industrie 22 % !!! Les Grecs ne produisent donc pas que des bocaux pour cornichons...
Les secteurs aéronautiques et informatiques emploient des dizaines de milliers de personnes. La Grèce vient récemment d'intégrer l'Agence Spatiale Européenne. Sûrement pour faire des études comportementales sur l'ouzo en apesanteur... :)

payés par l'Europe
Les Grecs se la couleraient douce aux dépends des autres Européens. C'est en partie vrai, mais alors dans ce cas haros sur les régions rurales (Corrèze, Corse...) et même la France en général qui bénéficie d'une PAC taillée sur mesure depuis les années 60. Puis, quand je vois qu'en France le moindre bourg de 1000 habitants a son épidémie de rond-poinite, sa bibibliothèque-médiathèque, sa salle des fêtes-centre culturel, sa crèche, sa voie rapide vers la métropole locale et j'en passe. C'est parfait et même génial pour les rurbains qui y résident. Mais qui va payer la facture de toutes ses municipalités endettées jusqu'au cou ? Le jour où la France devra passer à la caisse, croyez-moi on sera tous des profiteurs grecs.

Voilà pour les clichés ouzo, petites maisons blanches, olives et sirtaki.

Maintenant, personnellement, je ne me plaindrais pas, par décence pour ceux qui n'ont vraiment rien. Il y a quelques jours, pour la première fois à Céphalonie (hors les habituels mendiants roms), une dame, entre deux âges, dans la rue, m'a demandé une pièce. J'étais tellement abasourdi que je lui ai donné 2 Euros. Beaucoup finalement au regard de mes revenus. Mais elle n'avait pas une tête à les consommer immédiatement au bistrot du coin, alors je ne regrette évidemment pas.
On survit, chacun à sa manière. Ma femme, pour 22 heures de cours en primaire (le double de travail en comptant la préparation et les corrections), gagne moins de 900 Euros (auparavant, environ 1100 Euros). Mes propres revenus dépendent du tourisme et sont loin d'être mirobolants. Souvent, après tous les frais, taxes, il ne reste que quelques centaines d'Euros. J'en étais arrivé au paradoxe où mes employés gagnaient plus que moi ! Donc exit les employés et tant pis pour les mauvaises statistiques du chômage...
On a la chance de ne pas payer de loyer (comme la plupart des Grecs). Ce qui n'empêche pas que l'on engloutit tout l'argent dans la nourriture, l'essence. Peu d'achats de vêtements. Rarement des sorties (un luxe). Heureusement, on mange à peu près sainement et c'est déjà énorme.
Puis on a l'internet qui sert de soupape culturelle. On ne regarde plus du tout la télé; trop déprimant. Ma femme regarde sur Youtube de vieilles séries mexicaines ou argentines et moi j'en profite pour voir tous les classiques qui m'avaient échappé, avec une préférence pour les films drôles ou grinçants : Bourvil, Jean Yanne, Jean-Pierre Mocky, etc.

Sur les îles du Dodécanèse je n' ai pas fait attention aux nombrables usines industrielles ni aux fusées pour aller dans l' espace, il va falloir que je change de lunettes ! Par contre j' ai plein de potes de l' île où je suis qui utilisent leurs terres près de leur maison comme jardin potager, tout le monde cultive tomates, patates, melons, salades, oignons, courgettes, concombres, vignes etc... c' est bien pratique pour la cuisine et en plus d' aller à la pêche quand ils le peuvent ils vont aussi à la chasse à partir de Septembre ça aide à remplir le frigo et le congel.... A mon avis surtout dans le but de survivre vu les salaires de merde qui leurs sont alloués. Le jeune postier de l' île dont la famille est basée tout au Nord de la Grèce continentale avait été nommé sur cette petite île du Dodécanèse très loin de chez lui son salaire qui était de 1200 euros est tombé à 700 et en plus il doit payer son loyer et vivre au quotidien... une folie,  il vient de repartir ne pouvant plus étaler, heureusement pour lui ses parents et beau-parents sont là pour aider sa petite famille, ça fait mal aux trippes d' aller chercher son courrier à la poste et d' être face à jeune comme lui qui vous accueil avec le sourire !  Pareil pour les instituteurs et les proffs du collèges et du lycée, c' est terrible au point qu' à la dernière rentrée des classes de collège et le du ycée était tellement minable qu' ils ont fermé leurs portes car seulement 4 profs sur 16 étaient présents... En Grèce les plus diplômés peuvent choisir leurs lieux de travail près de chez eux les autres sont jetés au bout des îles avec des salaires plus bas et des frais plus importants... Je ne pige pas qu' il n' y ai pas eu de révolution, si les Français avaient subi la même chose il y a longtemps que ça aurait bardé !

Ne t'inquiète pas mon Breizou; En France on y va tout droit avec nos gouvernements de politicards professionnels qui ont confondu Socrate et les pieds-nickelés.
Pour le reste on appréciera tout ceci de visu à partir du 09/04.

Pour Richard83340 :
J' ai un très petit avantage sur vous, je ne pas pas à Rhodes prochainement, mais non seulement je vais en Grèce un peu partout depuis juillet 1985, mais ensuite dans les îles depuis 1987.
Cette antériorité me permet en toute simplicité de vous confier que le contenu de votre message sur une accusation de mots épars et de soi disant clichés, nous les lisons depuis 26 ans !
Donc vos remarques, à nos yeux , sont insignifiantes. Des personnes qui se sont décidées à habiter en Grèce depuis des années et qui ont eu un regard bien différent une fois qu'ils y avaient une expérience de 2 ou 3 ans, pour nous c'est commun.
Ces années, d'une part d'avant l'entrée de la Grèce dans l'Europe, puis d'après, et enfin la période de crise intense, nous pourrions vous la détailler en bien des détails.
Si vous considérez que de décrire la misère encourue par ces grecs est un cliché, alors à Rhodes, vous serez obligés de vous expatrier à Tilos ou Symi. Et attention, là bas, je les connais bien, si vous leur tenez le discours d'un cliché, ils vont vous rejeter à la mer.
Imaginez un instant que j'écrive "je pars à Soutaros" et que personne n'en parle.
Donc pour votre culture personnelle je dois vous dire, afin que cette dernière double tout à coup, que vu le nombre d'îles en Grèce en dehors de Rhodes, si chacun cite une des îles, il va falloir demander au webmaster de ce site de quadrupler ses disques durs !
Et vous sembler ignorer vu votre récente présence sur ce site, que bon nombre de ceux qui interviennent sur ce site, vivent en Grèce et non pas dans la banlieue de Marseille, et que nous nous connaissons depuis plusieurs années. Donc probablement qu'en nous lisant vous découvrez des soi disant clichés, pour nous votre description nous ferait rire aux larmes si le sujet n'était pas si désastreux pour eux.
Admettons que, compte tenu de votre habitat à Marseille vous avez peut-être abusé de cette boisson locale anisée ...Alors on vous pardonne.
Mais il est un de "vos" clichés qui mérite une réponse : Les grecs ne boivent que très peu d'ouzo. Ceci c'est la vue franco-française de la boisson grecque et qui est largement fausse.
Les grecs boivent soit du vin blanc en majorité, et du fait maison, éventuellement du vin rouge, mais peu. Du raki, du Tsipouro ou en Crète du Tsikoudia et très peu de Metaxa.
Il ne boivent de l'Ouzo qu'exceptionnellement avec du poisson !
Ne vous inquiétez pas, une fois que vous aurez passé quelques temps sur place à Rhodes, et que vous viendrez relire votre message, vous ferez probablement une déprime.
On vous aidera à la surpasser.

bonjour ... au lieu d insulter les marseillais , il faudrait essayer de comprendre le sens des phrases ...  mes racines et mon coeur sont grec et je pense que si on choisit de vivre la bas , il ne faut pas critiquer et ne pas faire de quelques cas une generalite ... la crise en grece commence a etre depassee par celle de france ...  donc profitez d y vivre tant que vous pouvez encore ..  car bientot on aura meme plus de quoi se payer le billet d avion .. moi j ai fais mon choix et ca fait bientot 60a que j y songeais ...  merci

Aucune "insulte envers les marseillais", mais il n' y a que la vérité qui blesse .....auprès d'un seul....
Donc aucune incidence.
S'annoncer comme devin en prévoyant le destin de la France à court terme, c'est très prétentieux. Même les plus grands économistes ne se mouillent pas. Il va falloir les envoyer en cours particulier à Rhodes quand vous y serez.
Dès que vous pouvez, regardez sur internet le P.N.B. de la France et celui de la Grèce, c'est comparer l'Allemagne et Gibraltar. Tenter d'expliquer "de comprendre le sens des phrases", d'abord apprenez  l'orthographe avant de conseiller les autres sur le plan du sens des phrases.
Vos racines et votre coeur sont grec S  ! C'est avec un S ...au bout de grec...!
Merci de cette info. En retour sachez que vu mon nom de famille, mes origines sont grecques, sur ce forum bon nombre le savent, apparemment pas vous. Pardon de ne pas être de Marseille.
Et si la crise de la Grèce commence à être inférieure à celle de la France parait il selon vos dires. Quand vous serez à Rhodes, achetez une calculette, et comparez en proportion la dette française et la dette grecque. Tant que vous y serez, comparez aussi le taux de récession de la Grèce et celui de la France depuis 6 ans.
Et restez assis, vous allez être surpris et comprendre que non seulement vous faites une grossière erreur, elle a chuté de 24 % entre 2008 et 2013.
Si vous considérez que de dire la vérité est une insulte, alrs c'est une insulte.
Au besoin chacun peut lire ce fait sur ce lien :
PREUVE ICI
J' ai choisi de vivre là bas, et au pays de la démocratie, c'est l'actualité journalière de critiquer ce qu'il s'y passe.
En Crimée on ne critique pas. Et il semblerait que vous préféreriez plutôt cet aspect de leur démocratie locale de ce supposé coin de paradis russe.
En résumé, je critique si je veux.
"bientôt plus de quoi se payer le billet d'avion" parait il. Je formule alors un grand espoir, c'est que vous ne puissiez plus vous payer le billet d'avion, car à Rhodes, vu votre état d'esprit vous serez très malheureux, et pas besoin d'être devin pour le ressentir et ils seront prêts de se cotiser pour votre billet retour.
Si  si  !
Continuez, après avoir accusé plusieurs membres d'insultes, vos arguments sont plutôt faibles...

Bonjour à tous,

Peut on revenir sur le sujet de la discussion, en restant courtois et en respectant les participants.

Cordialement,

David.

Je n'ai plus les stats sous la main, mais genre 50 % de l'activité industrielle se trouve en Attique, notamment l'industrie aéronautique. Le reste (notamment mécanique et informatique) entre les deux autres métropoles, Thessalonique et Patras et quelques autres villes, comme Kozani ou Corinthe.

En Corrèze ou sur l'île de Ré, non plus, il n'y a pas beaucoup d'avionneurs.

OupSsss, je viens de lire tous ces échanges...

J'avoue qu'en tant que future expatriée en Grèce, (bon oui ok la Grèce est aussi mon pays natal, mais je vis tout de même depuis la majeur partie de mon existence en Belgique), j'accepte d'en apprécier à sa juste valeur les points positifs ET négatifs, et cela selon mon propre vécu et ce que ma propre expérience sur le sol grec me dictera au fur et à mesure de la vie, de ce que je ferai de ma vie.

Pour moi, l'envers de la carte postale grecque serait de ne pas m'autoriser à écrire mes propres lignes sur MA propre carte postale de la Grèce, y a pas photo !

Excellent Ellada  :top:

je vais juste donner mon avis avant de donner des chiffres il faut ce renseigner correctement ...les grecs sont imposés bien plus que les français.....quand au il faut pas croire tout ce qu'on vous dit vous êtes l'exemple
même
mon coup de gueule du matin
une grecque vivant en suisse

Quels chiffres ? Ce dernier message, je ne le comprends pas...?
Pour ce qui est de l'imposition en Grèce, c'est très simple, comme il y a 2 ans, j'étais avec mes amis grecs que je côtoie depuis la bagatelle de 1987...! Le couple annonçait des métiers environ équivalents au nôtre, mon épouse et moi-même. De plus la même dimension de maison et de terrain, et y compris le même type de voiture.
A force de les entendre nous dire qu'ils étaient très imposés, nous avions convenus de tout mettre sur la table, tous les documents et de comparer et constaté.
Je leur ai montré notre document de taxe immobilière en France. En bas de leur document grec, il était écrit 280 euros. Sur le mien 240 euros. Ils ont de suite bondi en disant vous voyez que nous les grecs nous sommes très imposés. Le problème c'est qu'eux, les 280 euros c'était pour l'année, et pour nous, c'était le prélèvement mensuel !
Ensuite je leur ai montré notre document français de taxe foncière.
Que fut leur surprise ! En Grèce, pas de taxe foncière de la surface de la maison et de son terrain..!
Puis nous avons comparé à type de voiture égale la vignette annuelle à payer avant le 31 décembre. En France, en effet elle a disparu depuis plusieurs années.
Je leur ai montré les factures de visites bisannuelles de la voiture.
Ils n'en ont pas.
Et enfin, nous avons comparés nos revenus par couples et nos impositions sur les années 2012.
Eux les grecs retenue à la source, nous jusque 2015 inclus. 2016 c'est en cours...
Nous arrivions à un réel différentiel en notre faveur sur le revenu.
Ils sont tous les deux profs, notre couple travaillons dans le privé.
Ces deux amis grecs avaient exposé leur salaire mensuel et multiplié par 12.
Nous avions exposé nos salaires annuels de couple.
Et nous constatons en effet que leur revenu annuel est bien moindre d'environ 25 %.
Nous leur avons demandé si c'était leurs seuls revenus, car nous c'était le cas.
Et là, ils nous annoncent qu'en réalité ils avaient une prime de vacances , puis une autre à Pâques, qu'ils bénéficiaient de 14 mois et demi...
Et cerise sur le gâteau, lors du départ à la retraite, les 5 dernières années, leur temps de travail était dégressif, et tant qu'on y est, ils ont eu une prime de départ de...120.000 euros.
L'Etat grec a des largesses....insoupçonnées !
( Je sais, depuis les conditions ont changé...! mais ceci a bel et bien existé).
L'Etat payait et empruntait à l'Europe. Mais l'Europe n'est pas un distributeur automatique de billets, elle accorde des crédits qui ensuite sont remboursables ( Oh le vilain mot ).
Conclusion, en effet, il faut connaître les chiffres et ne pas rester sur des gémissements permanents.
La grosse surprise fut plus chez nos amis grecs qui venaient de constater que l'addition de nos taxes annuelles étaient bien plus importantes que les leurs.
Depuis, ils n'évoquent plus ce sujet, au moins avec nous...!
En ce moment, je recense toute une équipe de grecs qui sont partis en retraite avant 50 ans. J' ai même trouvé un ex inspecteur des postes grecques qui est parti en retraite à ...44 ans, et qui a maintenant 83 ans.
Documents en main, j'ai pu constater de visu que lors de son départ jadis, il avait de plus bénéficié d'une prime de plus sieurs mois de salaires, voire pratiquement une année.
En France, c'est simple , c'est = RIEN.
Donc chiffres en main, en effet, on relativise les gémissements, même si nous savons que la vie est très difficile pour certains grecs. Pas ceux que nous voyons passer à Lamia ou Larissa avec leur Porsche Cayenne, vu que c'est l'endroit d'Europe où Porsche en vend le plus.
Crise, oui, mais pas pour tous.

Nouvelle discussion

Assurance santé expatrié Grèce

Conseils pour bien choisir votre assurance santé en Grèce.

Déménagement en Grèce

Conseils pour préparer votre déménagement en Grèce

Assurance voyage Grèce

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage en Grèce