Close

Vivre en famille à Dakar

Bonjour à tous,

Je suis enseignant et envisage de venir travailler à Dakar. Mon dossier est parti, ne reste plus qu'à patienter pour savoir si oui ou non ce projet pourra voir le jour !
Je sais que plusieurs discussions se sont déjà ouvertes sur le sujet, mais les réponses que j'y trouve sont parfois assez contradictoires, notamment en ce qui concerne le coût de la vie. Je vous expose donc ma situation : nous viendrions à cinq (ma femme mes trois enfants de 16 14 et 8 ans et moi-même), en location. Le coût de la scolarité des enfants serait couvert par mon employeur, et je gagnerais environ 2100 euros par mois. Voilà vous savez tout, la question est simple : cela vous semble-t-il faisable ? A savoir que nous ne comptons pas nous nourrir à l'européenne d'une manière générale. Nous aimerions rentrer deux fois par an en France, et nous réserver quelques loisirs même si notre motivation première est de vivre une autre expérience de vie, de rencontrer le peuple sénégalais et ses coutumes.
Autre sujet de préoccupation (car même si cela est un projet voulu et concerté, il n'en demeure pas moins source d'interrogations voire de stress) : qu'en est-il de la vie quotidienne ? Est-il plutôt agréable ? Quelles sont selon vous les principaux avantages et inconvénients de la vie à Dakar ? Les enfants pourront-ils facilement se faire des amis ? Est-il simple ou compliqué de se créer un nouveau cercle d'amis ? La ville est-elle sûre ?
Je sais que ce post est assez long et m'en excuse, c'est que j'ai tellement de questions dans la tête qu'elles me  viennent quasiment spontanément !
Je vous remercie de m'avoir lu jusqu'au bout. J'espère que je pourrai obtenir des réponses objectives et surtout  constructives (j'ai lu quelques posts sur d'autres discussions qui ressemblaient davantage à des règlements de compte qu'à de réels conseils).
Cordialement,

Lio

Aïe... j'ai été déconcentré par d'autres choses et me rends compte que j'ai fait des fautes, désolé :
qu'en est-il de la vie quotidienne ? Est-elle plutôt agréable ? Quels sont selon vous les principaux avantages et inconvénients de la vie à Dakar ?

Lio

Bonjour Lio59
Ne sait si ton pseudo (59) est lié à ton département en france! Peut importe!
J'ai vécu à Dakar même et à Saly et environs....
A ce que tu dis tu désires t'intégrer au Sénégal.....Je pense que tu es plus motivé que moi, puisque tu ne désires pas vivre exclusivement à l Européenne! Je pense aussi que le salaire de 2100€ est Ok pour 5 personnes à Dakar ou périphérie....
Cependant les 2 voyages semestriels prévus pour vous 5 tous les ans nécessiterons quelques privations !!
En location si tu n'es pas trop regardant tu pourras trouver un logement (F5) à 500 Euros (325000Fcfa)...Tu peux trouver moins cher, bien sur, mais tu prends le risque d'être envahi par les cafards !!
Je trouve les Sénégalais sympas dans  l'ensemble...
Je n'aime pas le comportement de la police qui arretent le taxi ou il y a des "toubabs" pour lui demander un "droit de circuler!"
Eviter de metttre à sécher le linge sur une terrasse de l'immeuble...
A part cela jolies plages assez tranquilles....
A ta dispo pour d'autres renseignements dans la limite de mes compétences...
Cordialement
Jean

Je confirme les écrits de Carabistouille.
Une bonne chose, la scolarité pris en charge par l'employeur.
Une question: :Est ce l'employeur qui t'envois travailler à l'étranger? à savoir pour la prise en charge sécurité sociale.
Les enfants se feront très facilement des amis
A ta disposition pour d'éventuelles autres précisions
Je vis depuis plusieurs années à peu près mi temps France, mi temps Sénégal

Actuellement dans le 59

bonjour Lio

Si tu es prêt à accepter le mode de vie à l'Africaine, vivre à Dakar est plutôt agréable au quotidien. En faisant quelques concessions sur le mode de vie occidental, vous devriez ta famille et toi vivre une belle expérience Sénégalaise   ;)

Bonjour à tous,

Tout d'abord un grand merci pour vos réponses, qui je dois l'avouer sont plutôt rassurantes. On a beau avoir l'envie de vivre autre chose chevillée au corps, cela reste quand-même une source de questionnement sans fin !
Comme je l'ai dit dans mon dernier (et premier ) post, des questions, j'en ai des dizaines ! Je poursuis donc, en espérant ne pas abuser de votre gentillesse et de votre temps.
Tout d'abord, Alphi, je viendrais bien m'installer au Sénégal par le biais de mon employeur puisque je suis enseignant. Je pense donc que pour la Sécurité sociale, ce serait bon. Et juste par curiosité, tu est où dans le Nord ?
Ensuite, Jean, qu'entends-tu par "pas trop regardant sur le logement " ? En ce qui nous concerne, comme nous viendrions avec les enfants (évidemment), il nous semble que la qualité du logement serait un point crucial pour la bonne intégration de tout le monde. Qu'entend-on par là ? Nous ne souhaitons pas venir au Sénégal pour vivre comme des nababs, nous n'en avons de toute façon pas les moyens, et puis ce n'est pas ce que l'on recherche. Donc pour faire simple on ne s'attend pas à vivre dans une villa avec piscine aux Almadies !! Ceci étant, un logement propre clair, sûr, suffisamment spacieux pour 5, avec un petit coin pour pouvoir manger dehors ou prendre l'apéro, dans un quartier sympa, voilà je pense résumés nos critères de choix. Cela te paraît-il envisageable dans la fourchette de prix 500 à 700 euros par mois ? En tout cas, ce qui est sûr, c'est qu'on aimerait éviter les cafards !! Et pour la clim', certains disent qu'elle est, je cite "indispensable au moment de l'hivernage" : votre avis sur le sujet ?
Enfin pour tous, que conseillez-vous ? Appartement ou villa ? A la saison de l'hivernage, nous craignons un peu d'avoir les pieds dans l'eau, d'où peut-être une préférence pour l'appartement....
Au fait, puisqu'on parle de l'hivernage, en toute honnêteté, c'est comment ? Le déluge quotidien ? Une vraie galère ? Supportable malgré tout ?
Dernière chose : il va sans dire que l'on aimerait étendre notre expérience sénégalaise hors de Dakar : est-il donc facile de sortir de la ville le week-end ? De sortir tout court, à Dakar ou ailleurs ? Et pour la voiture : avec tout ce que j'ai lu sur la circulation, j'envisage purement et simplement de me passer de voiture, cela est-il judicieux selon vous ?
Merci par avance pour vos réponses. Steph, effectivement nous espérons, si le projet aboutit, vivre une belle expérience sénégalaise, sans transposer notre mode de vie occidental au Sénégal puisque dans ce cas je ne vois pas bien l'intérêt, mais en gardant en tête aussi qu'il nous faudra malgré tout un minimum de "bien-être", surtout avec les enfants, pour que cela se passe bien. Un équilibre à trouver, donc. Peut-être pourriez-vous me faire partager votre expérience dans le domaine ?
Excellent dimanche à tous.

Lio

Bonjour
Je suis à Lille, encore un petit 3 semaines car je repars au Sénégal.
Je répondrai ce soir à certains points de ton post.

SUIte
- Je suis à Lille
- enseignant donc employeur français , donc expat au Sénégal: donc normalement couvert par la sévu (à vérifier auprès de l'employeur)
- logement : entre 500 et 700 euros: donc entre 330 000 et 460 000 fcfa: tu trouveras un bon logement dans ces prix.
-clim: c'est bien mais pas obligatoire
des ventilateurs peuvent suffire; mais l'appartement est peut être déja équipé
-hivernage: ce n'est pas le déluge; simplement certains quartiers à éviter(inondations); ; que tu éviteras car les loyers sont de l'ordre d 100 000 fcfa( ça se comprend )
-voiture: Dakar et environs; des bouchons comme chez nous.
Des sorties, visites hors Dakar: voiture souhaitable surtout si famille
on s'habitue à leur conduite
...

alphi :

SUIte
- Je suis à Lille
- enseignant donc employeur français , donc expat au Sénégal: donc normalement couvert par la sévu (à vérifier auprès de l'employeur)
- logement : entre 500 et 700 euros: donc entre 330 000 et 460 000 fcfa: tu trouveras un bon logement dans ces prix.
-clim: c'est bien mais pas obligatoire
des ventilateurs peuvent suffire; mais l'appartement est peut être déja équipé
-hivernage: ce n'est pas le déluge; simplement certains quartiers à éviter(inondations); ; que tu éviteras car les loyers sont de l'ordre d 100 000 fcfa( ça se comprend )
-voiture: Dakar et environs; des bouchons comme chez nous.
Des sorties, visites hors Dakar: voiture souhaitable surtout si famille
on s'habitue à leur conduite
...

bonjour Alphi bonjour Lio

pour compléter ce que dit Alphi
les dégâts causer par cette période est variable en fonction des années, la plupart des quartiers de Dakar sont inondé j'ai vécut une année assez dramatique il y a deux ans. donc habiter en hauteur c'est quand même mieux. c'est une période ou il pleut souvent tous les jours par forcément plus qu'ailleurs mais Dakar à un problème d'évacuation des eaux de pluie.

en ce qui concerne la circulation dans Dakar un véhicule n'est pas obligatoire les taxis sont nombreux et pas chère, mais comme le souligne Alphi tu as une petite famille et pour sortir de Dakar une voiture ne serait pas un luxe encore que découvrir les différents moyens de transport du Sénégal peut être sympa .....    :)

Encore merci pour vos réponses. Je garde les prochaines questions pour plus tard !  ;)
Bon courage pour la semaine à venir.

Lio

Bonjour Lio
Je suis moi-même enseignante et cherche aussi à venir pour la rentrée prochaine. N'étant que contractuelle je ne peux prétendre aux postes de résidents mais je guette tout ce qui pourra être contrat local. Qu'enseignes-tu? Pour ma part c'est le français (en France, pour les sourds ou les étrangers en FLE, mais à Dakar cela pourra être pour toutes sortes de publics) et la langue des signes.
Alors je risque de te faire un petit roman fleuve, cela sent à plein nez la prof de français qui aime écrire et qui se lâche. Mais j’ai plein de trucs à dire sur ce sujet et je préfère le dire ici qu’en boîte privée car cela peut servir à d’autres. Je vais balancer toute cette tartine sur deux ou trois messages différents pour que ce soit plus digeste.
Dakar est, comme beaucoup de grandes villes d’Afrique, très contrastée où se mêlent quartiers pauvres et populaires voire miséreux, souvent supers saturés, sales, avec des immeubles construits en dépit du bon sens qui s’effondrent régulièrement et subissent les inondations, et quartiers très huppés où il fait bon vivre et où, on avoue, on aimerait avoir les moyens de vivre tant qu’à faire de s’expatrier…
On trouve quelques coins qui permettent un juste milieu mais pas tant que ça. Il y a ceux qui ne sortiront pas de leur « ghetto doré » (il y a les mêmes à Saly sur la petite côte) et qui achèteront au super marché tout ce qu’on trouve en France ou presque, sans sursauter de payer 4000cfa 4 pauvres yaourts Danone (si si tu as bien lu, 6€, véridique en mai dernier à Saly, autant dire que j’ai pas acheté !), rouleront en 4x4 sans jamais côtoyer finalement les autochtones à part leur bonne et leur gardien et il y a ceux qui comme toi ou moi espèrent bien vivre un peu ce magnifique pays de l’intérieur. Il faut réussir ce subtil mélange des deux. Confort tout de même, (internet, skype et compagnie c’est quand même indispensable pour garder le lien) et vie « à la sénégalaise ». J’avoue que je préfère de loin les grillades de poisson dans la cour de Maïmouna (surtout gavez vous de toutes sortes de poissons dans ce pays !), que les barbecues à la viande française importée, devant la piscine d’une villa de luxe…
Pour vivre à Dakar même sans luxe mais avec les moyens d'offrir à tes enfants (surtout des ados) un minimum de loisirs tu n'auras pas trop de tes 2100 euros. Je ne veux pas être pessimiste mais la plupart des activités dites "à toubabs" s'adressent à des expats qui gagnent mieux que nous pauvres profs... J'ai par exemple trouvé un cours de kung fu, ou du roller pour que mon fils (11 ans) puisse ne pas perdre ce qu'il a acquis en France... Les prix sont plus chers qu'en France, la piscine du club olympique où il y a ces sports est à presque 10€, deux fois le prix de France... Donc avec les prix toubabs, avec moins d'un million par mois (1500€) je crains qu'il doive se contenter de la plage tous les jours... (le pauvre chéri, la vie va être si dure! Heureusement il est cool, ça va)  J’hallucine de tous les prix plus chers par rapport à chez nous, si on prétend avoir le confort minimum qui se rapproche de celui qu’on quitte. Déjà en France avec 1500 euros je trouve des fois les fins de mois difficiles alors là…
On pourrait croire dans un pays où la vie est dix fois moins chère que chez nous qu’avec un salaire correct de France on va vivre en nabab… J’imaginais que pour le prix de mon petit T3 de HLM à 400 euros, j’aurais la possibilité d’avoir une maison avec jardin (voire piscine…) Ben c’est carrément râpé à Dakar, où les loyers de beaucoup de quartiers sont au dessus des prix de Paris… Parce que les boîtes paient leurs logements à beaucoup d’expats… Les prix ont flambé. Mais dans certains endroits moins chics, pour 400 euros on trouve des apparts spacieux avec un balcon et accès à la terrasse bien souvent. Alors c’est pas mal tout de même. Et la mer n’est jamais loin sur cette presqu’île. Pour un peu d’exotisme et voir les fonds marins (seul endroit du Sénégal où ce sera possible) il y a tout près, l’île de Ngor avec ses artistes, sa toute petite plage, mais un grand charme (pirogue 500cfa) ou l’île de Gorée pour son Histoire, ses artistes aussi et son charme post colonialiste déglingué que j’adore. Tout cela est très abordable pour une journée pas loin de la ville et totalement dépaysante.
Rapport à l’hivernage, oui il y a des inondations par moment. Mais l’hivernage est l’été de mi juillet à mi octobre en gros et souvent les profs expats sont en France à ce moment-là. Les égouts débordent déjà sans les pluies alors, forcément… Mais si tu es dans un quartier un peu neuf dans les étages tu auras peu de souci à te faire.
(suite en dessous)

Pour ce qui est d’avoir une voiture, certes c’est pratique, moi aussi j’y réfléchis, il se peut même que je descende en voiture, mais en même temps dans Dakar ce n’est pas franchement nécessaire. Sache juste que mes copines sénégalaises réussissent toujours à négocier leurs taxis jaunes à 1500cfa ou 2000 cfa quand les copains eux obtiennent un 3000cfa, elles sont trop fortes. Mais au dessus de 3000 refuse ! Passe au taxi suivant. Ils te riront au nez au début, car les prix montent sans arrêt pour les toubabs. C’est usant parfois. Mais dès que tu sauras deux trois mots de wolof, avec le sourire (sans hausser le ton ils aiment pas) on obtient de bon prix. Et surtout, surtout, ne jamais sortir un centime pour un bakchich !
C’est notoire, les policiers (ou autres fonctionnaires) arrêtent presque tout le temps les taxis loués pour des courses particulières de toubabs. Ou t’arrêtent si t’es toi-même au volant. Là il faut sourire garder, lui présenter ta photocopie de permis, jamais l’original, ou le permis international et jouer les touristes naïfs « pardon monsieur, je n’ai pas l’original car c’est ce qu’on m’a recommandé à l’hôtel ». S’il insiste tu lui demandes soit d’aller au commissariat faire un procès verbal pour l’infraction que tu a très certainement commise étant nouveau ici, ou de te faire un reçu pour la somme qu’il réclame car tu dois justifier de toutes tes dépenses auprès de l’ONG pour laquelle tu travailles. Ils aiment pas du tout et te laisse partir en général. Je n’ai jamais rien payé à un corrompu dans ce pays.
Ensuite pour sortir de la ville, soit tu trouves un taxi et tu négocies (environ 30000cfa de jour pour aller à Mbour. Ce sont les prix, l’essence est très chère), soit tu peux louer des voitures sans chauffeur. Assez vite tu auras des relations sénégalaises qui pourront t’en trouver pour moins cher qu’un loueur avec boutique dans un quartier chic. En mai dernier j’en ai loué une à Saly pour 25000 la journée. Correct pour un WE par exemple. Mais quand ce n’est pas toi qui conduis, tu as l’avantage de ne pas t’ensabler et la faire pousser et d’avoir à l’entretenir beaucoup plus souvent qu’en France.

Je fais mes calculs en ce moment. Je n'ai pas entendu dire que l'éducation nationale (si c'est ton employeur comme le mien) paye notre sécu... Regarde avec le MGEN si c'est là que tu es.
Il faut s'inscrire à la caisse des français de l'étranger et cotiser à une assurance complémentaire qui là, coûte un bras. Pour mon fils et moi, je n'ai pas encore trouvé mieux que 300 euros par mois. L'école pour les enfants si tu les mets au lycée Mermoz par exemple c'est la bagatelle de 3000 euros par an par enfant... Il y a quelques établissements homologués un peu moins cher. Il faut faire les demandes de bourses en ce moment (j'imagine que c'est déjà fait)...
Enfin ce sont les infos que j'ai pour l'instant, si tu en as des contradictoires n'hésite pas!
Bref, 300 euros de complémentaire santé, 300 euros d'école, 300 à 500 euros pour un loyer (pour deux, pour toi ce sera plus bien sûr), les sous à mettre de côté pour racheter tes trimestres de retraite (ma sœur instit ne l'a pas fait en rentrant de ses deux ans de détachement au USA, et bien elle l'a dans le baba. T'as un an après le retour), il ne reste pas tant que ça pour vivre à l'européenne et économiser pour les billets d’avion!
Il y a longtemps, quand j'étais étudiante et que je venais au Sénégal (je viens depuis 16 ans), je vivais avec un salaire d’instit sénégalais et je me faisais un point d’honneur à ne pas dépenser plus. Je me contentais sans problème d'un petit appart à Gueule Tapée (j'adore ce nom de quartier), vraiment proche des sénégalais. J'adorais cette vie, je m'en foutais des coupures d'eau, d’électricité (ça continue aujourd’hui) de monter mes bidons sur trois étages, de patauger dans les égouts qui refluent etc... Un peu moins la mosquée affublée d’une sono d’enfer, collée à l'immeuble où le muezzin agonisait au micro (on aurait dit qu'il mourait vraiment) cinq fois par jours dont une fois à 5h du mat et pas juste pour appeler à la prière, mais tout le long de la cérémonie… L’horreur ! Pour dormir surtout essaie plutôt de trouver un quartier plutôt catholique un peu éloigné d’une mosquée (c’est très dur dans cette ville) fais gaffe en louant quoi…
Tout comme j'adorais et adore toujours aller chez mes amis en brousse dans le Sine Saloum, (y'avait pas d'électricité à l'époque), cela ne me gêne pas d'aller aux latrines du village, me doucher avec un demi seau d’eau (froide), de dormir dans le même lit que la copine ou que les enfants. Le Sine Saloum voilà un des lieux incontournables pour les néophytes que vous êtes. Tout comme le lac rose, et St Louis que j’aime tant ! Et tant d’autres places dont nous pourrons parler plus tard.
C'est le vrai Sénégal pour moi, et j'y retourne à chaque séjour rien que pour le repos incroyable que cela me procure. Mais c'est facile pour moi d'y trouver du charme et de l'exotisme, c'est vivable et agréable parce que je sais que cet inconfort est provisoire et que je peux en sortir quand je veux.

Aujourd’hui c'est différent, quand je prends la décision de franchir le pas de l'expatriation avec un enfant. Si je peux continuer vivre la simplicité d'une vie avec les amis sénégalais sans le sou, si j'adore toujours prendre les transports en commun où l’apprenti (le jeune homme qui récolte les sous organise le chargement, reste accroché dangereusement à l’arrière du camion) veut te faire asseoir un grand père sur les genoux parce que là y'a quatre places, et qu'on n'est que trois déjà serrés mais y'a quatre places point, ou alors un panier de poisson séchés ou autre cageot de poule. J’adore les cars rapides jaunes et bleus (ils sont en train de disparaître petit à petits, trop usés). C’est super folklo, parfois sûrement dangereux, mais bon à faire au moins une fois ! Si j’adore encore tout cela, au quotidien il faudra bien que j’ai une vie « à la française », parce qu’on vient de voir plus haut les calculs de coûts de la vie, quand on est français, on n’a pas trop le choix finalement que d’avoir un « gros salaire » pour un minimum de sécurité de santé et d’éducation pour nos bambins et préparer notre retour… Si moi j’ai envie de vivre au Sénégal mon rejeton n’a pas trop son mot à dire, je me dois donc de lui offrir un minimum de ressemblance avec sa vie de France… Voilà quoi…
Il faut trouver alors le bon compromis entre légitimité d’un tel luxe (qui n’en sera pas un si on se place de notre point de vue d’européen) et culpabilité d’avoir dix fois plus que mon ami infirmier qui vit dans une maison … euh… on va dire… Sénégalaise… Béton fissuré et tôle sur le toit… un robinet dans la cour, toilettes et douche à l’extérieur… il faut savoir naviguer avec aisance et simplicité entre les deux mondes. C’est cela aussi le Sénégal !

Pour ce qui est de la relation avec la misère, deux trois mots, enfin, de comment je l’ai appréhendée et faite vivre à mon fils…
De la misère il y en a, vous y serez confrontés, pour des ados ce n’est pas toujours simple. Place de l’Indépendance, sur les marchés, près des banques, des mendiants viennent à nous. Au début j’avais la même attitude qu’en France, j’ai le principe de ne pas donner à ceux qui font la manche, aux SDF… Je donnais un sourire, un bonjour, mais jamais d’argent…
Seulement au Sénégal j’ai été d’abord interpelée par le geste spontané des sénégalais, pauvres pourtant, qui leur donnent une petite pièce quand même, parce qu’ils sont bons musulmans ou chrétiens et que ces mendiants sont plus pauvres qu’eux… La fameuse Charité… Et surtout parce que ces personnes sont souvent handicapées, lépreuses ou autres et que dans ce pays ils n’ont rien, aucune aide de l’état, aucune allocation, aucun RMI ou resto du cœur pour leur donner à manger. Cette prise de conscience a changé mon regard et ma façon d’appréhender les choses. Alors à ces mendiants là (à force on a ses habitués quand on fréquente un quartier) je donne parfois un peu d’argent mais je leur parle surtout. Bon le handicap c’est un peu mon métier alors forcément cela me touche plus peut-être…
Par contre je ne donne jamais rien aux petits talibés, ces petits mendiants en haillons qui viendront vous réclamer des sous, du riz ou toute autre denrée, avec leur boîte de concentré de tomate vide pour récipient… Ces enfants sont littéralement esclaves d’un « maître » religieux dans des lieux nommés Daras. Ces lieux étaient à l’origine destinés à l’éducation coranique, les petits devaient travailler dans les champs en échange de l’apprentissage du Coran… Or ces daras se sont transformés en horreur absolue pour ces enfants qui sont maltraités et où les maîtres vivent eux dans le luxe de l’exploitation éhontée de ces petits. J’ai le cœur retourné rien que de l’écrire. Je ne leur donne donc jamais rien d’autre qu’une caresse sur la joue et un sourire et préfère donner dans une association qui lutte contre cette situation inacceptable… (j’espère ne pas me mettre à dos certaines personnes qui ne penseraient pas comme moi, cette affaire de talibés est délicate et complexe apparemment en haut lieu et l’Etat marche sur des œufs…)
Bref voilà Lio tout ce qui me vient à l’esprit que je juge bon de te partager. Il y a encore tant de choses à dire mais cela fera l’objet d’autres posts.
Bonne journée
Tetimo

Tetimo :

Pour ce qui est de la relation avec la misère, deux trois mots, enfin, de comment je l’ai appréhendée et faite vivre à mon fils…
De la misère il y en a, vous y serez confrontés, pour des ados ce n’est pas toujours simple. Place de l’Indépendance, sur les marchés, près des banques, des mendiants viennent à nous. Au début j’avais la même attitude qu’en France, j’ai le principe de ne pas donner à ceux qui font la manche, aux SDF… Je donnais un sourire, un bonjour, mais jamais d’argent…
Seulement au Sénégal j’ai été d’abord interpelée par le geste spontané des sénégalais, pauvres pourtant, qui leur donnent une petite pièce quand même, parce qu’ils sont bons musulmans ou chrétiens et que ces mendiants sont plus pauvres qu’eux… La fameuse Charité… Et surtout parce que ces personnes sont souvent handicapées, lépreuses ou autres et que dans ce pays ils n’ont rien, aucune aide de l’état, aucune allocation, aucun RMI ou resto du cœur pour leur donner à manger. Cette prise de conscience a changé mon regard et ma façon d’appréhender les choses. Alors à ces mendiants là (à force on a ses habitués quand on fréquente un quartier) je donne parfois un peu d’argent mais je leur parle surtout. Bon le handicap c’est un peu mon métier alors forcément cela me touche plus peut-être…
Par contre je ne donne jamais rien aux petits talibés, ces petits mendiants en haillons qui viendront vous réclamer des sous, du riz ou toute autre denrée, avec leur boîte de concentré de tomate vide pour récipient… Ces enfants sont littéralement esclaves d’un « maître » religieux dans des lieux nommés Daras. Ces lieux étaient à l’origine destinés à l’éducation coranique, les petits devaient travailler dans les champs en échange de l’apprentissage du Coran… Or ces daras se sont transformés en horreur absolue pour ces enfants qui sont maltraités et où les maîtres vivent eux dans le luxe de l’exploitation éhontée de ces petits. J’ai le cœur retourné rien que de l’écrire. Je ne leur donne donc jamais rien d’autre qu’une caresse sur la joue et un sourire et préfère donner dans une association qui lutte contre cette situation inacceptable… (j’espère ne pas me mettre à dos certaines personnes qui ne penseraient pas comme moi, cette affaire de talibés est délicate et complexe apparemment en haut lieu et l’Etat marche sur des œufs…)
Bref voilà Lio tout ce qui me vient à l’esprit que je juge bon de te partager. Il y a encore tant de choses à dire mais cela fera l’objet d’autres posts.
Bonne journée
Tetimo

bonjour Testimo

rassure moi il ne s'agit là que de la préface de ton prochain bouquin ? je plaisante, c'est une bonne description de la vie au Sénégal avec deux ou trois petites choses que je n'ai pas vécut comme ça, mais chacun fait ses propres expériences. Est ce que tu enseignes sur Dakar ou tu partages ta vie entre la France et le Sénégal ?     :)

Bonjour Tetimo!
C'est avec un grand plaisir que j'ai lu tes (vos) observations et conseils à propos de la vie au Sénégal...Tu es des plus objectives dans tes écrits....Il n'y a rien à jeter dans ce que tu as écrit......
Ton expérience observée réellement sur le terrain tranche avec certains écrits que j'observe ça et la de quelques uns.
Puissent tous ceux qui se préparent à s'expatrier les lire pour réellement s'informer en découvrant sur place que ce que l'on leur avait raconté ne correspond pas tellement à la réalité!
Je partage ton exposé à 100%!!!!!!

Bonne journée à toi et merci encore, j ai pris un réel plaisir à te lire.

Jean :)  ;)

Bonjour
Enfin une personne de mon avis dans l'ensemble!! Je croyais être un martien sur ce site !! Tes blogs me réconfortent !!
Le seul petit détail où je ne suis pas avec toi est à propos des talibés mendiants. Je suis d'accord avec toi mais..........Il faut savoir que si ce petit, souvent maigre et super mignon, fait la mendicité, il y est contraint et forcé. S il ne ramène pas d'argent IL EST BATTU!! Donc que faire? Ne pas donner et tu prends le risque qu'il soit battu ou tu donnes et tu entretiens le systeme !!!
Au plaisir de te lire,

Bien cordialement

Jean

Merci Carabistouille pour cet avis sur mes écrits.
A propos des talibés, oui c'est dur de se dire qu'ils risquent d'être battus s'ils rentrent bredouilles, mais je crois qu'ils sont maltraités malgré tout. Ils vivent dans un taudis, leur cerveau est lavé par ce ânonnement permanent du coran qui ne veut plus rien dire, à l'heure où ils devraient dormir, après leur journée de mendicité... Leur vie est un enfer de toute façon, alors, leur donner à manger (mais qu'ils mangent devant toi), leur donner un tout petit geste de tendresse, un regard un sourire, alors que la plupart des sénégalais les repousse sans ménagement quand ils sont collants, me semble leur permettre de croire que leur situation n'est pas normale et peut-être un jour se rebeller contre ce système et s'en affranchir (je suis utopique je sais, il leur faudra sûrement un plus sérieux coup de pied dans la fourmilière pour que leur sort change)... Oeuvrer pour les associations qui se battent contre cette injustice me semble plus efficace. C'est dur c'est sûr, c'est un dilemme mais ma petite pièce ne changerait rien à leur condition je pense, tandis que si tout le monde boycottait, les marabous n'auraient plus d'entrée d'argent en tout cas beaucoup moins!

Bonjour Steph
non il ne s'agit pas d'un futur bouquin (j'avais prévenu au début que j'allais faire dans le genre roman fleuve!)
Je suis enseignante en France et cherche à venir m'installer quelques temps au Sénégal après 16 ans d'allers-retours. Cela coûte trop cher aujourd'hui donc être sur place pour réaliser mon projet d'école de Sourds me semble indispensable.
J'attends des réponses des divers établissements homologués auxquels j'ai postulé.

Tetimo :

Bonjour Steph
non il ne s'agit pas d'un futur bouquin (j'avais prévenu au début que j'allais faire dans le genre roman fleuve!)
Je suis enseignante en France et cherche à venir m'installer quelques temps au Sénégal après 16 ans d'allers-retours. Cela coûte trop cher aujourd'hui donc être sur place pour réaliser mon projet d'école de Sourds me semble indispensable.
J'attends des réponses des divers établissements homologués auxquels j'ai postulé.

Belle initiative ! je te souhaite de réussir ton projet   ;)

A bientôt

Bonjour à tous,

Tetimo, merci pour cette longue contribution. Je n'ai pas le temps d'y répondre sérieusement pour le moment mais ce n'est que partie remise !
Bonne fin de journée.

Lio

Bonjour à tous,

Voilà ça y est, j'ai un peu de temps devant moi, me revoici donc parmi vous.

En fait ma réponse risque de paraître bien courte en regard de ce qu'a écrit Tétimo. Nous sommes conscients que nous ne partirions pas pour le Paradis en nous expatriant au Sénégal, et que là-bas comme ailleurs nous attend notre lot de difficultés. Coût de la vie, difficultés de circulation, routes qui n'en sont pas vraiment...mais c'est cela aussi partir à la découverte d'un pays, d'une ville ! Quant au fait de côtoyer la misère, cela me paraît effectivement inévitable. A nous de savoir nous intégrer dans ce nouveau paysage, de tisser des liens, en espérant ne pas être perçus comme de simples pompes à fric, ce que nous ne sommes assurément pas. Oui nous espérons vivre avant tout une expérience humaine, sans nous isoler dans des prisons dorées pour toubabs, mais tout en étant conscients qu'il nous faudra un lieu de vie sympa et sûr pour que cette expérience puisse se faire sereinement pour tout le monde (j'entends par là les enfants). Nous espérons rencontrer des expatriés, des sénégalais, de tous horizons, et espérons revenir plus riches humainement.  Cela est-il possible ? C'est la question que je vous pose, en attendant les suivantes !
Bonne soirée niçoise, lilloise, dakaroise...ou autre !

Lio

Lio59 :

Bonjour à tous,

Voilà ça y est, j'ai un peu de temps devant moi, me revoici donc parmi vous.

En fait ma réponse risque de paraître bien courte en regard de ce qu'a écrit Tétimo. Nous sommes conscients que nous ne partirions pas pour le Paradis en nous expatriant au Sénégal, et que là-bas comme ailleurs nous attend notre lot de difficultés. Coût de la vie, difficultés de circulation, routes qui n'en sont pas vraiment...mais c'est cela aussi partir à la découverte d'un pays, d'une ville ! Quant au fait de côtoyer la misère, cela me paraît effectivement inévitable. A nous de savoir nous intégrer dans ce nouveau paysage, de tisser des liens, en espérant ne pas être perçus comme de simples pompes à fric, ce que nous ne sommes assurément pas. Oui nous espérons vivre avant tout une expérience humaine, sans nous isoler dans des prisons dorées pour toubabs, mais tout en étant conscients qu'il nous faudra un lieu de vie sympa et sûr pour que cette expérience puisse se faire sereinement pour tout le monde (j'entends par là les enfants). Nous espérons rencontrer des expatriés, des sénégalais, de tous horizons, et espérons revenir plus riches humainement.  Cela est-il possible ? C'est la question que je vous pose, en attendant les suivantes !
Bonne soirée niçoise, lilloise, dakaroise...ou autre !

Lio

bonsoir lio

comment avance les préparatifs du grand départ en terre Africaine ?
pour répondre à ta question, bien sûr que cela est possible !  tout dépend de la façon dont vous aborderez ta petite famille et toi votre séjour, mais je sens dans tes propos que tu a déjà compris comment agir dans ta futur vie d'expatrier. vous allez découvrir un mode de vie, une culture,  l'Afrique quoi !
mais aussi la misère au quotidien, la chaleur, les moustiques les sollicitations dans la rue, les regards etc.........

Bonsoir Lio
Alors oui bien sûr vous rencontrerez des sénégalais sympas (et des filous aussi évidemment et ce dès l'aéroport où il sont pléthore). Conseil d'amie ne changez jamais d'argent de la main à la main surtout si vous arrivez de nuit (j'y ai été de ma poche une fois et j'étais accompagnée d'un ami sénégalais pourtant, le gars a été trop fort!), il y a des distributeurs dans l'aéroport, il suffit de rerentrer côté départ en demandant l'accès à un des gardiens.
Si j'arrive comme vous à venir pour la rentrée 2014, je me ferai un plaisir de vous rencontrer et de vous faire profiter de mon réseau fidèle, depuis 16 ans que je viens régulièrement. Il y a ceux dont on a vite fait le tour qui réclament sans donner (vite repérés et à fuir) et ceux qui ne réclament jamais rien, mais sur qui on peut vraiment compter. C'est sûr qu'étant toubab on a du mal parfois à savoir si on nous aime pour nous ou pour le potentiel financier qu'on représente. Difficile de faire confiance des fois.
Mais quand on trouve un ami, il l'est pour la vie et c'est du solide!
Pour les WE et les vacances il y a des coins biens sympas où s'évader pour un prix très raisonnable quand on veut prendre l'air et lâcher la pollution de la ville! Vous verrez qu'en brousse c'est du grand plaisir avec les gens simples et accueillants par rapport à Dakar ou la petite côte où tout est faussé.
Il ne faut pas hésiter à se laisser inviter chez des gens (les femmes de ménages, les personnels de l'école avec qui on sympatise etc). Ils sont super fiers de nous inviter et souvent surpris que des toubabs acceptent leur hospitalité (comme s'ils n'en étaient pas dignes! Ce vieux complexe d'infériorité perdure malheureusement... Combien de fois j'ai vu des voisins venir frapper chez moi pour que je les soigne, juste parce que je suis toubab... Bon en ville cela t'arrivera moins).
Il est d'usage d'amener un petit cadeau en général, en brousse surtout, dans les petits villages tu te dois d'aller saluer le chef, et c'est souvent à lui que tu offres le cadeau. Si tu peux fais en sorte que ce soit un cadeau partageable, pour tout le village, pour les enfants, pour l'école que sais-je. Si on vient à plusieurs (et quand on connait déjà ces amis) j'amène des denrées alimentaires discrètement, un bidon d'huile, des bananes (très chères pour eux, 600 à 800 cfa le kilo) pour tout le monde, voire un sac de riz si on est là plusieurs jours. Il faut pas trop amener non plus surtout la première fois pour pas qu'ils se vexent s'ils croient que tu crois qu'ils n'ont pas de quoi te recevoir dignement... Il faut trouver l'équilibre. Il vaut mieux que ta femme donne ça discrètement à la maîtresse de maison.
Ou un truc tout con pour une grande maisonnée, j'amène des ballons de baudruche pour les enfants, ça fait un tabac à chaque fois, ou des machins à faire des bulles, ça fait rire tous les gosses et les grands d'ailleurs.
Un truc rigolo aussi, inviter les gosses des amis et du voisinage à une chasse aux oeufs à Pâques (faut se débrouiller pour qu'un ami sympa nous en amène dans ses bagages à Pâques, facile!). Génial pour tisser des liens amicaux et de bon voisinage!
Enfin pleins de petits bonheurs quoi! Vous verrez ce sera super!

Merci Bouabero de vous proposer, c'est gentil, mais pour le moment nous n'en sommes pas encore là, ce qui d'ailleurs répond à ta question, steph'. : il s'agit d'une candidature, donc pour le moment, tout n'est qu'hypothèse, rien qu'hypothèse... pas de réels préparatifs, juste une anticipation, en espérant que cela devienne réalité !

Petite question d'ordre pratique : quelqu'un  a-t-il une idée du coût d'un déménagement du Nord de la France vers Dakar ?

Bonne journée à tous.

Lio

BOUABERO :

Bonjour monsieur je me nomme diarra je suis le directeur général du projet CARPE(Dème) internationale je suis une personne très ouvert je peux vous aider à installer à Dakar car je vivais la bas et j'ai une famille la bas .merci de me contacter sur ce numéro 0022376147490

bonjour bouaberro

pouquoi ne pas faire profiter tout le monde de votre aide  de plus les coordonnées sont prohibé sur le forum public ! merci

Bonjour à tous,

Quelques nouvelles de mon projet de vie au Sénégal. Toujours dans l'attente, d'où mon silence prolongé...donc en fait pas de nouvelles !

Peut-être ce projet se concrétisera-t-il...Inch'Allah comme disent les sénégalais !
Bonne journée à tous.

Lio

Bonjour Lio
Un ami m'a dit récemment que le container peut avoir différentes tailles. Un box de 20 pieds cube (ils comptent en pieds apparement) tourne autour de 1000 euros de frêt et à peut près le double pour un box plus grand. Après je pense qu'il y a des boîtes beaucoup plus chères qui vous font ça clé en main en venant chercher vos affaires chez-vous. Du Nord cela doit être au départ du Havre je pense.
Concernant les postes de profs en candidature spontanée, ils sont tout juste en train de commencer à y répondre. Les postes de résidents viennent de passer en commission paritaire à l'AEFE et du coup les postes vacants en contrats locaux sortent ces jours-ci. Je pense que vous aurez bientôt des nouvelles puisque j'ai été contactée deux fois pour deux entretiens en quelques jours et eu deux trois réponses négatives d'autres établissements.
Patience! Peut-être pouvez-vous leur rappeler quand vous avez postulé? C'est ce que j'ai fait à Saly et on m'a rappelée le lendemain.

Bonjour Tetimo,

Je vais patienter, effectivement c'est en ce moment qu'il y a du mouvement, ce paraît-il jusqu'au mois de juin ! En tout cas merci pour ta réponse. Bonne chance à toi pour ton projet d'installation au Sénégal et de création d'une école pour sourds-muets. C'est un beau projet, je te souhaite de le mener à son terme.

Lio

Nouvelle discussion

Assurance santé expatrié Dakar

Conseils pour bien choisir votre assurance santé à Dakar.

Déménagement à Dakar

Conseils pour préparer votre déménagement à Dakar

Assurance voyage Dakar

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage à Dakar