Votre vie de tous les jours aux USA: travail, amis et fitness

Bonjour,
Je suis en train de préparer mon expatriation (visa k-1 en cours) et j’ai quelques questions à poser à ceux qui se sont déjà expatriés.
1.    Avez-vous dû faire face à des difficultés (travail-administration-logement etc…) en raison de votre niveau d’anglais ? Le mien n’est pas trop mal mais je ne suis pas bilingue. Je commets parfois des erreurs et je ne connais pas toujours tous les mots ou les expressions utilisées par les anglo-saxons.
2.    Est-ce difficile de se faire des amis ou d’entrer en contact avec les gens ?
3.    Celle-ci est un peu superficielle mais importante… avez-vous des problèmes pour garder la ligne ? Je vis actuellement en Europe, je me déplace presque toujours en vélo et je mange de façon équilibrée… croyez-vous que je puisse conserver ces bonnes habitudes aux USA ?
4.    Comment cela se passe-t-il avec vos collègues de travail ? Avez-vous eu des surprises dans le domaine professionnel ?
Je vous remercie par avance pour vos réponses.
Bonne journée !:)
Sandrine

Re,

1. C'est jamais facile dans un nouveau contexte, qui plus est dans une langue différente, mais bon ton fiancé est américain non?
Les erreurs en anglais, on en fait tous, c'est pas la fin du monde, c'est comme ça qu'on progresse.
2. Les gens sont super ouverts ici. Il m'arrive de me retrouver seul dans un bar, les gens aiment le contact et parler. C'est bien aussi pour nous pour progresser.
3. T'inquiète pas pour ça, tu peux cuisiner à l'européenne ici, et les restos sont super équilibrés (je ne parle pas des fast-food hein lol). C'est un pays de sportifs, c'est incroyable comme les gens font du sport ici pour garder la ligne et la forme.
4. Je viens de commencer (1 semaine), "so far so good ;-)". Comme je disais, ils sont ouverts, curieux, ils me posent plein de question sur mon adaptation ici, etc....mais encore une fois tu peux tomber sur des collègues pas cool...it depends!

Bonsoir,

1. J'avais un niveau bac quand je suis arrivée et j'ai pu faire pas mal de trucs administratifs sans aide (bon ok un traducteur sur mon telephone aide souvent)
2. Je trouve que les américains sont HYPER sympas,avenant, ouvert… mais je les trouve hyper superficiel. Tu peux passer une méga bonne soirée dans un bar comme dit DADA mais par contre après tu as plus aucune nouvelle. bizarre !!!
3. tu prendras au début 2 ou 3kg… tu souhaiteras goûter tous les trucs plus ou moins diététique mais typique des US. Burgers, Pizza, Macaroni and Cheese, Buffalo Wings etc… mais avec un peu de sport… Piuuu plus rien ! C'est un gros cliché de croire qu'il est impossible de manger sains aux US… tu seras impressionnée sur le nombre de boutiques Organics par exemple (et la taille des oignons)

:D

Ahahah, tu n'as pas tord pour le point 2 tit_toon, mais bon rien que de parler, communiquer c'est déjà bien. Je veux dire, ils sont super ouvert à parler, ils posent plein de questions sur la France, l'Europe, après comme tu dis on s'échange pas les "phone number" pour autant ;-)

Salut,

1. Franchement, ils sont déjà super impressionné que tu parles une autre langue en général, donc ils t'en voudront pas de faire des fautes!
2. Comme Dada et tit_toon ont dit, ils sont très ouverts et très avenants. Mon copain est américain donc ses amis sont les miens aussi donc ne t'en fais pas pour ça! Ensuite pour en rencontrer par toi même ca dépend du temps que vous passez ensemble. Je sais que je me vois pas forcement sortir sans lui du coup c'est souvent ses amis!
3. FAUX et grosse rumeur: j'ai perdu 5 kilos aux États-Unis, tout simplement avec le sport (il y a des salles partout!) et ils ont un choix de produits beaucoup plus important qu'en France. Par exemple, en restau ou au supermarché, pour tout ce qui est pains, sandwich, pâtes, même pâtes à pizza il y a TOUJOURS l'option "whole wheat" (complet) et très souvent même "low sodium" (teneur réduite en sodium) et "fat-free"(O% de matière grasse) . C'est en rentrant en France pour les vacances que je m'y perd pour maintenir ma ligne!
4. Si tu es ouverte, il n'y aura pas de problème. Je suis toujours surprise d'être invitée à prendre une verre en week-end par mes collègues. Ça me fait toujours bizarre cette fine séparation entre travail et vie personnelle!

Sarah

bonjour,

etant etudiant, mes "difficultes" en arrivant ont ete au niveau relationnel et humain. C'est une culture bien differente.

Par rapport a la France, je trouve que les americains sont tres individualistes et superficiels, assez difficile de se faire des "vrais" amis americains. Ca peut interpeller quand on arrive sur place.

Attention ne generalisez pas pour l'ouverture d'esprit et l'aimabilite. Ceci depend de l'etat ou vous vous trouvez, ici dans le missouri, les gens sont plutot froids and close- minded..Il faut s'accrocher et s'integrer petit a petit.

la nourriture de qualite, proche de celle d'europe coute chere, donc il faut etre pret a prevoir un budget pour cela.

Biyombo,

Je suis aussi arrivée en tant qu'étudiante l'année dernière. Je suis d'accord avec toi pour avoir de vrais amis américains mais en même temps, on arrive quand ils sont à l'université qui est souvent un moment de leur vie où ils n'ont plus besoin d'amis. C'est la même chose en France: j'y ai mes amis très proches et j'aurais moins l'envie de développer une amitié avec quelqu'un qui vient d'arriver car mon cercle d'amis est déjà bien constitué dans l'université et je ne pense pas forcement à inclure cette étudiante étrangère à qui j'ai parlé vite fait dans une soirée.

Pour ce qui est de la nourriture par contre je ne suis pas forcement d'accord. Si tu veux acheter des marques européennes oui ça coute cher, mais ils ont tout autant de choix de qualité en marque locale. Il suffit de s'y connaitre un peu et on y trouve son bonheur. Oui quand j'achète ma crème fraiche elle me coute très chère mais mon pain complet pas tant que ça!

Merci à tous pour vos réponses. C’est très intéressant de comparer les expériences.
Mon petit-ami est américain mais il a vécu en Europe pendant presque 10 ans. J’ai l’impression qu’il y a un monde entre lui et ses compatriotes (bon disons ses amis et sa famille que j’ai pu rencontrer pendant l’été 2011). Nous nous installerons à Denver au Colorado. Je pense que c’est une ville assez typique des États-Unis.
Comment avez-vous fait pour trouver du travail ?
Avez-vous parfois le mal du pays ?

Sarah1777 :

Biyombo,

Je suis aussi arrivée en tant qu'étudiante l'année dernière. Je suis d'accord avec toi pour avoir de vrais amis américains mais en même temps, on arrive quand ils sont à l'université qui est souvent un moment de leur vie où ils n'ont plus besoin d'amis. C'est la même chose en France: j'y ai mes amis très proches et j'aurais moins l'envie de développer une amitié avec quelqu'un qui vient d'arriver car mon cercle d'amis est déjà bien constitué dans l'université et je ne pense pas forcement à inclure cette étudiante étrangère à qui j'ai parlé vite fait dans une soirée.

Pour ce qui est de la nourriture par contre je ne suis pas forcement d'accord. Si tu veux acheter des marques européennes oui ça coute cher, mais ils ont tout autant de choix de qualité en marque locale. Il suffit de s'y connaitre un peu et on y trouve son bonheur. Oui quand j'achète ma crème fraiche elle me coute très chère mais mon pain complet pas tant que ça!

C'est ton avis, mais je ne suis toujours pas daccord ahah. En fait, je base mes propos sur mon parcours, j'ai etudie en caroline du nord avant de transferer dans le missouri. Et la difference au niveau relationnel et humain est juste immense. Je n'ai pas eu de probleme a rencontrer des gens en tant que nouveau etranger en caroline du nord, bien au contraire, je suis meme encore avec des personnes labas alors que j'y etais il y a plus de 2ans maintenant. Ici dans le missouri ca ete plus complique de se faire des amis. Je ne pense pas que ca soit du au fait qu ils aient deja un cercle d'amis tres fort, mais plutot a la mentalite locale.. d'ou mon intervention pour ponderer vos propos concernant l'ouverture d'esprit et la sociabilite.

Pour la nourriture, je suis sceptique, mais je veux bien prendre des infos si tu as des bons tuyaux :). Peut etre que tes chaines alimentaires existent ici, sait-on jamais. Car ici, meme en marque locale, la difference de qualite est enorme.. je ne suis pourtant pas pointilleux, mais la junk food est abondante dans le coin..

pour en revenir au sujet, je ne connais pas Denver, mais je suppose qu elle aura plus de chance de trouver de la bonne nourriture qu ici. Je pense que l'acclimatation au nouvel environnement americain, variera en fonction des etats et villes. Il ne devrait pas avoir de probleme a Denver CQFD

biyombo :

C'est ton avis, mais je ne suis toujours pas daccord ahah. En fait, je base mes propos sur mon parcours, j'ai etudie en caroline du nord avant de transférer dans le missouri. Et la difference au niveau relationnel et humain est juste immense. Je n'ai pas eu de probleme a rencontrer des gens en tant que nouveau etranger en caroline du nord, bien au contraire, je suis meme encore avec des personnes labas alors que j'y etais il y a plus de 2ans maintenant. Ici dans le missouri ca ete plus complique de se faire des amis. Je ne pense pas que ca soit du au fait qu ils aient deja un cercle d'amis tres fort, mais plutot a la mentalite locale.. d'ou mon intervention pour ponderer vos propos concernant l'ouverture d'esprit et la sociabilite.

Pour la nourriture, je suis sceptique, mais je veux bien prendre des infos si tu as des bons tuyaux :). Peut etre que tes chaines alimentaires existent ici, sait-on jamais. Car ici, meme en marque locale, la difference de qualite est enorme.. je ne suis pourtant pas pointilleux, mais la junk food est abondante dans le coin..

pour en revenir au sujet, je ne connais pas Denver, mais je suppose qu elle aura plus de chance de trouver de la bonne nourriture qu ici. Je pense que l'acclimatation au nouvel environnement americain, variera en fonction des etats et villes. Il ne devrait pas avoir de probleme a Denver CQFD

Ah je veux bien te croire pour la différence entre Etats alors!

Chez Superfresh je trouve des choses pas mal du tout! Trader Joe's est mon supermarché préféré! C'est là que j'y trouve ma crème fraîche et pleins de trucs bio et sans hormones et bien sur Whole Foods (même si je te l'accorde ce dernier est assez cher!) Ensuite je fais aussi quelques marchés et puis je me suis trouvé un camion d'un mec du Sénégal qui vend des légumes et des fruits géniaux, mais voilà c'est en cherchant un peu quoi. Le bon plan c'est d'avoir les cartes de fidélité parce que contrairement à la France, les réductions sont immédiates (c'est pas genre il faut cumuler des points) et c'est en général comme ca que je déniche mes produits fat-free ou low sodium pour moins cher. Après j'ai mes petits habitudes donc je fais plus vraiment attention!

Pour Denver, pour avoir vu plusieurs posts sur cette ville je pense que tu devrais t'y retrouver Sandrine. Regarde les expatriés sur la ville: http://www.expat-blog.com/fr/reseau/amerique-du-nord/etats-unis/colorado/

Merci Sarah pour le lien, je vais y jeter un coup d’œil.
Le Colorado est l’État le plus mince (ou le moins obèse) des États-Unis donc je m’en fais pas trop pour les low-fat food, les whole food et les diet drinks… c’est juste que je ne suis pas une grande fan de ce genre de produits. Mon petit-ami les consomme en quantités astronomiques. Moi je préfère les produits simple et frais. J’ai vécu pendant plusieurs années à côté d’un marcher (en Espagne et en Italie) et depuis que je suis en Allemagne ça me manque un peu. Je ne sais pas trop ce que je vais trouver à Denver et ça m’inquiète.
Quand à vos amis, avez-vous plutôt des copains autochtones ou étrangers ? Les copains de mon copain sont sympas, mais je préfèrerais avoir les miens.
Bises à tous et bonne journée.
PS : Sarah, je suis allée voir ton blog, il est très sympa !

Je dirais grosse majorité autochtones. Je trouve difficile de me faire mes propres amis car je sors beaucoup avec mon copain et les amis que je me fais sont en général expatriés aussi mais j'y travaille! Ou alors ce sont des américains que je connais de mon échange aux Pays-Bas en 2009 et qui habite dans la région.

Merci d'avoir visité mon blog!!!

je fais toutes les sorties possibles et inimaginable !!!

regarde sur Meetup… c'est un site qui pourra t'aider à trouver des nouveaux amis par centre d’intérêt ou tout simplement par nationalité (exemple le Meetup Beer and video games ou Francais du coins)

tit_toon :

je fais toutes les sorties possibles et inimaginable !!!

regarde sur Meetup… c'est un site qui pourra t'aider à trouver des nouveaux amis par centre d’intérêt ou tout simplement par nationalité (exemple le Meetup Beer and video games ou Francais du coins)

Merci de le citer, j'avais completement oublié! Je m'etais promis de m'y mettre en rentrant à Philadelphie en plus! C'est un très bon site!

tit_toon :

je fais toutes les sorties possibles et inimaginable !!!

regarde sur Meetup… c'est un site qui pourra t'aider à trouver des nouveaux amis par centre d’intérêt ou tout simplement par nationalité (exemple le Meetup Beer and video games ou Francais du coins)

Ah! En voilà une bonne solution ! Je suis allée voir un peu sur Meetup et ça à l’air génial ! Merci pour l’info !

je suis contente qu'il y est des groupes dans ton coin :)

L'experience de chacuin va etre differente et pour ces questions precises, ca depends aussi beaucoup de la personalite de chacun. En ce qui me concerne:

1.  Comme pour tout language, le cote culturel est plus important lorsque l'on as passe les difficultes de l'apprentissage de la conversation. J'etais baigne dans la culture Americaine avant d'y venir, ce qui a beaucoup facilite les choses. Je n'ai pas rencontre de difficultes autre que les tout debuts lorsque fraichement debarque. L'avantage est que les Americains ne sont pas "amoureux" de leur langue. Elle est un moyen de communication et ils sont friants des autres cultures. Comme dit plus haut, ils te poseront pleins de questions qui les interressent. Au debut, ma femme etait inquiete par rapport a son niveau d'anglais mais s'est tres vite rendue compte que les Americains s'en foutent si tu ne parle pas parfaitement ou si tu fait des fautes. C'est culturel, justement.

2.  Personnellement, non. Il est vrai que 80% des Americains que j'ai rencontre, ca a ete superficiel et je n'en ai plus entendu parle. Mais bon, sans vouloir decourager les gens ici, cette attitude a ete 100% des expats francais que j'ai rencontre ici depuis 15 ans. Mon cercle d'amis est majoritairement Americain, mais a aussi quelques autres nationalites.

3.  On trouve de tout ou presque, je n'ai toujours pas trouve de figetelli, mais bon, faut pas pousser non plus... :)
Si tu veux garder la ligne ici, tu peux le faire comme partout ailleurs. Les Americains sont en general tres sportifs et font attention, donc pas de probleme.

4.  Aucuns problemes non plus au niveau boulot. Les quelques gens avec qui ca n'a pas accroche, ca n'accrochait pas non plus avec les autres. Ils ne travaillent plus ici d'ailleur.

Bon apres, comme je dis, chaque experience est differente. J'ai eu l'opportunite de travailler pour plusieures societes Americaines ces 15 dernieres annees dans 3 industries differentes. J'ai beaucoup appris ici.

Cibdat :

1.    Avez-vous dû faire face à des difficultés (travail-administration-logement etc…) en raison de votre niveau d’anglais ? Le mien n’est pas trop mal mais je ne suis pas bilingue. Je commets parfois des erreurs et je ne connais pas toujours tous les mots ou les expressions utilisées par les anglo-saxons.
2.    Est-ce difficile de se faire des amis ou d’entrer en contact avec les gens ?
3.    Celle-ci est un peu superficielle mais importante… avez-vous des problèmes pour garder la ligne ? Je vis actuellement en Europe, je me déplace presque toujours en vélo et je mange de façon équilibrée… croyez-vous que je puisse conserver ces bonnes habitudes aux USA ?
4.    Comment cela se passe-t-il avec vos collègues de travail ? Avez-vous eu des surprises dans le domaine professionnel ?

J’aimerais partager quelques conseils sur le forum  au sujet des relations personnelles et autres thèmes d’intérêts pour les expats aux Etats Unis.

Je suis arrivé aux Etats Unis en tant qu’étudiant. Je suis arrivé a 18 ans et j’ai fait ma dernière année de high school ici, et après mes 4 années d’université, je ne suis jamais reparti et cela fait 17 + ans que je vis ici. Je ne peux pas trop comparer avec la France vu que cela fait longtemps que je n’y vis plus, que je n’y ai jamais travaillé et que je n’y ai pas fait l’université et que je n’y retourne que quelques jours tous les deux ou trois ans. J’espère que mes commentaires ne paraitrons pas  comme ‘unsolicited advice’, j’espère seulement que cela donnera des idées.

Perception du choc culturel en tant qu’étudiant.  Souvent, les "difficultés" en arrivant se trouvent au niveau relationnel et humain.

C’est très vrai que c’est une culture différente et c’est normal.  Selon la région ou on se trouve, l’Est, l’Ouest, le Sud, le Midwest ou le Nord-Est la culture locale peut être un atout ou un défi de plus à remonter.  L’important c’est d’essayer de comprendre la culture locale, de la déchiffrer sans juger et de garder l’esprit couvert.  C’est  tout à fait normal de se sentir décalé a l’université ou il y a beaucoup de petits groupes et petites cliques pour les étudiants du coin qui en général se connaissent depuis longtemps, ont vécut dans la même ville etc.,  les sportifs et ceux qui viennent d’ailleurs forment eux aussi leur cercles.  Mon expérience était que c’était dur pour moi de me faire des copains au début à l’université car je n’avais pas les mêmes intérêts que la majorité qui ne pensaient qu’au sport, aux filles et à boire ou qui étaient super impliqués dans tel club, telle activité ou autre. Alors, je me suis mis à suivre mes propres intérêts et à trouver des gens qui partageaient ses mêmes  intérêts et à m’impliquer dans la vie communautaire et à faire du volontariat et c’est comme ça que je me suis fait de très bons copains. J’étais dans une petite université à la population assez homogène dans une ville à la campagne. L’école était très bonne mais je n’avais pas trop d’affinités avec la plupart des étudiants. Beaucoup me paraissaient assez peut murs. Je  conseille à tous de  sortir des murs de l’école. Si vous aimez le sport et vous n’êtes pas  intéressé par une équipe  ou vous ne pouvez pas y entrer, joignez  une ligue locale, faites du volontariat, a l’hôpital par exemple, si vous parlez plusieurs langues dont l’espagnol , ils seront surement très heureux de vous avoir, les services de police dans les grandes villes ont un service de “VIPS” Volunteers in Police Service qui a surement de très bonnes opportunités, il y a des ‘community service boards’ un peu partout, ou même devenez pompier volontaire dans un service de pompiers volontaires de la région, si vous faites ce choix, tout l’entrainement est gratuit et en général vous pouvez choisir ne faire que de la médecine d’urgence ou faire aussi de la lutte contre les incendies.  Il y a mille et une manières de vous impliquer dans la vie locale et de vous faire des amis et de développer de très bonnes relations humaines.  C’est comme ça que je me suis fait des amis qui le sont toujours plus de dix ans après dans un patelin dans les montagnes de la Virginie. Cela enrichira très grandement votre expérience aux Etats Unis.  Ce ne sont pas les seules manières de se faire des amis, mais ce sont des pistes à explorer enrichissantes à plusieurs niveaux.   C’est sûr que pour les étudiants, étant à l’université, vous pouvez aussi vous mettre à boire, courir après les filles et devenir un ‘jock’ ce qui a la longue, sera quand même moins enrichissant.

Beaucoup d’expatries trouvent que par rapport à la France  les américains sont très individualistes et superficiels, assez difficile de se faire des "vrais" amis américains.


C’est quelque chose qui peut en effet paraitre  ainsi quand on arrive d’Europe. Il ne faut pas cependant généraliser car cela diffère d’un endroit à un autre, d’une classe sociale a un autre et d’une ethnie a un autre. Sur plus de 300 millions d’habitants issus de toute la planète, il y a une diversité énorme pas toujours évidente à saisir et à aborder pour les expatries.   La culture est très différente ici, mais ce qui se ressent comme de l’individualisme et de la superficialité est plus complique que cela. Il ne faut pas en rester au niveau des banalités.  Au niveau de la culture au sens ethnographique tu terme, l’américain ne partage pas ses opinions et ses sentiments de la même manière qu’un français. Les règles sociales sont différentes car bon nombre de ces aspects la restent au niveau de l’individu une sorte de chasse gardée qui n’est pas partagée avant d’avoir atteint un certain niveau d’intimité. Il n’est pas dans les normes ici d’accepter ses amis dans son intimité quotidienne, c’est réservé à la famille en général  ou à la rigueur à un nombre très restreint d’amis de très longue date.   Mais là encore, les exceptions abondent. 

La vie est beaucoup plus axée sur la vie professionnelle qu’en France en général. Cela se fait aux dépens de l’amitié de chaque instant d’une certaine façon. La société reste très, très mobile, les gens n’hésitent guère a partir à l’autre bout du pays pour un nouveau job, laissant derrière eux famille, amis, connaissances, quartier etc. Cela a donc façonné les relations sociales d’une certaine manière. Cela porte à former une sorte de discipline solitaire de développement personnel. Cela n’empêche pas de se faire de vrais amis par le biais de ces activités. S’il est facile de se faire des amis en temps de loisirs en France (a confirmer?) Il est peut-être plus courant pour les français de se retrouver pour boire un pot, sortir ensemble et flâner que pour les américains qui ont du mal à passer du temps à faire quelque chose qui ne même pas à un certain résultat concret et quantifiable.  Cela ne veut pas dire que cela n’existe pas ici, mais c’est moins rependu. 

Il semble que les activités sociales sont moindres si ce cela ne tourne pas autours des centres d’intérêt de développement personnel, sportif ou communautaire, d’où l’intérêt de s’y impliquer. Les bouffes entre amis qui durent des heures assis à une table en dégustant des petits plats et du bon vin ou on parle de politique, des grandes questions de la vie existent mais  sont rares ici.

Les Latinos, qui sont eux aussi américains, sont très différents, ils se réunissent en famille mais assez peu entre amis presque toutes les semaines chez les uns ou les autres, il y a toujours quelqu’un qui a un anniversaire, un baptême, un mariage, une naissance etc. etc. Pour les Anglos, Il y a bien les barbecues et autres réceptions chez soi ou chez les autres mais ce n’est pas aussi intime qu’en France, en général, bien que la aussi, les  exceptions abondent… 

Ne pas aborder les choses de cette manière risque de mener à la frustration dans  votre vie aux Etats Unis et de vous faire manquer de très nombreuses opportunités et de ne jamais avoir de ‘vrais’ amis.

Il y a une petite phrase qui peut être utile :  « You only get one chance to make a first impression »

Il y a de très nombreuses personnes ici qui sont des expatries français ou européens qui n’ont que très peu d’amis hors du cercle d’autres expatries et qui se lamentent dix ou 20 ans après que les américains sont superficiels, individualistes etc. etc. par refus de se donner la peine de comprendre et de s’adapter.

S’adapter ne veut absolument pas dire renier sa culture, perdre son héritage culturel, ce serait une grave erreur. Il faut garder tout ça et l’utiliser comme un atout sans se laisser enfermer et limiter par cela. Il faut rester ouvert, éviter de juger et comparer avec la France ou quelque autre pays tout le temps, a tout bout de champ. Si on ne veut pas vivre en dehors des codes de la société française, pourquoi donc s’expatrier ? 
La France est la France, les Etats Unis sont ce qu’ils sont il faut éviter de se battre contre des moulins à vent pour rien. L’un n’est pas mieux ou pire que l’autre dans l’absolu, c’est comme ça et decider si c'est 'mieux' ou 'moins bien' reste un choix personnel point à la ligne.  Il  ne viendrait à l’esprit de personne de raisonnable aller vivre au Nigeria ou en Thaïlande en espérant y retrouver les mêmes mentalités, la même nourriture, la même société, la même politique, les mêmes croyances et codes sociaux qu’en France, pourquoi en serait-il autrement aux Etats Unis en dehors de grandes lignes communes des societes occidentales?

Dans mon cas, ça a été l’inverse qui s’est produit. Je n’ai jamais trouvé le temps ou eu le besoin de chercher d’autres expats français pour avoir une vie sociale, du fait que je me suis impliqué dans la vie locale par le biais professionnel et en faisant du volontariat, j’ai toujours eu plus d’amis que de temps à passer avec eux.

Dans certains milieux, il vous faudra faire vos preuves pour être accepte, une fois que vous avez fait preuve de savoir-faire et avez gagné la confiance du groupe, vous serez parfaitement intégrés au sein du groupe, sans que personne ne prête attention à vos origines, votre accent, etc. Si Henry Kissinger a pu être secrétaire d’état (Ministre des Affaires Etrangeres) avec son fort accent allemand, tout est possible  n’est-ce pas ? 

J’ai vécu cela dans le cercle des pompiers et de la police ou j’évolue depuis de nombreuses années.

Je dois dire que tous mes bons amis, américains ou pas, sont tous issus du milieu professionnel ou du volontariat. Je dirais que la moitié de mes amis sont américains Anglos, et l’autre moitié des personnes nées à l’étranger. Je n’ai pas d’amis Français par contre, pas par choix, cela doit être qu’il y en a assez peu là où je vis et qu’ils évoluent dans d’autre cercles sociaux je crois.  Le peu de français expatries qui ont croisé mon chemin ne sont jamais devenus des amis, même si dans un cas précis nous avions travaillés pendant plus de deux ans dans le même bureau, nos relations sont toujours restées très superficielles, comme quoi, de venir du même coin de la planète ne garantit rien du tout!

Beaucoup d’expatries  trouvent les américains aimables et ouverts d’esprit

Là encore, il ne faut pas généraliser.  Il y a beaucoup de facteurs qui influent, dans certaines régions les gens sont plus froids et moins ouverts d’esprit que dans d’autres. 

On dit que les gens dans l’Ouest sont plus ouverts, plus tolérants et aussi plus superficiels et matérialistes, on dit que les gens du Sud sont accueillants mais moins ouvert d’esprit, on trouve que les gens du Nord Est sont coinces, les gens du Midwest coinces et provinciaux etc. etc. 

Tout cela ce qui n’empêche pas qu’il y a des personnes merveilleuses dans toutes les régions  avec qui vous pourrez devenir amis et vous enrichir de la sorte que de leur apporter beaucoup de votre cote. Accrochez-vous et prenez en compte les paramètres indiques, respectez et comprenez avant d’emettre un jugement de valeur et vous verrez que votre sejour sera beaucoup plus enrichissant au niveau des relations humaines. Il y a des imbéciles partout, de toutes les races, cultures et nationalités, personnellement, je me garde bien de juger qui que ce soit sur ces critères-là. Une fois identifies, je les laisses dans leur coin et m’entoure de personnes de qualité, américaines ou pas.

Beaucoup d’expats trouvent que la nourriture de qualité, proche de celle d’Europe coute cher et/ou est difficile a trouver.

Sur ce point-là, je dirais que la diversité de nourriture dépend de la région ou on se trouve. Il y a quinze-vingt ans, il y avait moins de diversité.  Maintenant, la  nourriture de qualité est à la mode   C’est sûr qu’au fin fond du Midwest, il n’y aura pas la même diversité que sur la cote Est ou Ouest du pays au niveau nourriture. Cependant, je pense qu’en cherchant un peu, on peut trouver beaucoup de choses. Je suis sûr qu’il y a des magasins de nourriture ethnique dans presque tous les coins ou vous trouverez de la variété, souvent plus qu’en France, des farmers markets etc. aux prix très, très corrects.  En ce qui me concerne, je trouve que les prix en France sont bien plus élèves qu’aux USA sur presque tout. Je suis allé en France en Septembre, et ma copine n’en revenait pas des prix pratiques au marché de la ville, et encore que je vis dans la région de Washington DC qui est parmi les plus chères du pays. Quand ma famille de France vient ici ils trouvent les aliments, vêtements, essence, voitures etc. moins chers qu’en France, ils vivent près de Montpellier.
Si vous vous donnez un peu la peine de chercher, je suis sûr que vous trouverez.  Google est votre ami, il y a d’innombrables sites et blogs de ‘foodies’ axes sur toutes les grandes villes tel yelp.com, chowhound etc. qui sont une mine d’information.   
Il ne faut pas oublier que ce qui est le plus dangereux dans la vie ce n’est pas ce que l’on ne sait pas mais ce que l’on croit savoir qui est faux.

Enfin, ce n'est que ma perspective acquise au cours de mon expérience  de ce côté-ci de l’Atlantique. 

Restez positifs et optimistes, on est jamais à l’abri d’une bonne surprise.

Je vous souhaite beaucoup de succès, beaucoup de courage et un séjour enrichissant aux Etats Unis.

Hello!

1. Les gens sont patients, serviables et vraiment gentils. Je n'étais pas excellente en anglais quand j'ai dû effectuer toutes les démarches administratives et pourtant tout s'est très bien passé. Je n'ai eu qu'un seul et unique problème qui s'est réglé en 10 minutes. Donc non, ne te fais pas de soucis pour ça.

2. Les gens sont très très gentils, très ouverts. Le contact est vraiment facile. Il faut que tu te montres ouverte d'esprit et agréable et tu tisseras des liens.

3. Très bonne question! J'ai perdu du poids aux USA parce que, justement, je me suis mise à manger équilibrer. C'est très facile, il suffit de te balader dans ta ville, de repérer les magasins bio/frais etc. Je trouve que c'est même plus facile de garder la ligne aux USA qu'en France puisque les magasins américains font beaucoup de produits bas en calories/matières grasses/sucre etc. Tu pourras donc garde tes bonnes habitudes et même t'inscrire dans un club de sport, la plupart sont ouvert 24/24h et les abonnements sont abordables.

4. Mon expérience professionnelle est un peu atypique. Pour le coup, je ne peux pas te guider dessus.

Si tu as d'autres questions, surtout n'hésites pas à me contacter.
Bonne soirée,

Enillopa

Elvatoloko :

J’aimerais partager quelques conseils sur le forum  au sujet des relations personnelles et autres thèmes d’intérêts pour les expats aux Etats Unis.

Je suis arrivé aux Etats Unis en tant qu’étudiant. Je suis arrivé a 18 ans et j’ai fait ma dernière année de high school ici, et après mes 4 années d’université, je ne suis jamais reparti et cela fait 17 + ans que je vis ici. Je ne peux pas trop comparer avec la France vu que cela fait longtemps que je n’y vis plus, que je n’y ai jamais travaillé et que je n’y ai pas fait l’université et que je n’y retourne que quelques jours tous les deux ou trois ans. J’espère que mes commentaires ne paraitrons pas  comme ‘unsolicited advice’, j’espère seulement que cela donnera des idées.

Perception du choc culturel en tant qu’étudiant.  Souvent, les "difficultés" en arrivant se trouvent au niveau relationnel et humain.

C’est très vrai que c’est une culture différente et c’est normal.  Selon la région ou on se trouve, l’Est, l’Ouest, le Sud, le Midwest ou le Nord-Est la culture locale peut être un atout ou un défi de plus à remonter.  L’important c’est d’essayer de comprendre la culture locale, de la déchiffrer sans juger et de garder l’esprit couvert.  C’est  tout à fait normal de se sentir décalé a l’université ou il y a beaucoup de petits groupes et petites cliques pour les étudiants du coin qui en général se connaissent depuis longtemps, ont vécut dans la même ville etc.,  les sportifs et ceux qui viennent d’ailleurs forment eux aussi leur cercles.  Mon expérience était que c’était dur pour moi de me faire des copains au début à l’université car je n’avais pas les mêmes intérêts que la majorité qui ne pensaient qu’au sport, aux filles et à boire ou qui étaient super impliqués dans tel club, telle activité ou autre. Alors, je me suis mis à suivre mes propres intérêts et à trouver des gens qui partageaient ses mêmes  intérêts et à m’impliquer dans la vie communautaire et à faire du volontariat et c’est comme ça que je me suis fait de très bons copains. J’étais dans une petite université à la population assez homogène dans une ville à la campagne. L’école était très bonne mais je n’avais pas trop d’affinités avec la plupart des étudiants. Beaucoup me paraissaient assez peut murs. Je  conseille à tous de  sortir des murs de l’école. Si vous aimez le sport et vous n’êtes pas  intéressé par une équipe  ou vous ne pouvez pas y entrer, joignez  une ligue locale, faites du volontariat, a l’hôpital par exemple, si vous parlez plusieurs langues dont l’espagnol , ils seront surement très heureux de vous avoir, les services de police dans les grandes villes ont un service de “VIPS” Volunteers in Police Service qui a surement de très bonnes opportunités, il y a des ‘community service boards’ un peu partout, ou même devenez pompier volontaire dans un service de pompiers volontaires de la région, si vous faites ce choix, tout l’entrainement est gratuit et en général vous pouvez choisir ne faire que de la médecine d’urgence ou faire aussi de la lutte contre les incendies.  Il y a mille et une manières de vous impliquer dans la vie locale et de vous faire des amis et de développer de très bonnes relations humaines.  C’est comme ça que je me suis fait des amis qui le sont toujours plus de dix ans après dans un patelin dans les montagnes de la Virginie. Cela enrichira très grandement votre expérience aux Etats Unis.  Ce ne sont pas les seules manières de se faire des amis, mais ce sont des pistes à explorer enrichissantes à plusieurs niveaux.   C’est sûr que pour les étudiants, étant à l’université, vous pouvez aussi vous mettre à boire, courir après les filles et devenir un ‘jock’ ce qui a la longue, sera quand même moins enrichissant.

Beaucoup d’expatries trouvent que par rapport à la France  les américains sont très individualistes et superficiels, assez difficile de se faire des "vrais" amis américains.


C’est quelque chose qui peut en effet paraitre  ainsi quand on arrive d’Europe. Il ne faut pas cependant généraliser car cela diffère d’un endroit à un autre, d’une classe sociale a un autre et d’une ethnie a un autre. Sur plus de 300 millions d’habitants issus de toute la planète, il y a une diversité énorme pas toujours évidente à saisir et à aborder pour les expatries.   La culture est très différente ici, mais ce qui se ressent comme de l’individualisme et de la superficialité est plus complique que cela. Il ne faut pas en rester au niveau des banalités.  Au niveau de la culture au sens ethnographique tu terme, l’américain ne partage pas ses opinions et ses sentiments de la même manière qu’un français. Les règles sociales sont différentes car bon nombre de ces aspects la restent au niveau de l’individu une sorte de chasse gardée qui n’est pas partagée avant d’avoir atteint un certain niveau d’intimité. Il n’est pas dans les normes ici d’accepter ses amis dans son intimité quotidienne, c’est réservé à la famille en général  ou à la rigueur à un nombre très restreint d’amis de très longue date.   Mais là encore, les exceptions abondent. 

La vie est beaucoup plus axée sur la vie professionnelle qu’en France en général. Cela se fait aux dépens de l’amitié de chaque instant d’une certaine façon. La société reste très, très mobile, les gens n’hésitent guère a partir à l’autre bout du pays pour un nouveau job, laissant derrière eux famille, amis, connaissances, quartier etc. Cela a donc façonné les relations sociales d’une certaine manière. Cela porte à former une sorte de discipline solitaire de développement personnel. Cela n’empêche pas de se faire de vrais amis par le biais de ces activités. S’il est facile de se faire des amis en temps de loisirs en France (a confirmer?) Il est peut-être plus courant pour les français de se retrouver pour boire un pot, sortir ensemble et flâner que pour les américains qui ont du mal à passer du temps à faire quelque chose qui ne même pas à un certain résultat concret et quantifiable.  Cela ne veut pas dire que cela n’existe pas ici, mais c’est moins rependu. 

Il semble que les activités sociales sont moindres si ce cela ne tourne pas autours des centres d’intérêt de développement personnel, sportif ou communautaire, d’où l’intérêt de s’y impliquer. Les bouffes entre amis qui durent des heures assis à une table en dégustant des petits plats et du bon vin ou on parle de politique, des grandes questions de la vie existent mais  sont rares ici.

Les Latinos, qui sont eux aussi américains, sont très différents, ils se réunissent en famille mais assez peu entre amis presque toutes les semaines chez les uns ou les autres, il y a toujours quelqu’un qui a un anniversaire, un baptême, un mariage, une naissance etc. etc. Pour les Anglos, Il y a bien les barbecues et autres réceptions chez soi ou chez les autres mais ce n’est pas aussi intime qu’en France, en général, bien que la aussi, les  exceptions abondent… 

Ne pas aborder les choses de cette manière risque de mener à la frustration dans  votre vie aux Etats Unis et de vous faire manquer de très nombreuses opportunités et de ne jamais avoir de ‘vrais’ amis.

Il y a une petite phrase qui peut être utile :  « You only get one chance to make a first impression »

Il y a de très nombreuses personnes ici qui sont des expatries français ou européens qui n’ont que très peu d’amis hors du cercle d’autres expatries et qui se lamentent dix ou 20 ans après que les américains sont superficiels, individualistes etc. etc. par refus de se donner la peine de comprendre et de s’adapter.

S’adapter ne veut absolument pas dire renier sa culture, perdre son héritage culturel, ce serait une grave erreur. Il faut garder tout ça et l’utiliser comme un atout sans se laisser enfermer et limiter par cela. Il faut rester ouvert, éviter de juger et comparer avec la France ou quelque autre pays tout le temps, a tout bout de champ. Si on ne veut pas vivre en dehors des codes de la société française, pourquoi donc s’expatrier ? 
La France est la France, les Etats Unis sont ce qu’ils sont il faut éviter de se battre contre des moulins à vent pour rien. L’un n’est pas mieux ou pire que l’autre dans l’absolu, c’est comme ça et decider si c'est 'mieux' ou 'moins bien' reste un choix personnel point à la ligne.  Il  ne viendrait à l’esprit de personne de raisonnable aller vivre au Nigeria ou en Thaïlande en espérant y retrouver les mêmes mentalités, la même nourriture, la même société, la même politique, les mêmes croyances et codes sociaux qu’en France, pourquoi en serait-il autrement aux Etats Unis en dehors de grandes lignes communes des societes occidentales?

Dans mon cas, ça a été l’inverse qui s’est produit. Je n’ai jamais trouvé le temps ou eu le besoin de chercher d’autres expats français pour avoir une vie sociale, du fait que je me suis impliqué dans la vie locale par le biais professionnel et en faisant du volontariat, j’ai toujours eu plus d’amis que de temps à passer avec eux.

Dans certains milieux, il vous faudra faire vos preuves pour être accepte, une fois que vous avez fait preuve de savoir-faire et avez gagné la confiance du groupe, vous serez parfaitement intégrés au sein du groupe, sans que personne ne prête attention à vos origines, votre accent, etc. Si Henry Kissinger a pu être secrétaire d’état (Ministre des Affaires Etrangeres) avec son fort accent allemand, tout est possible  n’est-ce pas ? 

J’ai vécu cela dans le cercle des pompiers et de la police ou j’évolue depuis de nombreuses années.

Je dois dire que tous mes bons amis, américains ou pas, sont tous issus du milieu professionnel ou du volontariat. Je dirais que la moitié de mes amis sont américains Anglos, et l’autre moitié des personnes nées à l’étranger. Je n’ai pas d’amis Français par contre, pas par choix, cela doit être qu’il y en a assez peu là où je vis et qu’ils évoluent dans d’autre cercles sociaux je crois.  Le peu de français expatries qui ont croisé mon chemin ne sont jamais devenus des amis, même si dans un cas précis nous avions travaillés pendant plus de deux ans dans le même bureau, nos relations sont toujours restées très superficielles, comme quoi, de venir du même coin de la planète ne garantit rien du tout!

Beaucoup d’expatries  trouvent les américains aimables et ouverts d’esprit

Là encore, il ne faut pas généraliser.  Il y a beaucoup de facteurs qui influent, dans certaines régions les gens sont plus froids et moins ouverts d’esprit que dans d’autres. 

On dit que les gens dans l’Ouest sont plus ouverts, plus tolérants et aussi plus superficiels et matérialistes, on dit que les gens du Sud sont accueillants mais moins ouvert d’esprit, on trouve que les gens du Nord Est sont coinces, les gens du Midwest coinces et provinciaux etc. etc. 

Tout cela ce qui n’empêche pas qu’il y a des personnes merveilleuses dans toutes les régions  avec qui vous pourrez devenir amis et vous enrichir de la sorte que de leur apporter beaucoup de votre cote. Accrochez-vous et prenez en compte les paramètres indiques, respectez et comprenez avant d’emettre un jugement de valeur et vous verrez que votre sejour sera beaucoup plus enrichissant au niveau des relations humaines. Il y a des imbéciles partout, de toutes les races, cultures et nationalités, personnellement, je me garde bien de juger qui que ce soit sur ces critères-là. Une fois identifies, je les laisses dans leur coin et m’entoure de personnes de qualité, américaines ou pas.

Beaucoup d’expats trouvent que la nourriture de qualité, proche de celle d’Europe coute cher et/ou est difficile a trouver.

Sur ce point-là, je dirais que la diversité de nourriture dépend de la région ou on se trouve. Il y a quinze-vingt ans, il y avait moins de diversité.  Maintenant, la  nourriture de qualité est à la mode   C’est sûr qu’au fin fond du Midwest, il n’y aura pas la même diversité que sur la cote Est ou Ouest du pays au niveau nourriture. Cependant, je pense qu’en cherchant un peu, on peut trouver beaucoup de choses. Je suis sûr qu’il y a des magasins de nourriture ethnique dans presque tous les coins ou vous trouverez de la variété, souvent plus qu’en France, des farmers markets etc. aux prix très, très corrects.  En ce qui me concerne, je trouve que les prix en France sont bien plus élèves qu’aux USA sur presque tout. Je suis allé en France en Septembre, et ma copine n’en revenait pas des prix pratiques au marché de la ville, et encore que je vis dans la région de Washington DC qui est parmi les plus chères du pays. Quand ma famille de France vient ici ils trouvent les aliments, vêtements, essence, voitures etc. moins chers qu’en France, ils vivent près de Montpellier.
Si vous vous donnez un peu la peine de chercher, je suis sûr que vous trouverez.  Google est votre ami, il y a d’innombrables sites et blogs de ‘foodies’ axes sur toutes les grandes villes tel yelp.com, chowhound etc. qui sont une mine d’information.   
Il ne faut pas oublier que ce qui est le plus dangereux dans la vie ce n’est pas ce que l’on ne sait pas mais ce que l’on croit savoir qui est faux.

Enfin, ce n'est que ma perspective acquise au cours de mon expérience  de ce côté-ci de l’Atlantique. 

Restez positifs et optimistes, on est jamais à l’abri d’une bonne surprise.

Je vous souhaite beaucoup de succès, beaucoup de courage et un séjour enrichissant aux Etats Unis.

Merci de nous avoir fait partager ton expérience aux USA ! Ton post est super intéressant et très personnel. Plein de bons conseils à suivre.
Bises
Sandrine

Enillopa :

Hello!

1. Les gens sont patients, serviables et vraiment gentils. Je n'étais pas excellente en anglais quand j'ai dû effectuer toutes les démarches administratives et pourtant tout s'est très bien passé. Je n'ai eu qu'un seul et unique problème qui s'est réglé en 10 minutes. Donc non, ne te fais pas de soucis pour ça.

2. Les gens sont très très gentils, très ouverts. Le contact est vraiment facile. Il faut que tu te montres ouverte d'esprit et agréable et tu tisseras des liens.

3. Très bonne question! J'ai perdu du poids aux USA parce que, justement, je me suis mise à manger équilibrer. C'est très facile, il suffit de te balader dans ta ville, de repérer les magasins bio/frais etc. Je trouve que c'est même plus facile de garder la ligne aux USA qu'en France puisque les magasins américains font beaucoup de produits bas en calories/matières grasses/sucre etc. Tu pourras donc garde tes bonnes habitudes et même t'inscrire dans un club de sport, la plupart sont ouvert 24/24h et les abonnements sont abordables.

4. Mon expérience professionnelle est un peu atypique. Pour le coup, je ne peux pas te guider dessus.

Si tu as d'autres questions, surtout n'hésites pas à me contacter.
Bonne soirée,

Enillopa

Merci pour ta réponse !
Donc apparemment vous êtes presque tous d’accord pour dire qu’on perd du poids quand on arrive aux USA… c’est une très bonne nouvelle !
Et pas de problème avec l’accent et les fautes de grammaire !
Pour les amis je pense que je vais me tourner vers les latino-américains. Je me suis toujours mieux entendue avec les latins et j’adore leur culture ! Avez-vous réussi à vous intégrer dans un groupe de Latinossss ?
Sandrine

Merci pour ta réponse !
Donc apparemment vous êtes presque tous d’accord pour dire qu’on perd du poids quand on arrive aux USA… c’est une très bonne nouvelle !

Ce n'est pas automatique quand meme, cela dependra de toi, de la maniere dont tu choisira de t'alimenter et des activities physiques que tu decidera de faire.   

Et pas de problème avec l’accent et les fautes de grammaire !

Oui, a peu pres tout le monde se fou de cela.

Pour les amis je pense que je vais me tourner vers les latino-américains. Je me suis toujours mieux entendue avec les latins et j’adore leur culture ! Avez-vous réussi à vous intégrer dans un groupe de Latinossss ?
Sandrine

Dans mons cas, j'ai de nombreux amis Latino Americains et j'ai vecu au Mexique alors oui, je me suis integre dans un groupe de Latinos. Mais je te dirais que ce n'est pas plus ou moins dificile de se faire des amis Latinos et ne n'est pas plus ou moins enrichissant d'avoir des amis Latinos ou de quelque autre extraction. Il faut aussi comprendre que comme tous les groupes ethniques ici, c'est un groupe qui compte une tres grande diversite.  Leur maniere de vivre et leurs maniere d'aborder l'amitie varie enormement selon leur origine, leur charactere, ou ils ont vecut, leur degre d'assimilation dans la culture Anglo, le fait qu'ils soient nes au Etats Unis ou recament arrive influe grandement.  C'est tres loin d'etre un groupe homogene.  L'ethnie ou l'origine des gens n'apporte aucune garantie et tu risque d'etre decue.   

Mon conseil serait que tu te fasses des amis loyaux, interessants, a l'esprit ouvert, qui partagent tes interets de quelque nationalite, origine ethnique ou culturelle que se soit sans te limiter a tel ou tel groupe.

Bonjour,

Je porte un projet d'expatriation avec création de société et demande de visa E2. Je vous expose les grandes lignes avec les interrogation du moment. Si quelqu'un a des conseils ou commentaires, je vous remercie par avance pour votre contribution…

Le projet

Avec un partenaire, nous souhaitons créer un établissement aux USA pour l'import/export de marchandises entre les USA et l’Europe et au final le monde. Dans un premier temps les flux s’effectueront des USA vers la France et l’Europe donc en export vu des USA, sur la base de la vente de tout type de véhicules à moteurs & pièces détachées mais peut-être également pour d'autres produits selon les opportunités de business... Le média de communication avec nos clients sera le net, via une plate-forme e-commerce. Le transport des marchandises, hormis les colis postaux si volume acceptable, s'effectuera pas bateau, par exemple pour des voitures US...

Les aspects juridiques

Nous sommes donc deux dans ce projet. Après contact avec les autorités américaines, il n'est pas possible pour deux ressortissants étrangers d'obtenir un visa E2 chacun en cas d'association dans la même structure. Il faut que chacun soit majoritaire dans sa propre société. Donc à priori il faut constituer 2 entités, type LLC. Mais si vous avez une solution différente, nous sommes preneurs.

L’implantation géographique

Bien sûr, nos propres désirs (voir nos à priori…) liés à l’environnement économique (présence de « matières premières » soient la présence de véhicules tels que voitures, bateaux, avions, pièces détachées avec des réseaux de fournisseurs… les infrastructures, les capacités de transport, la fiscalité…) sont importants dans le choix final. Nous souhaiterions obtenir un éclairage sur d'éventuels comparatifs entre états ou avis sur tous les critères en votre possession. Pour l’instant, de par la proximité également de l’Europe, notre choix se porterait sur la Floride (où?). A affiner car certains nous conseillent également de regarder du côté du Nevada pour la domiciliation de la ou les sociétés (conditions fiscales), avec bureau en Floride éventuellement… également selon les conditions de vie (économiques, culturelles…). Si vous avez également des informations sur ces sujets…

La préparation linguistique

Malheureusement, notre anglais n’est pour le moment plus opérationnel, faute de pratique depuis de nombreuses années. Nous sommes donc occupés à muscler ce domaine. Cependant, pour ma part, je pense à une formule de renforcement linguistique accéléré à l’entrée aux USA. Je pensais même à chercher une famille d’accueil pour immersion peut-être sur une durée d’une année… Je souhaiterais obtenir votre avis et retour d’expérience sur ce sujet, voir vos propositions… Selon vous, sans préjuger bien sûr des capacités intellectuelles, en combien de temps un individu avec un anglais très basique pourrait se débrouiller sur le sol américain, avec des cours par exemple quotidien, l'immersion en foyer local...

Il y aurait bien évidement beaucoup d’autres choses ou domaines à aborder mais il s’agit d’une première approche avec un premier contact. Nous vous remercions pour vos commentaires ou éclairages, voir les questions à se poser avant expatriation, les « pièges » à éviter… qui nous permettraient d’avancer dans notre projet.

Si l'âge peut également induire des réponses plus précises, nous sommes des quarantenaires...

Cordialement,

Michel

pkz :

Bonjour,

Je porte un projet d'expatriation avec création de société et demande de visa E2. Je vous expose les grandes lignes avec les interrogation du moment. Si quelqu'un a des conseils ou commentaires, je vous remercie par avance pour votre contribution…

Le projet

Avec un partenaire, nous souhaitons créer un établissement aux USA pour l'import/export de marchandises entre les USA et l’Europe et au final le monde. Dans un premier temps les flux s’effectueront des USA vers la France et l’Europe donc en export vu des USA, sur la base de la vente de tout type de véhicules à moteurs & pièces détachées mais peut-être également pour d'autres produits selon les opportunités de business... Le média de communication avec nos clients sera le net, via une plate-forme e-commerce. Le transport des marchandises, hormis les colis postaux si volume acceptable, s'effectuera pas bateau, par exemple pour des voitures US...

Les aspects juridiques

Nous sommes donc deux dans ce projet. Après contact avec les autorités américaines, il n'est pas possible pour deux ressortissants étrangers d'obtenir un visa E2 chacun en cas d'association dans la même structure. Il faut que chacun soit majoritaire dans sa propre société. Donc à priori il faut constituer 2 entités, type LLC. Mais si vous avez une solution différente, nous sommes preneurs.

L’implantation géographique

Bien sûr, nos propres désirs (voir nos à priori…) liés à l’environnement économique (présence de « matières premières » soient la présence de véhicules tels que voitures, bateaux, avions, pièces détachées avec des réseaux de fournisseurs… les infrastructures, les capacités de transport, la fiscalité…) sont importants dans le choix final. Nous souhaiterions obtenir un éclairage sur d'éventuels comparatifs entre états ou avis sur tous les critères en votre possession. Pour l’instant, de par la proximité également de l’Europe, notre choix se porterait sur la Floride (où?). A affiner car certains nous conseillent également de regarder du côté du Nevada pour la domiciliation de la ou les sociétés (conditions fiscales), avec bureau en Floride éventuellement… également selon les conditions de vie (économiques, culturelles…). Si vous avez également des informations sur ces sujets…

La préparation linguistique

Malheureusement, notre anglais n’est pour le moment plus opérationnel, faute de pratique depuis de nombreuses années. Nous sommes donc occupés à muscler ce domaine. Cependant, pour ma part, je pense à une formule de renforcement linguistique accéléré à l’entrée aux USA. Je pensais même à chercher une famille d’accueil pour immersion peut-être sur une durée d’une année… Je souhaiterais obtenir votre avis et retour d’expérience sur ce sujet, voir vos propositions… Selon vous, sans préjuger bien sûr des capacités intellectuelles, en combien de temps un individu avec un anglais très basique pourrait se débrouiller sur le sol américain, avec des cours par exemple quotidien, l'immersion en foyer local...

Il y aurait bien évidement beaucoup d’autres choses ou domaines à aborder mais il s’agit d’une première approche avec un premier contact. Nous vous remercions pour vos commentaires ou éclairages, voir les questions à se poser avant expatriation, les « pièges » à éviter… qui nous permettraient d’avancer dans notre projet.

Si l'âge peut également induire des réponses plus précises, nous sommes des quarantenaires...

Cordialement,

Michel

Bonjour,

Merci pour votre contribution, pouvez vous s'il vous plait ouvrir un nouveau fil de discussion car votre post ne correspond pas au sujet ce de fil .

Faux et archi faux!!!
2 personnes peuvent obtenir le visa E2 a partir du meme business, dans la meme structure, a condition de faire 50/50, et que le bilan previsionnel montre que le business peut faire vivre 2 familles sur le territoire. Je suis tres bien placee car c'est mon metier, aider les investisseurs a s'etablir aux USA, les aider et les suivre du debut a la fin, demenagement, installation, traduction, etc...
Ensuite, j'ai un ami qui est a fond dans les voitures de collection et autre vehicules a moteur. Trop long a vous expliquer. Si vous avez une adresse mail ou un num de tel, je pourrais vous expliquer.
A bientot peut-etre, sinon bonne chance!!
Veronique

Bon voilà, je n'ai plus qu'à trouver une copine américaine :D

steve84 :

Bon voilà, je n'ai plus qu'à trouver une copine américaine :D

Le souci, c'est qu'elle voudra peut-etre aller vivre en France  :D

C'est pour ça que je vais présenter ma candidature à Goldman Sachs et acheté deux maisons, une aux US et l'autre en France comme ça on fera  6 mois aux US et 6 mois en France.

Nouvelle discussion